Bataille de Stalingrad

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Stalingrad (homonymie).
Bataille de Stalingrad
Soldat soviétique brandissant le drapeau rouge sur la place centrale de Stalingrad en 1943.
Soldat soviétique brandissant le drapeau rouge sur la place centrale de Stalingrad en 1943.
Informations générales
Date 17 juillet 1942 - 2 février 1943
Lieu Stalingrad, URSS
Issue Victoire soviétique décisive : en plus d'annihiler une armée ennemie, les Soviétiques reprennent à l'Axe les régions perdues durant l'été, notamment le Caucase, et poussent les alliés du Reich à se désengager du conflit.
Belligérants
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau roumain Royaume de Roumanie
Flag of Italy (1861-1946).svg Royaume d’Italie
Hongrie Royaume de Hongrie
Flag of Independent State of Croatia.svg État indépendant de Croatie
Commandants
Drapeau de l'URSS Vassili Tchouïkov
Drapeau de l'URSS Andreï Ieremenko
Drapeau de l'URSS Nikita Khrouchtchev
Drapeau de l'URSS Gueorgui Joukov
Drapeau de l'URSS Alexandre Vassilievski
Drapeau de l'URSS Constantin Rokossovski
Drapeau de l'URSS Nikolaï Vatoutine
Drapeau de l'URSS Vassili Gordov
Drapeau de l'Allemagne Friedrich Paulus
Drapeau de l'Allemagne Erich von Manstein
Drapeau de l'Allemagne Hermann Hoth

Drapeau : Roumanie Petre Dumitrescu
Drapeau : Roumanie Constantin Constantinescu-Claps
Drapeau de l'Italie Italo Gariboldi

Drapeau de la Hongrie Gusztáv Jány
Forces en présence
Jusqu'à 1 103 000 soldats Jusqu'à 1 011 000 soldats
Pertes
486 000 soldats tués, et plus de 600 000 blessés ou prisonniers
+ de 40 000 civils tués
450 000 soldats tués ou blessés
110 000prisonniers
Seconde Guerre mondiale
Batailles
Front de l’Est

Campagne de Pologne · Guerre d’Hiver · Opération Barbarossa · Guerre de Continuation · Bataille de Białystok–Minsk · Opération Silberfuchs · 1re bataille de Smolensk · Bataille de Kiev · Siège d'Odessa · Siège de Léningrad · Offensive de Siniavino · Campagne de Crimée · Bataille de Moscou · Seconde bataille de Kharkov · Bataille du Caucase (Opération Fall Blau) · Poche de Demiansk · Poche de Kholm · Bataille de Stalingrad · Opération Uranus · Opération Mars · Opération Saturne · Opération Iskra · Offensive Ostrogojsk-Rossoch · Offensive Voronej-Kastornoe · Bataille de Krasny Bor · Troisième bataille de Kharkov · Bataille de Koursk · 2e bataille de Smolensk · Bataille du Dniepr · Offensive Dniepr-Carpates · Offensive de Crimée · Opération Bagration · Offensive Lvov-Sandomierz · Insurrection de Varsovie · Soulèvement national slovaque · Guerre de Laponie · Bataille de Budapest · Offensive de Poméranie orientale · Siège de Breslau · Offensive de Prusse-Orientale · Offensive Vistule-Oder · Bataille de Königsberg · Offensive Vienne · Bataille de Seelow · Bataille de Bautzen · Bataille de Berlin · Insurrection de Prague · Offensive Prague · Bataille de Slivice · Capitulation allemande


Front d’Europe de l’Ouest


Campagnes d'Afrique, du Moyen-Orient et de Méditerranée


Bataille de l’Atlantique


Guerre du Pacifique


Guerre sino-japonaise


Théâtre américain

Coordonnées 48° 42′ 00″ N 44° 29′ 00″ E / 48.7, 44.48333348° 42′ 00″ Nord 44° 29′ 00″ Est / 48.7, 44.483333  

Géolocalisation sur la carte : Oblast de Volgograd

(Voir situation sur carte : Oblast de Volgograd)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Stalingrad.

Géolocalisation sur la carte : Russie européenne

(Voir situation sur carte : Russie européenne)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Stalingrad.

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
 Différences entre dessin et blasonnement : Bataille de Stalingrad.

La bataille de Stalingrad désigne les combats du 17 juillet 1942 au 2 février 1943, pour le contrôle de la ville, aujourd'hui Volgograd, entre les forces de l'Union des républiques socialistes soviétiques et celles du Troisième Reich et de ses alliés. Ils incluent l'approche de la ville par les armées de l’Axe, les combats urbains pour sa conquête à partir de septembre, puis la contre-offensive soviétique, jusqu'à l'encerclement et la reddition des troupes allemandes. L'ensemble de ces combats, dans et hors de la ville, se sont étendus sur un peu plus de six mois et ont coûté la vie à environ 750 000 combattants[1] et à 250 000 civils parmi six nations, ce qui en fait une des batailles les plus meurtrières de l'histoire.

Avec la bataille de Moscou, en décembre 1941, et la bataille de Koursk, en juillet 1943, elle constitue l'une des grandes défaites de l'armée allemande et est considérée comme un tournant stratégique majeur de la Seconde Guerre mondiale. Elle reste dans les mémoires pour l'âpreté des combats urbains, n'épargnant ni civils ni militaires, ainsi que pour son impact psychologique et symbolique.

Sommaire

Contexte[modifier | modifier le code]

À l’automne 1942, la bataille de Stalingrad se déroule dans un contexte où les deux adversaires sont dos au mur : l’Allemagne doit vaincre au plus vite avant l’entrée en scène des américains sur le théâtre européen, l’URSS ne peut plus reculer sans risquer l’asphyxie économique. C’est justement ce que va chercher à obtenir l’Allemagne nazie en attaquant les ressources du sud du pays. Stalingrad n’est à l’origine qu’un objectif secondaire dans une des étapes du plan allemand mais l’évolution de la campagne en fera à l’automne l’objectif principal, notamment pour des raisons symboliques.

La situation stratégique globale[modifier | modifier le code]

Le 22 juin 1941, l'Allemagne et ses alliés de l'Axe envahissent l'Union soviétique, avançant rapidement et profondément dans le territoire soviétique. Après avoir beaucoup souffert pendant l'été et l'automne 1941, les forces soviétiques contre-attaquent lors de la bataille de Moscou en décembre 1941. Les troupes allemandes épuisées, mal équipées pour une guerre hivernale et avec des lignes de ravitaillement étirées au maximum de leurs capacités, sont repoussées dans un premier temps puis stabilisent le front, de l’avis des nazis grâce au « Haltbefehl » de Hitler (l’interdiction de tout recul), ce qui jouera sans doute un rôle dans les décisions prises à Stalingrad.

Deux adversaires épuisés[modifier | modifier le code]

Ces neuf premiers mois ont épuisé les deux adversaires : les pertes allemandes[Note 1],[Note 2] de 1941 sont si grandes qu’après l’hiver la plupart des divisions de la Wehrmacht sont jugées inaptes à l’offensive[Note 3],[Note 4]. Le manque de troupes est tel que l’Allemagne doit demander de l’aide à ses alliés de l'Axe pour tenir le front et dégager les moyens nécessaires à son offensive de l’été 1942[Note 5],[Note 6].

Côté soviétique, les pertes humaines ont été vingt fois plus importantes et la quasi-totalité du matériel a été perdue. Le potentiel économique a été fortement amoindri car près de la moitié du territoire soviétique en Europe[Note 7] et 80 millions d’habitants[2] sont sous domination allemande. Le remplacement de l'équipement militaire est assuré par l'arrivée d'une aide anglo-américaine au titre du prêt-bail, la remise en route des industries déplacées dans l’Oural et un effort de guerre sans précédent[3] qui permet à l'URSS de produire plus d'armes que le Reich dès 1942[Note 8]. L’Armée rouge commence donc à se reconstruire mais l’URSS ne peut plus se permettre les pertes humaines et territoriales subies en 1941, d'autant que ce résultat n'est obtenu qu'au prix d'énormes sacrifices par les civils et d'une asphyxie quasi totale du reste de l'économie.

Une course contre la montre[modifier | modifier le code]

Depuis le 7 décembre 1941, les États-Unis sont entrés en guerre aux côtés des Alliés après l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais suivie, quatre jours plus tard, de la déclaration de guerre par l'Allemagne et l'Italie. Adolf Hitler sait que le temps lui est compté s’il ne veut pas avoir à se battre sur deux fronts ; à l’inverse, Joseph Staline demande avec insistance l’ouverture d’un second front en Europe mais il n’obtiendra le 8 juillet 1942 de Winston Churchill que l’assurance d’un débarquement américain en Afrique du Nord à l’automne : l’opération Torch[4].

À la grande déception de Staline, le second front en Europe ne s'ouvrira donc pas en 1942. Cependant la large publicité qui en est faite par la presse alliée et des débarquements éphémères[Note 9] entretiennent les craintes d'Hitler[Note 10] qui maintient à l'Ouest un grand nombre d'unités[Note 11], d'autant qu'il est persuadé que l'effondrement de l'URSS, qui se dessine à l'été 1942, incitera les alliés à débarquer au plus tôt, avant que le Reich ne puisse retourner toutes ses forces à l'Ouest.

La campagne de 1942[modifier | modifier le code]

Les échecs soviétiques du printemps 1942[modifier | modifier le code]

Après les succès de l’hiver 1941-1942, l’Armée rouge subit de nombreux revers au printemps et plus encore durant l’été 1942 (seconde bataille de Kharkov, prise de la péninsule de Kertch, destruction de la 5e Armée de tanks à Voronej, prise de Sébastopol[Note 12]) qui la font passer d’un relatif optimisme à un franc pessimisme avec la prise de Rostov.

Ces échecs confortent les Allemands dans leur vision de l'adversaire, car ils découlent de la persistance des faiblesses typiques de l’Armée rouge au début de la guerre :

  • manque de préparation et, de ce fait, manque de concentration des moyens ;
  • manque de coordination entre les fronts ;
  • mauvaise gestion des communications (en partie due au manque de matériel radio) ;
  • mauvaise coordination entre les blindés, l’artillerie et l’aviation ;
  • lourdeurs et contradictions du double commandement politique et militaire ;
  • mauvaise manœuvre des unités blindées ;
  • manque d’aviation.

Une grande partie de ces défauts sera corrigée durant la première partie de la bataille de Stalingrad, ce qui permettra le succès de l'offensive soviétique autour de la ville, et prouvera la mauvaise interprétation de la situation par les Allemands qui n'anticipent pas l'évolution de leur adversaire.

Pourtant, des changements sont perceptibles dès l'été 1942, puisque, contrairement à 1941, l'Armée rouge bat en retraite plutôt que de se laisser encercler, limitant ainsi ses pertes en hommes et en matériel. De plus, elle fait preuve d’une indéniable ténacité dans la défense en milieu urbain, notamment à Sébastopol, ce à quoi la propagande donne un large écho, mettant en valeur le courage et l’esprit de sacrifice des combattants soviétiques.

L’offensive allemande de l’été 1942[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Bataille du Caucase et Opération Fall Blau.

N’étant plus en état de reprendre une offensive générale, l'Oberkommando der Wehrmacht (OKW en abrégé. Haut Commandement allemand) choisit de concentrer ses moyens sur un front plus réduit que l’année précédente. Fidèle à la philosophie militaire allemande voulant que, dans l'espoir de gains rapides, l'attaque se fasse là où elle est le moins prévisible, les plans pour lancer une autre offensive contre Moscou sont rejetés.

L’option retenue par les Allemands pour l’offensive d’été 1942 est donc le plan bleu : une attaque dans le Sud de l'URSS ayant pour principal objectif le pétrole du Caucase.

Le plan initial[modifier | modifier le code]

La « Directive 41 »[5] du 5 avril 1942 choisit comme plan initial une attaque qui se développe en quatre phases successives déplaçant le front du Donetz vers le Don (200 km à l’est) et se déclenchant séquentiellement, du nord vers le sud.

La troisième phase doit voir dans le secteur de Stalingrad la jonction des forces attaquant vers le sud-est en longeant le Don depuis Voronej avec celles attaquant vers l'est depuis Taganrog sur les côtes de la mer Noire. Il est précisé qu'il faut « essayer d'atteindre Stalingrad même, ou tout au moins de placer cette ville dans le rayon de nos armes lourdes, afin qu'elle disparaisse en tant que centre d'armement et nœud de communication. »[5].

Cela permettra de protéger le front nord de la dernière phase de l’offensive, prévue initialement pour le 15 septembre et dirigée plein sud, vers le Caucase, avec pour objectifs principaux les champs pétrolifères de Maïkop, Grozny et Bakou.

Le plan bleu vise une victoire par attrition contre l’Union soviétique : il s’agit de détruire son potentiel militaire lors des trois premières phases, puis son potentiel économique en prenant possession d’importantes régions industrielles, minières et agricoles : le Donbass, le Kouban et le Caucase, ainsi que par la rupture du ravitaillement de l'URSS par les alliés occidentaux dont une partie « importante » transite par le Caucase[6].

Des modifications non négligeables[modifier | modifier le code]
Operation Blau : Avancées allemandes du 7 mai 1942 au 18 novembre 1942.

Après des succès initiaux qui voient les Allemands percer les défenses ennemies, les Soviétiques se dérobent[Note 13] et peu de leurs unités sont ainsi encerclées[Note 14] alors que l'objectif de cette phase était essentiellement l'anéantissement des forces soviétiques. Toutefois, Hitler estime dans sa directive no 45 que « les objectifs éloignés […] ont été en général atteints »[7]. En effet il interprète cet échec comme l'écroulement de l'Armée rouge qui n'a plus d'autre choix que le recul, ce qui lui fait dire que « les Russes sont finis ! »[8]. Fort de ce constat, il décide alors de modifier le déroulement des opérations :

  • Les phases III et IV auront lieu simultanément, au lieu de successivement. Ainsi, en plus de poursuivre leurs opérations vers Stalingrad, les Allemands vont entamer celles vers le Caucase et la mer Noire sans attendre la fin des premières (directive no 45 datée du 23 juillet 1942)[7].
  • De plus, par cette même « directive no 45 », Hitler donne pour la première fois l'ordre de prendre la ville de Stalingrad, ainsi que de bloquer la Volga[7].
  • Toujours selon cette directive, l'ensemble de la 11. Armee, qui vient de s'emparer de la Crimée, devait aider à la prise des ports sur la mer Noire[7]. Mais Hitler envoie finalement une partie de celle-ci au nord afin de s'emparer de Léningrad[9],[10] (opération Nordlicht). De la même manière, il redirige au cours de l'été plusieurs divisions d'élite participant à l'offensive vers d'autres secteurs de l'URSS ou en France[Note 15].

Toutes ces décisions, se fondant sur la présumée déroute de l'Armée rouge, affaiblissent les moyens affectés à chaque mission et envoient les troupes sur des axes divergents, ce qui les empêche de se soutenir au niveau militaire et logistique et disperse le soutien de la Luftwaffe. Si les difficultés de l'Armée rouge sont bien réelles, Hitler, selon l'auteur Hervé Borg, « donne à l'Armée rouge une chance de se ressaisir »[8].

À ces décisions funestes vont s'ajouter des errements opérationnels : la 4e Panzer-Armee doit, depuis la directive no 45, participer à la progression vers le Caucase, laissant la seule 6e Armée prendre Stalingrad[Note 16] ; de plus, cette dernière manque en juillet[Note 17],[Note 18] du carburant qui est envoyé aux armées de la Heeresgruppe A, priorité étant donnée aux opérations vers le Caucase[11]. À la fin juillet, le commandant de la 6e Armée, Friedrich Paulus, comprend que sa mission est impossible avec ses seuls moyens ; Hitler déroute alors vers Stalingrad la 4e Panzer-Armee qui vient pourtant d'établir des têtes de ponts sur le Don[11]. Il ne reste alors que deux armées (1er Panzer-armee et 17. Armee) à opérer dans le Caucase, ce qui ne sera pas suffisant.

