1923

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1923 (MCMXXIII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1923, voir -1923. Pour les autres significations, voir 1923 (Chronologie de Dada et du surréalisme).

Années :
1920 1921 1922  1923  1924 1925 1926

Décennies :
1890 1900 1910  1920  1930 1940 1950
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • Juillet[1] : le Devonshire White Paper proclame que « le Kenya étant avant tout un territoire africain, les intérêts des Africains devaient y passer avant tout ». Le gouvernement colonial concède la création d’un Legco (Legislative Council) où des membres élus représentent les Européens, les Indiens et les Arabes, tandis que les intérêts des Africains sont défendus par un missionnaire désigné par le gouverneur.
  • 31 août : le Ruanda et le Burundi, anciennes colonies Allemandes, sont confiés à la Belgique par la SDN sous le nom de Ruanda-Urundi.
  • 28 septembre : l’Éthiopie entre à la Société des Nations.
  • 1er octobre : la Rhodésie du Sud devient colonie de l’empire britannique. Elle obtient une autonomie interne qui assure de fait la prépondérance aux Européens.
  • Novembre[2] : troisième Congrès panafricain à Londres et Lisbonne.
  • 18 décembre : Tanger devient ville internationale jusqu'en 1956.
  • Grèves, émeutes et pillages à Porto-Novo.
  • Incidents sur le chantier de la ligne de chemin de fer Dakar-Bamako.
  • Décret établissant que l’enseignement dans les colonies françaises doit se faire en français ou en latin, par des instructeurs ayant obtenu des diplômes français.
  • Palais de Njoya à Foumban (1917-1923, royaume du Bamum, Cameroun).

Amérique[modifier | modifier le code]

  • Répression de la grève des ouvriers des mines en Bolivie.

Asie[modifier | modifier le code]

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • 30 janvier : accord gréco-turc qui prévoit l’échange des populations entre les deux pays (1 500 000 Grecs et 500 000 Turcs).
  • 19 avril : adoption d’une Constitution en Égypte, qui prévoit un régime parlementaire bicaméral avec une Chambre des députés élue au suffrage universel et un Sénat composé de personnalités élues ou nommées par le roi. Ce dernier détient d’importants pouvoirs dont le droit de désigner le Premier ministre, de renvoyer le gouvernement et de dissoudre la chambre. L’islam demeure la religion d’État. Au printemps, Saad Zaghlul est libéré et le Wafd autorisé à reprendre ses activités politiques. En juillet, la loi martiale est levée.
  • 29 mai : la Constitution de la Palestine est suspendue par les Anglais, en raison du refus de coopérer des Arabes.
  • Durant l’été, les principaux chefs religieux chiites d'Irak sont arrêtés et déportés en Perse. L’élection de l’assemblée a alors lieu et le traité de protectorat avec la Grande-Bretagne est ratifié le 10 juin 1924.
  • Les Britanniques décident d’interrompre le versement des subsides au sultanat saoudien. Abdelaziz Ibn Sa'ud est libéré de la pression britannique.
  • En Égypte, un magistrat, Ali Abd al-Raziq, souligne qu’il n’est jamais fait mention du califat dans le Coran en tant qu’institution politique, et que ce n’est qu’une institution imposée par la force et relevant de l’État. Il est condamné en 1924 par l’université al-Azhar, qui s’insurge contre le fait que la loi islamique puisse ne pas avoir de rapport avec le pouvoir.

Europe[modifier | modifier le code]

Il y a 23 États en Europe pour près de 18 000 km de frontières (51 États en 2006 pour 40 000 km de frontières).
  • 5 % de croissance industrielle en moyenne en Roumanie grâce à une politique protectionniste. L’indice en valeur passe de 100 en 1923 à 219 en 1938.
  • Apogée de la crise économique en URSS.
  • Perte de 12 000 soldats espagnol du Rif entre 1919 et 1923.
  • La production d’acier en Espagne sera multipliée par 2,5 entre 1923 et 1929. L’État favorisera la création de monopoles (électricité, téléphone, pétrole) auxquels participent des intérêts étrangers.
  • Opération de grands travaux en Espagne : urbanisme, routes, voies ferrées, aviation commerciale, électrification, irrigation.

