Années 1910

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

19101911191219131914
19151916191719181919

Décennies :

1890 · 1900Années 19101920 · 1930

Siècles :

XIXe siècleXXe siècleXXIe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Les années 1910 couvrent la période de 1910 à 1919.

Événements majeurs[modifier | modifier le code]

Révolutions[modifier | modifier le code]

Guerres et conflits[modifier | modifier le code]

Catastrophes naturelles et évènements climatiques[modifier | modifier le code]

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

  • En Chine, la crue du Yangtsé en juillet 1911 fit environ 100 000 victimes[1], puis un cyclone en août 1912 au Port de Wenzhou fit environ 50 000 victimes[1].
  • Une crue fit également d'importants dégâts matériels à Paris en janvier 1910. 150 000 habitants furent sinistrés[2].
  • Le 13 janvier 1915, en Italie (Avezzano), un séisme fit environ 32 000 morts[1].
  • Le 21 janvier 1917, un séisme à Bali en Indonésie fit près de 15 000 victimes[1].

Événements climatiques[modifier | modifier le code]

Catastrophes liées aux activités humaines[modifier | modifier le code]

Enjeux sanitaires et sociaux[modifier | modifier le code]

La Grippe de 1918, surnommée « grippe espagnole », fit plus d'un milliard de malades (soit 50 % de la population mondiale de l'époque) et plus de 30 millions de mort[2]. Les famines et épidémies de typhus firent également des millions de morts ; en Russie, on estime le nombre de victime à 5 millions par la famine et plus de 2,5 millions par l'épidémie de typhus de 1914 à 1921.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Art, culture et vie intellectuelle[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1910 en arts plastiques.
Pablo Picasso (coiffé d’une casquette), entouré d’une équipe de décorateurs, assis sur le rideau de scène qu’il a créé pour Parade, un ballet de Léonide Massine, sur une musique d'Erik Satie et un poème de Jean Cocteau, créé en 1917 par les Ballets russes au théâtre du Châtelet à Paris.
Pablo Picasso (coiffé d’une casquette), entouré d’une équipe de décorateurs, assis sur le rideau de scène qu’il a créé pour Parade, un ballet de Léonide Massine, sur une musique d'Erik Satie et un poème de Jean Cocteau, créé en 1917 par les Ballets russes au théâtre du Châtelet à Paris.
  • En 1911, Serge de Diaghilev fait de la compagnie des Ballets russes une troupe privée indépendante qui se fixe à Monte-Carlo, Paris et Londres. Y collaborent certains des danseurs et chorégraphes fondateurs de l'art de la danse du XXe siècle, et aussi des musiciens et peintres majeurs.
  • En 1913, paraît Totem et Tabou de Sigmund Freud, et en 1917 Introduction à la psychanalyse du même auteur.
  • En 1916, est créé à Zurich, Dada, un mouvement intellectuel, littéraire et artistique, rapidement international, qui se caractérise par une totale et radicale remise en cause de toutes les conventions et contraintes idéologiques, esthétiques et politiques.

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Au cours des années 1910, Hollywood devient le principal centre de production du cinéma américain, qui passe de l’artisanat à une quasi industrie.

Religion[modifier | modifier le code]

  • Résurgence du culte bwiti chez les Fangs au Gabon et en Guinée espagnole, quand ils entrent au contact des Blancs. Les prêtres fang racontent que Zame ye Mebege, fils du dieu unique Mebege, créateur de l’univers, aurait été envoyé sur terre pour enseigner les hommes : il parle d’abord à l’homme blanc, qui écoute attentivement son message, puis se tourne vers l’homme noir, mais ne peut achever son discours et est rappelé au ciel avant d’avoir pu livrer l’essentiel de son enseignement. Cette inégalité de connaissance permet à l’homme blanc de gouverner le monde. Les croyants du bwiti préconisent un retour à la vie ancestrale.

Économie & société[modifier | modifier le code]

Le monde en 1910
  • En 1913, la valeur du commerce international a quadruplé depuis 1870.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Les exportations minières représentent plus de 80 % des exportations sud-africaines. La production de diamants représente 70,92 % de la production mondiale, celle de l’or 50,9 % en 1921, 51,4 % en 1930. En 1913, 15 % seulement du capital des compagnies minières est détenu par des Sud-africains, mais 40 % dans les années 1930.
  • Effondrement du commerce transsaharien. Les nomades doivent se sédentariser.

Asie[modifier | modifier le code]

  • Afghanistan : le commerce russe atteint 38 % des importations de Kaboul, contre 62 % pour le commerce britannique en 1914.
  • L’industrie du jute en Inde est au premier rang mondial.
  • L’Indonésie représente 10 % du revenu national néerlandais.
  • La Grande Guerre favorise les exportations vers l’Asie, qui ne sont plus assurées par les pays d’Europe. Les prix mondiaux montent, enrichissant les milieux d’affaire mais faisant baisser le niveau de vie des Japonais.

