1880

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1880 (MDCCCLXXX en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1880, voir -1880.

Années :
1877 1878 1879  1880  1881 1882 1883

Décennies :
1850 1860 1870  1880  1890 1900 1910
Siècles :
XVIIIe siècle  XIXe siècle  XXe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Architecture Chemins de fer Droit Football Littérature Musique populaire Musique classique Parcs de loisirs Photographie Science Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 3 juillet : la Conférence de Madrid ouverte en mai sur les privilèges capitulaires des Européens au Maroc se termine par la confirmation des privilèges définis par la convention Béclard : maintien du droit de protection et exemption d’impôts pour les ressortissants et protégés des puissances étrangères et généralisation de la clause de la nation la plus favorisée.
  • 10 novembre : traité de Nango entre le sultan Ahmadou et Joseph Gallieni. Le commandeur des croyants accorde à la France le privilège de la nation la plus favorisée contre des canons et de l’argent et l’assurance qu’aucun pays Toucouleur ne soit conquis. Ahmadou, qui se méfie des Français dont il ne parvient pas à percer les intentions, refusera de le ratifier.


  • Le chef nyamwezi Mwenda (1830-1891) se proclame mwami (roi) du Garaganza et prend le nom de Msiri. Msiri a conquit depuis 1855 un empire au Katanga, soit par des mariages princiers, soit par des guerres de conquête ou de soumission, qui prend le nom de Garaganza. Il installe sa capitale à Bunkeya (en) d’où il organise la structure administrative et économique de ses États en instituant la violence comme mode permanent de résolution des conflits[1].
  • Samori Touré fait le siège de Kankan (fin en 1881).
  • Répression allemande contre le culte de Denteh, au Togo.
  • Expédition de l’autrichien Oskar Lenz qui, venu du Maroc, passe par Tindouf et Araouane et fait halte à Tombouctou. Il revient en Europe par le Sénégal, après un séjour à Nioro et à Médine.
  • Expédition de Wilhelm Junker sur l’Uélé (1880-1886).
  • La ville Mandé-Dyula de Kong compte 15 000 habitants prospères qui vivent du commerce entre les cités de la boucle du Niger et les ports du golfe du Guinée.
  • À partir de 1880, de multiples calamités ruinent l’économie de l’Ankole : peste bovine, invasion de chiques, épidémies de variole et de tétanos.
  • Création de la Compagnie française de l’Afrique équatoriale.
  • L’Italie obtient la concession du chemin de fer Tunis-La Goulette, disputée avec les Français.
  • La société de banque française des comptoirs maritimes ouvre la première banque étrangère à Tripoli.
  • Benjamin Cases et Salomon Reinach, de l’Alliance israélite, ouvrent des écoles et travaillent à l’alphabétisation et à l’occidentalisation des Juifs de Tunisie.

Amérique[modifier | modifier le code]

7 juin : victoire terrestre chilienne à la bataille d'Arica
  • Avril : début de l'hégémonie conservatrice en Colombie (fin en 1930). Le général Rafael Núñez, conservateur, succède aux libéraux comme président des États-Unis de Colombie et va mener une politique centralisatrice en réprimant tous les mouvements fédéralistes colombiens.
  • 1er septembre : une assemblée constituante se réunit pour donner une nouvelle Constitution démocratique au Honduras, œuvre du président Marco Aurelio Soto, qui garantit la liberté des cultes, de la presse, du travail, de l’industrie, du commerce et de navigation. Ces libertés constitutionnelles ne survivront pas à Aurelio Soto.


Asie et Pacifique[modifier | modifier le code]

  • 19 février : le gouvernement chinois demande à renégocier le traité de Livadia concernant la cession à la Russie de la région d’Ili (Turkestan chinois). Ce traité a été signé l’année précédente par un émissaire chinois sans l’autorisation de la cour. La Chine mobilise ses troupes sur la frontière russe.
  • 1er avril : les Britanniques s’emparent de Kandahar à la suite de la révolte des Afghans contre l’émir Ya’hb.
  • 20 juin : montée de l’opposition nationaliste au Liban. Les premiers placards réclamant le retour du constitutionnalisme et l’indépendance du Liban sont affichés sur les murs de Beyrouth.
  • 26 juin : le gouvernement français obtient du roi Pomare V la cession de la pleine et entière souveraineté de tous les territoires dépendant de la couronne de Tahiti.


