Années 1850

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

18501851185218531854
18551856185718581859

Décennies :

1830 · 1840Années 18501860 · 1870

Siècles :

XVIIIe siècleXIXe siècleXXe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Algérie : consolidation de la colonisation française avec des opérations militaires visant à soumettre le sud et la Kabylie, l'acquisition des terres, l'organisation administrative et la création de départements ou de bureaux arabes militaires.
  • Bénin : établissements de relations avec la France.
  • Kenya : traités entre la Grande-Bretagne et le sultan d'Oman afin de limiter le lucratif commerce des esclaves, en échange de la garantie du maintien de l'influence du sultanat sur la côte kényane. Abolition du « commerce » en 1873.
  • Lesotho : la lutte des tribus Sotho contre les colons Boers continue (1840 - 1868).
  • Règne du kabaka (roi) Mutesa Ier sur la région de l'Ouganda de 1852 à 1884.
  • Le Sénégal devient avec le gouverneur Louis Léon César Faidherbe (1854-1861), la base de l'expansion française en Afrique occidentale.
  • Émigration en Angola de Brésiliens du Pernambouc suite à l’insurrection de 1847-1848. Ils développent la culture de la canne à sucre, ruinée dans le nord-est du Brésil.
  • Apogée du royaume Bamum dans l’ouest du Cameroun. Le roi Mbuembue a développé au début du siècle une politique guerrière et multiplié par sept le territoire national autour de Foumban, la capitale, entre les rivières Mbam et Noun. Vers 1850, un officier d’origine roturière, Nguwuo, s’empare du pouvoir. Le royaume, qui compte environ 20 000 habitants dont un tiers à Foumban, la capitale, vit du commerce régional, du trafic d’esclaves et de l’agriculture dans les vallées fertiles du Mbam et du Noun.
  • Début des années 1850, l'utilisation des mercenaires Zarma par les royaumes Dagomba et Mamprusi, du nord du Ghana actuel, pour razzier les pays Gourounsi.
  • Le chef Toucouleur El Hadj Omar Tall, basé au Fouta-Djalon, reçoit des armes à feu de trafiquants britanniques de Sierra Leone. Il déclare la guerre sainte pour fonder un empire tidjaniste. Il occupe sans difficulté les territoires du Mandingue et du Bambouk (1853), puis attaque les Bambara Massassi (1854).
  • Prospérité de l’axe commercial entre la Cyrénaïque et le Ouadaï, avec la contribution de la confrérie des Senousis. Abéché devient un terminus important des pistes caravanières et le lieu de passage obligé des pèlerins du Soudan occidental et central vers la Mecque. Le sultan du Ouadaï Ali installe de force dans sa capitale des milliers d’artisans prélevés dans les régions soumises et ouvre le pays aux marchands de la vallée du Nil.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • Les chemins de fer transcontinentaux.
  • Débuts de l’éclairage au gaz dans les villes en Espagne.
  • 1859 : création de la chaise no 14 de Michael Thonet