Amérique[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

  • La production de pétrole quadruple aux États-Unis de 1913 à 1929 de 33 à 138 millions de tonnes par an.
  • Production de 25 millions de tonnes d’acier, de 500 000 tonnes de cuivre (électricité).
  • Dix millions de Noirs américains, dont 9 millions vivent dans le Sud.
  • Les revenus des travailleurs noirs correspondent au tiers de ceux des Blancs. Huit millions de femmes travaillent (4 millions en 1890). Elles représentent le cinquième de la main-d’œuvre totale.
  • Naissance du jazz dans La Nouvelle-Orléans.

Amérique latine[modifier | modifier le code]

  • En 1913, les États-Unis ont investi au Mexique 25 % de leurs capitaux exportés et contrôlent 70 % de l’industrie pétrolière et 80 % des actifs ferroviaires.
  • L’argent représente un tiers des recettes d’exportation du Mexique dans les années 1910, l’or compte pour 15 %, le cuivre et l’agave pour 10 % chacun.
  • 19 205 kilomètres de voies ferrées au Mexique.
  • De 80 % à 95 % des paysans mexicains sont dépourvus de terres. 8 341 haciendas regroupent plus de cinq millions d’habitants. Les peones, réduit à l’état de quasi-servage, s’endettent à vie dans les tiendas de raya que possèdent chaque hacienda. La petite propriété subsiste et de nombreux paysans vont gagner un salaire supplémentaire à l’hacienda. Dans le nord du pays, les grands propriétaires doivent même offrir des terres aux paysans pour qu’ils résistent à l’attrait des salaires offerts aux États-Unis.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Les Pays-Bas comptent 6,163 millions d’habitants.
  • La flotte marchande néerlandaise a doublé depuis 1890. La navigation sur le Rhin a quintuplé.
  • 39,6 millions d’habitants en France, dont 1,2 million d’étrangers. La population stagne avec un taux de natalité de 20,2 ‰ et un taux de mortalité de 19,6 ‰ (1906-1911).
  • France : 40 600 km de chemin de fer, plus 9 600 km de lignes d’intérêt local. 53 000 km de routes nationales et départementales, plus 540 000 km de chemins vicinaux.
  • Espagne : La guerre en Europe déclenche hausse des prix (20 à 120 % pour les produits alimentaires, 50 à 200 % pour les produits industriels entre 1914 et 1920) et baisse du pouvoir d’achat.
  • L’Espagne compte 20 millions d’habitants en 1914.
  • La population portugaise n’atteint pas les 6 millions d’habitants.
  • En 1914, l’aménagement des fleuves italiens fournit 2,5 milliards de kWh d’origine hydraulique. Le reste provient du charbon importé.
  • 17 000 km de voies ferrées en Italie.
  • Le revenu moyen par habitant a triplé en Italie depuis 1860. Dans le Sud, le revenu par tête est la moitié de celui du Nord.
  • L’Empire russe compte 170 millions d’habitants. Le réseau ferré est de 70 000 km

Allemagne[modifier | modifier le code]

  • L’Allemagne compte 67,4 millions d’habitants en 1914.
  • 34 % des Allemands ont moins de 15 ans (pour 25 % de Français). 60 % des Allemands vivent dans des villes de plus de 10 000 habitants. Les 48 villes de plus de 100 000 habitants rassemblent 1/5 de la population totale. L’Allemagne compte 1,26 million d’étrangers dont presque la moitié de Polonais.
  • Le taux de natalité passe de 35,6 0/00 en 1900 à 27,5 0/00 en 1913. Le taux de mortalité de 23 0/00 à 15 0/00.
  • L’Allemagne produit 191,5 millions de tonnes de houille (troisième rang mondial). 63 % vient de la Ruhr, 17 % de la Silésie, 7 % de la Sarre et 2 % de Lorraine. La production de lignite a doublé depuis 1900. La production de coke passe de 11,6 millions de tonnes en 1900 à 32,2 millions (2e rang mondial). La production de minerais de fer du Zollverein est de 36 millions de tonnes (avec le Luxembourg et la Lorraine). L’Allemagne produit 19 millions de tonnes d’acier.
  • En 1914, le mouvement total des échanges à Allemagne a augmenté de 69 % en 10 ans. La flotte marchande compte 3,3 millions de tonneaux.
  • Essor des coopératives agricoles en Allemagne : 27 675 coopératives regroupent 3,5 millions d’exploitants sur 5,7 millions.