Italie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1923 en Italie.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Billet d'un million de mark émis le 9 septembre. Hyper inflation en Allemagne : Alors qu'un mark-or valait 46 marks-papier en janvier 1922 il en vaut 84 000 en juillet 1923, 24 millions en septembre, 6 milliards en octobre et 1 000 milliards à la fin de l'année 1923.
  • 2 janvier : rupture cordiale, entre la France et le Royaume-Uni : réunis à Paris, les Alliés ne parviennent pas à trouver un accord sur la question des réparations allemandes. Poincaré annonce que la France passera outre l’opposition britannique et fera occuper la Ruhr afin de contrôler les activités des usines et des mines de la région.
  • 11 janvier : des troupes françaises et belges occupent la région de la Ruhr réclamant le paiement par l'Allemagne de la dette de guerre. C'est une bonne partie de la production industrielle allemande qui est ainsi confisquée.
  • 15 janvier : une résistance passive, sous forme de grèves généralisées, et financée par la république de Weimar s'organise.
  • 1er février : un dollar s’échange 47500 marks.
  • 1er mars : les Sections d’assaut (SA), réorganisées en unités combattantes, sont placées sous le commandement d’Hermann Göring.
  • 31 mars : cinquante mille ouvriers des usines Krupp manifestent à Essen pour protester contre la réquisition de camions par l’armée française. Violente répression qui fait 13 morts.
  • 1er mai : les manifestations du 1er mai sont perturbées par des associations patriotiques et les SA. Des syndicalistes sont attaqués et les forces de l’ordre n’interviennent pas.
  • 16 mai : à la suite d’une flambée des prix, une grève sauvage est déclenchée dans la Ruhr. Des combats de rue éclatent.
  • 26 mai : en représailles aux attentats commis contre les troupes d’occupation, le militant nationaliste Leo Schlageter est jugé par un tribunal français et fusillé.
  • 6 juillet : répondant aux exigences britanniques, le gouvernement français répète qu’il refusera d’étudier les propositions de l’Allemagne tant que durera la résistance passive dans la Ruhr.
  • 12 juillet : le Parti communiste décide d’organiser une journée antifasciste le 29 juillet. Il rallie de nombreux syndicalistes et de sans-parti. La manifestation est interdite dans la plupart des États.
  • 12 août : chute du gouvernement Wilhelm Cuno devant la multiplication des affrontements entre manifestants et forces de l’ordre.
  • 13 août :
    • Hyper-inflation (mi-novembre 1923 : 1 franc français = 18 milliards de marks allemands). Les valeurs inscrites sur les billets sont modifiées plusieurs fois par jour en fonction des cours ainsi que les étiquettes des marchandises. Les ouvriers rémunérés à la journée, vont au travail avec des valises afin de pouvoir emporter la masse de billets nécessaires au règlement de leur paie.
    • Gustav Stresemann chancelier.
  • 25 septembre : fin de la résistance passive dans la Ruhr proclamée par Gustav Stresemann.
  • Septembre : grâce à la Sturmabteilung, Adolf Hitler s'assure la direction du Kampfbund, ligue des formations d'extrême droite.
  • Septembre - octobre : menées séparatistes.
  • 26 septembre : en Bavière le gouvernement proclame l’état d’urgence, suspend les droits fondamentaux et accorde au commissaire général du Reich Gustav von Kahr des pouvoirs dictatoriaux.
  • 27 septembre : en Saxe, le général Müller, commandant de la Wehrkreis III, s’arroge tous les pouvoirs.
  • 10 octobre (Saxe) : refusant de se soumette au général Müller, le social-démocrate Erich Zeigner forme un nouveau gouvernement comprenant trois communistes.
  • 13 octobre : Gustav Stresemann obtient les pleins pouvoirs du Reichstag.
  • 21 octobre : proclamation d’une république rhénane indépendante.
  • 22 octobre : échec de l’insurrection communiste à Hambourg.
  • 26 octobre : Poincaré accepte la constitution d’une commission d’experts chargée d’examiner la question des réparations.
  • 29 octobre : le gouvernement nomme un commissaire du Reich en Saxe. L’armée investit les ministères du Land.
  • 30 octobre (Saxe) : le gouvernement Zeigner démissionne et cède la place à un gouvernement sans communistes.
  • 8 - 9 novembre : échec du putsch de la brasserie de Munich (Adolf Hitler et Erich Ludendorff). Escorté par les SA, Hitler fait irruption dans la brasserie Bügerbraükeller où se tient une réunion de soutien à Gustav von Kahr et annonce que le gouvernement bavarois est renversé. Gustav von Kahr feint de se rallier et un gouvernement nazi est formé. Le lendemain, la Reichswehr encercle Munich et tire sur les SA qui défilent dans la rue.
  • 11 novembre : Hitler et Ludendorff sont capturés et mis en prison.
  • 15 novembre : pour interrompre la spirale inflationniste, le gouvernement (Luther, ministre des finances et Schacht, président de Reichsbank) crée une nouvelle monnaie, le mark-rente, dont le cours, gagé sur la totalité de l’économie allemande, est fixé à 1 000 milliards de mark-papier.
  • 23 novembre :
    • Les partis communiste et nazi sont interdits.
    • Le gouvernement Gustav Stresemann est renversé à la suite du retrait des ministres sociaux-démocrates.
  • 30 novembre : Plan Dawes.
  • 1er décembre : le Dr Wilhelm Marx du Zentrum devient chancelier
  • 14 décembre : fixation du temps de travail à 54 heures pour les fonctionnaires et 59 heures pour les ouvriers des usines sidérurgiques.
  • Décembre : réforme fiscale. Hausse des impôts et compression des dépenses.
  • Dans la Ruhr, la production s’effondre : 63 millions de tonnes de charbon pour 132 en 1922 et 6 millions de tonnes d’acier pour 11 en 1922.

France[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1923 en France.

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1923 en Suisse.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Sitzende, von Blattwerk umgeben, lithographie de Otto Mueller

Naissances en 1923[modifier | modifier le code]

Décès en 1923[modifier | modifier le code]

Voir la catégorie : Décès en 1923.
Funérailles de Warren G. Harding

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]