Blue Stockings Society

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anna Laetitia Barbauld, poète et écrivaine Elizabeth Carter, traductrice Angelica Kauffmann, artiste Elizabeth Sheridan, chanteuse Hannah More, écrivaine Charlotte Lennox, écrivaine Catherine Macaulay, historienne Elizabeth Montagu, dirigeante de la Blue Stocking Society Elizabeth Griffith, dramaturge et romancière Use your cursor to explore (or Click icon to enlarge)
Parmi les personnages des Muses au temple d'Apollon de Richard Samuel, on voit les portraits d'Elizabeth Carter (en), d'Angelica Kauffmann, d'Anna Laetitia Barbauld, de Catharine Macaulay, d'Elizabeth Montagu, d'Elizabeth Griffith (en), de Hannah More, d'Elizabeth Ann Sheridan (en) et de Charlotte Lennox[1].
Pointez le curseur sur un personnage pour découvrir de qui c'est le portrait.

The Blue Stockings Society est un mouvement en Angleterre vers le milieu du XVIIIe siècle, pour les enjeux de société et l'éducation. La Société encourage l'éducation et la coopération mutuelle par opposition à l'individualisme qui a marqué la Révolution française.

La Société est fondée au début des années 1750 par Elizabeth Montagu, Elizabeth Vesey ainsi que d'autres en tant que club de discussion littéraire pour femmes, ce qui est une révolution par rapport aux activités traditionnelles non intellectuelles des femmes. Des gens variés étaient invités, tel le botaniste, traducteur et éditeur Benjamin Stillingfleet. Une histoire veut que ce dernier n'ait pas été assez riche pour se payer la tenue formelle qui incluait des bas de soie noire, faisant qu'il ait assisté aux rencontres portant des bas de laine peignée bleue, lesquels faisaient habituellement partie de la tenue informelle quotidienne. Le terme « bas bleus » a fini par faire référence à la qualité informelle des rencontres et l'emphase sur la conversation plutôt que sur la mode[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Portraits parmi les personnages des Muses au temple d'Apollon, Richard Samuel, National Portrait Gallery, consulté en février 2010.
  2. (en) Barbara Brandon Schnorrenberg, « Elizabeth Montagu (1718–1800) », dans Oxford Dictionary of National Biography,‎ 2004 (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]