Autriche-Hongrie[modifier | modifier le code]

  • Recensement en Autriche-Hongrie (1910) : l’empire compte 51 390 000 habitants dont 55 % en Cisleithanie, 41 % en Hongrie et 4 % en Bosnie-Herzégovine. 23,9 % parlent l’allemand, 20,2 % le hongrois 47,2 % des langues slaves. Les Juifs représentent 4,5 % de la population de l’empire.
  • La Hongrie (sans la Croatie autonome) compte 18,3 millions d’habitants, dont 54,5 % de Magyars, 10,4 % d’Allemands, 10,7 % de Slovaques, 16,1 % de Roumains et plus de 8 % de Ruthéniens, Serbes et autres. Les 900 000 Juifs se déclarent magyars en majorité.
  • Budapest compte 881 600 habitants.
  • Trois millions de Roumains vivent dans l’empire. L’ancienne province de Transylvanie est peuplée d’1,5 million de Roumains, soit 55 % des habitants pour 34 % de Hongrois et Szeklers et 9 % d’Allemands. 600 000 Roumains forment 37 % de la population des pays de Marmaros, Szatmar et Bihar. 835 000 Roumains peuplent le Banat (42 % des habitants), 275 000 la Bucovine (35 % des habitants).
  • 600 usines emploient 89 000 personnes en Slovaquie. L’industrie alimentaire (sucreries, distilleries, minoteries) domine.
  • En Hongrie, le secteur primaire occupe 62,4 % de la population et l’industrie 17 %. 5000 grands propriétaires se partagent 27 % des terres cultivées.
  • Le nombre d’usine en Hongrie est passé de 2500 à la fin du XIXe siècle à 5000 en 1913, avec des effectifs d’ouvriers et d’employés qui ont doublé également (250 000 en 1901, plus de 474 000 en 1913). En tête vient l’industrie alimentaire, puis celles du bois et de la carrosserie, suivies par la construction, la métallurgie et l’industrie mécanique. Le nombre de banques et d’établissements de crédit est passé de 634 en 1890 à 1842 en 1913. Huit grandes banques totalisent 37 % des activités. Le revenu national est passé de l’indice 100 en 1867 à l’indice 453 en 1913.
  • Le réseau de chemin de fer hongrois compte 22 000 km en 1914.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • L’Empire britannique s’étend sur 32 millions de km² peuplés de 450 millions d’habitants.
  • En 1911, le premier Lord de l'Amirauté Winston Churchill décide d'équiper la marine anglaise de chaudières à mazout[4], ce qui initie la dépendance au pétrole dans les pays d'Occident.[réf. nécessaire]
  • En 1913, la Grande-Bretagne assure 14 % de la production industrielle mondiale, au troisième rang derrière les États-Unis (36 %) et l’Allemagne (16 %), mais devant la France (6 %). Elle conserve sa place de leader dans le commerce international (30 % des échanges contre 41 % en 1881).
  • Les exportations et les importations ont plus que sextuplé depuis 1801. Les importations sont dominées par les produits alimentaires (38 %) et les produits de base pour l’industrie, les exportations par les produits manufacturés, à l'exception du charbon (8,7 %). 45 % des exportations se font à destination de l’Europe et des États-Unis. Plus de 60 % des importations en proviennent.
  • En 1914, la sidérurgie produit 30 fois plus qu’en 1815.
  • Le réseau ferroviaire couvre 35 000 km en 1914.
  • L’espérance de vie dépasse 50 ans. Le taux de mortalité est passé de 23 ‰ en 1851 à 15 ‰. La population anglaise entame lentement un processus de vieillissement.
  • Construction de logements municipaux (council flats) pour les classes laborieuses vers 1914 : plus de 8000 à Londres, 2700 à Birmingham, 2300 à Liverpool.
  • Plus d’un Anglais sur deux se rend régulièrement aux bains de mer, provoquant la croissance des villes balnéaires (Blackpool passe de 4 000 habitants en 1861 à 58 000, Bournemouth de 1 900 à 79 000).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d La documentation Française, « Catastrophes naturelles et prévention des risques - Chronologie [à partir de 1902. »], sur ladocumentationfrancaise.fr,‎ 21 janvier 2005 (consulté le 7 octobre 2013).
  2. a et b Jacques Mazeau, Petite encyclopédie des grandes catastrophes naturelles : Du déluge au tsunami, le monde va-t-il plus mal ?, Acropole,‎ octobre 2006, 111 p. (ISBN 2-7357-0269-3).
  3. alain Faujas, « « Le fordisme privilégiait les ouvriers au détriment des consommateurs » », Le Monde,‎ 7 octobre 2013 (lire en ligne).
  4. source.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]