Matthew Perry (militaire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Matthew Perry et Perry.
Matthew Perry

Matthew Calbraith Perry ( à Newport, Rhode Island - à New York) était un commodore américain.

Il appareilla en 1852 de Norfolk, l'une des principales bases de l'US Navy, en direction du Japon, porteur d'une lettre du président américain Millard Fillmore et avec la mission d'ouvrir les routes commerciales vers l'archipel nippon, jusqu'ici fermé par la politique d'isolement volontaire voulu par le shogunat des Tokugawa.

Le , il aborda les côtes japonaises au large d'Uraga dans la baie de Tokyo. Les représentants du shogun lui demandèrent de se rendre à Nagasaki, alors seul port nippon ouvert au commerce occidental. Perry refusa de quitter les lieux et menaça même d'employer la force s'il ne parvenait pas à remettre le message du président Fillmore. Perry et ses canonnières à vapeur firent une impression telle que le , les délégués nippons acceptèrent la requête de Perry en l'autorisant à débarquer à Kurihama (actuel Yokosuka). Puis, le commodore se replia sur les côtes chinoises promettant de revenir l'année suivante pour recevoir une réponse officielle.

Seulement sept mois plus tard, en février 1854, Perry retourna au Japon avec deux fois plus de navires (les « bateaux noirs »), escadre constituée cette fois-ci d'autant de bâtiment américains qu'européens (britanniques, français, néerlandais et russes). Le gouvernement militaire, le shogunat (幕府, bakufu?), pris de court par un retour précipité de Perry, se retrouve dans une situation délicate : il ne peut pas appliquer la politique prescrite par l'empereur, à savoir de refuser l'entrée des étrangers sur le territoire, et doit donc se résigner à se plier aux exigences américaines. Il signe le la convention de Kanagawa en présence du commodore. Par ce traité, le Japon s'ouvrit progressivement au commerce avec l'Occident.

Le fait que les occidentaux venaient de forcer l'ouverture de la Chine en employant, là aussi, la manière forte, suite aux deux guerres de l'opium, fit sans doute pencher la balance dans le sens de l'ouverture.

Alcoolique, Perry mourut le d'une cirrhose.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :