Famine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir famine (informatique)

La famine est une situation dans laquelle la population d'une zone géographique donnée, ou seulement une partie de cette population, manque de nourriture. L'état de sous-alimentation est atteint à moins de 1 200 kilo calories par jour par personne, la moyenne normale est de 1 600 (enfant) à 2 900 kcal (adolescent) et peut provoquer la mort .

La famine désigne les peuples qui, à un moment donné de leur histoire, voient nier leur statut social et politique, leurs droits fondamentaux en tant qu'êtres humains[1]. Ainsi la famine est souvent la conséquence d'une politique de misanthropie.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot famine est attesté en 1170 et est un dérivé de « faim ».

Le terme disette est employé pour une situation de pénurie moins grave. Ce terme ne doit pas être confondu lorsqu'il est employé pour désigner une personne souffrant d'anorexie qui s'impose une disette alors que les aliments sont disponibles.

Causes[modifier | modifier le code]

Les causes de la faim dans le monde sont multiples et interdépendantes. De façon pragmatique, elles peuvent être regroupées en deux types d’inaccessibilité à l’alimentation : l’inaccessibilité économique, quand la nourriture est disponible mais trop chère pour que la population puisse l’acheter et l’inaccessibilité physique ou géographique, quand la nourriture n’est simplement pas disponible[2].

Amartya Sen a travaillé sur les causes des famines, et en a déduit que le manque de démocratie est la cause de nombreuses famines : un gouvernement qui aurait à rendre compte de son action devant les citoyens, même dans un pays pauvre, ne laisserait pas se produire une famine[3]. C'est un des facteurs à prendre en compte dans les famines qui se sont déclenchées au XXe siècle, notamment dans les pays communistes.

Ces deux types d’inaccessibilités trouvent leurs causes dans différents facteurs.

Inaccessibilité économique[modifier | modifier le code]

Dans un système de libre marché, les prix sont définis par l’offre et la demande. Quand les prix des denrées alimentaires flambent, les populations des pays les plus pauvres, qui dépensent près de 70 % de leur budget dans l'alimentation[4], perdent l'accès à la nourriture.

La croissance démographique et la croissance des niveaux de vie dans les pays en développement font inéluctablement pression sur la « demande alimentaire ». La croissance des niveaux de vie en Chine ou en Inde permet à ceux qui la vivent d’abord de manger à leur faim puis de passer à un régime plus carnivore et l’élevage est une activité très consommatrice de céréales[5]. Selon les sources, il faudrait jusqu’à 17 kg de céréales pour produire un kilogramme de viande de bœuf[6]. Deux facteurs supplémentaires participent à la pression sur la demande alimentaire: la demande en biocarburants et la spéculation. Avec l’augmentation des prix du pétrole, la production de biocarburants gagne en rentabilité et devient plus attractive pour les investisseurs. Pour se développer, elle a besoin de matières premières végétales qu’elle trouve également sur le marché alimentaire[7]. D’après Nicolas Sarkozy[8] mais aussi Jean Ziegler[9], la spéculation sur le marché des denrées alimentaires est la raison pouvant justifier la flambée des prix connue en 2008[2]. Un dernier facteur doit sans doute être pris en considération lorsque la demande alimentaire est évoquée. Il s’agit du gaspillage. En effet, s’il n’entraîne pas une augmentation de la demande dans le temps, il vient néanmoins gonfler celle-ci et fait donc pression sur les prix. D'après le Programme des Nations unies pour l'environnement[10], la moitié de la production alimentaire mondiale n'est pas consommée[2].

L’évolution du prix du pétrole influence l’offre alimentaire. En effet, dans un système d’agriculture industrielle, cette augmentation entraîne celle les coûts de production à travers le coût des engrais et des pesticides. Enfin, dans un système mondialisé, elle a également un impact sur le coût du transport[11]. L’offre alimentaire, et le libre marché, est également faussé par la concurrence déloyale que se livrent les différents États[12] : les subventions, comme celles octroyées dans le cadre de la Politique agricole commune, en sont un exemple, elles permettent aux agriculteurs qui en profitent de pratiquer le dumping sur les marchés extérieurs. D’autres moyens existent pour fausser la concurrence : quota, droits de douanes ou règles sanitaires…

Inaccessibilité physique[modifier | modifier le code]

Article connexe : Stockage des céréales.

L’inaccessibilité physique (ou géographique) est due en partie au phénomène d’urbanisation vécu par les pays du Sud depuis quelques décennies. La FAO note d’ailleurs que les populations rurales souffrent globalement moins de la faim car elles ont encore accès à un terrain pour produire l’essentiel de leur alimentation[13]. Cette urbanisation est due à la pauvreté des campagnes mais elle est aussi parfois entraînée par les politiques d’expropriation menées par certains États dans le but de revendre les terres à de grands groupes industriels ou à des fonds spéculatifs (Hedge funds)[14]. L’inaccessibilité physique est également due au manque de rendement agricole et aux mauvaises infrastructures du Sud. Des capacités de stockage défaillantes entraînent une détérioration des récoltes. Les voies de transports insuffisantes rendent difficiles l’approvisionnement et le déploiement de l’aide d’urgence en cas de famine. En outre, les retards d’irrigation dans les pays pauvres gardent leurs productions agricoles dépendante à 95 % des pluies[15]. L’outillage rudimentaire des populations rurales pèse sur leurs récoltes au niveau local mais a aussi un impact sur l’offre agricole mondiale[2].

