Siège de Sébastopol (1941-1942)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Siège de Sébastopol.
Siège de Sébastopol (1941-1942)
Destructions dans le port de Sébastopol.
Destructions dans le port de Sébastopol.
Informations générales
Date du 30 octobre 1941 au 4 juillet 1942
Lieu Union soviétique, Crimée
Issue Victoire allemande en 1942
Belligérants
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau : Roumanie Royaume de Roumanie
Drapeau du Royaume d'Italie Royaume d'Italie
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Commandants
Drapeau : Allemagne Erich von Manstein
Drapeau : Roumanie Gheorghe Avramescu
Drapeau de l'Italie Francesco Mimbelli
Drapeau : URSS Filipp Oktyabrsky
Drapeau : URSS Ivan Iefimovitch Petrov
Drapeau : URSS Gordey Levchenko
Forces en présence
Le 6 juin 1942 : 203 800 118 000 soldats
Pertes
Pertes allemandes[1]
27 000 au total
4 264 tués
21 626 blessés
1 522 disparus

Pertes roumaines :
8 454 au total
1 597 tués
6 571 blessés
277 disparus

Total : 35 866
95 000 capturés[1]
5 000 blessés
au moins 18 000 tués
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Coordonnées 44° 37′ N 33° 31′ E / 44.617, 33.51744° 37′ Nord 33° 31′ Est / 44.617, 33.517  

Géolocalisation sur la carte : Crimée

(Voir situation sur carte : Crimée)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Sébastopol (1941-1942).

Géolocalisation sur la carte : Ukraine

(Voir situation sur carte : Ukraine)
 Différences entre dessin et blasonnement : Siège de Sébastopol (1941-1942).

Le siège de Sébastopol (du nom de code opération Störfang) est une bataille de la Seconde Guerre mondiale qui se déroula entre le 30 octobre 1941 et le 4 juillet 1942 entre les forces allemandes et soviétiques. L'enjeu était le port de Sébastopol qui était la principale base navale de la flotte de la mer Noire. Il résulte en une victoire allemande.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Campagne de Crimée (1941-1942).
Situation sur le front au moment du siège de Sébastopol.

La base navale soviétique de Sébastopol était l'une des fortifications les plus solides au monde. Son site, profondément érodé, situé sur un promontoire calcaire à la pointe sud-ouest de la Crimée constituait une approche relativement difficile pour des forces terrestres. Les hautes falaises donnant sur la baie de Severnaya rendaient un débarquement amphibie tout aussi dangereux. La marine soviétique avait construit sur ​​ces défenses naturelles de lourdes défenses côtières. Le port était une cible stratégique pour les Allemands. Son importance comme base navale et aérienne potentiel permettrait à l'Axe de mener des opérations maritimes et aériennes contre des cibles soviétiques dans les montagnes ainsi que sur les ports du Caucase. L'armée de l'air soviétique utilisait la Crimée comme base pour attaquer des cibles en Roumanie depuis juin 1941.

Depuis le début de l'opération Barbarossa, la Crimée ne représentait pas un objectif stratégique pour les Allemands. Celle-ci devant tomber une fois le gros de l'Armée rouge détruit sur le Dniepr. Mais en juin, les attaques par des avions soviétiques basés en Crimée contre les raffineries de pétrole de la Roumanie détruisent 11 000 tonnes de pétrole. Hitler décrit la Crimée comme un « porte-avion flottant » et ordonne sa conquête dans la directive 33 du 23 juillet 1941.

À la fin octobre 1941, date à laquelle les Allemands s'apprêtent à lancer une offensive sur Sébastopol, l'Armée du Littoral du général Ivan Iefimovitch Petrov, comprenant 32 000 hommes, arrive dans la ville par la mer depuis Odessa plus à l'ouest, cette dernière ayant été évacuée après d'importants combats. Ivan Iefimovitch Petrov prévoit de stopper la progression allemande sur Sébatospol en créant trois de lignes de défense dans les terres. Entre le 26 septembre et le 16 novembre, la 3e armée roumaine et la 11e armée allemande préparent leur attaque après s'être emparées du reste de la Crimée.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Le port de Sébastopol après la bataille, en juillet 1942.
Évacuation d'un blessé allemand, 22 juillet 1942.

Le siège débute par des pilonnages massifs d'artillerie par la 11e Armée allemande et Luftflotte 4 en juin 1942. Plus de 6 000 tonnes de bombes sont déversées par les bombardiers allemands sur la ville le 2 juin 1942. Ce fût l'occasion pour le mortier Karlgerät(dit mortier Karl) d'effectuer son baptême du feu. Le bombardement terminé, les différents korps de la 11e Armée lancent leur offensive le 7 juin.

Le 17, les Allemands s’emparent de plusieurs forts soviétiques (dont le fort Staline), ceci grâce notamment à l'emploi de Sturmgeschütz III, le corps de montagne roumain emporte succès sur succès et progresse vers l’ouest. Le 21 juin, les Allemands sont à bout de souffle mais les Soviétiques sont complètement désorganisés. Toutefois, l’Armée du Littoral résiste toujours de plus en plus face aux Allemands. Manstein procède alors à une opération audacieuse, infiltrer deux divisions allemandes dans le dos du dispositif soviétique. Son opération est un succès et les Allemands établirent de solides têtes de pont en moins de 10 min.

Le XXX Arméekorps perce la ligne du Sapoun le 29 juin, la garnison soviétique n’a plus d’autre choix que d’évacuer la ville par la Flotte de la Mer Noire. Le 1er juillet, date de sa promotion, von Manstein ordonne l’assaut final, il est élevé à la dignité de Generalfeldmarschall[2].

Le 3 juillet, les lignes soviétiques sont percées. Le 9, les dernières poches de résistance soviétiques dans le sud de la ville cessent le combat.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Mémorial du mont Sapoun.
52 540 soldats et civils soviétiques se virent décernés cette médaille (Pour la Défense de Sébastopol), établie le 22 décembre 1942 par décret du Præsidium du Soviet suprême.

Bien que l'opération fut un succès, elle prit beaucoup plus de temps que les Allemands avaient imaginé. L'opération Fall Blau, la progression du Groupe d'armées Sud vers Stalingrad et le Caucase ne faisait que commencer, et l'offensive allemande n'aurait pas la 11e armée pour les soutenir. Au lieu d'avoir la 11e armée pour l'aider dans sa quête pour capturer Stalingrad, la 6e armée allemande de Friedrich Paulus serait sans soutien crucial qui contribuera finalement à sa défaite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Robert Forcyzk, Sevastopol 1942: Von Manstein's Triumph, page 90
  2. Benoît Le May, Erich von Manstein, le stratège de Hitler, page 249

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Robert Forcyzk, Sevastopol 1942: Von Manstein's Triumph. Osprey, Oxford, 2008. (ISBN 978-1-84603-221-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :