Daimyō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Daimyo)
Aller à : navigation, rechercher
Un daimyo en visite d'État

Daimyo ou Daïmio[1] (大名, daimyō?, signifie littéralement « grand nom ») est un titre de kazoku, ou noblesse japonaise.

Les daimyos étaient les plus puissants gouverneurs féodaux au Japon, entre le XIIe siècle et le XIXe siècle.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des prestigieux shugo (gouverneurs de province) de la période Muromachi, en passant par la période Sengoku, jusqu'aux daimyos de la période Edo, ce titre aura une histoire longue et variée.

Avant la période Muromachi cependant, on utilisait plus volontiers le titre de myōden (名田) pour désigner les grands propriétaires de domaines. Ceux-ci étaient alors divisés en kokushu (国主, gouvernant au moins une province), ryōshu (領主, gouvernant un territoire moins important) et jōshu (城主, gouverneurs de châteaux). Ces daimyos se livrèrent des guerres incessantes dans le but d'agrandir leurs territoires. Au XVe siècle, à la faveur des troubles qui agitaient le pays, de nombreux shugo (守護) s'approprièrent des terres et prirent le titre de shugo-daimyō (守護大名), construisant des châteaux pour se défendre contre les visées expansionnistes de leurs voisins. Ils ne furent pacifiés qu'après la bataille de Sekigahara en 1600.


À l'époque d'Edo, le terme de daimyo était appliqué à environ deux cents princes ou grands seigneurs de domaines dont le revenu annuel égalait ou dépassait dix mille koku de riz. Ceux qui avait un revenu moindre était qualifiés de shōmyō (小名, « petit nom »).

Les daimyos appartenaient à plusieurs catégories :


Les daimyos, bien qu'ayant une certaine autonomie, étaient néanmoins assujettis à des règles particulières, la plupart codifiées dans le bushidô, et devaient suivre la loi des maisons guerrières (武家, buke). Ils devaient, entre autres obligations, entretenir à Edo une résidence, y demeurer une année sur deux (ou six mois par an) et y laisser en otage leur famille et des vassaux. Le voyage du daimyo consistant à rendre hommage à son shōgun à Edo s'appelait le daimyō-gyōretsu (大名行列), c’est-à-dire la « procession des seigneurs ».

À partir de 1639, ils n'eurent plus la permission de construire châteaux et navires de haute mer, et durent veiller à ce que le christianisme fût interdit sur leurs territoires. Lors de la Restauration Meiji en 1868, certains daimyos furent nommés gouverneurs de leurs provinces (alors appelées 藩, han), mais en 1871, tous les han furent abolis et le territoire du Japon divisé en préfectures (県, ken). Les anciens daimyos furent alors pensionnés par le gouvernement et obligés de résider à Tokyo.

Quelques familles de daimyo connues : les Date, les Imagawa

Daimyo s'apprêtant à sortir de son palais.
Réception à la cour du Daimyo.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. On peut écrire Daimyo, Daïmio, Daimyoh, Daimyō ou même Daimio, mais pas Daymio. Le "Y" n'est pas une voyelle en Japonais.