Commerce international

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La poupe du porte-conteneurs géant Colombo Express.

Le commerce international est l'échange de biens, de services et capitaux entre pays. Ce type de commerce existe depuis des siècles (cf. route de la soie), mais il connaît un nouvel essor du fait de la mondialisation économique.

La théorie du commerce international est la branche de l'économie qui étudie et modélise le commerce international.

Par ailleurs il existe un « droit des opérations de commerce international », formalisé notamment par les incoterms de la Chambre de commerce internationale.

Évolution du commerce international[modifier | modifier le code]

Évolution du commerce international depuis 2000. Source : World Trade Monitor.

Ces deux dernières décennies, les échanges commerciaux internationaux ont grandement augmenté, plus particulièrement pour les pays développés, et pour les nouveaux pays industrialisés, favorisant la croissance de ces derniers. Les pays les moins avancés n'ont pas connu une telle hausse des échanges commerciaux internationaux. Le volume du commerce mondial a été multiplié par quinze à partir des années 1950 et 1960 et il a encore triplé entre la chute du Mur de Berlin en 1990 et 2010[1].

Théorie du commerce international[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Théorie du commerce international.

Explications actuelles du commerce international[modifier | modifier le code]

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les accords régionaux sont de différents types, reflétant chacun des degrés d’intégration économiques distincts. On distingue donc six grands types d’organisations économiques régionales :

  • La « zone d’échange préférentielle » qui lève les obstacles au commerce interrégional pour certains produits. et la CEE depuis les années 1960 (pour les hormones par exemple, source de conflit au sein de l’OMC).
  • La « zone de libre-échange » qui est marquée par une suppression des obstacles tarifaires ; exemple de l'ALENA depuis 1994.
  • L'« union douanière » qui combine une libre circulation des marchandises et l’adoption d’un tarif extérieur commun, c’est-à-dire des taxes douanières identiques à chaque pays membre vis-à-vis des pays tiers.

Cette classification est celle proposée en 1961 par Bela Balassa dans The theory of economic integration. On peut y ajouter l’« union politique » : l’Allemagne du XIXe siècle a atteint ce stade en 1870, soit 46 ans après la création d’une union douanière entre différents États allemands, le Zollverein.

Indicateurs[modifier | modifier le code]

  • Exportations de biens et services en pourcentage du PIB ;
  • variation annuelle de la production mondiale par rapport à la variation annuelle du volume des exportations ;
  • volume total des importations et exportations (échanges internationaux) mondiales ;
  • taux d'ouverture des économies (exports + imports divisés par deux fois le PIB).

Impacts[modifier | modifier le code]

Depuis les années 1990 le commerce intrarégional a progressé eu sein de l’ALENA, passant de 42 à 54 % des exportations totales des pays membres, au sein du Mercosur ce chiffre est passé de 9 à 20 % sur la même période, tandis qu’en Europe la part des échanges intracommunautaires n’a guère progressé en dépit d’une intégration croissante, restant toutefois au niveau élevé de 100 % en 2006[2].

Des impacts difficiles à cerner[modifier | modifier le code]

Avant l’entrée en vigueur de l’ALENA en 1994, Paul Krugman (La mondialisation n’est pas coupable) s’interrogeait sur les conséquences de cet accord alors que certains hommes politiques américains prévoyaient la disparition de centaines de millions d’emplois. Selon lui, la portée de tels accords est limitée. En effet les droits de douanes internationaux sont aujourd’hui de l’ordre de 3 ou 4 %, ce qui signifie un faible impact de leur disparition. Dans le cas précis de l’ALENA, l’intégration du Mexique dans une zone de libre-échange avec les États-Unis et le Canada aura surtout comme effet de redonner confiance aux investisseurs financiers en ce pays en proie à des difficultés économiques : une conséquence des comportements irrationnels des acteurs financiers n’ayant que peu à voir avec le commerce international.