  • Le Premier ministre chinois Li Hongzhang lance un programme de construction d’une flotte de guerre moderne.
  • L’État japonais rétrocède au secteur privé et à bas prix de nombreuses entreprises publiques.
  • Le théoricien politique Yamagata Aritomo justifie l’expansion coloniale du Japon par sa théorie des cercles, chaque sphère à l’intérieur des différents cercles qui entourent le Japon devant être successivement consolidée puis protégée de l’extérieur.
  • Le Sultan ottoman parvient à éloigner la menace d’une mainmise sur la Syrie en impliquant la France dans la question et en l’incitant à y développer son action.
  • Révolte kurde en Anatolie orientale, menée par le Cheikh Obeidullah. D’abord tournée contre l’empire ottoman, elle prend le caractère d’un djihad contre les Arméniens. Le sultan ottoman exploitera habilement son caractère antiarménien pour rallier les grandes familles à sa cause panislamiste. Jusqu’en 1914, plus de 100 000 Kurdes s’établiront dans les régions de Mouch, Van et Erzeroum, migration accompagnée de violences, de pillages et d’expropriations. Les Turcs eux-mêmes arment les Kurdes, et en forment des régiments de cavalerie Hamidié qui font régner la terreur (1891). Les Arméniens doivent héberger en hiver les nomades kurdes et doivent payer à leurs chefs un impôt en plus de l’impôt turc. Les Arméniens, d’abord désarmés, organisent la résistance.
  • Le député britannique Laurence Oliphant publie « Le pays de Gilead », dans lequel il préconise l'installation de Juifs à l'Est du Jourdain, sous la suzeraineté ottomane et la protection britannique.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1880 en France, 1880 en Italie et 1880 en Suisse.
  • 23 mars : le prince Alexandre Ier de Bulgarie, qui a dû recourir à de nouvelles élections législatives à la Sabranie après son refus de nommer un gouvernement libéral, est désavoué par le pays, qui envoie une nouvelle majorité libérale.
  • Juin (Espagne) : fondation du parti « fusionniste » par le chef des députés constitutionnels, Práxedes Mateo Sagasta, qui rassemble les libéraux ralliés à la nouvelle dynastie et marque un premier pas vers la fondation d’un parti libéral.
  • 19 novembre : formation en Allemagne d’une Association libérale dirigée par von Stauffenberg, qui rassemble les adversaires du protectionnisme et de l’abandon du Kulturkampf après que Bismarck a fait adopter en juillet la première loi d’adoucissement en faveur de l’Église catholique.


  • Début d'une période de troubles anti-britannique en Irlande (fin en 1885).
  • Hongrie : le parti des citoyens privés de droit de vote est remplacé par le Parti ouvrier unifié hongrois (Magyarorszagi Altalanos Munkaspart) d’inspiration marxiste. Léo Fränkel est condamné à 18 mois de prisons et repart en exil.
  • Le Royaume-Uni rend l'instruction primaire obligatoire. L’analphabétisme disparaît pratiquement à la fin du siècle, mais seul 68 à 75 % des enfants en âge scolaire respectent l’obligation en 1885.
  • Fondation de la Société de géographie de Porto.
  • Fondation au Portugal de l’Empresa Nacional de Navigação, qui obtient le quasi-monopole du transport de marchandise (86 % du tonnage en 1914) avec sa filiale l’Empresa Insulana (8 % en 1914).

Russie[modifier | modifier le code]

Dates du calendrier julien

  • 5 février : nouvel attentat manqué contre Alexandre II. Destruction à l’explosif de la salle à manger impériale au palais d’Hiver par Narodnaïa Volia.
  • 12 février : commission exécutive suprême présidée par le général Loris Melikov, et dotée de pleins pouvoirs.
  • 15 février : Alexandre II de Russie décide de combattre politiquement le terrorisme. En faisant notamment des ouvertures à l’opposition, il réussira partiellement à affaiblir le terreau sur lequel se développe le radicalisme.
  • 6 août : Mikhaïl Loris-Melikov devient ministre de l'Intérieur.
    • Dictature du cœur : ouverture vers les milieux libéraux modérés, lutte contre les mouvements révolutionnaires. La commission est supprimée le 6 août, ses attributions sont rattachés au ministère de l’intérieur.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Un coin du Salon de 1880, Édouard Joseph Dantan
Étude de nu ou Suzanne cousant, de Paul Gauguin

Naissances en 1880[modifier | modifier le code]

Décès en 1880[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. J. F. Ade Ajayi, Histoire générale de l'Afrique : L'Afrique au XIXe siècle jusque vers les années 1880, UNESCO,‎ 1996 (ISBN 9789232017123, présentation en ligne)
  2. « Chronologie », Manière de voir (103), février-mars 2009, p. 20