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1850 en arts plastiques.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Ultime avancée des glaciers dans les Alpes (maximum de 1850-1855). Série de printemps glacés, d’étés frais et de vendanges tardives de 1850 à 1856.
  • Réchauffement hivernal en Grande-Bretagne à partir de 1850. Réchauffement hivernal au Danemark de 1,4 °C de 1850 à 1945.
  • 1850 :
  • 1851 :
    • Les barrières douanières sont abolies entre la Russie et l’union polonaise.
    • Lois agraires en Moldavie et en Valachie. La corvée est portée de 12 à 22 jours.
    • Le Portugal compte une soixantaine de machines à vapeur, concentrées dans la région de Lisbonne et de Porto.
    • Création de l'Agence Télégraphique Reuter.
    • Établissement de lignes télégraphiques en Inde.
  • 1852 :
    • Utilisation de machines à vapeur pour extraire et trier les graines de café au Brésil.
    • France : marqué par les thèses du comte de Saint-Simon, Louis-Napoléon Bonaparte favorise les logements sociaux, les œuvres de charité, les sociétés de secours mutuels qui se voient dotées des biens des Orléans.
  • 1853 :
    • 16 mai : nouveau code du travail des enfants en Prusse. Dans l’industrie, les enfants devront avoir 10 ans révolus et ne pas travailler plus de six heures par jour. Trois heures sont réservées à l’école.
    • Abolition des droits d’entrée au Royaume-Uni, qui permet un développement spectaculaire de la production d’étain en Malaisie.
    • L’Autriche signe un traité commercial avec le Zollverein.
    • Les Pays-Bas ne possèdent que 364 machines à vapeurs.
    • Premières lignes de chemin de fer et de télégraphe en Inde.
    • Boom cotonnier dans le nord du Dekkan provoqué par la guerre de Sécession aux États-Unis.
    • Création des premières plantations de quinquina. Le sud de l’Inde deviendra le premier producteur du sous-continent.
  • 1853-1855 : famine en Inde.
  • 1853-1859 : la réduction de l’escadre britannique contre la traite pendant la guerre de Crimée entraîne l’accroissement des importations d’esclaves à Cuba (de 14 000 en 1853 à 30 500 en 1859)[1].
  • 1854 :
    • Russie : dépréciation du rouble, dont la convertibilité est abandonnée jusqu’en 1897.
    • Plus de 460 000 émigrants aux États-Unis.
    • Le prix des esclaves a doublé au Brésil depuis 1852.
    • La première filature de coton des Indes s'ouvre à Bombay.
    • Création d’un système postal en Inde.
    • L’Espagne ne compte que 300 km de voies ferrées.
    • Liaison télégraphique Paris-Londres.
    • Famine en Inde[2].
  • 1855 :
    • 31 octobre : création du Creditanstalt, banque pour le commerce et l’industrie en Autriche.
    • Début de l’industrialisation du Japon.
    • Autriche : l’économiste rhénan Bruck est chargé des finances afin de réduire le déficit budgétaire.
    • Dépréciation durable de la monnaie de papier en Russie.
  • 1855-1861 : soulèvements paysans en Russie (80 par an en moyenne)[3]. Débat sur le servage, multiplication des projets (Kaveline, Kochelev (ru), Samarine). Discussions reprises par la presse (le Contemporain) et les publications de Herzen à Londres.
  • 1856 :
    • Les deux principaux innovateurs de la machine à coudre, Elias Howe et Isaac Singer, fondent leur propre usine. En quinze ans, le parc de machine à coudre atteindra 700 000 aux États-Unis.
    • Loi sur les sociétés commerciales en France.
    • Loi sur les sociétés anonymes au Royaume-Uni.
    • Royaume-Uni : Thomas Burberry, âgé de 21 ans, ouvre sa première boutique de vêtements à Basingstoke dans le Hampshire.
    • Assouplissement des mesures discriminatoires à l’encontre des Juifs en Russie : abolition de la mobilisation d’enfants juifs, dérogation à l’obligation de résidence dans les provinces occidentales.
    • Lois libérales de réforme au Mexique (1856-1859). Elles mènent à la suppression du système de propriété collective des terres et à la sécularisation des terres du clergé.
  • 1857 :
  • 1857 - 1865 : série de bonnes vendanges dans le vignoble rhénan.
  • 1858 :
    • Brésil : le revenu national a quintuplé depuis 1838. Le gouvernement contracte le premier emprunt destiné à l’économie du pays (construction du chemin de fer)[4].
    • premier timbre-poste russe.
  • 1859 :
    • Congrès des économistes de Francfort qui réclame l’introduction de la liberté industrielle.
    • 5 000 à 6 000 Indiens vivent à Zanzibar (200 en 1819 ; 350 en 1835, 700 en 1845). Ils ont un rôle primordial dans le commerce international et local et sont les seuls banquiers et financiers de l’Afrique orientale. Les plus riches d’entre eux occupent la charge convoitée de « maître des douanes », comme Jairam Sewji (1834-1853) ou Taria Topan à partir de 1876.
    • Brésil : les prix de gros des vivres ont doublé depuis 1852 et les prix de détail ont quadruplé.
    • Les Britanniques assument de fait 80 % du commerce extérieur du Japon.


Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

  • Boom victorien de l’économie (1850-1870).
  • La production de charbon est de 50 millions de tonnes. La flotte marchande compte 3,6 millions de tonnes.
  • Au cours de la seconde moitié du siècle, se constitue au niveau national un réseau de banques à succursales, les Big Eight de Londres, devenu après des fusions les Big Five après 1919.
  • 58 % de la superficie agricole est occupée par des fermes de 20 à 120 ha et 34 % de plus de 150 ha.
  • Premier navire de guerre à vapeur.
  • Abolition des droits sur les journaux et le papier importé (1855 et 1861).
  • Développement des classes moyennes. Les travailleurs qui n’exercent pas un métier manuel passent entre 1851 et 1911 de 1,25 à 3,4 millions d’actifs, soit 18 % de la population active. Le nombre de domestiques, dont l’emploi est indispensable à la notion de bourgeoisie, passe de 848 000 en 1851 à 1,3 million en 1871. Les classes laborieuses passent de 1851 à 1911 de 7 à 15 millions de personnes.
  • La semaine anglaise (arrêt du travail le samedi à midi) se généralise au Royaume-Uni. 8 % de la population est affiliée à des sociétés de secours mutuel (Fiendly Societies) qui font office d’assurance contre la maladie et la vieillesse. Les salaires augmentent de 25 à 30 % entre 1850 et 1875 et la stagnation ou le recul des salaires au cours des deux décennies suivantes est compensé par la chute du coût de la vie de 40 %.
  • Déchristianisation : la pratique pascale concerne la moitié des Anglais en 1851, puis un sur cinq au début du XXe siècle. Conversion spectaculaire au catholicisme de John Newman (1845) et de Henry Manning (1851). Le nombre des catholiques en Grande-Bretagne passe de 700 000 en 1851 à 1,6 million en 1900.

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 1852 : les autorités françaises décident de contrôler les axes caravaniers et les frontières sahariennes de l’Algérie, alors que le trafic commercial commençait à se reporter vers le Maroc. Le commerce transsaharien renaît avec la restauration d’étapes telles que Tindouf, sur la route de Tombouctou, un voyage de 50 à 60 jours qu’effectuent chaque année 1500 chameaux. Ce commerce fournit au nord esclaves, métaux et sucre.


  • L’exportation des esclaves cesse dans le bassin du fleuve Congo vers 1850-1860. Elle est remplacée par celle des produits forestiers. L’exploitation de l’ivoire augmente tandis que de nouveaux produits, comme le tabac, sont cultivés pour l’exportation. La production agricole s’accroît (manioc pour le marché intérieur, tabac pour l’exportation) mais l’artisanat, concurrencé par les produits importés, s’effondre. Les activités commerciales sont réservées à une minorité de chefs riverains du Pool Malebo où aboutit le trafic fluvial, dominé par les Tyo depuis le XVe siècle. Le bassin du Kasaï, occupé par les Nunu et les Ntomba notamment, fournit des poteries, du sel et de l’alcool de canne à sucre pour le marché local, en même temps que de l’ivoire et de la gomme copale destinées à la côte atlantique ; celui du Congo et de l’Oubangui, dominé par les Bobangi, produit des vivres (manioc, poisson et viande fumés) et des produits artisanaux (poteries, pirogues, instruments de pêche) pour le marché local, de l’ivoire (entre 5 000 et 6 000 dents en 1870) et des esclaves (pour la main-d’œuvre locale après 1860).
  • Cinq mille esclaves par an transitent du Tchad vers la Libye par le Fezzan. 15 000 esclaves par an sont vendus dans les marchés de la côte orientale.
  • La population de Madagascar est estimée à un million d’habitants. Elle montre une grande unité culturelle fondée sur une langue commune et des coutumes identiques, synthèse d’héritages locaux et d’emprunts à l’Indonésie et à l’Afrique bantoue : rôle prédominant de la riziculture et de l’élevage bovin, importance du culte des ancêtres, division de la société en clans patrilinéaires et en ordres (nobles, hommes libres, esclaves) strictement cloisonnés, entre lesquels le mariage est en principe interdit. Elle est divisée en une vingtaine de karazabe (« tribus »), souvent des confédérations d’unités politiques largement autonomes, parfois dirigées par des rois.
  • Développement des ports du Maroc. Un trafic d’environ 700 bateaux par an est enregistré entre le Maroc et l’Europe. Casablanca devient une étape importante pour la navigation de cabotage le long des côtes de l’Atlantique, et le point de départ de la moitié des exportations marocaines de laine et de céréales.

