Manzanar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Camps d'internement de Manzanar
Manzanar Flag.jpg
Vue du camp
Présentation
Nom local The Manzanar Relocation Center
Type Camps d'internement
Superficie 329 ha
Gestion
Utilisation originelle Lieu de résidences de tribus amérindiennes
Date de création mars 1942
Créé par Franklin Delano Roosevelt
Date de fermeture 21 novembre 1946
Victimes
Type de détenus Civiles d'origine japonaise
Nombre de détenus 110 000 prisonniers
Géographie
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Région Comté d'Inyo, Californie
Localité Independence
Coordonnées 36° 44′ 00″ N 118° 09′ 40″ O / 36.73333, -118.161136° 44′ 00″ Nord 118° 09′ 40″ Ouest / 36.73333, -118.1611  

Géolocalisation sur la carte : Californie

(Voir situation sur carte : Californie)
Camps d'internement de Manzanar

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Camps d'internement de Manzanar

Protection Site historique national de Manzanar

Manzanar est le camp d'internement des Japonais-américains de la Seconde Guerre mondiale le plus connu aux États-Unis parmi les dix camps qui ont reçu plus de 110 000 prisonniers. Il accueillit des citoyens japonais ainsi que des citoyens américains d'origine japonaise. Situé au pied de la Sierra Nevada dans la vallée de l'Owens en Californie entre les villes de Lone Pine au sud et Independence au nord, à environ 370 km au nord-est de Los Angeles. Manzanar (qui signifie «pommeraie» en espagnol) a été considéré par le National Park Service américain comme le mieux préservé des anciens camps de prisonniers et a été dénommé officiellement Site historique national de Manzanar'[1]

Bien avant l'arrivée des premiers prisonniers en mars 1942, Manzanar était le lieu de résidences de tribus amérindiennes, qui, pour la plupart vivaient dans des villages à proximité des ruisseaux dans la région. Éleveurs de bétail et mineurs ont officiellement créé la ville de Manzanar en 1910[2] mais ont dû l'abandonner en 1929 après que la ville de Los Angeles ait acheté les droits sur l'eau pratiquement sur l'ensemble de la zone[1]. Point commun de ces différents groupes a priori disparates, ils ont tous été déplacés par la contrainte.

Depuis la libération des derniers prisonniers en 1945, d'anciens détenus et d'autres volontaires ont travaillé à protéger Manzanar et à en faire un lieu historique national qui préserve et explique le site pour les générations actuelles et futures. L'objectif principal du site est l'histoire du camp d'internement[3], mais le lieu s'intéresse aussi à la ville de Manzanar, à l'époque des fermiers, au peuplement par les Amérindiens païutes et au rôle qu'a joué l'eau dans la vallée Owens[3],[4]

Culture populaire[modifier | modifier le code]

  • Dans le film Karaté Kid (The Karate Kid), le personnage Daniel LaRusso (Ralph Macchio) apprend que son ami et professeur de karaté d'origine japonaise Miyagi (Pat Morita) a perdu sa femme et son enfant lorsque ceux-ci étaient enfermés dans le camp de Manzanar.
  • Dans la chanson Kenji de Fort Minor, Mike Shinoda raconte l'histoire de son grand-père dans le camp de concentration de Manzanar. Les noms ont par ailleurs été modifiés, comme stipulé dans les paroles. La chanson est entrecoupée de morceaux de deux interviews.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Manzanar National Historic Site: History & Culture (U.S. National Park Service) », National Park Service, United States Department of the Interior (consulté en 2007)
  2. « Manzanar National Historic Site - Orchard Community (U.S. National Park Service) », National Park Service, United States Department of the Interior (consulté en 2007)
  3. a et b (en) National Park Service, United States Department of the Interior, Manzanar National Historic Site: General Management Plan and Environmental Statement, National Park Service, United States Department of the Interior,‎ août 1996, p. 13–16
  4. « THOMAS (Library of Congress) HR 543 » (consulté en 2007)