Guerre et problèmes climatiques[modifier | modifier le code]

La guerre et les guerres civiles ainsi que les problèmes climatiques (sècheresses, inondations…) impactent la sous-alimentation à de nombreux niveaux. Les conflits entraînent souvent la déportation des populations. Ils empêchent donc la culture des champs mais aussi l’utilisation des récoltes. S’ils ne détruisent pas les infrastructures, ils empêchent ou en rendent dangereuse leur utilisation. Il en va de même pour les problèmes climatiques[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Victimes de la famine russe de 1921

La famine est un problème ancien : la Bible y fait référence comme un des Quatre cavaliers de l'Apocalypse.

Dans le passé, l'arme de la famine est souvent utilisée dans le siège des villes pour obtenir la reddition sans combat (comme lors du siège d'Alésia). La politique dite de la terre brûlée utilise de la même manière la famine dans un but défensif.

Grandes famines[modifier | modifier le code]

Dans l'Antiquité en Égypte les famines sont principalement provoquées par la trop faible ou forte crue du Nil.

Les famines au Moyen Âge interviennent lorsque les récoltes sont mauvaises, en particulier pendant la soudure. Le facteur météorologique est aggravé par la guerre et le passage dévastateur des soldats dans les champs (comme durant la guerre de Cent Ans). Les pauvres sont toujours les plus touchés. Les villes organisent le ravitaillement en blé, venu parfois de loin et à fort coût. La famine rend les corps plus faibles face aux épidémies. Le lettré Raoul Glaber a laissé un témoignage écrit de la famine qui a sévi en Bourgogne vers 1033. Dès lors la famine est un problème récurrent. Les Occidentaux vivent dans la « hantise de la faim » selon l'expression de Jacques Le Goff[16]. Pourtant aux XIIe et XIIIe siècles, les grandes famines sont plus rares[17].

La grande famine de 1693-1694 est due à un printemps et un été trop pluvieux en 1692, suivis en 1693 d'une récolte très médiocre, causant une sous-alimentation qui favorise les épidémies comme le typhus. Elle se produit sur fond de guerre de la Ligue d'Augsbourg, de relèvement de la taille et de création, en 1695, d'un nouvel impôt, la capitation. La France, qui avait alors 20 millions d’habitants, eut 1.300.000 morts en plus de la mortalité normale. L'historien François Lebrun, professeur à Rennes II estime même que la population française est passée de 22,25 à 20,75 millions d’habitants en deux ans, entre 1692 et 1694, soit un total d’un million et demi de morts. Dans la même période on peut citer les disettes et famines de 1660 à 1664 durant 5 années de suite, 1698-1699-1700[18], 1709-1710.

La famine irlandaise de la pomme de terre entre 1845 et 1851 fait entre 750 000 et un million de morts, soit le huitième de la population et pousse deux millions d'Irlandais à émigrer en Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Canada, en Australie et en Nouvelle-Zélande.

Famine en Éthiopie (1888-1892)[19].

La famine russe de 1891-1892 fait 2 millions de morts le long de la Volga, dans l'Oural, et jusqu'à la Mer Noire. Elle fut imputée à un hiver et un été secs mais aussi à la forte natalité et à la stratégie économique de l'Empire russe dont les exportations de blé, qui pouvaient alimenter suffisamment ces régions, n'ont pas été détournées au profit des affamés.

La famine de 1899 au Kenya central a tué selon les estimations, très difficiles, entre 50 % et 90 % de la population de cette région.

La famine russe de 1921 a fait environ 5 millions de victimes, essentiellement dans la région Volga-Oural.

La famine soviétique de 1932-33 a fait entre 6 et 8 millions de morts à travers toute l'URSS. La partie de cette famine qui a eu lieu en Ukraine est aussi appelée Holodomor (« extermination par la faim ») depuis la fin des années 1980. De manière controversée[20],[21], le Parlement ukrainien a voté la qualification de génocide pour le Holodomor le 28 novembre 2006[22].

Le Régime nazi avait réservé aux territoires d'Ukraine et de Russie Blanche une politique de famine planifiée par le ministre de l'alimentation du Reich, Herbert Backe; la défaite avorta ce plan. lire Generalplan Ost.

Le siège de Leningrad (Union soviétique) par les armées de l'Allemagne nazie, du 8 septembre 1941 au 27 janvier 1944, a fait environ 1 million de victimes (sur les 2.9 millions d'habitants de la ville), l'écrasante majorité (97 %) étant mortes de faim[23].

Les famines récentes[modifier | modifier le code]

Famine de 1992 en Somalie, une crise sanitaire aux impacts tant économiques que sur la santé des habitants.

En 2005 selon la FAO environ 16 000 enfants dans le monde meurent par jour de maladies liées à la faim et à la malnutrition.

Les organisations de lutte contre la famine[modifier | modifier le code]

Réchauffement climatique[modifier | modifier le code]

  • 2009. Selon les dernières estimations de David Battisti (Université de Washington, Seattle) et Rosamond Naylor (Université Stanford), la sécurité alimentaire de 3 milliards d'hommes serait menacée d'ici à 2100. En se basant sur 23 modèles climatiques, la grande majorité du globe connaitra des températures estivales caniculaires dépassant les précédents records (1900, 2006). En climat tempéré, les températures connues en 2003 pourraient devenir la norme. Ainsi, en 2003, un excès de température de 3,6 °C par rapport aux températures moyennes de saisons avait fait diminuer les rendements agricoles de 30 % pour le maïs, 21 % pour le blé et 25 % pour les fruits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Sylvie Brunel, ouvrage] Famines et politiques
  2. a, b, c, d et e AllWeWish.org, les causes de la faim dans le monde, consulté le 22/09/2011
  3. Does Democracy Avert Famine?
  4. "Price Volatility in agricultural Markets", Policy Brief, FAO, december 2010, disponible en ligne
  5. "Perspectives du marché de la viande en Chine 2011-2015", Ministère canadien de l'agriculture, Service d'exportation agroalimentaire, juillet 2010
  6. "Frères humains, devenez végétariens", Doan Bui, Le Nouvel Observateur, 05/2008
  7. "Production de biocarburants", Agricultural Outlook, OCDE, consulté le 01/09/2011
  8. "Présentation de la présidence française du G20 et du G8" (Conférence de presse), Nicolas Sarkozy, 24 janvier 2011
  9. Jean Ziegler et Cathy Ceïbe, « Ne parler que du climat est une hypocrisie totale » l’Humanité, 26 juillet 2011
  10. Programme des Nations Unies pour l'Environnement « Une révolution verte pour nourrir le monde », 17 février 2009
  11. "La Hausse des Prix Alimentaires, Causes et conséquences", OCDE
  12. « Les causes de la faim: Examen des crises alimentaires qui secouent l’Afrique », Document d’information Oxfam, juillet 2006
  13. Site de la FAO, consulté le 01/09/2011
  14. « En pleine famine, l’Éthiopie vend ses terres fertiles à des multinationales » PIAB, RTBF, 31 juillet 2011
  15. International Water Management Institute « L’eau pour l’alimentation. L’eau pour la vie », traduit par le Bureau Régional de la FAO pour l’Afrique.
  16. La civilisation de l'Occident médiéval, p. 205-214
  17. p 213
  18. Encyclopédie méthodique: Agriculture, Volume 3,Partie 1 Par Alexandre Henri Tessier
  19. a et b Philippe Hugon, Géopolitique de l’Afrique, Armand Colin, Paris, 2007, (ISBN 9782200346768), p.85
  20. « Comment les nationalistes ukrainiens réécrivent l’histoire », Le Monde diplomatique, août 2007.
  21. L'Holodomor de 1932-1933, une tragédie partagée, RIA Novosti 25 novembre 2008
  22. Hélène Despic-Popovic, « Kiev reconnaît la grande famine comme génocide » dans Libération du 29/11/2006, [lire en ligne]
  23. Les 900 terribles jours de la vie de Leningrad, infographie de Ria Novosti.
  24. Paul Greenough. Prosperity and misery in modern Bengal : the famine of 1943-44, Bayly & Harper, 1982.
  25. Güllü Karanfil, Parlons Gagaouze : Une langue de Moldavie, "Introduction". L'Harmattan, 2010.
  26. Histoire du Tibet, Laurent Deshayes, Fayard, 1997 (ISBN 978-2213595023) pp. 330-331
  27. Yang Jisheng, Stèles. La Grande famine en Chine, 1958-1961, Seuil, 660 p., 2012.
  28. Jean-François Revel, L’obsession anti-américaine, Paris, Plon, 2002, ISBN 2-259-19449-4, page 234
  29. Article du Monde du 1er aout 2005 intitulé L'aide internationale arrive lentement)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hugues Stoeckel : La Faim du Monde (2012)
  • Étienne Thévenin : Ces famines qui ont bouleversé notre monde, Du XIXe siècle à nos jours, CLD Éditions (2008) (ISBN 978-2-85443-530-6)
  • François de Ravignan : La faim, pourquoi ?, La Découverte (2003)
  • Sylvie Brunel : Famines et politique, Presses de Sciences Po. (2002) (ISBN 2-7246-0873-9)
  • Action contre la faim, sous la coord. de Sylvie Brunel : Géopolitique de la faim (2001) (ISBN 2-13-050132-X)
  • Erik Millstone, Tim Lang & Axel Drescher : Atlas de l'alimentation dans le monde, Autrement (2003), traduction Catherine Bednarek, (ISBN 2-7467-0292-4)
  • Sen Amartya : Poverty and Famines : An Essay on Entitlements and Deprivation, Oxford, Clarendon Press, 1982
  • Marcel Lachiver : Les Années de Misère, La Famine au temps du Grand Roi, Fayard 1991

Liens externes[modifier | modifier le code]