Bilan du plan bleu[modifier | modifier le code]

Après des succès initiaux foudroyants au niveau territorial, les premières difficultés surviennent au mois d’août. En septembre, les forces de l’Axe sont bloquées devant les ports de la mer Noire, ce qui les empêche de se ravitailler par cette voie ; Maïkop est prise mais les puits de pétrole ont été détruits par les Soviétiques et restent sous la menace ennemie ; l’avance vers Grozny et Bakou est stoppée[12], ce qui oblige à repousser leur conquête à 1943. Le 6 septembre 1942, le chef de la Heeresgruppe A (Wilhelm List), qui mène toutes ces opérations, annonce qu'il ne peut plus avancer[Note 19]. À la Heeresgruppe B, devant Stalingrad, l'avance s'est considérablement ralentie au mois d'août du fait des changements opérationnels du haut commandement (voir le déroulement de la bataille ci-dessous et des modifications non négligeables) ; néanmoins les Allemands espèrent encore prendre la ville rapidement[13].

Ce ne sera pas le cas : l'avance dans la ville sera particulièrement lente. Il apparaît donc dès octobre 1942 que le plan bleu est un échec au niveau opérationnel : aucun de ses objectifs n'est atteint. Un des effets de cet échec sera le renforcement de l'hypercentralisation de la conduite des opérations autour de Hitler, qui s'isole de plus en plus et perd un peu plus confiance en ses généraux[Note 20].

Stalingrad : verrou sur la route du Caucase et ville symbole[modifier | modifier le code]

Environs de Volgograd (carte datant de 1979).

« Le destin du Caucase se décide à Stalingrad »[14]. Alfred Jodl, 30 juillet 1942.

Enjeux stratégiques[modifier | modifier le code]

Ce territoire comprend de grosses industries comme l'usine de tracteurs de Stalingrad (ou STZ pour Stalingradski Traktorny Zavod) convertie à la production de chars T-34, l'usine d'armement Barrikady (Barricade) ainsi que le complexe métallurgique Octobre rouge.

Le fleuve Volga est une voie très importante de transport depuis l'Asie centrale. Il permet l'approvisionnement en pétrole et carburant en provenance de Bakou [Note 21] ainsi qu'en munitions et en nourriture envoyées par les Alliés depuis le golfe Persique à travers l'Iran et l'Azerbaïdjan soviétique le long de la Volga[Note 22].

Stalingrad est aussi un nœud de communications ferroviaires : les seules lignes à haut débit reliant encore le Caucase au reste du pays passent par Stalingrad, elles sont indispensables à l'envoi de renforts depuis Moscou et la Sibérie[Note 23] ; c'est donc une articulation importante de l'organisation militaire soviétique.

De plus, l'espion soviétique au Japon Richard Sorge a informé Moscou du fait que le Japon attaquerait l'URSS dès que l'armée allemande aurait pris une quelconque ville sur la Volga : en effet, l'approvisionnement allié provenant des routes d'Iran coupé, l'URSS serait asphyxiée s'il ne lui restait que le port de Mourmansk. Staline savait donc qu'il devait l'emporter à Stalingrad à tout prix.

À partir de la mi-septembre, voyant la résistance inattendue de la ville, la Stavka décide d’en faire le point de fixation pour un grand encerclement. Il faut dès lors que la ville tienne le temps que les forces nécessaires à la contre-offensive arrivent.

Enjeux symboliques[modifier | modifier le code]

Stalingrad a longtemps été une ville frontière ; elle demeure dans l’imaginaire russe « la dernière ville du monde russe » ; au-delà s’étend le Kazakhstan à l’est et le Caucase au sud.

Selon l’épopée révolutionnaire soviétique, c’est là, à Tsaritsyne, que durant la guerre civile le commissaire politique Staline a repoussé les Russes blancs et sauvé Moscou de la famine même si, dans les faits, il n’a eu qu’un rôle militaire mineur[15]. D’où le changement de nom de la ville qui devient Stalingrad en 1925.

Depuis le 28 juillet 1942, Staline, par l'Ordre n°227, a de nouveau interdit toute retraite, lançant le mot d'ordre « Ni shagou nazad » (Pas un pas en arrière). Ce texte, lu à toutes les troupes, dépeint dans son introduction de façon réaliste l'état militaire et économique de l'URSS, loin des clichés de la propagande ; chaque soldat soviétique sait donc qu'il se bat pour la survie d'un pays au bord du gouffre[16].

Début septembre, avec l'échec du plan bleu dans le Caucase, prendre Stalingrad est la seule victoire d’importance que Hitler peut encore apporter à son peuple[Note 24], d'autant qu'au même moment la dernière offensive de l'Axe à El-Alamein échoue de nouveau, que l'offensive sur Leningrad a dû être ajournée, tandis qu'au centre du front de l'est, la Heeresgruppe Mitte, constamment sous pression, nécessite des renforts. En septembre 1942, il n'y a ainsi plus qu'à Stalingrad que la victoire semble possible aux Allemands[17].

Après les premières semaines de résistance, tous les journaux du monde suivent le déroulement de la bataille. C’est un sujet que la propagande des deux camps ne peut ignorer, la pression médiatique fait à elle seule de la ville un enjeu symbolique.

Ces éléments contribuent à faire de cette bataille un point de cristallisation des deux armées qui y jettent toutes leurs forces. C'est une guerre totale, une guerre idéologique, symbolique, économique et militaire qui mobilise les deux pays tout entiers.

Déroulement de la bataille[modifier | modifier le code]

Vue satellite. De nos jours, Stalingrad s'appelle Volgograd.

La bataille de Stalingrad s’étale sur six mois entre le 17 juillet 1942 et le 2 février 1943. On peut la diviser en quatre phases principales :

  • l’avancée allemande vers la ville (juillet-août) ;
  • l’attaque allemande de la ville (septembre-novembre) ;
  • la contre-offensive soviétique qui encercle les Allemands dans la ville qu’ils avaient presque conquise (à partir du 19 novembre 1942) ;
  • la reconquête de la ville par les Soviétiques jusqu'à la capitulation des troupes de l'Axe assiégées.

À ces faits on ajoute en général les opérations qui se déroulent à l'ouest de la ville jusqu'à sa reconquête : l’opération de secours allemande pour briser l’encerclement et l’extension de l’offensive soviétique dans le secteur Don - Donetz (l'opération Saturne, l'offensive Ostrogojsk-Rossoch et la bataille de Voronej).

L’avancée allemande vers la ville[modifier | modifier le code]

Contexte[modifier | modifier le code]

À la suite des deux premières phases du plan bleu, la retraite des troupes soviétiques du front du sud-ouest tourne à la débandade. Pour protéger le nœud de communication vital qu’est Stalingrad, la Stavka forme le 12 juillet 1942 le front de Stalingrad, dirigé par le général Gordov[Note 25], auquel sont attribuées trois armées de réserve inexpérimentées : les 62e, 63e et 64e armées.

La 6e Armee allemande, commandée par le général Paulus, a pour mission d'atteindre la Volga dans la région de Stalingrad, puis d'obliquer vers le sud, vers Astrakhan (opération Fischreiher). Elle est réputée être la plus puissante des armées allemandes mais elle est affaiblie par la priorité donnée à la prise de Rostov puis à l’opération Edelweiss : elle souffre de grave problèmes de ravitaillement tant pour le carburant[Note 17],[Note 18] que pour la nourriture[18] et une partie de ses corps blindés lui a été retirée[Note 26],[Note 27]. Elle avance donc vers l’est au rythme de son infanterie.

Elle rencontre les forces du front de Stalingrad aux alentours du 17 juillet 1942 dans la boucle du Don où les Soviétiques tentent de la stopper ; mais la rive ouest du fleuve domine la rive est de près de 100 m, ce qui ne lui confère qu’une très médiocre valeur défensive.

Rapport de forces[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ordre de bataille Stalingrad.

Il est à noter que les divisions soviétiques ne sont pas à effectif complet et qu’elles sont en cours de transport pendant le mois de juillet. Elles ont notamment très peu d’armes antichars et antiaériennes déployées. L’avantage, déjà en faveur des Allemands sur le papier, est donc encore plus net sur le terrain.

- Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand[18] Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique [19]
Hommes 250 000 180 000
Canons 7 500 7 900
Chars 740 360
Avions 600 200

Les deux camps seront renforcés pendant les mois d’été, les Allemands par l’arrivée de corps alliés et les Soviétiques par l’arrivée des réserves de la Stavka.

Mise à contribution des civils[modifier | modifier le code]

Dès le printemps, une campagne de recrutement a lieu auprès des femmes de Stalingrad pour servir dans les batteries aériennes de la ville qui se trouveront ainsi pour beaucoup servies par des jeunes recrues féminines, souvent du Komsomol, peu expérimentées mais qui feront preuves de détermination au combat[20].

Au cours de l'été, tous les civils de la région entre 16 et 65 ans sont réquisitionnés et supervisés par les comités de quartier du Parti communiste pour des travaux défensifs (fossés antichars, tranchées, terrassements…), ceux qui refusent de s'y soumettre sont considérés comme « déserteurs »[21]. Les plus jeunes participent également sous la direction de leurs professeurs[21]. À la fin du mois d'août, quatre lignes défensives ont pu ainsi être élevées à l'extérieur de la ville, en revanche dans Stalingrad même les travaux démarrent seulement, avec 25 % des ouvrages planifiés terminés à la mi-septembre[22]. Les ouvriers des usines de la ville reçoivent quant à eux un entrainement militaire[21]. Des « brigades spéciales » contrôlées par la 10e division du NKVD sont levées avec les travailleurs, exceptés ceux de l'armement[23]. Faute d'armes disponibles en nombre, certains hommes au combat doivent attendre qu'un de leurs compagnons soit touché pour récupérer son arme[23]. Un « bataillon cuirassé » de volontaires est formé, réceptionnant à leur sortie d'usine les chars T-34, dépourvus de peinture et d'optiques de visée, pour les engager immédiatement[23].

Déroulement des opérations[modifier | modifier le code]

Offensive allemande vers Stalingrad juillet - septembre 1942.
Bataille dans la boucle du Don 17 juillet – 20 août[modifier | modifier le code]

Grâce notamment à un puissant support de la Luftwaffe, Paulus réussit à s’emparer de la quasi-totalité de la boucle du Don, malgré des problèmes de ravitaillement qui le stoppent à nouveau les 27 et 28 juillet.

La VIe Armee, par une série d’encerclements[Note 28], détruit presque entièrement la 62e armée soviétique ainsi que les Ire et IVe armées blindées, envoyées dans une contre-attaque montée à la hâte qui échouera comme les offensives soviétiques du printemps.

La 62e armée sera pour ainsi dire détruite plusieurs fois, puisqu'elle ne doit sa survie, en tant qu’unité, qu’à un renforcement régulier par les réserves mises à disposition d’Eremenko[Note 29], qui devient le supérieur de Gordov à partir du 6 août 1942.

Cependant l'arrivée de la 1re armée de la garde permet aux Soviétiques de conserver[24] puis d'agrandir une tête de pont dans la région de Kremskaïa, puis une contre-attaque au confluent du Don et du Khoper, à Serafimovitch le 19 août 1942, sur les arrières de la 6e Armée, à la charnière avec la 8e armée italienne[Note 30], obligeront Paulus à laisser deux têtes de pont soviétiques sur la rive droite du Don.

Enlisement de l’attaque au sud 3 août – 26 août[modifier | modifier le code]
StuG III lancé à l'assaut de Stalingrad en septembre 1942.

À partir du 3 août 1942, la 4e Panzer-Armee de Hoth[Note 31],[Note 32], attaque à son tour depuis Kotelnikovo, au sud-ouest de la ville, dans un secteur du front quasi vide de troupes. Après une avancée initiale rapide, elle est stoppée à partir du 10 août 1942[Note 33] à une cinquantaine de kilomètres de la ville par les 57e et 64e armées du front du sud-est renforcées par sept divisions sibériennes, sur une des lignes de défense aménagées autour de Stalingrad.

Isolement de la ville par le nord : 23 au 30 août[modifier | modifier le code]

Depuis le nord de la Boucle du Don, où ses troupes sont massées à la suite de la réduction de la tête de pont de Kremskaia, Paulus fait traverser le fleuve à ses unités blindées aux alentours du village de Vertiatchi (en russe : Вертячий), conquis le 21 août 1942, où il a pu faire construire deux ponts de bateaux. Le XIV. Panzerkorps est lancé à l’attaque le 23 août 1942, avec un soutien massif de la Luftwaffe (voir plus bas : Le rôle de la Luftwaffe et le bombardement du 23 août) ; il file droit vers les faubourgs nord de Stalingrad et atteint la Volga à Rynok, à l'extrémité des faubourgs de Stalingrad, après avoir parcouru 55 km en douze heures[25].

Une fois passée la première ligne de défense, les chars allemands n’avaient plus à faire face « qu’à des batteries servies par des civils, souvent des femmes[26] ».

Les quatre lignes de défense aménagées par les Soviétiques sont percées d’un seul élan. Cependant, l’avant-garde allemande est mise en position périlleuse[Note 34], car l’infanterie est en retard sur les blindés et les Soviétiques contre-attaquent violemment, jetant dans la bataille tous les moyens à leur disposition jusqu'à la milice ouvrière et aux chars tout juste sortis des usines.

La situation est si critique qu'elle crée des tensions dans le commandement allemand. Voyant sa 6e Panzerdivision coupée de tout ravitaillement, malgré une tentative de parachutage, le général Hube prépare un repli vers l'ouest en opposition directe avec les ordres de Paulus et d'Hitler. L'ordre de Hube ne sera pas mis à exécution[Note 35] mais il sera une des causes de renvoi de son supérieur, le général von Wietersheim, qui avait soutenue la décision de Hube[27],[Note 36].

Soldat de l'Armée rouge s'apprêtant à lancer une grenade. Photo prise le 1er septembre 1942.

À partir du 3 septembre 1942, les attaques soviétiques contre la VIe Armée sont relayées au nord par la montée en ligne de trois armées de réserves[Note 37] envoyées par la Stavka. Cependant cette première offensive de Kotluban, organisée à la hâte à la demande pressante de Staline, sur un terrain très défavorable, échoue complètement, ne réussissant ni à rejoindre la 62e armée dans Stalingrad, ni a isoler le XIV. Panzerkorps. Elle est finalement arrêtée par le commandement soviétique le 10 septembre 1942, laissant les Allemands border la Volga sur près de 15 km de Rynok au sud d’Erzovka[28]. Ces contre-attaques sanglantes auront cependant des conséquences importantes sur la suite de la batailles: elles repoussent les Allemands hors des faubourgs nord de Stalingrad (Spartakovka et Rynok) et empêchent toute attaque sur le nord de la ville (l'usine de tracteurs) durant les premières semaines. La conquête de ces quartiers, quelques semaines plus tard, sera l'un des combats les plus durs que devra mener la 6. Armee dans la ville.

Encerclement par le sud 29 août - 10 septembre[modifier | modifier le code]

Au sud, la IVe Panzer-armee est arrêtée par un réseau défensif aménagé par les Soviétiques dans la zone vallonnée qui s’étend entre Abganerovo (en russe : Абганерово) et Krasnoarmeysk (en russe : Красноармейск). Incapable de s’en emparer après plus de deux semaines de combats, Hoth fait retirer ses panzers de nuit pour les faire attaquer 50 km au nord ouest à Zety où il réussit enfin à percer le 29 août 1942[29].

Le 30 août 1942, la 4e Panzer-armee de Hoth et la VIe Armée de Paulus ne sont plus qu’à 15 km l’une de l’autre ; les 80 000 hommes des 62e et 64e armées soviétiques qui affrontent la 71e division allemande dans la région de Kalatch, 80 km à l’ouest de la ville, sont dès lors menacées d’encerclement. Eremenko[Note 38], les fait promptement décrocher ; le 2 septembre 1942[Note 39],[Note 40], quand les armées allemandes font leur jonction, le gros des troupes[Note 41] a pu être évacué ; mais beaucoup de matériel a dû être abandonné.

