Autarcie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'autarcie est un système économique d'un territoire géographiquement défini, d'une région ou d'un État habité par des acteurs économiques qui peuvent suffire à tous leurs besoins et vivre seulement de leurs propres ressources. L'entité économique réelle déclarée vivant en autarcie peut être une famille, un groupe humain, une communauté insulaire, un gouvernement isolé.

L'autarcie intellectuelle, au sens d'une autonomie sous une forme immatérielle, préconise l'état de celui qui se suffit à lui-même et n'entretient pas d'échanges.

Annihilation des flux d'échanges ?[modifier | modifier le code]

Des facteurs physiques d'isolement peuvent expliquer l'absence d'échange, par exemple dans une île non desservie. L'autarcie qui se rapproche ici de la survie de naufragés ou d'autochtones consiste à gérer ou à accumuler des réserves limitées de nourriture et de biens nécessaires.

L'autarcie apparente est souvent le fruit d'une politique économique dite autarcique (par exemple par volonté d'indépendance de l'étranger), par définition contraire à une économie ouverte. Cette politique autarcique préconise l'autoproduction par un pays de la plus grande partie de ce qu'il a besoin de consommer, et la réduction des importations au strict minimum pour la plus grande partie de la population. Un pays vivant en autarcie s'efforce de fonctionner ainsi en économie fermée. Inversement, un pays qui ouvre son activité commerciale à l'étranger a une économie ouverte.

L'autarcie a ainsi pour but principal de réduire le plus possible les dépenses à l'importation, et ainsi d'établir un équilibre économique à l'intérieur du pays. Par extension, l'autarcie désigne également un mode de vie dans lequel un groupe (foyer, base spatiale...) produit tout ce qu'il consomme, ou du moins l'essentiel, et ne recourt donc pas ou peu au commerce pour compléter ses besoins.

Histoire d'un mythe[modifier | modifier le code]

Paul Veyne a étudié le mythe de l'autarcie du domaine romain, avec ses terres cultivables et ses réserves forestières. Ce mythe semble se justifier par une fonction de sécurité et d'assurance temporaire[1].

Historiquement, aucun État n'est parvenu à établir un système parfaitement autarcique. L'exception du Japon au XVIIe siècle, où le commerce officiel est réduit à un seul port sur l'île artificielle de Dejima créée dans la baie de Nagasaki à l'extrémité sud-ouest du pays ne peut être retenue car d'intenses trafics illégaux ont été entretenus par ses marins et pêcheurs. Cette politique autarcique doublée d'un contrôle du territoire et d'un code d'honneur de la guerre a eu toutefois un effet singulier : la réduction puis la quasi-disparition des armes à feu.

La plupart des sociétés complexes ne sont pas auto-suffisantes, et toutes entretiennent nécessairement des échanges avec leurs voisines proches et lointaines. L'exemple le plus frappant est le mur de Berlin dont on a pu faire croire qu'il constituait une barrière autarcique au minimum terrestre. Au-delà des passages contrôlés ou illégaux rendus de plus en plus risqués par l'équipement de surveillance, une multitude d'accords et de modus vivendi entre autorités sont intervenus pour résoudre les problèmes les plus triviaux, une fois les blocus drastiques de crise levés.

La connaissance des échanges marchands et des grandes routes souvent antiques permet de réduire les croyances autarciques que la culture gréco-latine semble avoir mythifiées. Le négoce du sel est le plus ancien et le plus fréquent des commerces. Enfin, très rares sont les pays qui disposent sur leur sol de la plupart des matières premières en quantités suffisantes pour subvenir à leurs propres besoins.

Même l'économie de pays dits en situation d'autarcie par la fermeture politique de leurs frontières à l'extérieur pour les civils est qualifiée autrement : pour la Corée du Nord, le modèle est l'économie palatine, compte tenu d'échanges de subsistance avec la Chine.

Étymologie d'un néologisme[modifier | modifier le code]

Le terme autarcie est un néologisme gréco-romain, qui apparaît dans le dictionnaire de médecine Lavoisien en 1793. Autarcie vient de l'adaptation du grec autarkeïa, de autos, soi-même et arkein, c'est-à-dire protéger, secourir, se suffire. Le mot français est employé par un groupe de sociétés savantes françaises, animées en particulier par le chimiste et minéralogiste Antoine Lavoisier[2].

Les savants français réfléchissent généreusement à l'avenir économique du grand Royaume de France bien qu'ils se trouvent de plus en plus placés en retrait par rapport à l'action désordonnée d'une Assemblée constituante, puis déstabilisés par les actes d'une République devenue folle. Le néologisme a d'abord le sens d'euphorie, de frugalité et de sobriété qui apporte le bonheur. Il s'applique ironiquement autant à l'effort nécessaire à demander à un pays au bord du gouffre qu'à la situation chaque jour de plus en plus précaire et menacée par les déferlements de haines politiques des dignes savants français[3].

Le mot ressort de l'anonymat à partir des années 1830 et évolue. Sous la plume des économistes, il s'écrit sous une forme pseudo-savante autarchie en 1896 pour le distinguer de l'autarcie. Le premier terme des économistes mentionne un pays ou un groupe qui n'a pas besoin d'importation ou d'apports externes pour subsister, donc reste en économie fermée. Le second terme plus populaire désigne ce bien-être résultant de la sobriété dans laquelle une personne ou une famille se suffit à elle-même. Mais il reprend lentement sa même forme savante primitive par l'effet des mouvements régionalistes de la Belle Époque ou pacifiques de l'entre-deux-guerres, imprégnés de mythes paysans et écologiques. Le Larousse mensuel illustré de 1938 écrit à nouveau autarcie. L'adjectif autarcique l'emporte aussi sur autarchique, encore prépondérant dans les écrits des années 1920.

Exemples[modifier | modifier le code]

Biosphère 2[modifier | modifier le code]

Pour anticiper sur les besoins des colonies spatiales, une expérience d'autarcie a été tentée : une serre en autarcie, simulant les paysages terrestres : Biosphère 2.

Earthship[modifier | modifier le code]

Les Earthship sont des maisons auto-suffisante qui produisent l'énergie, l'eau et parfois même la nourriture dont les habitants ont besoin.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. VEYNE Paul, La société romaine, édition du Seuil, 1991, 346 pages. Chapitre 4 : Mythe et réalité de l’autarcie à Rome. pp 131-162.
  2. Ces sociétés d'Ancien Régime aiment les néologismes, ainsi les adjectifs philomatique -qui aime la recherche- et philomathique -qui aime et préserve le savoir- qualifient deux de ces sociétés, respectivement composées de chercheurs et d'éducateurs-collectionneurs siégeant à Paris.
  3. La République n'a pas besoin de savants. L'exécution de Lavoisier est un des points culminants de l'ébranlement des personnalités savantes qui songent non plus à l'autarcie, mais à la fuite devant les sans-culottes ou à l'émigration.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :