République de Chine (1912-1949)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

République de Chine
中華民國
Zhōnghuá Mínguó

1912 – 1949

Drapeau
Drapeau de la République de Chine.
Blason
Description de l'image  Republic of China (orthographic projection).svg.
Informations générales
Statut République
(à diverses périodes : dictature militaire; à partir de 1928, parti unique)
Capitale Pékin, puis Nankin
(pendant la guerre, Chongqing)
Langue Mandarin standard
Histoire et événements
1911-1912 Révolution Xinhai
1926-1928 Expédition du nord
1927-1949 Guerre civile chinoise
1937-1945 Guerre sino-japonaise
Président
(1e) 1912 Sun Yat-sen
1912-1916 Yuan Shikai
1922-1923 Li Yuanhong
1928-1931, 1943-1949 Tchang Kaï-chek
1931-1943 Lin Sen
1949 Li Zongren
Chef du gouvernement
1930, 1945-1947 Song Ziwen
1930-1931, 1935-1938, 1939-1948 Tchang Kaï-chek
1932-1935 Wang Jingwei
1949 He Yingqin

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La République de Chine (chinois : 中華民國, pinyin : Zhōnghuá Mínguó) est l'appellation du régime qui a dirigé la Chine dès 1912 après la chute du régime impérial (qui dirigeait le pays depuis 221 av. J.C) succédant ainsi à la Dynastie Qing qui régnait sur l'Empire depuis 1644.

De 1940 à 1945, une autre République de Chine fut mise en place à Nankin durant l'occupation japonaise.

Ce nouveau régime, également désigné sous le nom informel de Première République chinoise, fut le gouvernement légitime de la Chine jusqu'en 1949, date à laquelle le gouvernement en proie à la guerre civile contre les communistes se replia dans la province insulaire de Taïwan. L'actuel État de Taïwan est officiellement le même État que la « première République »[1] et continue d'appliquer la constitution de 1947 : malgré la coupure factuelle que représente le départ de son gouvernement pour Taïwan et la perte du reste du territoire chinois, aucune césure institutionnelle entre les deux périodes n'est reconnue par la Chine nationaliste (pouvoir de Taïwan, par opposition à Chine communiste sur le continent).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le drapeau à cinq couleurs, drapeau national de la République de Chine, de 1912 à 1928, arborant les couleurs des "Cinq races sous une union" (Hans, Mandchous, Mongols, Huis et Tibétains). Après 1935, ce drapeau fut utilisé par plusieurs gouvernements collaborateurs chinois mis en place par les Japonais.

Ce régime est l'héritier des mouvements réformateurs puis révolutionnaires-républicains chinois, incarnés par Sun Yat-sen. La révolution chinoise de 1911 renverse l'Empire, la République étant proclamée le 1er janvier 1912, et confirmée par l'abdication de Puyi.

Mais la nouvelle République sombre dans l'instabilité politique dès ses premières années : les révolutionnaires ont dû céder la présidence de la République à Yuan Shikai, chef de l'armée, en échange de son soutien. Le gouvernement est de facto sous le contrôle des militaires de l'armée de Beiyang, d'où son surnom de gouvernement de Beiyang. Yuan Shikai réalise un coup d'État en 1913 et tente de rétablir l'empire à son profit. Son échec, rapidement suivi de son décès, laisse la Chine sans gouvernement central fort. La Chine connaît une période de confusion et de conflits internes dus aux seigneurs de la guerre, le pays étant la proie de factions militaires rivales qui se disputent le pouvoir. Sun Yat-sen, chef du Kuomintang, établit un gouvernement militaire à Canton dans le but de rétablir l'ordre en Chine, mais n'obtient pas de reconnaissance internationale, étant uniquement soutenu par l'Union soviétique.

