Années 1950

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :
1950 - 1951 - 1952 - 1953 - 1954
1955 - 1956 - 1957 - 1958 - 1959
Décennies :
1930 1940 - Années 1950 - 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle - XXe siècle - XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire - IIe millénaire - IIIe millénaire

Les années 1950 couvrent la période de 1950 à 1959.
On trouve parfois en français la dénomination en anglais : les fifties, compte tenu du rayonnement économique et culturel des États-Unis, grand vainqueur de la Seconde Guerre mondiale lors de la décennie précédente.

Événements majeurs[modifier | modifier le code]

Guerres et conflits[modifier | modifier le code]

Événements géopolitique[modifier | modifier le code]

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

  • En Chine, des inondations en août 1954 dans le secteur de Dongting firent près de 40 000 victimes, et en juillet 1959, de nouvelles inondations firent environ 100 000 morts[1].
  • Le 9 juillet 1958, un séisme de magnitude 8.2 sur l'échelle de Richter touche la Baie Lituya en Alaska, aux États-Unis. Il provoque un glissement de terrain et une falaise s'effondre dans la mer. Un tsunami s'en suit et détruit toute la végétation alentours (plus d'un million d'arbres). La vague, d'une hauteur estimée à 60 mètres, atteint l'altitude de 525 mètres[2].

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Économie & société[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Formation d’une classe d’indigènes élevée au Congo belge : de 1950 à 1958, les emplois salariés passent de 26 050 à 68 498 dans le secteur privé, de 18 911 à 45 812 dans le secteur public et le nombre d’entreprises indigènes est multiplié par 9, passant de 5 067 à 44 825.
  • 200 millions d’habitants en Afrique (8 % de la population mondiale).
  • Angola : 78 000 Blancs pour 4 millions de Noirs.
  • 140 000 Juifs vivent en Algérie.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • La population de l’Amérique latine passe de 95 millions d’habitants en 1925 à 157 millions en 1950. La population urbaine, qui représentait 30 % du total en 1929, est de 45 % en 1950.
  • L’Argentine, le Brésil et le Mexique représentent 72,4 % de la production industrielle totale de l’Amérique latine. Dans ces trois pays, l’industrie compte pour plus de 20 % du PIB.
  • Grâce à l'importante aide américaine, une longue période de progrès économique et d'enrichissement va s'ouvrir pour le Brésil. Entre 1950 et 1980, le PIB sera multiplié par sept, cependant le revenu par habitant ne sera multiplié que par trois et les inégalités sociales s'accentueront. Le gouvernement brésilien intervient pour accélérer le processus d’industrialisation. Le Brésil possède 20 000 métiers à tisser (coton). La production nationale d’acier représente 66 % de la consommation nationale en 1951. Le Brésil compte 52 millions d’habitants.
  • États-Unis : Le PNB des États-Unis représente 40 % du PNB mondial. Les dépenses pour la défense passent de 13 milliards de dollars en 1949-1950 pour un budget total de 40 milliards à 22 milliards en 1950-1951 et 44 milliards en 1951-1952. Le PIB progresse de 264 milliards en 1950 à 339 en 1952. 11,8 milliards de dollars sont investis à l’étranger.

Asie[modifier | modifier le code]

Le Japon connait une haute croissance de l’économie, qualifiée de « miracle » (8,6 % par an de 1953 à 1973). L’industrie japonaise amorce en grand sa reconstruction.

En Indonésie, au milieu du XXe siècle, 13 % des familles possèdent 82 % des terres et possèdent chacune plus d’un hectare ; 87 % ne possèdent pas de terres ou ont des exploitations de moins d’un hectare.

D'après Angus Maddison, en 1950, la Chine ne produit plus que 4 % du PIB mondial, alors qu'elle était la plus grande puissance en 1820 et qu'elle le redevient au début du XXIe siècle[3].

Europe[modifier | modifier le code]

  • France : poursuite des trente Glorieuses. Les gains de productivité augmentent de 5 % par an en moyenne de 1949 à 1963. Le pouvoir d’achat ouvrier sera multiplié par plus de 2 entre 1949 et 1967 et par 3,2 de 1949 à 1976. La croissance entraûne un un quintuplement de l'indice de la Bourse de Paris.
  • Royaume-Uni : Période de croissance économique remarquable (1951-1964) : le PNB augmente de 2,8 % par an en moyenne et le revenu national passe de 12 à 40 milliards de £. L’inflation reste inférieure à 2,5 % en moyenne. Le taux de chômage ne dépasse pas 2,5 % de la population active. Le revenu par tête passe de 200 à 500 £ et les salaires réels progressent en moyenne de 29 %.
  • Italie : Miracle économique. Le PIB double entre 1951 et 1963 et la production industrielle fait plus que doubler. Cette explosion économique est largement tournée vers l’exportation (Fiat, Olivetti, Montecatini-Edison…). La structure de l’industrie italienne (petites industries) est capable d’évolution rapide, de bien « coller » au marché, et sait accompagner le « boom » des scooters, des machines à laver et des réfrigérateurs. De 1950 à 1970, le revenu par tête augmente en Italie plus vite que dans toute l’Europe à l’exception de la RFA.
  • Allemagne de l'Ouest : Wirtschaftswunder

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La documentation Française, « Catastrophes naturelles et prévention des risques - Chronologie [à partir de 1902. »], sur ladocumentationfrancaise.fr,‎ 21 janvier 2005 (consulté le 7 octobre 2013).
  2. Jacques Mazeau, Petite encyclopédie des grandes catastrophes naturelles : Du déluge au tsunami, le monde va-t-il plus mal ?, Acropole,‎ octobre 2006, 111 p. (ISBN 2.7357.0269.3), p. 54 : « D'une hauteur estimée de 60 mètres, elle dévaste tout sur son passage jusqu'à une altitude de 525 mètres sur le versant opposé. ».
  3. Dominique Lacroix, « Économie numérique : Robots, le retour », sur http://reseaux.blog.lemonde.fr, Lemonde,‎ 3 janvier 2013 (consulté le 4 janvier 2013). Interview de Michel Volle.