En 1950, Jacob Viner (The Custom Union Issue) a tenté de prévoir les conséquences de la constitution d’unions économiques régionales. Elles ont selon lui un double impact sur le commerce international :

  • Elles sont d’abord destructrices de certains flux commerciaux, vu que les partenaires d’une même union économique tendent à réduire leurs importations en provenance des pays tiers. Ce fut par exemple le cas de la Grande-Bretagne vis-à-vis du Commonwealth à la suite de son entrée dans l’Union européenne. La préférence communautaire (une des clauses de la PAC par exemple) supplantant dès lors la « préférence impériale ». Plus récemment l’entrée des pays d’Europe de l’Est dans l’Union européenne risque de nuire aux importations textiles en provenance du Maghreb.
  • Elles sont d’un autre côté créatrices de flux. Elles permettent une collaboration, et donc une spécialisation accrue des différents pays membres qui accroît le commerce international. Elles permettent une meilleure entente et une connaissance accrue des partenaires commerciaux qui apporte confiance et facilité dans les échanges (il est par exemple plus aisé d'organiser un échange avec les Allemands qu'avec les Chinois). Enfin le développement de certains secteurs protégés peut finalement se révéler profitable pour certaines économies étrangères. La politique agricole commune, bien qu’ayant freiné les importations agricoles américaines, a toutefois accru les commandes à ces derniers de matériel agricole.

Finalement il est difficile de conclure quant au côté profitable ou non de la constitution d’espaces économiques régionaux pour la croissance des volumes d’échanges internationaux.

Dangers vis-à-vis du multilatéralisme[modifier | modifier le code]

Les dix principaux pays pour le commerce international.

Il est enfin à noter que la constitution d’espaces économiques régionaux réduit le nombre de négociateurs lors des réunions de l’OMC (l’Union européenne est par exemple représentée en tant que membre de l’organisation), ce qui peut faciliter les accords. En permettant le développement des économies dans un cadre protégé, le régionalisme peut être une étape préalable au multilatéralisme, permettant à certains pays de prendre de l’assurance. C’est ainsi que Mike Moore, ancien président de l’OMC, déclarait que le régionalisme pouvait servir à compléter et à promouvoir le multilatéralisme, mais qu’il ne devait en aucun cas le remplacer. Mais le risque est grand selon lui de voir les économies se refermer sur des zones restreintes de commerce privilégié, encourageant en retour les autres économies à faire de même, spirale négative qui pourrait mener à une contraction des échanges mondiaux et du PIB mondial.

L’autre danger est une focalisation des ensembles économiques régionaux sur leur compétitivité face aux autres grandes économies. Le vocable de « guerre économique » ou la recherche systématique de la « compétitivité » sont les symptômes d’un retour des dogmes mercantilistes, de ce que Paul Krugman appelle la « théorie pop du commerce international ». Cette mentalité qui associe le commerce international à une compétition où il y aurait des gagnants et des perdants se manifeste régulièrement dans les discours politiques liés à la constitution de zone de coopération économique : « il faut faire l’Europe pour faire le poids ! » disent certains. Sur le long terme, la diffusion de ce genre d’idées pourrait nuire au libre-échange et donc au commerce international.

Face au dilemme libre-échange (optimum de second rang) vs protectionnisme (optimum de troisième rang)[3], d'autres pistes sont peut être à explorer. Citons en particulier l'idée d'instauration par l'OMC d'une zone de libre-échange à développement contractuel (en anglais FTCDA[4]), c'est-à-dire une zone où une part (calculée par avance) des revenus nationaux du commerce international seraient systématiquement investis par les états en protection sociale et capital humain afin d'orienter la convergence des rémunérations du travail à un niveau satisfaisant à la fois dans les pays développés et les pays émergents.

Différents types de commerce international[modifier | modifier le code]

Le commerce international comprend toutes les opérations sur le marché mondial. Il est l'organe regroupant les divers pays du monde engagés dans la production des biens destinés aux marchés étrangers.

