Domaine de Chōshū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le domaine de Chōshū (長州藩, Chōshū han) était un domaine féodal du Japon existant pendant la période Tokugawa (徳川時代, Tokugawa jidai) (1603-1867) occupant la totalité de l'actuelle préfecture de Yamaguchi (山口県, yamaguchi-ken). Le domaine a joué un rôle important vers la fin du shogunat Tokugawa (1853-1867). On le nomme également domaine de Hagi (萩藩, Hagi han).

Histoire[modifier | modifier le code]

Les gouverneurs de Chōshū étaient les descendants du grand seigneur de la guerre Mōri Motonari (毛利 元就, 1497-1571) de l'époque Sengoku. Celui-ci avait étendu sa domination sur toute la région de Chūgoku (中国地方, Chūgoku-chihō) du Japon et occupait un territoire évalué à 1 200 000 koku. Après sa mort, son petit-fils Mōri Terumoto est devenu daimyō et s'est allié avec Hideyoshi Toyotomi. Ceci s'avérerait plus tard être une grande erreur. Après la mort d'Hideyoshi, le daimyō Ieyasu Tokugawa a contesté la puissance des Toyotomi et a lutté contre le bras droit du défunt, Mitsunari Ishida, à la bataille de Sekigahara. Mōri Terumoto était l'allié le plus puissant des Toyotomi. Cependant, les forces des Toyotomi ont perdu la bataille, défaite due à plusieurs facteurs reliés à Mōri Terumoto :

  • Son cousin germain Hiroie Kikkawa a secrètement fait un marché avec Ieyasu Tokugawa ayant pour résultat l'inactivité de 15 000 soldats de Mōri pendant la bataille.
  • Son neveu adoptif Hideaki Kobayakawa et ses 15 600 soldats ont trahi la force d'Ishida et ont rejoint le camp de Tokugawa.
  • Terumoto Mōri a abandonné le formidable château d'Ōsaka sans combattre.

En dépit de son inactivité durant la bataille, le clan de Mōri a été déplacé de sa maison héréditaire d'Aki vers les provinces de Nagato (長門国, Nagato no kuni) et de Suō (周防国, Suō no kuni), aussi appelée Chōshū (長州), et ses possessions ont été rigoureusement réduites de 1 200 000 à 369 000 koku.

Couleurs du domaine de Chōshū pendant la guerre de Boshin

Ceci a été vu comme un grand acte de trahison du point de vue de clan Mōri, et Chōshū est devenu, plus tard, un refuge d'activités anti-Tokugawa. Au cours de chaque réunion annuelle du clan, les aînés et les administrateurs demandaient au daimyō si le moment de renverser le shogunat était venu, auquel le daimyō répondait : « Pas encore, le shogunat est encore trop puissant. »

Keiheitai.jpg

Ce projet fut tenté 260 ans plus tard, quand le clan Mōri s'est allié aux forces du clan Shimazu du domaine de Satsuma et à certains nobles de la cour pour renverser le shogunat Tokugawa. Ils ont également combattu les armées de l'ancien shogun, comme l'Alliance du Nord, Aizu, et la République d'Ezo, pendant la guerre de Boshin (戊辰戦争, Boshin sensō). Les forces militaires des domaines ont finalement formé la base de l'armée impériale japonaise. Cela a assuré à des personnalités originaires de Chōshū et de Satsuma la prééminence politique et sociale pendant l'ère Meiji et même l'ère Taishō. Ce partage des principales responsabilités militaires, civiles et politiques entre des anciens membres de ces deux domaines et la rivalité qui les a opposé conditionne ainsi la vie politique de l'ère Meiji autour de ce qui est appelé les « factions domaniales » ou « oligarchie de Meiji » (藩閥, Hambatsu?).

Économie[modifier | modifier le code]

La réduction de 1,2 million à 369 000 koku a eu comme conséquence un grand déficit en termes d'entretien militaire et d'infrastructures. Afin de rétablir les finances du domaine, des politiques strictes ont été imposées :

  • La taille des fiefs a été rigoureusement réduite.
  • Quelques serviteurs, qui étaient payés en terre, ont commencé à être payés en riz.
  • Quelques serviteurs ont été congédiés et encouragés à s'engager dans l'agriculture.

Autrefois, en raison de l'imposition élevée, les fermiers avaient développé des fermes loin à l'intérieur des montagnes pour avoir une source privée de nourriture. Une enquête a été menée dans le domaine et beaucoup de fermes cachées ont été découvertes et imposées. Le domaine a également commencé une politique stricte en ce qui concerne le commerce.

Des lois ont été également passées pour mieux contrôler le commerce des " quatre blancs " : le papier, le riz, le sel et la cire. Certains des bénéfices, et un grand nombre des recettes fiscales de ce commerce, sont entrés dans les coffres de domaine.

Ces politiques ont considérablement amélioré les finances du domaine et ont permis de contrôler plus efficacement le territoire de daimyo. Cependant, ces politiques ont irrité les paysans et certains samouraïs, provoquant quelques révoltes.

Politique[modifier | modifier le code]

La capitale du domaine était la ville de Hagi, qui était aussi l'autre nom de Chōshū, Hagi han (萩藩).

Le domaine a été dirigé par la famille Mōri pendant l'époque d'Edo. Puisque le shogunat Tokugawa a fréquemment confisqué ses domaines, le daimyō Mōri Terumoto a créé des domaines vassaux ordonnés par des clans subalternes ou branches cadettes de sa famille :

Au cours de l'époque d'Edo, la branche principale s'est éteinte deux fois et des héritiers ont été adoptés au sein de la branche de Chōfu et de la branche de Kiyosue.

Le daimyō Mōri, comme avec plusieurs de ses équivalents dans l'ensemble du Japon, a été représenté au gouvernement par un groupe de karō (vétérans). Il y avait deux genres de karō dans Chōshū : le karō héréditaire (dont les familles ont maintenu le rang dans la continuation) et le « karō de vie, » dont le rang a été accordé à un individu mais ne pourrait pas être hérité par son fils.

Les karō héréditaires étaient des membres des branches mineures de la famille Mōri, ou des membres des familles relatives tels que les Shishido et les Fukuhara, ou des descendants des généraux et des conseillers de Motonari Mōri tels que les Mazuda, les Kuchiba et les Kunishi.

Le karō de vie était le samouraï moyen ou inférieur qui avait montré un grand talent dans les affaires économiques ou politiques et avait été élevés au rang de karō par le daimyō. Le grand réformateur Murata Seifu était un karō à vie.