Lopatine, chef de la 62e armée réfugiée dans Stalingrad, juge la ville indéfendable[30]. Ce dernier avis ajouté à ses défaites de l’été lui vaudra d’être remplacé par son adjoint Krylov, à titre temporaire, puis par Tchouïkov à partir du 12 septembre 1942[31].

Le rôle de la Luftwaffe et le bombardement du 23 août[modifier | modifier le code]

Bombardement de la gare de Stalingrad.
La fontaine Barmaleï après le bombardement du 23 août.

La couverture aérienne de la VIe Armée est assurée par le VIII. Fliegerkorps commandé par Martin Fiebig qui est la principale composante de la Luftflotte 4, du Generaloberst Wolfram von Richthofen.

Son intervention sur la ville de Stalingrad commence le 23 août 1942, jour où les Allemands atteignent la ville au nord, par un raid de terreur visant la population civile. C'est le bombardement de ce type le plus massif sur le front de l'est. La Luftwaffe totalise 1 600 sorties et 1 000 t de bombes dans la journée[32] en soutien des troupes au sol, jusqu'à un dernier raid, qui lui vise Stalingrad alors que « dans la ville il n'y avait presque pas de troupes »[33]. Le raid regroupe environ 600[34] appareils et cause une véritable tempête de feu. Il détruit environ 80 % de l'espace habitable de la ville. Il sera suivi d'autres raids sur la ville avant que la bataille n'y commence réellement : le 25 août un second bombardement d'ampleur vise ainsi une nouvelle fois la population civile[34],[35], suivi d'autres attaques contre les installations industrielles jusqu'au 6 septembre[34]. Le moral des défenseurs n'a néanmoins pas été atteint et la ville en ruines va s'avérer être pour eux un champ de bataille idéal[36].

Staline ayant refusé de les laisser quitter la ville, 600 000 civils sont encore présents à Stalingrad, et en une semaine 40 000 d'entre eux sont tués par les bombardements[32]. Après celui du 25 août, les femmes et les enfants sont finalement autorisés à évacuer la ville pour la rive orientale de la Volga, mais les moyens mis à disposition par le NKVD pour franchir le fleuve manquent, ces moyens étant essentiellement utilisés à des fins militaires et d'évacuation des blessés[37].

Durant toute la bataille, la Luftwaffe joue un rôle de premier plan : entre juillet et novembre, ses attaques concentrent plus de la moitié de l'activité aérienne de tout le front de l'est (66 000 des 133 000 sorties), et vont crescendo de juillet à novembre : en juillet 2 425 sorties ; en août 14 018 ; en septembre 16 754 ; en octobre 25 229 ; en novembre 7 575[38]. Les sorties sur Stalingrad sont interrompues à partir du 19 novembre, jour de la contre-offensive soviétique[38].

Cependant, l'augmentation de l'activité de la Luftwaffe sur Stalingrad ne s'obtient qu'en y concentrant les efforts au détriment des autres parties du front. En effet, le nombre d'appareils disponibles chute dramatiquement dès le début de la campagne : il passe de 1155 en juin à 516 à la mi-septembre et ne remonte jamais vraiment malgré les efforts de renforcement. Aussi quand la Luftwaffe doit intervenir sur d'autres secteurs, notamment pour contrer les attaques sur le flanc nord de la 6e Armée, le ciel de Stalingrad se vide-t-il des avions allemands.

L'appauvrissement du bouclier aérien sera plus sensible encore en novembre quand une partie des escadrilles seront envoyées vers le front centre et vers l'Afrique du Nord, ainsi que pour des missions de bombardement des regroupements soviétiques détectés dans les têtes de pont de Kletskaia et Serafimovitch. Cette diminution tient pour beaucoup à l'usure du matériel sollicité à l'extrême sur un front très large : ce sont les mêmes unités qui couvrent tout le front sud, de Stalingrad au Caucase ; de plus, la Luftwaffe manque de tout : d'avions de remplacement, de mécaniciens, de pièces détachées[39].

Malgré ces difficultés, la Luftwaffe est maîtresse du ciel de Stalingrad le jour ; sa présence interdit toute traversée de la Volga et son intervention stoppe net plusieurs offensives de Tchouïkov, obligeant les Soviétiques à n'opérer que de nuit.

L'absence de chasse de nuit incitera les Soviétiques à concentrer leurs efforts sur les unités de bombardement nocturne (dont les fameuses Nachthexen, les « sorcières de la nuit ») au point que, début octobre, les bombardiers de nuit Polikarpov Po-2 représentent plus de 40 % des appareils de la 8e armée aérienne, responsable du secteur de Stalingrad[40].

Bilan[modifier | modifier le code]

Bombardement aérien de la ville ; photo prise de la soute d'un bombardier de la Luftwaffe en septembre 1942.

À partir du 10 septembre 1942, date à laquelle la situation est stabilisée sur l’aile nord de la 6e Armée, le groupe d’armée B a atteint l’objectif qui lui était fixé par la directive 41 (le plan initial de l'opération bleue) :

  • l’isthme Don Volga est barré ;
  • le trafic le long du fleuve est interrompu :
  • la ville, qui a été ravagée par les raids de la Luftwaffe, a perdu son potentiel industriel ;
  • les pertes infligées à l’Armée rouge sont considérables : plus de 300 000 soldats hors de combat, 1 000 chars détruits[Note 42], 88 700 prisonniers, 750 canons capturés[41] et 650 avions abattus[42].

La ville est isolée, elle n’est défendue que par les restes de deux armées qui ont laissé le gros de leur matériel dans une retraite précipitée et ne peuvent plus être ravitaillées que par bateaux.

La tentative soviétique pour bloquer l’avance allemande et protéger leur ligne de communication principale vers le Caucase a donc échoué.

Cependant, dans une campagne où le temps est un élément crucial, les Soviétiques ont réussi à ralentir l'avancée allemande. Le renforcement constant de leur défense et leurs contre-attaques régulières ont transformé ce qui devait être la saisie de la ville en un bond en une succession d'offensives victorieuses mais épuisantes et la progression de la 6e Armée n'a pu être maintenue qu'au prix d'un renforcement régulier au détriment de l'offensive dans le Caucase[43].

De plus, à la suite du déblocage des réserves qui devaient protéger Moscou, d’importantes troupes sont massées au nord de la ville et les positions défensives aménagées dans les collines au sud sont solidement tenues.

Enfin, malgré plusieurs tentatives germano-italiennes pour les réduire, y compris avec le soutien d’une division Panzer, les Soviétiques conservent deux têtes de pont sur les arrières allemands à l’ouest du Don, à Kremenskaya et Serafimovitch à environ 150 km et 200 km de Stalingrad.

Les Allemands à l'assaut de la ville : enlisement et batailles de rue sanglantes[modifier | modifier le code]

Une fois la situation stabilisée au nord, avec la fin des tentatives de contre-attaques de Joukov, et l'isolement de la ville parachevé au sud par la 4e Panzer-armee, les troupes du Reich sont envoyées à sa conquête à partir du 13 septembre 1942. Dans un mémo destiné à l'état-major du groupe B, Paulus prévoit que l'affaire sera terminée en une dizaine de jours[Note 43].

Cette victoire rapide est d'autant plus attendue qu'aux alentours de cette date il apparaît clairement que la campagne du Caucase n'atteindra pas ses objectifs. La propagande allemande focalise dès lors son attention sur la prise de Stalingrad présentée comme imminente. L'attente ainsi créée préoccupe Hitler au point qu'il finit par considérer la prise de la ville comme un objectif politique et psychologique et qu'il en fait l'objectif principal du groupe d'armée B à partir du 6 octobre 1942[44].

Côté soviétique, les tentatives de dégagement de la ville par le nord ayant échoué, on décide donc pour conserver la ville de la renforcer directement. Tchouïkov est nommé à la tête de la 62e Armée, qui défend la ville, et prend son commandement le 12 septembre 1942. Les premiers renforts sont attendus deux jours plus tard. Très vite[Note 44] la Stavka décide de faire de Stalingrad un point de fixation pour la 6e Armée pendant que les troupes nécessaires à son encerclement arrivent au nord et au sud. D'ici là il faudra tenir, en infériorité numérique et matérielle quasi constante pendant deux mois.

Forces en présence[modifier | modifier le code]

À l'exception du secteur de Voronej au nord, protégé par la IIe Armée allemande, la défense des flancs le long du Don est essentiellement confiée aux troupes alliées de l'Axe. Du nord au sud : Hongrois, Italiens (à partir d'août) et Roumains (en septembre), ces derniers n'étant pas positionnés à côté des Hongrois à cause des vives tensions entre leurs pays. L'arrivée de ces troupes alliées permet aux Allemands de dégager des unités pour renforcer le secteur de Stalingrad où les combats dans et hors de la ville sont particulièrement violents [Note 45].

La 6e Armée laisse un de ses quatre corps d'armée à l'ouest du Don, devant la tête de pont russe de Kremenskaïa[Note 46] ; le XIe Armeekorps fait la jonction avec les Roumains et un autre, le VIIIe Armeekorps, doit garder l'isthme Don-Volga et se protéger des attaques venant du nord. Le gros de ses divisions reste cependant disponible pour prendre la ville ; elle est de plus soutenue au sud par la 4e Panzer-armee[Note 47].

Le plan initial prévoit une attaque sur 3 axes : au nord par le XIVe Panzerkorps, à l'ouest par le LIe Armeekorps et au sud par le XLVIIIe Panzerkorps de la 4e Panzer-armee. Les tentatives russes de briser l'encerclement par le nord obligent cependant le XIVe Panzerkorps à rester sur la défensive. La 6e Armée limite donc son assaut initial au centre et au sud de la ville[45].

Le rapport de force reste cependant très favorable aux Allemands car, face à eux, la 62e Armée compte en théorie 23 divisions[46] mais ce ne sont que des bribes d'unités[Note 48].

Rapport de forces mi-septembre 1942 dans la ville de Stalingrad[47].
- Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Hommes 90 000 60 000
Canons 1 500 400
Chars 250[Note 49] 60
Avions 500 226 [48]

Stalingrad, un champ de bataille inédit[modifier | modifier le code]

Usine de tracteurs détruite (1942). Les ouvriers soviétiques continuèrent de produire des chars sur les lignes de production jusqu'à ce que surviennent les combats.

L'évolution de la bataille, qui a amené les Allemands aux portes de Stalingrad, les contraint à un assaut frontal contre une ville où les troupes soviétiques sont retranchées. C'est un front tout en longueur d'une cinquantaine de kilomètres du nord au sud mais d'à peine trois à cinq kilomètres d'est en ouest. Contrairement aux premières prévisions, qui voyaient l'affaire terminée en une dizaine de jours, les combats dans la ville dureront près de six mois. Stalingrad devient ainsi la première bataille urbaine de l'histoire (les combats urbains de Madrid et Sébastopol n'avaient pas duré plus d'une semaine), la première aussi à se dérouler principalement dans des sites industriels.

Dans cet environnement, la Wehrmacht perd une partie de son avantage en termes de mobilité et de puissance de feu. L'usage de l'artillerie et de l'aviation est compliqué par la proximité et l'imbrication des lignes de front. Les multiples obstacles de l’environnement urbain ne laissent que des lignes de vue très courtes, ce qui oblige à engager les chars à proximité immédiate de leurs objectifs et les rend très vulnérables aux armes antichars adverses, même les plus légères[Note 50], camouflées dans les ruines ou utilisées depuis les toits.

Car la bataille se joue aussi à la verticale, dans les étages et les sous sols. Les caves sont les seuls endroits qui n’ont pas été détruits par les bombardements massifs et répétés ; elles offrent un abri relatif où se reposer. Les égouts sont le seul lieu où on peut se déplacer à l’abri des bombardements. Les Russes, qui en ont la carte contrairement aux Allemands[49], s’en servent pour quitter les positions menacées ou mener des coups de main sur les arrières ennemis. Les Allemands appellent cette guerre urbaine invisible Rattenkrieg (« guerre de rats »)[50].

Les défenseurs exploitent au maximum les possibilités de l'environnement. Avec l'aide des ouvriers des usines, ils relient entre eux des centaines d'immeubles, murent leurs principaux accès et les transforment en forteresses avec mines, barbelés, meurtrières au ras du sol, postes d’observation d'artillerie dans les étages, canons et chars camouflés dans les ruines.

Les Soviétiques utiliseront aussi les rives très escarpées de la Volga qui les protègent des tirs directs[51] ; ils installeront des batteries de katiouchas au pied des falaises et y creuseront des abris. Ils feront de même dans les lits très encaissés de plusieurs petites rivières, qui coupent la ville dans sa largeur et facilitent l'arrivée des renforts.

Déroulement des opérations[modifier | modifier le code]

Combats dans la ville de Stalingrad du 12 septembre au 18 novembre 1942

La bataille dans la ville peut se découper en 3 phases :

Chacune de ces phases correspond non seulement à l'évolution géographique de la bataille mais aussi à l'évolution du rapport de force avec un épuisement progressif des assaillants et un durcissement parallèle de la défense. Cette évolution est aussi perceptible au niveau territorial, avec des progressions quotidiennes de la 6e Armée qui se chiffrent en kilomètres en septembre pour ne plus se compter qu'en mètres en novembre, ou au niveau du coût humain, qui augmente sans cesse pour des gains de plus en plus faibles.

Les faubourgs sud et le centre-ville[modifier | modifier le code]

« Pour les Américains, le temps, c'est de l'argent mais durant ces journées, nous aurions pu dire le temps, c'est du sang[52]. » (Tchouïkov).

Après une première tentative du 4 au 7 septembre 1942, arrêtée notamment à cause de l’énorme consommation de munitions qu’elle entraînait[53], c’est le 13 septembre 1942 que Paulus lance sa première véritable tentative pour prendre la ville.

Ses troupes au nord de la ville devant faire face à des attaques massives des Soviétiques, son attaque se concentre sur deux axes : au sud et au centre de la ville. Ses objectifs principaux sont le débarcadère, par où arrivent les renforts russes, et le kourgane Mamaïev, position stratégique pour l’artillerie, car cette colline de 102 mètres de hauteur domine la ville et la rive orientale de la Volga[Note 51].

Sous la puissance de l'assaut, accompagné par des bombardements intenses, la 62e Armée cède en son centre : le 14 septembre 1942, la 71. Infanterie-Division perce ses défenses et pénètre au cœur de la ville, menaçant directement le QG de la 62e Armée et le débarcadère. Tchouïkov ne sauve la situation qu'en employant tous les moyens à sa disposition, des officiers d'état-major aux milices d’ouvriers, pour retarder les troupes de choc allemandes. Il réussit ainsi à conserver in extremis le débarcadère, par où arrive la 13e division de la garde du général Rodimtsev qui renverse la situation en contre-attaquant immédiatement le 15 septembre 1942.

La veille de la contre attaque, le 14 septembre 1942, le groupe d'armée B notait déjà dans ses compte-rendus que « Les combats pour la forteresse Stalingrad se distinguent par l'exceptionnelle ténacité et la violence de l'ennemi[54]. »

En effet, la bataille fait rage pour chaque rue, chaque usine, chaque maison, chaque sous-sol et chaque escalier. Il faut six jours de combats ininterrompus pour s'emparer de la gare centrale qui change quinze fois de mains avant d’être définitivement conquise. On se bat pour « la clouterie » ou le magasin Univermag ; l’Ascenseur à grain, un complexe dominé par un énorme silo qui sépare les quartiers sud du reste de la ville, bloque deux divisions pendant sept jours. Pour reprendre les mots de Jean Lopez, « c’est là toute la désespérante lenteur de la bataille de Stalingrad. »

Le 20 septembre 1942, après plus d'une semaine de combats, Franz Halder, chef d'état-major de l'armée de terre allemande, note dans son journal : « l'épuisement graduel des troupes d'assaut allemandes est perceptible[55] ». Or face à elle un flux régulier de renforts permet aux Russes de se maintenir malgré les pertes qu'ils subissent.

Le débarcadère est finalement atteint le 22 septembre 1942. Les combats dans le centre-ville se poursuivent encore deux jours, mais dégarnies en vue des phases suivantes de l'offensive, les troupes allemandes, épuisées, ne réussiront pas à déloger les Russes des derniers pâtés de maisons bordant la Volga, dont la fameuse maison Pavlov[56],[57].

