Mandchous

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Cet article concerne le peuple mandchou. Pour la langue mandchoue, voir Mandchou.
Le mot Manju en mandchou

Les Mandchous sont un peuple d'Asie vivant principalement en Mandchourie. Les Jurchens prirent le nom de Mandchous quand ils envahirent la Chine au XVIIe siècle.

Démographie[modifier | modifier le code]

Leur population dépassait les dix millions de personnes en 2000[1].

Culture[modifier | modifier le code]

Nobles dames mandchoues, vers 1900.

Langue[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mandchou.

La langue mandchoue (en chinois : 滿語) fait partie des langues toungouses, elles-mêmes membres hypotétiques du groupe des langues altaïques ou turco-mongoles. Il est donc possible qu'elle ait des origines communes avec le coréen, le mongol et les langues turques.

Organisation sociale et militaire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Huit Bannières.

Après l'unification par Nurhachi des tribus mandchoues, celui-ci mit en place les « Bannières » (en mandchou : jakūn gūsa, en chinois : 八旗 baqí), divisions administratives dans lesquelles toutes les familles mandchoues se trouvaient réparties.

Elles structuraient non seulement l'organisation militaire mandchoue, mais aussi l'ensemble de la société mandchoue[2] : en effet, tout Manchou, homme ou femme, appartenait à une Bannière, et cette appartenance était héréditaire. Ce rôle se renforça encore après la conquête de la Chine, où le système des Bannières servit à la dynastie des Qing pour préserver l'identité mandchoue (en particulier par le système des « mariages dirigés »), tout en se dotant d'institutions civiles et militaires permettant de contrôler la Chine

La pièce élémentaire dont étaient constituées les Bannières était la compagnie (mandchou : niru ; chinois : 佐領 zuoling). Certaines de ces compagnies traduisaient les liens familiaux ou tribaux qui existaient entre leurs membres à l'origine, alors que d'autres s'affranchissaient délibérément de ces liens, de façon à créer une force militaire plus centralisée. Chaque compagnie devait en principe fournir 300 hommes pour servir dans la grande Bannière à laquelle elle appartenait.

Religion[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Jeune Mandchou en costume traditionnel.

À l'origine, les Mandchous se nommaient Jurchen (女真, nǚ zhēn en mandarin) également Jürchet, Djürchen, Djurchet, etc. (le -t correspond à un -d final, forme mongole du pluriel). Ce peuple, une des branches des peuples toungouses, se forma au XIe siècle (première mention en 1069), renversa en 1115-1125 la dynastie Liao, qui régnait sur la Chine du nord et provenait du peuple des Khitan, également originaire de Mandchourie, et fonda à la place la dynastie Jin 金. Leur langue était également une forme ancienne du mandchou.

Le nom de Mandchous a été officiellement adopté par Nurhaci en 1635, mais il était utilisé au moins depuis 1605. Le fils de Nurhaci, Huang Taiji interdit même l'usage de l'ancien nom, les Jurchens. La signification originelle du terme n'est pas établie de façon certaine, mais il semble que c'est l'ancien nom Jianzhou des Jurchens. Une autre théorie avance que les Mandchous, comme de nombreux autres peuples toungouses, tirent leur nom du mot toungouse mangou, signifiant « grande rivière ». Enfin, certains estiment que le nom de Mandchous provient du bodhisattva Manjusri, dont Nurhaci se disait la réincarnation.

Jusqu'au XVIIe siècle, les Mandchous sont un peuple d'éleveurs nomades, vivant de chasse et de cueillette, de pêche ; ils commencent l'élevage du porc et font quelques essais d'agriculture.

Au XVIIe siècle, les Mandchous envahissent la Chine[3].

Après leur victoire, ils ont commis de nombreux massacres dans les différentes régions de la Chine[4],[5],[6],[7],[8].

Fondation de la dynastie des Jīn postérieurs[modifier | modifier le code]

À partir de 1583, Nurhachi, après la mort de son père Taksi, commença son entreprise d'union des différentes tribus jurchen sous son autorité. En 1599, il réforma l'écriture mandchoue en adoptant un système dérivé de l'écriture mongole. En 1601, il entreprit une réforme de l'organisation socio-militaire des Mandchous en créant quatre bannières, chacune symbolisée par une couleur différente : le jaune, le rouge, le bleu et le blanc. En 1615, il ajouta quatre nouvelles bannières, instituant définitivement le système des Huit Bannières. L'année suivante, il fonda la dynastie des Jin postérieurs (後金 Hòu Jīn) et prit le titre de Khan.