Le commerce mondial comprend :

  • le commerce de concentration: qui consiste à assembler les petites productions locales ou régionales dans des comptoirs créés à cette fin, en quantités convenables pour être manipulés sur le marche mondial.
  • Le commerce de distribution: consiste à se procurer les marchandises en très grandes quantités sur le marché mondial et à les emmagasiner pour les distribuer aux consommateurs sur le plan mondial.

Le commerce extérieur s'effectue entre les habitants de deux ou plusieurs pays. Il comprend les importations, achats à l'étranger et les exportations, ventes à l'étranger des biens produits à l'intérieur d'un pays.

Le commerce de transit n'est rien d'autre que la faculté accordé à un produit originaire du pays X et destiné à la consommation dans le pays Y, de traverser le pays Z sans acquitter les droits de douane.

On distingue le commerce général qui est l'ensemble de commerce d'importation, d'exportation et de transit, du commerce spécial qui ne comprend que le commerce d'importation et le commerce d'exportation. Il ne comprend pas non plus le commerce en relation avec des zones franches et des entrepots douaniers.

De nouvelles formes de commerce international se développent, comme le commerce de compensation[5] donnant lieu à des contrats non standards dans le cadre de grands marchés publics (définition légale dans l'article XVI de l'Annexe 4b[6] de l'Accord de Marrakech en 1994) :

  • compensations commerciales :
    • troc : échange de marchandises sans transfert financier ni mention de la valeur de la transaction,
    • contre-achat : l'exportateur achète ou fait racheter des produits de l'importateur
    • compensation au sens strict : échange de marchandises avec transfert financier et mention de la valeur de la transaction
  • compensations industrielles :
    • achat en retour (buy-back) : achat par l'exportateur de produits fabriqués par l'importateur et directement liés techniquement aux biens exportés
    • accords d'offset (en) : l'exportateur associe l'importateur à la fabrication du produit vendu (coproduction, sous-traitance ou transfert de technologie)

Études économiques[modifier | modifier le code]

Pour favoriser les exportations, de nombreux organismes gouvernementaux publient sur internet des études de marché par secteur et par pays étranger. Ces études sont plus ou moins accessibles et souvent gratuites (des profils peuvent être demandés).

Liste d'organismes gouvernementaux par pays :

L'USDA (department of Agriculture) publie des études sur les secteurs Agriculture, et Agroalimentaire

Agriculture et Agroalimentaire Canada publie des études internationales en français sur son secteur.

  • France : Ubifrance est l’organisme coordinateur de l’action gouvernemental pour l'exportation. Il publie des études payantes sur son site ubifrance.fr.

L’AFII publie des études sur la France pour les entreprises étrangères désirant investir en France.

Sites internet diffusant les études de plusieurs organismes : Globaltrade.net, issu d'un Private Public Partnership entre l'USCS et la Federation of International Trade Associations (FITA) [7], publie librement sur son site des études de l'USCS, l'USDA, Agriculture et Agroalimentaire Canada, UK Trade & Investment, HKTDC[8] et d'organismes non gouvernementaux. Elles sont classées suivant deux critères de tri : par pays étudié et par industrie ou sujet.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Source : World trade monitor [1]
  2. OMC, Statistiques du commerce international 2007
  3. Krugman P., « The Narrow and Broad Arguments for Free Trade », dans American Economic Review, Papers and Proceedings, 83(3), 1993 ; may et Krugman P., Peddling Prosperity: Economic Sense and Nonsense in the Age of Diminished Expectations, New York, W.W. Norton & Company, 1994.
  4. Voir à ce propos R.Buda Free Trade under Contractual Development Area (FTCDA) - A First Examination of a Third Way Facing the Dilemma: Free-Trade vs Protectionist Policy http://econpapers.repec.org/paper/pramprapa/38047.htm
  5. Marchés spéciaux
  6. article XVI
  7. (en) Export.Gov : partenariats stratégiques pour l'export
  8. Globaltrade.net

Liens externes[modifier | modifier le code]