L'autre objectif, le Kourgane Mamaïev, est atteint dès le 16 septembre 1942, mais il ne sera jamais complètement pris par les Allemands. Les combats y sont particulièrement impitoyables, plusieurs divisions des deux camps s'y succèdent et la bataille ne s’y apaise qu’après le 29 septembre 1942, quand l’artillerie des deux camps est suffisamment puissante pour interdire toute implantation sur le sommet[58],[Note 52].

Les cités ouvrières et le saillant d'Orlovka[modifier | modifier le code]

Fin septembre, Paulus peut dire à Hitler que la croix gammée flotte sur la place centrale de Stalingrad[59] ; les unités motorisées qui lui avaient été prêtées par la 4e Panzer-armee sont retirées du front pour préparer une offensive vers Astrakan (qui n'aura jamais lieu). C'est donc avec des troupes diminuées, épuisées par deux semaines de combats intenses et en partie retenues au sud par le "nettoyage" des zones conquises, que la 6e Armée doit prendre la partie nord de Stalingrad : Le Kourgane Mamaïev (encore), les villages d'Orlovka et Rynok et les trois grandes usines avec leurs cités ouvrières (du nord au sud) : l'usine de tracteurs Djerzinski, l'usine d'armement "Barricade" et le complexe métallurgique "Octobre rouge". Elle peut cependant compter sur le XIVe Panzerkorps au nord, sur lequel la pression se relâche un peu[Note 53], et sur l'arrivée de la 100. Jäger-Division (100e division de Chasseurs) en provenance du Don où elle a été remplacée par des unités roumaines.

Paulus lance sa nouvelle attaque le 27 septembre. Après un pilonnage intense, ses troupes chassent presque entièrement les Soviétiques du Kourgane Mamaïev et tournent les défenses qui protégeaient les approches de la ville devant les cités ouvrières. En 48 heures, le dispositif russe est éventré sur près de 6 km. Tchouïkov dira : « Encore une bataille comme celle-là et nous serons dans la Volga ». Mais l'élan s'épuise en deux jours à peine[Note 54]. Le manque d'infanterie dans la 6e Armée est tel qu'il faut une longue préparation pour reconstituer et regrouper des unités aptes à mener un nouvel assaut[Note 55], ce qui permet aux Soviétiques d'acheminer les renforts nécessaires pour reconstituer leurs défenses[Note 56]. Dans les cités ouvrières, l'attaque sera relancée le 3 puis le 7 octobre, sans résultats décisifs, avant une période de pause relative où les combats se limiteront à des objectifs locaux et à un lent et coûteux grignotage des positions soviétiques.

Dès le 29 septembre 1942, quand les unités dans le secteur des cités ouvrières commencent à montrer des signes d'épuisement, Paulus change l'axe de son attaque[58]. Il porte son effort sur le saillant d'Orlovka, une position avancée au nord-ouest de Stalingrad, que les forces russes à l'extérieur de la ville essaient de rejoindre depuis des semaines pour briser l'encerclement. Là aussi la faiblesse des effectifs ralentit la progression et oblige Paulus à jongler constamment avec ses unités. Ce n'est que le 8 octobre 1942 que Tchouïkov ordonne aux derniers défenseurs d'abandonner leurs positions[Note 57].

À la mi-octobre, les troupes allemandes ont donc réussi à s'emparer des zones peu densément construites à l'ouest de la ville, mais leur progression ralentit très fortement dans les cités ouvrières. C'est en effet un terrain beaucoup plus difficile que la vieille ville au sud : il offre de formidables retranchements avec de hauts immeubles en béton armé qui résistent particulièrement bien à l'artillerie. Les lignes de front sont trop proches pour un emploi efficace de l'aviation ; la consommation de munitions est telle que les obus viennent à manquer et l'artillerie ne peut plus soutenir les fantassins ; l'infanterie s'épuise dans ces combats maison par maison et ne suit plus aussi bien qu'avant les interventions de l'artillerie ou de l'aviation.

Les Soviétiques, dont la résistance est qualifiée d'héroïque et parfois de fanatique, ont adapté leurs tactiques (coups de main nocturnes, groupes de combat autonomes, sélection des points d'appuis, positionnement au plus près des troupes allemandes), fortifié leurs positions[Note 58],[Note 59], renforcé et réorganisé leur artillerie[Note 60] et leur défense anti-aérienne[60],[Note 61]. À partir de la mi-octobre, les bombardements nocturnes du VVS gagnent en importance et deviennent un sujet de préoccupation pour les officiers allemands[Note 62]. Ainsi, si les Allemands infligent des pertes toujours aussi terribles à leurs adversaires, leur progression devient beaucoup plus coûteuse qu'elle ne l'était dans les premiers jours de la bataille[Note 63].

Cependant, bien que les forces d'assaut de la VIe Armée soient épuisées[Note 64],[Note 65] et que la poche de Stalingrad réduite à une bande de terre qui ne fait pas plus de 4 kilomètres de profondeur n'ait plus guère de valeur militaire, Hitler en fait l'objectif prioritaire du groupe d'armée B et parle pour la première fois de Stalingrad comme d'un objectif psychologique[61],[62].

Stuka survolant Stalingrad en octobre 1942.
Les usines et les faubourgs nord[modifier | modifier le code]

Pour répondre à l'ordre donné par Hitler de prendre Stalingrad, le groupe B et la VIe Armée font feu de tout bois pour trouver des renforts à envoyer dans la ville. Les défenses des flancs sont allégées sur le Don et dans l'isthme Don-Volga pour dégager deux divisions d'infanterie, la 305. Division et la 79. Division. L'opération vers Astrakan est annulée, ce qui permet de renvoyer la 14e Panzerdivision dans Stalingrad[63].

Grâce à ces renforts, la 6e Armée relance l’offensive le 14 octobre puis le 23 octobre, mais chacun de ces assauts suivra le même schéma que l'offensive lancée sur les cités ouvrières : après un départ fulgurant, qui met les Soviétiques en situation périlleuse, les pertes de plus en plus lourdes ralentissent l'élan initial, ce qui permet aux Russes de se rétablir et après quelques jours d'annuler une partie des gains obtenus en contre-attaquant grâce aux renforts envoyés depuis l'autre rive de la Volga.

Début novembre, la 6e Armée, exsangue, est de nouveau hors d'état de mener l'offensive et doit faire appel à des renforts supplémentaires. N'ayant plus de réserves disponibles, elle devra faire appel à celles du groupe d'armée B. Le dernier assaut, connu sous nom d'opération Hubertus, sera lancé le 11 novembre et connaîtra le même destin.

L'assaut sur l'usine de tracteurs Dzerjinski[modifier | modifier le code]

En s'appuyant sur l'arrivée de la 305. Division, la VIe Armée reprend l'offensive dans la partie nord du secteur des usines du 14 octobre 1942 au 19 octobre 1942. Elle réussit à fractionner la défense russe en plusieurs endroits, ce qui lui permet de mener une série de combats d'encerclement au nord de l'usine Dzerjinski et à l'ouest de l'usine d'armement Barricade. Ces manœuvres lui permettent de s'emparer en moins de deux jours de l'usine Djerzinski, d'atteindre la Volga et de prendre pied dans l'usine Barricade. La 62e Armée est coupée en deux.

Mais les unités de combat de la 305. Division subissent jusqu'à 70 % de pertes[64],[Note 66], ce qui les laisse incapables d'achever la conquête de Barricade. De plus, la défense antichar soviétique fait de tels progrès qu'à partir de ce moment la 6e Armée ne sera guère capable d'aligner plus d'une trentaine de blindés opérationnels[Note 67] alors qu'elle a engagé dans la ville deux divisions de panzers en plus des unités de Sturmgeschütze (canons d'assaut) qui soutiennent son infanterie.

Au nord de la rivière Mechteka, les forces soviétiques du groupe Ghorokov sont isolées dans les villages de Rynok et Spartakovka[Note 68]. Cette zone extrêmement bien fortifiée[Note 69] sera tellement bombardée qu'elle gagnera le surnom de "petit Verdun"[65] ; les Soviétiques réussiront à s'y maintenir jusqu'à la fin de la bataille.

Combats dans une usine.
L'assaut sur le complexe métallurgique Octobre Rouge[modifier | modifier le code]

L'arrivée de la 79. Division permet de relancer l'attaque et de l'étendre vers le sud à l'usine Octobre rouge[63]. Cette nouvelle vague de combats durera du 23 octobre 1942 au 30 octobre 1942. Elle permet aux Allemands d'achever la conquête de l'usine d'armement Barricade, dont les murs avaient été atteints le 16 octobre 1942 et qui tombe enfin le 29 octobre 1942[Note 70]. La plus grande partie d'Octobre rouge est prise par la 6e Armée dans les premiers jours de l'offensive, mais l'usine ne sera jamais entièrement conquise[Note 71].

Des deux côtés, les unités sont employées jusqu'à l'épuisement. Dans les derniers jours d'octobre, cinq divisions allemandes, sur les neuf présentes dans la ville, sont déclarées sans valeur offensive, y compris les 305. et 79. ID qui n'étaient montées en ligne qu'une à deux semaines auparavant. Il en va de même du côté russe[Note 72]. Dans le secteur des usines, qui représentent un champ de bataille d'à peine 2 km de large, les cartes d'état-major mettent face à face trois divisions allemandes et quatre divisions russes, mais ce ne sont que des coquilles vides qui totalisent à peine 10 000 combattants, moins que l'effectif réglementaire d'une seule division[66].

L'opération Hubertus[modifier | modifier le code]

« J'ai voulu atteindre la Volga en un point bien précis, dans une ville bien précise, parce que c'est un point très important. Par coïncidence cette ville porte le nom de Staline. (...) Cette ville je la voulais et - vous savez que nous sommes modestes - et cette ville, voyez-vous, nous l'avons. Il reste quelques îlots de résistance. Certains me demandent : « Pourquoi n'en finissez-vous pas plus vite ? » Je réponds : « Parce que je ne veux pas d'un second Verdun. » Je laisse à des petits éléments d'assaut le soin d'achever la conquête [de Stalingrad]. »

A. Hitler discours du 8 novembre 1942 au Bürgerbräukeller[Note 73].

Si Hitler se permet cette déclaration c'est que, début novembre, la situation de Tchouïkov est critique. Il ne contrôle plus qu'un dixième de la ville et les glaces, qui commencent à dériver sur la Volga, empêchent toute traversée du fleuve. Mais contrairement à ce que prétend Hitler, si Paulus n'en finit pas plus vite, c'est parce que ses troupes sont à bout et qu'il n'a pas les moyens d'achever son adversaire.

À Stalingrad novembre commence donc par une dizaine de jours de pause relative, pendant lesquels la VIe Armée reste sur la défensive[67]. L'état-major allemand cherche désespérément des renforts pour la 6e Armée qui est à court de réserves. Il finit par s'accorder sur l'envoi à Stalingrad de cinq bataillons (environ 1 700 hommes) de pionniers d'assaut prélevés sur le groupe d'armée B, qui défend le Don.

L'offensive reprend donc le 11 novembre 1942, mais la densité du réseau défensif russe et la puissance du soutien d'artillerie venant de la rive orientale de la Volga épuisent vite ce nouvel effort allemand. Dès le premier jour de l'opération Hubertus les pionniers perdent 25 % de leurs effectifs[Note 74]. Leur action permet d'atteindre la Volga sur 600 m supplémentaires et d'isoler, à l'est de l'usine Barricade, la 138e division de fusiliers du général Lioudnikov, mais, ayant "dépensé" ses renforts en quelques jours, la 6e Armée se retrouve vite dans la situation qui prévalait avant Hubertus : manquant de troupes elle ne parvient pas à venir à bout de l’îlot Lioudnikov dont les défenseurs manquent pourtant de vivres comme de munitions.

Face à cette situation, les généraux allemands sur le terrain rééchelonnent leurs opérations et ne prévoient pas la conquête totale de la ville avant 1943, mais le 19 novembre 1942 la contre-offensive, que les Russes préparent depuis mi-octobre, stoppe toutes leurs opérations offensives.

Renforcement soviétique, épuisement allemand[modifier | modifier le code]

Tchouïkov ne tient Stalingrad contre la formidable puissance de feu allemande que par une arrivée régulière de renforts. Au plus fort de la bataille, les soldats soviétiques arrivant dans la ville n'ont pas trois jours d'espérance de vie[Note 75]. La 62e Armée recevra plus de 100 000[68] hommes de renfort du 15 septembre 1942 au 8 novembre 1942[Note 76], à peine de quoi équilibrer les pertes.

Malgré ces renforts le nombre de combattants soviétiques dans la ville diminue régulièrement[Note 77]. Si les effectifs de la 62e armée restent relativement stables, c'est que chacune des 9 divisions et 4,5 brigades envoyées en renfort laissent le gros de leur artillerie sur la rive orientale. Cette artillerie, sous le commandement de Voronov et Pojarski, est réorganisée pour permettre un soutien de plus en plus efficace à l'infanterie. C'est à Stalingrad que les Soviétiques mettent en place leurs premières divisions d'artillerie lourde, puis les premiers groupes d'artillerie d'armée[69]. Ainsi la 24e Panzerdivision rapporte que la moitié de ses pertes sont dues à l'artillerie soviétique[70] qui, à la fin de la bataille, sera capable de lancer jusqu'à 500 obus à la minute[71].

On note de la même façon une montée en puissance de la DCA[Note 78] et de l'aviation[Note 79] soviétiques qui, au prix de pertes terribles[Note 80], usent progressivement la Luftwaffe.

À l'inverse, bien que subissant des pertes nettement moins élevées[Note 81], la VIe Armée s'épuise : le manque d'hommes sur le front de l'est est tel qu'elle ne reçoit pour tout renfort, début novembre, que cinq bataillons de pionniers. Pour trouver des combattants Paulus envoie au front les soldats allemands qui occupaient de postes non-combattants et les remplace massivement par des auxiliaires russes[Note 82], il envisage même un temps d'utiliser les tankistes et les mécaniciens comme fantassins dans les secteurs défensifs[Note 83]. Ses troupes perdent d'autant plus en qualité que les vétérans du début de la bataille sont le plus souvent remplacés par des jeunes recrues[72], ce dont se plaignent leurs officiers. Les pertes sont telles qu'on voit apparaître à Stalingrad un nouveau niveau dans la classification des bataillons: 'épuisé', qui signifie que l'unité compte moins de 30 % de son effectif réglementaire… mais qui ne l'empêche pas de rester en ligne. Après un mois et demi de combats incessants ce sont les divisions entières qui perdent leur valeur offensive :

Paulus ne peut accorder de repos à ses hommes qu'en les envoyant dans des secteurs plus calmes du front ou en stoppant l'offensive dans un quartier de la ville pour la relancer dans un autre. Les soldats allemands, présents pendant des semaines dans la ville, s'épuisent physiquement et nerveusement. Ainsi mi-octobre, un commandant de régiment de la 79 ID recevra cet avertissement de la part d'un de ses homologues de la 100e division de chasseurs « Vous ne pouvez rien attendre de mes troupes, nous sommes complètement épuisés, nous avons été saignés à blanc, l'esprit combattif a disparu, attendez simplement que vos troupes se battent ici durant 14 jours et vous ne serez pas différents »[73]

Malgré cela la position des Soviétiques reste incertaine jusqu'au déclenchement de l'opération Uranus : ils reculent tout au long de la bataille et leurs contre-offensives restent locales et sans lendemain. Chaque offensive majeure allemande fait craindre la chute de la ville et la remise en cause de l'opération Uranus et des énormes préparatifs qu'elle nécessite. Aussi les Russes lancent-ils des offensives au nord et au sud de la ville pour soulager les défenseurs quand leur position devient trop critique, côté nord elles n'auront guère de succès mais au sud les Russes atteindront fin octobre les faubourgs de Stalingrad[Note 84]. Certaines mesures montrent plus clairement encore les craintes de voir tomber la ville, comme la mise en défense des îles de la Volga et de la rive gauche[Note 85] ou l'évacuation du personnel féminin de Stalingrad, là encore ces décisions correspondent aux poussées allemandes dans la ville.