La dynastie Qing[modifier | modifier le code]

Durant la conquête mandchoue, ils envahirent la Chine et fondèrent la dynastie Qing, qui régna sur la Chine durant près de trois siècles jusqu’à ce qu’en 1911, Sun Yat-sen proclame la République. Durant la dynastie Qing, la Chine manque la révolution industrielle et l'écart de niveau de vie avec les pays occidentaux s'accrut considérablement, alors qu'il était quasi nul au XVIIIe siècle.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Carte du Mandchoukouo

En 1931, l'Empire du Japon envahit la Mandchourie ; l'année suivante, les Japonais créèrent l'État du Mandchoukouo (Nation de Mandchourie), dirigé par le dernier empereur Qing, Puyi. Conçu officiellement comme un État destiné à l'ethnie mandchoue, le Mandchoukouo comptait cependant une majorité de Hans dans sa population, du fait de la domination numérique de cette ethnie en Chine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 10 682 262 exactement selon le recensement de 2000 : (en)(zh) China Statistical Yearbook 2003, p. 48
  2. Mark C. Elliot : The Manchu way: The 8 Banners and ethnic identity in late imperial China. Stanford, Stanford University Press, 2001, Préface.
  3. Le chef des Mandchous Nurhaci, dont quatre membres de sa famille, sont tués quand ils attaquent le Nord-Est de la Chine ; il est aidé par le général Li Chengliang, ce dernier lui a fourni des matériels de survie et des armes, et Li a vaincu toutes les tribus mongoles et d'autres peuples nomades, sauf celui de Nurhachi. Après la mort de Li Chengliang, Nurhachi dirige ces peuples, quelques dizaines de milliers d'hommes équipés de chevaux et d'armes, ils attaquent la ville de Jinzhou, Ningyuan, Pidao, Shenyang, et le Shanhai Pass. Par exemple, dans leurs écrits, il est dit : « lors de cette guerre nous avons volé 970 000 hommes et animaux »
  4. 《嘉定乙酉纪事》《明清档案》《江变记略》 《清代西人见闻录》de 杜文凯《在联合省的东印度公司出师中国鞑靼大汗皇帝朝廷》de John Nieuhoff
  5. 《在联合省的东印度公司出师中国鞑靼大汗皇帝朝廷》de John Nieuhoff : « 鞑靼全军入城之后,全城顿时是一片凄惨景象,每个士兵开始破坏,抢走?切可以到手的东西;妇女、儿童和老人哭声震天;从11月26日到12月15日,各处街道所听到的,全是拷打、杀戮反叛蛮子的声音;全城到处是哀号、屠杀、劫掠;凡有足够财力者,都不惜代价以赎命,然后逃脱这些惨无人道的屠夫之手。»
  6. 《李朝实录》(par les Coréens): « 时奴贼既得辽阳,辽东八站军民不乐从胡者,多至江边…… 其后,贼大至,义民不肯剃头者,皆投鸭水(鸭绿江)以死。 » traduction : Quand les barbares ont vaincu la ville de Liaoyang, les militaires et civils de 8 villes de l'Est de la province de Liaoning qui n'obéissent pas aux envahisseurs vont au bord du fleuve… Ensuite, quand les barbares arrivent, les gens qui ne veulent pas qu'on leur rase les cheveux sont tous jetés dans la fleuve de Yalujiang et meurent.
  7. Écrits des Mandchous : 顺治七年十二月(date)清宣大山西总督(titre)佟养亮(nom) : « 大同、朔州、浑源三城,已经王师屠戮,人民不存 »! trad : Les villes de Daton, de Shuozhou et de Hunyuan, sont déjà toutes passées par notre grande armée, aucune personne ne vit encore. 《明清档案》第十一册,A11-20 et 《朔州志》: « 城破,悉遭屠戮 » trad. : la ville {de Shuozhou} est assaillie, tous les habitants sont tués
  8. 《广州市志》,《广东通志》,《鞑靼战纪》du missionnaire italien Martin Martini,1614~1661 : « 大屠杀从11月24日一直进行到12月5日。他们不论男女老幼一律残酷地杀死,他们不说别的,只说:‘杀!杀死这些反叛的蛮子! » trad. : le massacre dure du 24 novembre jusqu'au 5 décembre, ils tuent de façon cruelle tous les habitants, des hommes, des femmes, ainsi que les enfants et aînés, ils ne disent que : « tuez ! tuez ces désobéissants ! »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]