Jardin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jardin (homonymie).

Un jardin est un lieu durablement et théoriquement aménagé où on cultive de façon ordonnée des plantes domestiquées ou sélectionnées.

Au sens actuel un jardin comprend 3 composantes qui sont simultanément présentes :

  1. la notion d'aménagement durable de l'espace : dans, proche ou extérieur à l'habitation, clos ou délimité (de l'allemand "Garten" signifiant "enclos"), aménagé d'équipements hydrauliques, d'entretien, d'aides à la végétation comme les pots horticoles, de circulations, de meubles, d'objets d'art, de constructions fonctionnelles ou décoratives. L'aménagement a généralement un caractère pérenne car les jardins sont spécialement destinés à cultiver des plantes vivaces, des arbres, qui sont durablement présents, mais les jardins peuvent aussi être saisonniers dans les pays à saisons marquées, ou fugaces.
  2. la notion de culture des végétaux signifie que les végétaux ont pour le moins été sélectionnés intentionnellement, naturalisés, ou plus communément sont des plantes qui ont subi une domestication, l'objet de nombreux jardin est l'étude, la conservation ou la production de végétaux ou de sous produits végétaux. Ces végétaux peuvent être des fleurs, des légumes, des arbres fruitiers ou d’ornement, des plantes médicinales ou utilitaires. Le terme jardin est également accepté pour un espace clos constituant un décor entièrement minéral typique du jardin japonais, où la notion de culture des végétaux est repoussée à l'environnement..
  3. la notion d'ordonnance qui signifie qu'un jardin est toujours organisé.

Les jardins sont attestés dans toutes les zones de domestication des plantes où ils sont des lieux plus sophistiquées que les champs ou les près. La question du lien entre jardin et sédentarisation est complexe, il existe des formes rudimentaires de jardins chez les nomades ... alors de nombreux sédentaires ne jardinent pas et bétonnent leur jardinets. La règle esthétique quasi unique des jardins de climat méditerranéen était, depuis les origines, l'alignement. Elle est restée inchangée jusqu'au XIXéme siècle dans les jardins perses. La règle des jardins chinois est l'évocation. L'ordonnance des vergers et potagers en planches ou carrés est justifiée par les besoins d'entretien, sanitaire et de production.

Une friche n'est pas un jardin, même si elle est un ancien jardin à l'abandon. La notion de jardin suppose un minimum d'attention, y compris pour ce qu'il est convenu d'appeler jardin sauvage ou naturel qui sont des jardins où on laisse pousser des plantes spontanées.

Les différents types de jardin[modifier | modifier le code]

Potager de Bagatelle.
Article détaillé : Types de jardins.

On classe les jardins :

- par leurs destinations, qui peuvent être mixtes :

  • Production : de légumes ou de fruits, on dit alors « jardin potager » ou « verger ». Dès la révolution néolithique proche orientale, les jardiniers cultivent également des plantes parfumées, condimentaires, médicinales, tinctoriales, utilitaires. Le mot jardin est utilisé pour les champs de théiers. L'anthropologue anglais Jack Goody a décrit et analysé la place occupée par la culture des fleurs au sein de nombreuses sociétés ou communautés, le plus souvent dans des parcs et des jardins.
  • Éducation, conservation, recherche : conservatoire, jardin d'acclimatation, « jardin botanique » réunissant des collections de plantes à des fins scientifiques. Les premières collections de plantes importées dateraient de l'Égypte antique, La plupart des capitales européennes créent entre le XVIe et le XIXe siècle leurs jardins botaniques dont l'intérêt est lié à l'exploration du globe (accélération de la globalisation), à la révolution scientifique du XVIe siècle, et à la révolution économique du XVIIIe siècle.
  • Décoration, spectacle, délassement : « jardin d'agrément », jardin public. L'opposition « jardin d'agrément » et jardin "utilitaire" est moderne, depuis l'origine des jardins l'essentiel de l'agrément d'être dans un jardin était les plaisirs des sens, les parfums, récolter et manger de bons fruits, s'assoir dans une ombre reposante, écouter les oiseaux et les bruits des feuillages ... Par un lent processus qui commence en Europe sous la Renaissance (invention de l'imprimerie, vue perspective de jardins, invention des aciers pour les outils de coupe, déplacement des jardins vers le nord de l'Europe ) le terme "agrément" prend un sens purement visuel et le jardin devient un projet pictural. Aujourd'hui faire un jardin est reproduire une image de jardin, les images dominantes en cours de mondialisation sont le Frontyard et le Backyard, devant la maison (jardin pour être vu) et derrière la maison (jardin privé avec terrasse qui se dote actuellement de serres chaudes dans les pays à hiver froid) invariablement associés aux pelouses stériles, dévoreuses d'eau, d’engrais et de désherbants.

On parle de parc et non plus de jardin quand il s'agit d'un jardin étendu et clos.

- par leur situation

  • dans l'habitation, il s'agit d'un jardin d'intérieur (véranda ou jardin d’hiver),
  • attenant à l'habitation il devient un lieu d’habitation non couvert typique du climat méditerranéen depuis les premiers villages sédentaires du croissant fertile : cour intérieure (impluvium, péristyle de l'Antiquité)
  • accessible, depuis l'habitation : potagers et vergers urbains et suburbains
  • attenant à un palais, un château, un bâtiment officiel, une ancienne usine, un musée, le jardin perdra sa fonction de production pour devenir un décor comme le jardin à l'italienne des villas toscanes, puis les grands jardins de l'époque classique qui sont conçus comme une mise en scène théâtrale ou picturales (jardins anglo-chinois) .

Les styles de jardins[modifier | modifier le code]

On distingue classiquement :

  • le jardin persan et les jardins moyen-orientaux remontent à la plus haute Antiquité, aux premiers jardins humains, terrassés, géométriquement ordonnés autour d'un bassin : les jardins suspendus de Babylone ont façonné l'imaginaire méditerranéen antique.
  • le jardin espagnol ou hispano-mauresque, sensuel et parfumé, en est la continuation pendant le Moyen Âge sous l'impulsion des agronomes andalous.
  • le jardin maniériste, le jardin symbolique, le jardin toscan, s'enrichissent à la Renaissance de statues, grottes, labyrinthes lourdement chargés de références antiques ou alchimiques.
  • le jardin à la française : est inspiré des jardins de l'Italie du nord, André Le Nôtre lui donne une dimension monumentale et le normalise.
  • le jardin à l'anglaise, ou "anglo-chinois". Courbes, creux et bosses, fabriques, et ruines théâtrales, imitation de la nature sauvage, désordres apparents et sa variété végétale est une réaction au formalisme du jardin classique. Il ne s'agit que d'une rupture apparente, le jardin romantique est un spectacle visuel au même titre que les jardins classiques
  • le jardin à l'italienne, caractérisé notamment par des rocailles et des bassins, les jardins de la Riviera.
  • le jardin chinois est un micro univers, un monde en miniature.
  • le jardin japonais exprime une esthétique savante de la perfection combinée au respect de la nature.
  • le jardin écologique fait de la protection et gestion restauratoire de la biodiversité une priorité.

Les éléments du jardin[modifier | modifier le code]

Jardin à Castelo Branco, au Portugal.

Les bâtiments du jardin ou le jardin dans le bâtiment[modifier | modifier le code]

Les jardins en France[modifier | modifier le code]

En 2009, pour les Français, le jardin est la deuxième "pièce" la plus importante de la maison juste derrière le salon, mais devant la cuisine[1] ! Un Français sur quatre considère en effet que l'adoption de comportements plus écologiques passe d'abord par un habitat plus vert et des villes plantées d'arbres. Plus de la moitié des propriétaires de jardin déclarent utiliser des techniques de traitement naturel sans pesticides ou engrais chimiques, récupérer les eaux de pluie ou encore composter leurs déchets organiques.

Selon Noé-Conservation[2], les jardins français couvrent plus d’un million d’hectares ; c'est 4 fois la superficie totale de toutes les réserves naturelles, ce pourquoi cette ONG encourage à y protéger la biodiversité et en particulier les papillons[3] (considérés comme bon indicateur de la biodiversité) qui ont par exemple au Royaume-Uni décliné de 71 % en 20 ans. Ce taux étant proche de ceux constaté dans la plupart des pays industriels et agricoles d'Europe de l'Ouest. Des jardins écologiques et des jardins communautaires apparaissent en Europe notamment depuis les années 1990, notamment dans les écoquartiers, mais pas uniquement.

Évolutions futures : Selon une étude prospective[4] à 10 ans (financée par l'association Promojardin[5], qui a porté sur les jardins et leur place dans la vie des Français en 2020, leur statut ne devrait pas beaucoup évoluer, restant important voire devenant plus important encore, leur valeur de refuge, source de détente, d'intimité et d'oxygène mais aussi de vie familiale restant privilégiés.
"Les Français recherchent dans le jardin privatif, une intimité et une personnalisation qui les valorise dans leur environnement social", notamment en ville. Ils apprécient aussi les espaces verts publics, avec trois éléments nouveaux qui émergent ou se confortent : une partie terrasse, conviviale, intégrant un espace repas, suivi d’une zone plutôt réservées aux loisirs et aux enfants puis un potager mixte, fruits et légumes et espace plus naturel. La présence d'un point d’eau (bassin, petite mare à vocation environnementale) voire parfois d’une piscine semble désirée.
Dans l'aménagement et le choix des plantes, selon l'enquête la naturalité prend et prendra de l'importance, et le jardin sera plus densément végétalisé (avec l'aide de bacs, pots, massifs, haies, plantes grimpantes..) en réponse aux « nouvelles aspirations environnementales », avec une préférence pour les graminées et fleurs sauvages, mais avec également une place pour les plantes aquatiques, aromatiques ou médicinales. Le concept de jardin devrait enfin aussi tendre à coloniser l'enveloppe de la maison avec les toitures végétalisées et murs végétalisés ou le principe du mur végétal.
Néanmoins la rose reste en 2011, selon cette enquête, la fleur préférée des Français, et les tons rouges seraient les préférés dans le jardin.

Fin 2007[6], 2 034 parcs et jardins étaient protégés (dont 579 classés et 1 455 inscrits) au titre de la loi du 31 décembre 1913 des monuments historiques. Les propriétaires (quoique les jardins puissent faire l’objet de propriétés multiples) sont surtout privés. La campagne « Visitez un jardin en France » a été l’occasion de découvrir des jardins privés ou publics, historiques ou contemporains, parcs floraux ou botaniques. Le souci d’une meilleure connaissance des jardins et celui de leur caractère historique se sont révélés beaucoup plus tard que celui des éléments plus « classiques » du patrimoine, monuments, objets d’art. Le terme de jardin n’apparaît pratiquement pas dans les arrêtés de protection du XIXe siècle et très peu avant 1920. C’est même plus généralement des années 1930 que datent beaucoup d’arrêtés de protection de parcs ou de jardins. Ils sont alors identifiés, nommés, mais rarement décrits.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]