Les problèmes logistiques[modifier | modifier le code]

Soldats nourrissant des chevaux
Photo Natalia Bode

La bataille de Stalingrad est un défi logistique pour les deux protagonistes.

Côté soviétique, le seul moyen d'approvisionnement est la traversée de la Volga par bateau (le dernier pont reliant la ville à la rive orientale a été dynamité au tout début de la bataille dès l'arrivée des Allemands dans les faubourgs). Le fleuve étant très vite sous le feu de la 6e armée et sous la menace constante de la Luftwaffe, la flottille de la Volga du contre-amiral Rogatchev ne peut traverser le fleuve que de nuit et dans des conditions périlleuses, un nombre important de soldats sont ainsi tués lors de la traversée. De plus, les lignes de chemin de fer débouchant à Stalingrad sont coupées par les lignes allemandes, ce qui compartimente le front en trois parties distinctes (au nord sur le Don, dans la ville et enfin au sud). Cela empêche tout transfert rapide de troupe d'un secteur à l’autre.

L'approvisionnement de la ville dépendra donc d'une ligne de train unique dont le terminus est sous la menace de l'aviation ennemie, ce qui oblige à débarquer les troupes loin du front et à leur faire terminer le chemin de nuit à pied ou en camion[Note 86], pour attendre cachées dans les forêts de la rive gauche de pouvoir traverser le fleuve à leur tour. Malgré la précarité de ce lien, l'approvisionnement de Tchouïkov ne sera jamais stoppé jusqu'à l'apparition des glaces dérivantes sur la Volga début novembre, il recevra ainsi près de 100 000 hommes.

Côté allemand, c’est le ravitaillement du groupe A, dans le Caucase, qui est prioritaire. Dès le début de la campagne le ravitaillement est donc un problème pour Paulus dont les troupes tombent plusieurs fois à cours de carburant[Note 87] lors de la conquête de la boucle du Don, ce qui retarde les opérations et laisse le temps aux Soviétiques de se réorganiser.

Lors de la bataille pour la ville, la ligne de chemin fer dont dépend son approvisionnement s’arrête à une centaine de kilomètres à l’ouest, à Tchir sur la rive ouest du Don. Son approvisionnement se fait donc au début par camions, puis, à partir de fin août, les pannes s’accumulant, par charrettes tirées par des chevaux ou même des bœufs.

La quantité de munitions consommée par les combats urbains ayant été gravement sous-estimée, les réserves des troupes allemandes sont faibles au point que leur artillerie tombe parfois à cours d’obus lors de la bataille[Note 88],[Note 89].

Tout au long de la bataille, le commandement allemand fait le pari qu’une chute prochaine de la ville résoudra le problème, aussi l’envoi de munitions est-t-il toujours prioritaire, prenant le pas sur la nourriture (les soldats allemands souffrent de la faim avant même leur encerclement par les Soviétiques), sur les équipements d’hiver mais aussi sur le pont de chemin de fer pour passer le Don à Tchir qui aurait permis de rétablir un approvisionnement par rail. Les partisans, le manque de charbon, les conditions météo[Note 90] font que sur les dix-huit trains de ravitaillement quotidien jugés nécessaire pour la 6e armée elle n'en recevra pas plus de 10 à 14 (la construction du pont exigeant à elle seule un total de 70 trains).

Conditions de combat[modifier | modifier le code]

Les conditions dans lesquelles les combattants des deux camps prirent part à la bataille étaient extrêmes, et ont donné une dimension jusqu'alors inconnue à la guerre urbaine.

Colonne de prisonniers de l'Axe (Allemands, Italiens, Roumains et Hongrois - 1943).
Colonne de prisonniers de guerre allemands après la chute de Stalingrad, photo prise en février 1943.

Les postes de commandement soviétiques sur la rive occidentale sont dangereusement proches des combats. En au moins une occasion, la garde rapprochée de Vassili Tchouïkov, commandant de la 62e Armée, doit se battre face à une attaque des Allemands. Au plus fort de l'avancée allemande, les têtes de ponts soviétiques sur la rive occidentale ne sont profondes que de quelques centaines de mètres, obligeant les katiouchas à reculer jusqu'à la dernière extrémité de la berge pour tirer sur les premières lignes allemandes.

C'est à Stalingrad qu'on voit apparaître un nouveau type de combattant, le tireur embusqué, dont « Zikan », un tireur inconnu, qui tue 224 Allemands et Vassili Grigorievitch Zaïtsev, berger ouralien qui compte à son actif 149 tués[74] lors de la bataille. Ce sont des tireurs d'élite qui visent discrètement leurs victimes à grande distance et les tuent ou les blessent assez gravement pour que leurs camarades tentent de les secourir et donc s'exposent. De tels combattants sont érigés en héros par la propagande soviétique. Ce climat de crainte permanente contribue à saper le moral des combattants de l’Axe.

Civils dans Stalingrad en ruines.

L'extrême dureté des combats incite la majorité des combattants russes à consommer d'importantes quantités de vodka. Chaque unité devant recevoir une ration par soldat, nombre de commandants d'unités dissimulent les pertes, les vivants pouvant ainsi se partager les rations des morts. « L'alcool à 90° des infirmeries était rarement utilisé à des fins licites. L'on buvait aussi de l'alcool industriel et même de l'antigel après passage dans le filtre de carbone d'un masque à gaz », avec des conséquences parfois mortelles[75].

Lorsque les usines ne sont plus en état de produire, plusieurs milliers de civils, essentiellement des enfants et des vieillards restent dans la ville, y compris au plus fort des combats. Outre la menace constante d'être tué par un obus ou une balle perdue, la famine fait des ravages parmi cette population bloquée sur place.

Bilan[modifier | modifier le code]

Alors qu'une victoire rapide était attendue, la VIe Armée marque le pas à Stalingrad. Partagée entre de trop nombreuses missions (prise de Stalingrad, défense de ses flancs mais aussi préparation de la prise d’Astrakan) et constamment sous pression des assauts russes à l'extérieur de la ville, elle ne parvient pas à réunir les forces nécessaires pour exploiter ses succès. La bataille devient donc une bataille d'attrition, précisément ce qu'Hitler voulait éviter dans son conflit contre l'URSS.

Mais cette résistance inattendue de Stalingrad mi-septembre en a fait soudainement le point d'attention de la presse du monde entier: il n'a fallu que six semaines au Reich pour vaincre la France, mais il patauge à Stalingrad pendant neuf semaines sans réussir à emporter la décision. La propagande s'en empare dans les deux camps et l'importance symbolique de la ville ne cesse donc de croître au fur et à mesure que la bataille s'allonge. Champ de bataille secondaire couvrant l'invasion du Caucase, Stalingrad focalise progressivement toutes les ressources disponibles, devient l'objet de tous les sacrifices.

De mi-septembre à mi-novembre les Allemands perdent environ 12 000 tués et prisonniers et 40 000[76] blessés, dans les assauts urbains et la défense des abords de la ville. Les trois-quarts de ces pertes sont enregistrées durant le deuxième mois de combat, quand ils arrivent sur des positions mieux préparées (comme les grandes usines ou le faubourg de Spartakovka) et que l'artillerie soviétique gagne en puissance.

Si ces pertes sont relativement faibles à l'échelle de la VIe Armée, elles représentent la majeure partie de l'effectif combattant des dix divisions envoyées dans la ville. Aussi, bien qu'elles aient conquis 90 % de Stalingrad, elles se retrouvent trop faibles pour expulser leur adversaire des derniers points stratégiques (le dernier débarcadère, l'usine chimique Lazur) ou même de venir à bout de l’îlot Lioudnikov pourtant complètement isolé. Comme dans le Caucase un peu plus tôt, la Wehrmacht cale en novembre à Stalingrad.

Face à elle, les Russes reculent constamment et leurs pertes sont plus terribles encore : dans la ville la 62e Armée perd plus de 100 000 hommes (tués, blessés, prisonniers) dont 18 000 prisonniers[76].

Depuis le 23 juillet, le front de Stalingrad et le front du sud est ont perdu 305 000 tués et prisonniers, 277 000 blessés[76],[Note 91] , 1 426 chars[Note 92], 12 137 canons et mortiers[77] et 2 063 avions[78].

Cependant les Soviétiques ont mis à profit ces deux mois de combats dans la ville pour masser des troupes au nord et au sud. Ils visent l'encerclement des troupes allemandes dans la ville et sont dans une position idéale pour le réussir. Contre l'avis de ses généraux[Note 93], Hitler a fait de la prise de la ville un objectif prioritaire[Note 94]. De ce fait, le gros des forces allemandes est concentré dans la ville et leurs flancs sont mal défendus. Bien que leur faiblesse soit connue depuis le mois d’août, la plupart des actions pour les renforcer ont été repoussées ou annulées pour ne pas amoindrir l'effort dans la ville, pire : des unités y ont été régulièrement prélevées pour pouvoir continuer l'assaut dans la ville. Ainsi les troupes allemandes le long du Don ont été remplacées par des troupes roumaines[Note 95] ou italiennes, les têtes de pont soviétiques à l'ouest du Don n'ont pas été réduites, l'équipement promis aux alliés de l'Axe n'a pas été livré et les positions n'ont pas été aménagées pour l'hiver[Note 96].

La contre-attaque soviétique du 19 novembre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Uranus.
Contre-attaque soviétique à Stalingrad.
Troupes soviétiques de l'opération Uranus pendant l'encerclement de la 6e armée allemande.

Préparation de l'opération Uranus[modifier | modifier le code]

Le 13 septembre[79],[Note 97], Gueorgui Joukov et Alexandre Vassilievski présentent à Staline leurs idées d'une contre-offensive en attaquant les deux armées roumaines qui flanc-gardent à l'ouest et au sud la 6e Armée et dont les Soviétiques ont constaté la vulnérabilité : l'opération prend le nom d'Uranus et vise ainsi à piéger les importantes forces allemandes mobilisées pour prendre Stalingrad[79]. Un prolongement est par la suite prévu : l'opération Saturne qui vise Rostov sur le Don et ainsi l'isolement de toute la Heeresgruppe A dans le Caucase[79]. Parallèlement, d'autres opérations, plus ambitieuses encore[79], sont prévues au centre du front de l'est, à l'ouest de Moscou[Note 98].

Uranus nécessite la concentration de forces très importantes dans les steppes au nord et au sud de la ville et le maintien du gros des forces allemandes dans Stalingrad. Pour masquer ses intentions, l'Armée rouge applique une très stricte maskirovka : mouvements de nuit uniquement, faux trafic radio, ordres transmis uniquement par oral et le moins longtemps possible avant leur exécution, etc.

Reinhard Gehlen, qui dirige le renseignement allemand concernant l'URSS[Note 99] et pressent depuis la mi-septembre la possibilité d'une offensive soviétique sur l'aile sud, interprète ainsi le 12 novembre[Note 100] les préparatifs détectés sur le terrain comme l'annonce d'une offensive locale sur les arrières roumains, visant à soulager Stalingrad. Les Allemands ne s'attendent pas à une contre-offensive de grande ampleur, d'autant qu'ils sont impressionnés par les pertes de l'armée rouge lors de ses offensives régulière sur le nord de la VIe Armée et ne pensent pas que les Soviétiques aient malgré tout pu constituer des réserves[80]. Par ailleurs, le service de Gehlen, remarquant les préparatifs au centre du front de l'est, malgré la maskirovka, a deviné les intentions soviétiques concernant ce secteur (l'opération Mars et l'opération Jupiter). N'estimant pas l'Armée Rouge capable de deux offensives d'une telle échelle, Gehlen juge que celle qui se prépare sur les arrières de la 6e Armée ne peut être que limitée. Des mesures défensives sont prises, comme l'envoi du faible XLVIIIe Panzerkorps du général Heim[Note 101] sur les arrières roumains, mais ce ne sont que des mesures locales, trop faibles et qui sont prises trop tard[Note 102].

Pourtant la faiblesse des troupes le long du Don et le risque que cela fait peser non seulement sur Stalingrad mais sur tout le front sud[Note 103], sont connus depuis le mois d’août (Hitler disant même « je dormirais mieux si le front du Don était tenu par des Allemands ») mais les Allemands pensent que la chute de la ville leur permettra de résoudre le problème en libérant les réserves nécessaires à défendre le front. Ils donnent donc la priorité à la prise de la ville au détriment de la défense de leurs flancs.

Outre les habituels préparatifs d'une offensive, les Soviétiques poursuivent la réforme de leur armée : les corps mécanisés (au moins 215 chars et 14200 hommes), comparable à une Panzerdivision, sont mis sur pieds pour répondre au manque d'infanterie d'accompagnement, tandis que les 3e et 5e armées blindées sont reconstituées et améliorées[81].

Forces en présence[modifier | modifier le code]

Rapport de forces au déclenchement de l'opération Uranus[Note 104].
- Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau roumain Royaume de Roumanie
Flag of the Soviet Union (1923-1955).svg Union soviétique
Hommes 430 000 1 134 800
Canons 3 000[Note 105] 13 451
Chars 757[Note 106] 894
Avions 817 1 115

Le déséquilibre qu'on peut voir dans les chiffres bruts du tableau ci-dessus est encore renforcé par le fait que près de la moitié de l'artillerie de l'Axe et la quasi-totalité des chars en ligne sont concentrées dans les abords immédiats de Stalingrad.

Sur les ailes, où les Soviétiques lancent leur assaut, le rapport de force en hommes et en blindés est de 2,5 à 3 contre 1, et plus encore sur les zones d'assaut où, pour la première fois, les Russes ont concentré leurs moyens alors que, faute de troupes, leurs adversaires sont disposés sur un mince et uniforme rideau sur les 570 km de front sur lesquels vont se dérouler les opérations.

Déroulement[modifier | modifier le code]

L’offensive soviétique est lancée le 19 novembre 1942 : le flanc nord du dispositif allemand est attaqué depuis les têtes de pont que les Soviétiques avaient conservées à l'ouest du Don par le front du sud-ouest du général Vatoutine. Dépassée en nombre et mal équipée, la IIIe Armée roumaine, qui tient le flanc nord de la 6e Armée allemande, est brisée après une défense d'une journée.

Le lendemain, la IVe Armée roumaine qui tient le flanc sud connaît le même sort face aux troupes du front de Stalingrad du général Ieremenko.

Simultanément, le front du Don du général Rokossovski presse les unités allemandes présentes dans Stalingrad pour empêcher leur sortie.

Le 23 novembre[Note 107], les deux pinces de la tenaille se rejoignent à Kalatch, 80 km à l'ouest de Stalingrad, parachevant l'encerclement de la ville.

L'ampleur et la rapidité du succès soviétique sont pour les Allemands une surprise totale : c'est la première fois que l'Armée rouge réussit une opération d'une telle envergure et qu'elle utilise ses unités motorisées pour exploiter sa percée en profondeur.

Leurs premières réactions sont d'autant moins adaptées que non seulement ils sous-estiment l'ampleur de la situation mais que, lorsqu'ils en prennent conscience, Hitler n'est pas joignable, il a pris du repos après les événements qui viennent de survenir à l'ouest : le débarquement américain en Afrique du nord et l'invasion de la zone libre. Jusqu’à son retour à son QG le 23 novembre, il n'est joignable que par téléphone et s'en tient d'autant plus facilement à son attitude de prédilection : le standbefehl, l'ordre de tenir sur place.

Cependant l'offensive soviétique s'essouffle vite et ses objectifs ne sont pas pleinement atteints : sur la pince nord, les défenses roumaines sont plus difficiles à percer que prévu et, bien que trop faibles pour stopper l'offensive, les réserves de l'Axe ralentissent et usent les unités de pointe soviétiques. Au centre, entre le Don et la Volga, les unités russes sont trop faibles pour percer, même localement, les défenses allemandes, ce qui permet aux forces de la 6. Armee à l'est du Don de se replier en bon ordre et d'établir une solide défense à l'ouest de la poche de Stalingrad.

