Émeute de Hibiya

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Manifestants durant l'émeute.

L'émeute de Hibiya (日比谷焼打事件, Hibiya Yakiuchi Jiken?) a lieu à Tokyo le 5 septembre 1905 en protestation aux termes du traité de Portsmouth qui mettait fin à la guerre russo-japonaise de 1904-05.

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien que la marine impériale japonaise ait remporté une victoire décisive sur la marine impériale de Russie à la bataille de Tsushima, et que l'armée impériale japonaise ait capturé Port-Arthur et vaincu l'armée impériale russe à la bataille de Moukden, les forces japonaises sont débordés en Mandchourie, et l'économie japonaise ne peut plus fournir un effort de guerre prolongé. Ignorant la situation réelle de la guerre, plusieurs groupes activistes organisent une manifestation au parc d'Hibiya dans le centre de Tokyo pour protester contre ce qu'ils considèrent comme des termes humiliants du traité de Portsmouth, annoncé plus tôt dans le journée. Les protestants sont particulièrement en colère que les gains territoriaux du Japon dans la péninsule du Liaodong et de la partie Nord de Sakhaline soient rendus à la Russie, et que le gouvernement de Russie n'ait pas à payer des indemnités de guerre au Japon.

Une foule commence à se diriger vers le parc d'Hibiya dans la soirée du 5 septembre 1905 pour découvrir que la police à interdit le rassemblement et a barricadé les portes du parc. La foule compte finalement environ 30 000 personnes, mais la police refuse toujours d'ouvrir les portes. Les manifestants s'échauffent quelque peu et commencent à marcher vers le palais impérial, tout en saccageant la ville pendant les deux jours suivants.

Destructions après l'émeute.

Avant que l'ordre ne soit finalement restauré, les protestants en colère détruisent ou endommagent plus de 350 bâtiments, dont le domicile du ministre des Affaires intérieures et 70 % des postes de police de la ville. 17 personnes sont tuées, 450 policiers, 48 pompiers et civils sont blessés, et des centaines de manifestants sont arrêtés. Les nouvelles de la violence à Tokyo provoquent des troubles similaires à in Kōbe et Yokohama et plusieurs manifestations non-violentes, discours, et rassemblements sont organisés dans tout le Japon pendant les mois qui suivent. Cette agitation contribue principalement à la chute du gouvernement de Katsura Tarō le 7 janvier 1906.

L'émeute de Hibiya marque le début d'une période de l'histoire japonaise que les historiens appellent l'« ère de la violence populaire » (民衆騒擾期, minshū sōjō ki?). Durant les 13 années suivantes, le Japon sera secoué par une série de violentes manifestations (neuf émeutes différentes uniquement à Tokyo), culminant avec les émeutes du riz de 1918.

Références[modifier | modifier le code]

  • Shumpei Okamoto: The Emperor and the Crowd: the Historical Significance of the Hibiya Riot; In: Tetsuo Najita, J. Victor Koschmann (en) (Hrsg.): Conflict in Modern Japanese History: The Neglected Tradition (engl.), Princeton University Press, 1982, ISBN 0-691-10137-X