En 1926, après la mort de Sun Yat-sen, le pouvoir revient de fait à Tchang Kaï-chek, commandant de l'Armée nationale révolutionnaire, qui établit son autorité sur le Kuomintang. Il lance l'expédition du Nord, qui lui permet de soumettre les seigneurs de la guerre et de revendiquer la souveraineté sur l'ensemble de la Chine. Mais entretemps, le Kuomintang a rompu avec ses alliés du parti communiste chinois  : la guerre civile entre communistes et nationalistes débute dès 1927. Les communistes contrôlent en Chine certains territoires, que les nationalistes réduisent militairement au fil des années. Le régime prend à partir de 1928 l'aspect d'une dictature militaire dominée par Tchang Kaï-chek qui demeure chef de l'armée, y compris dans les périodes où il n'est pas officiellement chef de l'État ou du gouvernement ; le Kuomintang est parti unique et les institutions fonctionnent avec une constitution provisoire.

Le pays est parallèlement en butte à la politique expansionniste du Japon : en 1931, l'Empire du Japon envahit et annexe la Mandchourie. En 1937, il envahit la partie orientale du pays, ouvrant la voie à huit ans de guerre. Une trêve avec les communistes est conclue, pour combattre ensemble l'envahisseur. Avec l'extension en Asie de la Seconde Guerre mondiale, le régime de Tchang Kaï-chek entre dans le camp des Alliés.

La guerre civile avec les communistes reprend peu après la fin du conflit contre les Japonais. Le régime nationaliste tente de stabiliser ses institutions en adoptant une nouvelle constitution, mais les troupes du parti communiste chinois prennent l'avantage et repoussent bientôt celles du Kuomintang dans l'ensemble du pays. Mao Zedong proclame la République populaire de Chine le 1er octobre 1949 ; en décembre 1949, la classe politique et le reste de l'armée de la République de Chine, accompagnés d'un exode de population, s'exilent « provisoirement » sur l'île de Taïwan, reprise aux Japonais en 1945, où le gouvernement nationaliste se maintient jusqu'à nos jours.

Étant officiellement la continuation directe de la première République, il continue de réclamer la pleine souveraineté sur l'ensemble du territoire chinois, mais ne parvient pas à en retrouver le contrôle. Le régime taïwanais s'ouvre progressivement à la démocratie et accède à la prospérité économique, mais le statut de Taïwan demeure un problème géopolitique important.

Démographie[modifier | modifier le code]

En héritant officiellement de l'empire Qing, la République était chargée d'environ 600 millions d'hommes dans la deuxième décennie du XXe siècle. Mais les conflits internes (Seigneurs de Guerre) et externes (Guerre sino-japonaise) limitent le contrôle réel du territoire, et déciment les populations (batailles, famines dues à la guerre).

Lorsque les Japonais capitulent, en 1945, la République alors contrôlée par le Kuomintang était encore rongée par les divisions internes. Le gouvernement officiel est défait en 1949 par le Parti communiste chinois et s'est exilé sur l'île de Taïwan. En 2005, l'île compte environ 23 millions d'habitants sous la responsabilité de la République de Chine.

Territoire[modifier | modifier le code]

En héritant officiellement de l'empire Qing dépecé par les pays étrangers (Royaume-Uni, France, États-Unis, Japon, Russie, Allemagne) qui y ont des zones d'influence et des concessions extra-territoriales, la Chine a abandonné de nombreux comptoirs, de nombreux « vassaux » (Corée, Viêt Nam), la côte nord-est de l'embouchure du fleuve Amour (Heilongjian) à Vladivostok cédée à la Russie en 1858, et les îles du Pacifique telles Taïwan et les Pescadores cédées au Japon en 1895. La République est donc purement continentale, ou quasiment.

Les conflits internes contre les « seigneurs de la guerre », la création du Mandchoukouo en Mandchourie par le Japon en 1931, puis les conquêtes japonaises de la guerre sino-japonaise de 1937 à 1945 réduisent à chaque fois le territoire républicain. En 1945, la défaite japonaise permet de recouvrer de nombreux territoires au Nord et sur le littoral. La République libère Taïwan au nom de l'ONU, et y gagne de nombreuses petites îles.

Mais les communistes ont créé de nombreuses zones autonomes, qui finalement refoulent le Kuomintang et la République hors du continent. Les îles de Taïwan, de Hainan, et toute la série des îles du Pacifique sont bientôt le seul territoire sous contrôle de la République de Chine.

Lorsque Hainan tombe, abandonnée car indéfendable, seules restent sous la République :

Aujourd'hui, Taïwan fait face à la volonté de la République populaire de Chine d'annexer son territoire.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]