Fin novembre il apparait clair que les forces russes ne sont pas assez puissante pour liquider rapidement les forces de l'Axe encerclées à Stalingrad, d'autant que ces dernières ont réussi à s'établir sur des lignes solides; de plus l'encerclement extérieur n'est pas aussi ferment tenu que prévu notamment à l'ouest du Don sur la rivière Tchir où les Allemands conservent des têtes de pont encore faibles mais potentiellement menaçantes.

De l'isolement des forces de l'Axe à leur capitulation[modifier | modifier le code]

Le problème allemand du ravitaillement[modifier | modifier le code]

Paulus (au premier plan) après sa capture.
Prisonnier de guerre allemand.
Soldats soviétiques en janvier 1943.

Le 21 novembre, renvoyé dans Stalingrad assiégé avec ordre de maintenir une position défensive, Paulus estime qu'il ne lui reste que six jours de vivres et de munitions. Cependant, quitter Stalingrad signifierait abandonner sur place tout le matériel lourd et près de 15 000 blessés pour entamer une retraite que le général Schmidt, chef d'état major de Paulus, qualifie de « napoléonienne ». Mais après l'hésitation initiale, il demande dès le lendemain, avec l'appui de ses cinq généraux des corps d'armée, une percée immédiate.

La réponse de Hitler n'arrive que le 24 dans la matinée : la 6e Armée ne doit pas perdre ses positions sur la Volga, ce qui l'oblige de fait à rester enfermée dans la « forteresse Stalingrad[82] ».

Le ravitaillement des assiégés doit être assuré par la Luftwaffe, comme l'avait été celui de la poche de Demiansk l'hiver précédent. Paulus demanda 750 t/j de ravitaillement, Hermann Göring en a promis 550 tonnes, les généraux de la Luftwaffe estimèrent que l'aviation était en mesure de larguer 350 tonnes par jour. Mais la réalité est tout autre : comme l'avaient prévu dès le 21 novembre Von Richthofen et Martin Fiebig, le ravitaillement aérien des 290 000 hommes enfermés dans la ville était impossible. De fait, le pont aérien ne réussira qu'à apporter en moyenne 94 t/j sur la totalité du siège, voire seulement 60 tonnes vers Noël 1942. Début janvier, la ration quotidienne de pain est réduite à 50 grammes et 12 grammes de graisse on compte les premiers décès dus à la faim[83]. L'action de la Luftwaffe, tant que les avions pourront se poser dans la poche, permettra d'évacuer environ 25 000 blessés.

Coupées de leurs arrières par la manœuvre d'encerclement opérée par les Soviétiques, les forces allemandes ne peuvent plus compter que sur elles-mêmes. Fin décembre, la perte des aérodromes de Tatzinskaïa et Morozovskaïa aggrave encore la situation. L'aviation allemande se voit en effet dans l'impossibilité d'organiser un pont aérien efficace et donc de fournir vivres, munitions et hommes. Cela, ajouté à la pression exercée par l'Armée rouge, rend la situation intenable.

L'échec de l'opération de dégagement et développement de l'offensive soviétique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Opération Wintergewitter et opération Saturne.
Contexte : situation début décembre 1942[modifier | modifier le code]

Pour combler la brèche ouverte par l'opération Uranus l'OKH met en place, le 22 novembre 1942, le Groupe d'armées Don avec à sa tête le maréchal von Manstein. Il a pour objectif, dès sa création, d'endiguer puis de contre attaquer pour dégager la 6. Armee. Initialement constitué d'unités ad hoc, comme le détachement d'armée Hollidt, il commence à recevoir début décembre les renforts promis.

Du point de vue russe, par rapport à la planification initiale, le succès d'Uranus est incomplet :

  • La 6. Armee n'est pas détruite et les forces qui l'encerclent sont visiblement trop faibles pour atteindre ce but
  • À l'ouest les Allemands conservent des tête de ponts au nord de la Tchir (à Sourovikino et Rychkovskiy ) et à l'est du Don (sur la rive opposée du fleuve depuis Rychkovskiy jusqu'à Nizhniy Chir)
  • Au sud la gare de Kotelnikovo, un important centre logistique, n'a pas été prise.

Cela laisse l'opportunité au Reich de tenter une opération de dégagement de son armée encerclée, l'opération Wintergewitter, et remet en cause la suite de l'offensive soviétique : l'opération Saturne. Il va s'en suivre une complexe série d'opérations entre les deux belligérants sur un large front depuis le Don moyen à l'ouest jusqu'à la Volga au sud avec pour enjeu le destin de la 6. Armee.

L'échec Russe devant Stalingrad[modifier | modifier le code]

Fin novembre les dernières unités de la 6. Armee ont terminé leur repli sur les lignes de défenses désignées par Paulus. Malgré trois tentatives fin novembre et début décembre, le front du Don et le front de Stalingrad ne parviennent pas à entamer le dispositif allemand.
Les Russes se rendent progressivement compte qu'ils n'ont pas encerclé une centaine de millier d'hommes, comme prévu, mais 2 à 3 fois plus.

Craignant une opération de secours, qui permettrait aux troupes de Paulus de lui échapper, la stavka libère le 9 décembre la deuxième armée de la garde pour réduire la poche de Stalingrad au plus vite. Elle doit alors revoir les objectifs de l'opération saturne à laquelle cette armée devait servir de fer de lance.

L'offensive soviétique sur la Tchir[modifier | modifier le code]

Présentant le danger des têtes de ponts allemandes sur la Tchir, les russes renforcent la 5e armée blindée pour relancer son assaut sur le cours inférieur de la Tchir le 7 décembre 1942.
Elle se heurte au XLVIII. Panzerkorps et sa 11e Panzerdivision, montés en ligne dans la région en vue de participer à Wintergewitter. Pendant plus d'une semaine par d'intenses combats, ces unités mettent en échec toutes les tentatives de la 5e armée blindée.
Les Soviétiques réunissent alors une nouvelle armée, la 5e armée de choc, pour forcer la décision le long du Don. Alors que la 5e armée blindée fixe le XLVIII. Panzerkorps un peu plus à l'ouest (vers Sourovikino), la 5e armée de choc prend, les 13 et 14 décembre, les têtes de ponts les plus menaçantes au confluent de la Tchir et du Don, ce qui coupe l'axe ouest de Wintergewitter.

Wintergewitter[modifier | modifier le code]

L'opération de dégagement, Wintergewitter, est initialement prévue pour commencer le 8 décembre sur les deux axes possibles : depuis le sud par Kotelnikovo et depuis l'ouest par la tête de pont de Rychkovskiy, 2 corps blindés doivent y être affectés : le XLVIII. et le LVII. Panzerkorps.

Des retards dans l'arrivée et le déploiement des renforts obligent à repousser l'opération de 4 jours et à la lancer avec moins de forces que prévu.

Le 12 décembre 1942 l'offensive allemande commence sur le seul axe sud, avec deux divisions blindées : la 6e et la 23e et le soutien de forces restant de la 4e armée roumaine. Après des succès initiaux contre la faible 51e Armée, les forces allemandes atteignent et traversent l'Aksaï dans les deux premiers jours; mais elles sont vites prises dans d'intenses combats contre deux corps blindés soviétiques envoyés en renfort. Ce n'est qu'avec l'arrivée de la 17e Panzerdivision qu'elles atteignent la Myshkova le 18 décembre, non sans avoir subi de lourdes pertes.

Pendant ce temps les Soviétiques ont une nouvelle fois changé la mission de la 2e armée de la garde et l'ont redéployée à marche forcée et dans le plus grand secret au nord de la Myshkova pour stopper l'offensive allemande. Ce sont près de 120 000 hommes et 600 chars qui s'interposent entre le LVII. Panzerkorps et la 6. Armee.
De plus l'opération petit saturne déclenchée le 16 décembre, sur le cours moyen du Don, s'avère être un succès et menace les voies de ravitaillement du LVII. Panzerkorps.
Pour le haut commandement allemand le passage de la Myshkova, dernier obstacle naturel avant Stalingrad, a donc des allures de course contre la montre. Cependant en 3 jours de combats furieux le LVII. Panzerkorps n'enregistre aucun progrès au nord de la rivière.
Le 23 décembre la 6e Panzerdivision est envoyée à l'ouest pour tenter d'endiguer la percée russe sur le Don, trop tard pour empêcher la prise de Tatsinskaïa, le principal aérodrome pour le ravitaillement des assiégés de Stalingrad, qui tombe le 24 décembre. Dès lors toute tentative de sortie devient matériellement impossible. L'opération Wintergewitter est suspendue le 24 décembre 1942.

Le même jour, la 51e armée et la 2e armée de la garde, qui vient de regrouper ses corps blindés, lancent l'opération Kotelnikovo. Elles reprennent la ville le 29 décembre.
Cette avancée permet à la 2e armée de la garde et à la 5e armée de choc de lancer 28 décembre l'opération Tormosin : un enveloppement par l'est, en attaquant à travers le Don, des défenses allemandes sur la Tchir. La ville tombe le 31 décembre. Ces deux opérations repoussent les lignes allemandes d'une centaine de kilomètre de part et d'autre du Don et mettent fin aux espoirs de Hitler de reprendre l'opération de dégagement.

Donnerschlag[modifier | modifier le code]

Donnerschlag est la grande controverse de la bataille de Stalingrad. Cette opération avortée devait être la soeur de Wintergewitter, elle consistait en une sortie des assiégés pour rejoindre l'opération de secours.

Elle est longuement discutée entre les généraux allemands lorsque le LVII. Panzerkorps atteint la Myshkova. Cependant ni von Manstein, ni Paulus ne donnent l'ordre de sortir de Stalingrad, ce qui à ce stade aurait dû être fait sans l'assentiment de Hitler.

L'opération a bien été préparée par l'état major de la 6. Armee, qui avait regroupé, malgré le manque de carburant, ses principales unités blindés dans l'angle sud ouest de la poche. Une version renforcée a même été travaillée au delà de Wintergewitter.

Cependant d'après les analyses modernes, notamment celle de David Glantz, les généraux allemands avaient tout lieu de croire que, si elle avait été lancée, un telle opération aurait été vouée à l'échec :

  • Les troupes assiégées sont majoritairement composées d'éléments des services arrière, sur 250 000 hommes on ne compte que 25 000 combattants.
  • Les unités d'infanterie manquent de la mobilité nécessaire : leurs chevaux ont été envoyés dans des quartiers d'hiver avant l'offensive soviétique et une bonne partie de ceux qui restent dans la poche ont été mangés. Cela les aurait obligé à abandonner tout leur matériel de soutien.
  • Les unités blindées manquent de carburant à cause de la faiblesse du pont aérien sensé les ravitailler.
  • Comme le savent Paulus et de von Manstein, le front du Don a fortement renforcé la partie sud-ouest de ses défenses, celle qu'aurait du traverser une tentative de sortie.
  • Les unités devant réaliser la percée sont soumises dès leur mise en position à d'intenses bombardements aériens, ce qui cause de lourdes pertes.
  • La 6. Armee est épuisée, ses unités combattantes sont saignées à blanc par un mois de combats défensifs, une seule de ses 22 divisions est encore considérée comme capable de mener des opérations offensives, 19 sont considérées comme ne pouvant mener que des opérations défensives d'envergure limité.
  • Paulus comme von Manstein savent que dans ces conditions la percée ne peut se faire qu'en abandonnant Stalingrad ce qui va à l'encontre des ordres de Hitler, qui, en 1942, n'apparait pas encore comme un dangereux jusqu'au-boutiste.

Par ailleurs l'incapacité du LVII. Panzerkorps, à passer la ligne de la Myshkova, qui est considérée comme hors de portée de la 6. Armee, qui doit le rejoindre, est un frein majeur au déclenchement de Donnerschlag.

Ce sont donc des raisons rationnelles qui poussent l'un à ne pas couvrir son subordonné et l'autre à ne pas prendre une initiative hautement risquée, d'autant que tous deux ont conscience que la "forteresse Stalingrad" fixe 7 armées soviétiques, bien plus que ce que pourraient faire une poignée de rescapés sans matériel.

Enfin, bien que ce point reste inconnu du commandement allemand jusqu'au 25 décembre, c'est-à-dire après la fin de Wintergewitter, la présence dans la zone de la deuxième armée de la garde, la plus puissante des armée soviétiques, à son plein potentiel, rend à elle seule hautement improbable tant le succès de Donnerschlag que celui d'une poursuite de Wintergewitter, même avec la 6. Panzerdivision.

Combats dans la poche et reddition[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Opération Koltso (1943).

L'offensive de la 2e armée de la garde, qui repousse les forces de l'Axe au delà de Kotelnivo, met fin aux espoirs de Hitler de lancer une nouvelle offensive de dégagement une fois les renforts nécessaires réunis. La stavka revoit donc son organisation et ses plans : les 7 armées réunies au tout de la poches passent sous le commandement du front du Don du général Rokossovski, pendant que Ieremenko et son front du sud prend en charge l'offensive vers Rostov. La suppression de la poche de Stalingrad, n'étant plus l'objectif prioritaire qu'elle était un mois auparavant, elle est conçue pour économiser les moyens humains et en limiter les pertes; les soviétiques s'appuient donc le plus possible sur leur puissance de feu : blindés, aviation et surtout artillerie. La coordination avec la stavka est d'ailleurs assurée par le général Voronov, le chef de l'artillerie soviétique.

Le 8 janvier, Constantin Rokossovski offrit aux Allemands la possibilité de se rendre de façon honorable et promit des rations suffisantes, des soins aux blessés et un rapatriement en Allemagne après la guerre, en échange de quoi les Allemands céderaient tout leur équipement intact. Mais l'offre fut refusée. Les troupes de la RKKA (Rabotche-Krestianskaïa Krasnaïa Armïa - « l'Armée rouge des ouvriers et paysans ») procèdent alors au morcellement des unités adverses en coupant le secteur sud de Stalingrad du secteur nord.

Alors que les combats touchaient à leur fin, Hitler promut Paulus Generalfeldmarschall le 30 janvier 1943, sans doute pour le décourager de toute reddition : aucun maréchal de l'armée allemande ne s'étant jamais rendu, Hitler attendait de Paulus qu'il se suicidât plutôt que de tomber aux mains de l'ennemi.

La découverte par les Soviétiques de Paulus et de son état-major, cachés dans une cave, accélère la capitulation des forces allemandes qui eut lieu le 31 janvier 1943 pour le secteur sud et le 2 février 1943 pour le secteur nord. Paulus en personne donne à ses troupes l'ordre de se rendre.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Maisons enflammées en février 1943 après le siège de Stalingrad par l'encerclement soviétique.
Un aspect de Stalingrad après la bataille.
Le centre-ville de Stalingrad après sa libération, photo prise le 2 février 1943.
Équipement militaire allemand mis hors de combat à Stalingrad.
759 560 soldats et civils soviétiques se virent décernés cette médaille (Pour la Défense de Stalingrad), établie le 22 décembre 1942 par décret du Præsidium du Soviet suprême.

Bien que le général Paulus ait tenu un temps les neuf dixièmes de la ville, les forces de l'Axe furent impuissantes face à l'extraordinaire force morale des Soviétiques et à leur tactique d'encerclement.

Pertes[modifier | modifier le code]

La bataille de Stalingrad est la plus sanglante et la plus coûteuse en vies humaines de toute l'histoire militaire. La Wehrmacht perd 380 000 hommes, tués, blessés et prisonniers. Les Soviétiques ont Modèle:Unité487000 et 629 000 blessés.[réf. nécessaire]

Dans la ville même et ses environs, les Soviétiques relèveront 150 000 cadavres allemands[38].

Prisonniers[modifier | modifier le code]

Le 2 février 1943, plus de 91 000[Note 108] Allemands survivants se rendent, dont 2 500 officiers, 24 généraux et un maréchal : Paulus[38]. C'est la première fois de l'histoire militaire allemande qu'un officier de ce rang est capturé.

Parmi ces officiers prisonniers on trouvera les fondateurs de la ligue des officiers allemands (en allemand : Bund Deutscher Offiziere, ou BDO), un groupe anti-nazi dont le premier président fut Walther von Seydlitz-Kurzbach, général commandant le LI. Armeekorps, l'unité chargée de prendre Stalingrad… Ce groupe sera rejoint plus tard par Paulus lui-même.