Amérique[modifier | modifier le code]

  • Début de l’industrialisation au Canada. Implantation graduelle des syndicats de travailleurs ; en 1881, le syndicat américain, Knights of Labour, réussira à s’implanter au Québec mais, cinq ans après, il disparaît à la suite des attaques virulentes de Mgr Taschereau.
  • Dans les années 1850, un millier d’esclaves prend la fuite chaque année aux États-Unis en direction du Nord, du Canada ou du Mexique. 200 000 affranchis vivent dans le Nord.
  • Dans le Sud des États-Unis, un millier de familles possèdent 50 millions de dollars de revenus annuels tandis que les 660 000 autres familles blanches se partagent 60 millions de dollars.
  • Période soutenue de hausse des prix aux États-Unis (1850-1873).
  • La John Deere Company produit 10 000 soc de charrue en acier par an. Cyrus McCormick fabrique un millier de moissonneuses mécaniques par an dans son usine de Chicago.
  • Dans les années 1850, la ruée vers l'or en Californie oblige de nombreux Nord-américains à chercher un raccourci. Le Nicaragua, avec son immense lac central, suscite de nombreux projets de construction d’un canal interocéanique.
  • Période de prospérité pour le café au Brésil (1850-1870). Développement des fazendas (grandes propriétés) et des sitiantes (petits exploitants) dans la vallée du Paraiba.
  • Création au Brésil entre 1850 et 1860 de 62 firmes industrielles, 14 banques, 20 compagnies de bateaux à vapeur, 23 compagnies d’assurance, 4 compagnies de colonisation agricole, 8 sociétés minières, 3 entreprises de transport urbain, 2 compagnies à gaz et 8 lignes de chemin de fer.

Asie[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvia Serbin, Reines d'Afrique et héroïnes de la diaspora noire, Éd. Sépia,‎ 2004 (ISBN 9782842800826, présentation en ligne)
  2. Shreedhar Narayan Pandey, Economic History of Modern India (1757 to 1947), Readworthy,‎ 2008 (ISBN 9789350180884, présentation en ligne)
  3. Françoise Darnal-Lesne, Le dictionnaire Tchekhov, Éditions L'Harmattan,‎ 2010 (ISBN 9782296250789, présentation en ligne)
  4. Frédéric Mauro, Histoire du Brésil, Presses Universitaires de France,‎ 1973 (présentation en ligne)
  5. "100 Fiches pour comprendre l'histoire économique contemporaine", par Marc Montoussé,Serge d' Agostino,Arcangelo Figliuzzi, page 17 [1]
  6. http://www.sodefitex.sn/pages_1_7.html
  7. Bernard Schnapper, La politique et le commerce français dans le golfe de Guinée de 1838 à 1871, Mouton et Company,‎ 1961 (présentation en ligne)
  8. Nathalie Bernadie-Tahir (dir.), L'autre Zanzibar: géographie d'une contre-insularité, Karthala,‎ 2008 (ISBN 9782845869462, présentation en ligne)

Sur les autres projets Wikimedia :