L'armée soviétique n'avait rien prévu de spécifique pour accueillir ces prisonniers et « près de la moitié [des prisonniers] étaient morts au printemps 1943[84] », victimes d'un mélange de causes « impossibles à déterminer[84] » entre « état [...] pitoyable [des soldats lors de leur capture], mauvais traitements systématiques [...] et défaillances logistiques[84] ». Ce dernier point, principalement l'absence de nourriture, a joué un rôle important dans les décès initiaux des premières semaines, « les autorités soviétiques ne fourni[ssant] pas la moindre ration aux prisonniers[84] ». Pendant cette première période, le gros des morts survint dans les hôpitaux de campagne ou dans ce que Antony Beevor qualifie de « marches de la mort[84] » vers les camps. « Des soldats allemands aussi bien que des soldats roumains eurent recours au cannibalisme pour rester en vie[84] ».

L'arrivée du printemps 1943 ralentit le rythme des morts mais sans le stopper. Pendant toute leur captivité, qui pour certains dura jusqu'en 1954, « plus de 95 % des hommes de troupe et des sous-officiers périrent, ainsi que 55 % des officiers subalternes, alors que le taux de mortalité ne fut que de 5 % chez les officiers supérieurs. [...] Le traitement privilégié dont bénéficièrent les généraux est révélateur du sens féroce de la hiérarchie existant en Union soviétique[84] ». De la VIe armée allemande totalisant 260 000 soldats, seulement 91 000 ont survécu au froid, à la faim et aux tueries ; ils furent fait prisonniers dont il ne restera que 6 000 survivants après la guerre.

De plus, pour le commandement soviétique, tous les soldats russes qui s'étaient rendus à l'adversaire et qui ont ensuite été retrouvés étaient considérés comme déserteurs et finissaient fusillés ou déportés.

Conséquences stratégiques[modifier | modifier le code]

Stratégiquement, l'encerclement de Stalingrad eut aussi pour effet une grave menace pesant sur les communications des troupes allemandes engagées dans le Caucase, ce qui entraîna leur retraite et leur rétablissement sur les lignes d'avant l'offensive du printemps 1942. L'Allemagne perdit donc le bénéfice de sa campagne de 1942. Pourtant, parler (comme on le lit fréquemment) du « tournant de la guerre » à propos de la bataille de Stalingrad est peut-être excessif[réf. nécessaire] lorsque l'on constate le rétablissement de la Wehrmacht au printemps 1943 (reprise de Kharkov), rétablissement qui lui permettra de monter une dernière offensive (contre le saillant de Koursk - opération Zitadelle) qui se soldera par une défaite après la contre offensive soviétique.

Changements militaires et diplomatiques pour l'Axe[modifier | modifier le code]

D'un point de vue politique, Stalingrad ébranle l'Axe en profondeur. Les Allemands perçoivent les défaites de l'hiver 1942-43 (opération Uranus, opération Saturne, offensive Ostrogojsk-Rossoch) comme une défaillance des alliés du Reich, alors que le rétablissement, à la suite de la troisième bataille de Kharkov, est la preuve de la vigueur persistante de l'armée allemande. À l'inverse, les pertes énormes[Note 109] subies par les alliés doublées du mépris voire de l'hostilité[Note 110] dont font preuve les Allemands à leur égard, fait apparaître l'Axe comme un système imposé au seul bénéfice de l'Allemagne nazie. On assiste dès lors à un désengagement progressif de ses alliés, qui se traduit dans un premier temps par une participation militaire de plus en plus restreinte. Ce point rendra d'autant plus criantes les carences en personnel de la Wehrmacht, dont les objectifs seront de plus en plus limités, à commencer par ceux de l'offensive d'été 1943.

Nombre de divisions de l'Axe sur le front de l'est
- 1942 1943[85]
Drapeau de l'Italie Italie 10 0
Drapeau de la Hongrie Hongrie 17 3[Note 111]
Drapeau : Roumanie Roumanie 27 8[Note 112]

Moins visible, mais plus marquant encore : c'est à partir de cette date que les gouvernements roumain, finlandais[Note 113] et hongrois ainsi que des cercles dirigeants italiens[Note 114] prennent contact avec les gouvernements alliés[86] pour préparer leur sortie de la guerre et minimiser les conséquences de la défaite qu'ils pressentent tous désormais.

Impact psychologique[modifier | modifier le code]

D'un point de vue psychologique, Stalingrad met fin au mythe de l'invincibilité allemande. C'est la première fois que l'Armée rouge est capable de mener une offensive victorieuse à une si grande échelle, sur une telle durée et avec un résultat aussi marquant que la destruction des 22 divisions encerclées dans Stalingrad. Cela a eu un retentissement majeur sur le moral des Soviétiques.

En Allemagne, où Stalingrad n'était plus mentionné dans les bulletins d'information depuis des mois, la capitulation de Stalingrad est un choc : les programmes ordinaires sont interrompus pour faire place à son annonce et un deuil national de trois jours est décrété.

Le moral allemand est gravement atteint, chez les militaires qui prennent conscience que la victoire n'est plus possible à l'est et chez les civils qui pour la première fois voient s'écorner le mythe de l'infaillibilité du Führer et de son génie militaire. La défaite de Stalingrad poussera les résistants allemands au nazisme à des actes spectaculaires à partir du printemps 1943 comme le lâcher public de tracts de La Rose blanche ou la préparation des premiers attentats contre Hitler par le cercle militaire regroupé autour de Henning von Tresckow.

Hitler lui-même est gravement affecté par cette défaite, dont il dira plus tard qu'il en est le seul responsable. Dans les mois qui suivent la défaite de Stalingrad ses apparitions publiques se font plus rares, il laisse pour la première fois le soin à un autre de prononcer le discours anniversaire de son arrivée au pouvoir et c'est Joseph Goebbels qui prononcera le discours du Sportpalast.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au 20 mars 1942 les pertes allemandes s'élèvent à 225 559 tués, 50 991 disparus et 796 516 blessés, dont plus de la moitié ne pourront pas reprendre le combat; cela représente 35 % de l'effectif de Barbarossa mais 50 % des officiers qui comptent 32 485 pertes. Lopez 2008, p. 35.
  2. 1 551 chars et canons d'assaut disponibles en mars 1942 contre 3 648 au début de Barbarossa. Lopez 2008, p. 35.
  3. En mars 1942, 102 divisions allemandes (62 % du total) ne sont jugées aptes qu’à la défensive, 47 n’ont qu’une capacité offensive limitée et 8 seulement sont aptes à tout emploi alors qu’en 1941, 134 divisions (65 % du total) était jugées aptes à tout emploi. Lopez 2008, p. 36.
  4. La Wehrmacht emploie 1 970 chars pour Fall Blau contre 2 439 lors de la campagne de France. 2GM magazine, no 10, p. 15
  5. Hitler envoie une lettre à ses alliés en janvier 1942, leurs contributions en 1942 sera de 54 divisions (10 italiennes, 27 roumaines et 17 hongroises). Lopez 2008, p. 37.
  6. En 1942 les alliés du Reich fournissent 13 divisions de plus qu'au début de Barbarossa. 2GM magazine, no 10, p. 16
  7. Jean Lopez donne, p. 51, un territoire européen occupé à 40 % mais p. 123 il le donne occupé à 50 %.
  8. Après-guerre, les Soviétiques révéleront avoir produit 21 681 avions et 23 446 chars en 1942. Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, vol. 6, p. 806
  9. Les alliés réalisent plusieurs opérations de débarquement qui ne durent qu'une journée, afin, en-autres, de créer un sentiment d'insécurité chez les allemands pour les pousser à maintenir plus de troupes et de matériel. Ainsi en mars 1941 l'opération Claymore en Norvège et en décembre 1941 l'opération Archery toujours en Norvège. En août 1942 l'opération Jubilee à Dieppe (France).
  10. Hitler reconnait ainsi dans sa directive no 40 datée du 23 mars 1942 que : « les opérations de débarquements à objectif limité […] fixent d'importantes forces de l'armée et de la Luftwaffe qui sont ainsi retirées de leur engagement sur des théâtres décisifs ». H.R Trévor-Rooper, Hitler - Directives de guerre, Arthaud, 1965, p. 138-139.
  11. Le 16 juin 1942 il y a ainsi 26 divisions en France, 12 en Norvège. Borg 2002, p. 25. Par ailleurs en 1942, c'est en moyenne 1200 avions qui restent en Europe de l'Ouest, en plus de 800 autres sur le théâtre Méditerranéen au cours de l'été. « La Luftwaffe 1918-1945 », Histoire de Guerre hors série no 3, sept-oct-nov 2001, p. 72
  12. Pour les Soviétiques, les pertes cumulées des trois batailles de Kertch, Sébastopol et Kharkov s'élèvent à 150 000 tués, 500 000 prisonniers, 900 chars, 1 000 avions et 6 600 canons. Lopez 2008, p. 92 et 471.
  13. Ce qui entraine des divergences sur la manière de conduire les opérations entre Hitler et Fedor von Bock qui (en tant que chef de la Heeresgruppe Süd) dirige au départ l'ensemble de l'offensive. Von Bock est limogé le 13 juillet. Borg 2002, p. 29.
  14. Les Allemands ne font que 90 000 prisonniers lors des 3 premières semaines d'opérations. Néanmoins, en un mois les Soviétiques perdent 568 347 hommes et 2 436 chars. Borg 2002, p. 31.
  15. La Heeresgruppe B qui mène l'attaque sur Stalingrad cède deux Panzer-Divisionen (les 9. et 11.) début août qui sont envoyées à la Heeresgruppe Mitte pour monter une opération contre le saillant de Soukhinitchi. Dans sa directive 45, Hitler prévoit aussi le renvoi à l'ouest de la division d'élite Grossdeutschland. La LSSAH part également à l'ouest. Beevor 1999, p. 121, coll. « Le livre de poche », 605 p., Borg 2002, p. 31, H.R. Trevor-Roper, Hitler : Directives de guerre, Arthaud, Paris 1965, p. 156-157.
  16. Et ceci alors qu'elle doit elle-même assurer la défense de son flanc le long du Don, en attendant la mise en place des italiens de la 8a Armata.
  17. a et b La 6e armée n’est pas approvisionnée en carburant du 9 juillet 1942 au 18 juillet 1942. Lopez 2008, p. 152.
  18. a et b La 6e armée reste bloquée au total dix-huit jours dans son approche vers Stalingrad par manque de carburant. 2GM no 10 p. 22.
  19. Bien que soutenu auprès d'Hitler par Alfred Jodl (chef de l'état-major de l'OKW), List est limogé le 9 septembre 1942, Jodl tombe quant à lui en disgrâce. Raymond Cartier p. 47 et Borg 2002, p. 35.
  20. Ainsi il remplace lui-même List à la tête de la Heeresgruppe A, puis c'est le chef de l'OKH, Halder, qui est limogé le 24 septembre 1942. Le chef de l'OKW, Wilhelm Keitel, tombe en défaveur comme Jodl. Raymond Cartier p. 47 et Borg 2002, p. 35.
  21. 65 % de la production soviétique de pétrole passe par la Volga.
  22. L'axe de la Volga est d'autant plus important en 1942, qu'à la suite de l'échec du convoi PQ17 entre le 27 juin 1942 et le 24 juillet 1942, les convois vers Arkhangelsk et Mourmansk ont été suspendus et l'aide détournée vers le golfe Persique. Les Soviétiques ne recevront à nouveau de l'aide par route arctique que fin septembre. Lopez 2008, p. 122.
  23. La rupture des lignes passant par Stalingrad obligera à faire un détour de 600 km, pour passer par la ligne Saratov-Astrakhan et, de là, gagner Grozny et Bakou par une ligne inconnue des Allemands mais qui supporte un trafic moins important. Lopez 2008, p. 181.
  24. David Glantz signale la montée en puissance du thème de Stalingrad dans les média allemand au fur et à mesure que l'offensive dans le Caucase marque le pas. Glantz Armageddon in Stalingrad, p. 167.
  25. Le commandement du front de Stalingrad est initialement confié à Timochenko le 12 juillet 1942, mais il est remplacé par Gordov dès le 21 juillet 1942. Beevor 1999, p. 145, coll. « Le livre de Poche », 605 p.
  26. Le XL. Panzerkorps est affecté au groupe d'armées A le 9 juillet 1942.
  27. Le XXIV. Panzerkorps est prêté par la 4e Panzerarmee à la VIe Armée le 23 juillet 1942. 2GM magazine, no 10, p. 23.
  28. La 6e armée réussit un premier encerclement de la 62e Armée le 22-25 juillet, puis de la 62e armée et de la Ire armée blindée les 7-8 août à Kalatch et enfin de la IVe armée blindée lors de la réduction de la tête de pont de Kremskaia le 15 août.
  29. 26 grandes unités sont débloquées entre le 26 juillet 1942 et le 22 août 1942. Lopez 2008, p. 166.
  30. Les gains des 21e et 63e armées soviétiques à Serafimovitch s'obtiennent aussi aux dépens de la 79. ID allemande. Glantz Armageddon in Stalingrad, p. 383-393.
  31. La 4e Panzerarmee, qui devait initialement épauler la 6e armée dans sa progression vers Stalingrad, est enlevée au groupe d'armées B le 13 juillet 1942 pour être réorientée vers Rostov. 2GM magazine, no 10, p. 23
  32. La IVe Panzer-armee est ré-attribuée au groupe d'armées B le 31 juillet 1942 après la coupure par le groupe A de la ligne de chemin de fer qui relie Stalingrad au Caucase. Lopez 2008, p. 145.
  33. À cette date le XLVIIIe Panzerkorps est même placé sur la défensive. Lopez 2008, p. 161-162.
  34. On déduit des chiffres donnés par Jean Lopez que la 6e armée a perdu 26 000 hommes (tués, blessés, prisonniers) entre le 21 août (date du passage du Don) et le 12 septembre (date des premiers assauts sur la ville), en comparaison elle en perdra deux fois moins lors du premier mois de combats urbains. Lopez 2008, p. 234 et 264.
  35. L'ordre de Hube est annulé à la suite de l'arrivée d'une colonne de ravitaillement. Glantz To the gates of Stalingrad.
  36. David Glantz donne comme motivations au renvoi de von Wietersheim, en plus de son ordre de repli, sa proposition de passer en défense dans la région de Stalingrad et ses objections à l'emploi des blindés en milieux urbains. Glantz To the gates of Stalingrad, p. 154.
  37. Ire armée de la garde, 24e et 66e armées. Lopez 2008, p. 173-174.
  38. Depuis le 6 août 1942 Eremenko, avec pour adjoint Gordov, coordonne les fronts de Stalingrad et du Sud-est, ce dernier ayant été créé le 3 août 1942 pour défendre le sud de la ville. Lopez 2008, p. 160.
  39. Le 2 septembre 1942 les armées allemandes font leur jonction ce qui marque le début du siège, c’est la date la plus couramment admise. Raymond Cartier, p. 46.
  40. Jean Lopez donne la date de jonction entre la 4e Pz et 6e armée le 3 septembre 1942 à Gontchara, d'autres sources donnent comme lieu de jonction Pitomnik. Lopez 2008, p. 175.
  41. Jean Lopez : les Allemands ne font que 10 000 prisonniers.
  42. Ces pertes en hommes et en chars ont été comptabilisées de mi-juillet au 3 septembre. Glantz Armageddon in Stalingrad, p. 482.
  43. Jean Lopez, p. 209 : Ce mémo sera retransmis par Weichs à Hitler lors d'une réunion le 12 septembre 1942.
  44. Jean Lopez, pp. 300-301 : Pour la conception de l'opération Uranus, la réunion du 12 septembre 1942 donnée par Joukov dans ses mémoires semble apocryphe, mais les représentants de la Stavka inspectent les têtes de ponts aux alentours du 15 septembre 1942 et des offensives de préparation sont lancées dès le 25 septembre 1942
  45. La seule unité non allemande à combattre dans la ville est un bataillon slovaque qui combat au sein de la 100e division de chasseurs.
  46. Agrandie plus tard de quelques kilomètres vers le sud pour atteindre la bourgade de Kletskaia d'où partira l'opération Uranus.
  47. Jean Lopez, p. 210 : les trois divisions de la 4e Panzer-armee (24e panzer, 29e division motorisée et 94e division d'infanterie) qui attaquent Stalingrad passeront sous le commandement de Paulus, qui regroupe sous son commandement toutes les troupes qui opèrent dans la ville à partir de mi-septembre.
  48. Jean Lopez, p. 197 : La 62e Armée, après les défaites de l'été et la retraite précipitée dans Stalingrad, compte des brigades de chars… sans char et des divisions comme la 35e division de la garde, qui, le 12 septembre 1942, n'a plus que 250 combattants.
  49. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 101, estime que les sources russes, qui donnent jusqu'à 400 chars et canons d'assaut allemands lors des premières attaques sur la ville, sont largement surestimées et donne une estimation à 100 chars réellement disponibles.
  50. Jean Lopez, pp. 248-249: À courte distances les Panzers redeviennent vulnérables à des armes comme les fusils antichars PTRD-41 et PTRS-41 voire de simples cocktails Molotov.
  51. David Glantz, Amageddon in Stalingrad, p. 131 : Le Kourgane Mamaïev offre un point de vue jusqu'à 25-30 km alentour.
  52. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 512 les combats sur le Kourgane Mamaiev reprendront aux alentours du 28 octobre 1942 lors de l'assaut allemand sur l'usine métallurgique Octobre rouge, car les lignes allemandes étant passées au-delà de la colline au nord est, les pentes du Kourgane encore aux mains des Russes servent d'observatoire d'artillerie.
  53. La troisième offensive de Kotluban s'arrête le 2 octobre 1942, ce qui permet au XIVe Panzerkorps de dégager des forces pour attaquer Orlovka puis Rynok.
  54. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 280 : Dès le 29 septembre 1942 les Allemands sont obligés de faire une pause et envoient une division en renfort, la 94 ID, dans les cités ouvrières.
  55. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 327 : le 4 septembre 1942 Paulus dit à son supérieur Weichs « Maintenant même sortir d'un pâté de maisons ne peut se faire qu'après un long regroupement des quelques éléments d'assaut encore en état de combattre ».
  56. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 301 : sur cette période la 62e Armée reçoit dans Stalingrad près de 20 000 hommes de renforts, dont la 308e division de fusiliers et les 37e et 39e divisions de la garde qui, bien que très éprouvées par les combats précédents, sont des unités d'élite.
  57. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 293-300 : Sur les 6 500 défenseurs encerclés dans le secteur d'Orlovka, seuls 220 réussiront à rejoindre les lignes soviétiques.
  58. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 271 : Alors que la ville n'était pas fortifiée à l'arrivée des Allemands, des ordres insistant particulièrement sur la fortification des bâtiments et autorisant la réquisition des civils sont donnés le 28 septembre 1942.
  59. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 208 : l'usine Octobre rouge est fortifiée à partir du 1er octobre 1942, alors que les combats ne toucheront cette position que près d'un mois plus tard.
  60. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 360 & 369-370 : Les sources soviétiques et allemandes divergent d'une journée sur l’émergence du nouveau système d'artillerie soviétique mais aux alentours du 6 octobre 1942 les pertes allemandes doublent par rapport à l'habitude.
  61. Jean Lopez, p. 229 : Début octobre les Soviétiques fortifient La rive orientale de la Volga ainsi que les 3 îles qui font face à la ville, ils y déploient notamment 12 régiments de DCA.
  62. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 371 & 428 : L'officier de liaison de la 6e Armée parle des « proportions intolérables que prend la supériorité aérienne russe de nuit au dessus de Stalingrad ».
  63. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 301-302 : De fin septembre à mi octobre la 6e Armée perd environ 20 % de sa force de combat, les évaluations de l'état major allemand la faisant passer du niveau « moyen » à moins que « faible », c'est-à-dire sous les 40 % de son effectif réglementaire.
  64. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 357-358 : le 12 octobre 1942 trois des cinq divisions d'infanterie de la VIe Armée sont hors de combat.
  65. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 326 : Le 5 octobre 1942 Von Seidlitz déclare que la 24e Panzerdivision ne peut plus mener d'opérations offensives : elle ne compte plus que 800 fantassins.
  66. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 489 Le 23 novembre 1942 des 9 bataillons de la 305 ID sept sont considérés comme « épuisés » (sous les 30 % de leur effectif réglementaire) et les deux derniers sont classés « faibles » (sous les 40 %) selon son commandant l'unité est impropre à toute opération d'envergure
  67. David Glantz Armageddon in Stalingrad pp. 419, 493, 516 & 541 Dans la ville la 6e Armée perd le total très élevé d'une cinquantaine de chars dans les dix derniers jours d'octobre, ne lui laissant qu'une trentaine de blindés opérationnels auxquels il faut ajouter plus d'une centaine de chars de la 16e Panzerdivision qui opèrent contre Rynok & Spartankovka.
  68. David Glantz, to the gates of Stalingrad p. 336 le faubourg de Spartakovka a été renommé Spartanovka après guerre, d'où l'usage des deux noms.
  69. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 828, citant l'historique de la 16e panzerdivision de Wolfgang Werthen, Les défenses de Rynok sont décrites comme « un forteresse crachant des flammes, un labyrinthe de tranchées, de chars camouflés, de champs de mines et de nids de fusils antichars »
  70. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 516
  71. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 489 : L'OKW annonce à tort la prise de l'usine Octobre Rouge "à l'exception d'un bâtiment" le 24 octobre 1942 mais non seulement une contre-offensive russe, en fin d'après-midi, a repris la plupart des bâtiments perdus en début de journée mais le dernier bâtiment, la salle des hauts fourneaux (appelé "hall no 4" par les Allemands et "l'atelier du four Martin" par les Russes), résistera jusqu'à la fin de l'offensive allemande le 19 novembre 1942.
  72. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 502 Tchouïkov considère que les quatre divisions qui défendent le secteur des usines ont perdu toute valeur combative en tant qu'unité
  73. texte original du discours de Hitler : Ich wollte gar nicht in der Mitte angreifen. Nicht weil Herr Stalin das von mir glaubte, sondern weil mir daran gar nichts lag. Sondern… Ich wollte zur Wolga kommen, und zwar an einer bestimmten Stelle, an einer bestimmten Stadt, weil dort ein ganz wichtiger Punkt ist. Zufälligerweise trägt sie den Namen von Stalin selber. Aber denken Sie nur nicht, daß ich aus diesem Grund dorthin marschiert bin, sondern weil dort ein ganz wichtiger Punkt ist. Dort schneidet man nämlich dreißig Millionen Tonnen Verkehr ab, darunter fast neun Millionen Ölverkehr. Dort floß der ganze Weizen aus den gewaltigen Gebieten der Ukraine und des Kuban zusammen, dort war ein gigantischer Umschlagplatz. Den wollte ich nehmen, und - wissen Sie, wir sind bescheiden - und wir haben ihn nämlich! Es sind nur noch ein paar ganz kleine Plätzchen da. Nun sagen die anderen: Warum kämpfen Sie dann nicht schneller? Weil ich dort kein zweites Verdun will! Ich mache es jetzt mit ganz kleinen Stoßtrupps. Die Zeit spielt dabei keine Rolle, es kommt kein Schiff mehr die Wolga hoch, das ist das Entscheidende
  74. Jean Lopez p. 240 & 267 Les pionniers d'assaut perdent 25 % de leur effectif lors du premier jour de combat, les pertes montent à 30 % après deux jours et 55 % après quatre jours.
  75. Jean Lopez, p. 273 donne des exemples de la vitesse d'attrition des forces soviétiques : la 13e division de la garde perd 30 % de son effectif en 24 heures, 80 % en une semaine et il ne reste que 320 survivants sur 12 000 hommes à la fin de la bataille
  76. À partir du 8 novembre 1942, les glaces dérivantes, apparues au début du mois, empêchent totalement la traversée de la Volga.
  77. David Glantz p. 542 & 670 estime qu'il ne reste pas plus de 15 000 combattants russes dans la ville début novembre, à peine 8 000 le 13 novembre date à laquelle la 62e armée dans son ensemble compte 42 000 hommes.
  78. Viktor Kulikov, Batailles Aériennes no 20, la DCA de Stalingrad est décrite pas les pilote allemands comme d'une puissance jamais vue jusque là sur le front de l'est.
  79. Viktor Kulikov, Batailles Aériennes no 20, la 8e et la 16e armées aériennes qui opèrent dans le secteur de Stalingrad sont renforcées par des unités venue de l'est et de la région de Moscou et perçoivent aussi de nouveau appareils, plus performants tels les chasseurs Lavotchkine La-5 ou le bombardier d'assaut Il-2 Sturmovik.
  80. Les soviétiques révéleront après la guerre la perte de 2 000 avions lors de la phase défensive de la bataille de Stalingrad
  81. Jean Lopez p. 273 les pertes de la VIe Armée lors de son attaque sur la ville de Stalingrad sont de 12 000 tués et 40 000 blessés contre 100 000 à 120 000 pour les défenseurs
  82. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 613 & 475-476, compte plus de 11 000 Hiwis servant en novembre dans les huit divisions qui opèrent dans Stalingrad.
  83. Armageddon in Stalingrad p. 612
  84. mais contrairement aux espoirs des Russes les défenses locales se ressaisiront face à la 64e Armée et cela ne détournera pas la moindre unité allemande des combats dans Stalingrad
  85. Jean Lopez p. 228 le 6 octobre deux divisions russes sont envoyées pour mettre en défense la rive gauche de la Volga et les îles.
  86. Jean Lopez p. 214 le front de Stalingrad dispose de 27 000 camions pour assurer sa logistique.
  87. 2GM no 10 p. 22: la 6e armée reste bloquée 18 jours sans essence avant d'arriver à Stalingrad.
  88. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 152-153 le 17 septembre la 24e Panzerdivision signale que ses stocks de munitions sont dangereusement bas et même à zéro pour certaines munitions antichar.
  89. Jean Lopez p. 239 le 30 octobre, quand Paulus suspend l'attaque dans la quartier des usines, la 6e armée signale qu'elle n'a plus de grenades et qu'elle manque d'obus.
  90. Raymond Cartier p. 45 parle de 700 attaques de partisans en un mois, de ballasts posés à même le sol et de voie ferrée qu'une simple pluie suffit à rendre impraticable.
  91. Armagedon in Stalingrad p. 715 David Glantz donne des chiffres sensiblement similaires à ceux de Jean Lopez : en ajoutant les pertes du front du Don il donne 323 000 tués, prisonniers ou disparus et 320 000 blessés entre le 25 juillet et le 18 novembre en se basant sur les chiffres de Krivosheev dans Grif sekretnosti sniat pp. 177-178
  92. Armagedon in Stalingrad p. 716, les chiffres données par Jean Lopez 6 777 chars semblent inclure les pertes du front de Briansk et du front du sud ouest lors de Blau I & II que David Glantz chiffre à 2 436 chars
  93. Jean Lopez pp. 288-289 le 2 octobre 1942 Zeitzler et Jodl propose d'ôter la priorité à la prise de Stalingrad pour utiliser les forces ailleurs
  94. Jean Lopez pp. 288-289 le 6 octobre 1942 Hitler fait savoir à Von Weichs que la prise de Stalingrad est l'objectif principale du groupe d'armées B
  95. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 101, le Ve corps roumain relève devant le tête de pont de Kletskaia les 100e division de chasseur et 113e division d'infanterie qui sont envoyées dans la région de Stalingrad.
  96. Jean Lopez pp. 288-289 & 310 La priorité donnée à la prise de Stalingrad le 6 octobre annule ou ajourne les opérations Fischreiher (qui devait se poursuivre par la prise des berges de la Volga jusqu'à Astrakhan) Herbstaub & Herbzeitlose qui devaient avancer les lignes allemandes pour les établir sur des positions plus favorables pour l'hiver respectivement au sud et au nord de Stalingrad
  97. Raymond Cartier p. 48 citant l'histoire de la Seconde Guerre mondiale du général Platonov : les plans d'Uranus sont mis en place dès septembre 1942
  98. L'opération Mars et son prolongement, l'opération Jupiter. Joukov est responsable de ces offensives, alors que c'est Vassilievski avec son aide qui s'occupe d'Uranus et Saturne.
  99. Le Fremde Heere Ost.
  100. Alors que la présence de la 5e Armée Blindée n'a pas encore été décelée.
  101. Le XLVIIIe Panzer-Korps ne possède que 40 Panzer à la 22e Panzerdivision dont 5 Panzer 38(t), largement dépassé par le char standard soviétique (le T-34), et 108 chars à la 1re Division Blindée roumaine, dont 87 Panzer 38(t). Hervé Borg, Stalingrad, la roue tourne in Histoire de Guerre no 29, mars 2002, p. 38. De plus, la moitié des chars du Panzer-Korps tombent en panne lors du déplacement vers les arrières roumains sur les routes verglacées et, selon certaines sources, à cause des souris, cf Raymond Cartier, La seconde Guerre Mondiale
  102. Autre mesure trop tardive : la 6e Panzerdivision quitte la France pour être envoyée en renfort mais n'arrive qu'en décembre.
  103. La prise de Rostov, qui est l'objectif de l'opération Saturne, couperait la principale ligne d'approvisionnement des centaines de milliers d'hommes stationnés dans le Caucase
  104. Jean Lopez p. 314-315 les effectifs donnés pour l'Axe incluent le 48e Panzerkorps, il est à noter que les effectifs pris en compte pour les armées roumaines sont surestimés puisqu'ils datent du début de l'été
  105. Jean Lopez pp. 315 & 327 aux 1 700 canons + 1 026 antichars en lignes il faut ajouter les 136 canons antichar, 24 batteries d'artillerie et 15 batteries de flak de 88 du XLVIIIe panzerkorps.
  106. Jean Lopez pp. 314 & 327 les allemands comptent 290 chars en ligne auxquels s'ajoutent 285 canon d'assaut et 182 chars du XLVIIIe panzerkorps en réserve.
  107. Les Soviétiques dirent qu'ils prirent le pont de Kalatch le 23 ; les Allemands disent qu'ils l'ont perdu le 22 ; la Luftwaffe indique que dès le matin du 21 novembre le pont était pris par les Soviétiques. cf Görlitz p. 245.
  108. Le chiffre de 91 000 prisonniers capturés est avancé par les autorités soviétiques après la reconquête de Stalingrad mais les études récentes considèrent qu'il est sous estimé et estiment que les Russes ont fait près de 110 000 prisonniers
  109. Jean Lopez p. 445 Sur l’ensemble de l'offensive russe de l'hiver 1942-1943 les pertes totales (tués, prisonniers et blessés) des alliés du Reich sont les suivantes : Roumains 109 000, Italiens 130 000 et Hongrois 117 000, ce qui représente approximativement la moitié de leurs corps expéditionnaires
  110. Jean Lopez : blessés de l'Axe non soignés par les Allemands, véhicules alliés vidés sous la menace des soldats allemands de leurs occupants et/ou de leur carburant etc.
  111. En 1943 Les divisions hongroises ont pour consigne de se limiter aux actions anti-partisans
  112. À partir de 1943 les divisions roumaines sur le front russe sont à demi-puissance
  113. La décision de la Finlande de limiter sa participation à la guerre est aussi fortement motivée par la fin du blocus de Leningrad fin janvier 1943
  114. Jean Lopez p. 443 les contacts italiens se font à l'insu de Mussolini à l'initiative de Marie-Josée princesse de Piémont-Sardaigne et du ministre des affaires étrangères Ciano

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://users.erols.com/mwhite28/battles.htm#Stalingrad
  2. Lopez 2008, p. 124.
  3. Lopez 2008, p. 128-129.
  4. Lopez 2008, p. 123.
  5. a et b Directive no 41, H.R.Trevor-Roper, Hitler : Directives de guerre, Arthaud, Paris 1965, p. 146.
  6. Directive no 44 du 21 juillet 1942. H.R.Trevor-Roper, Hitler : Directives de guerre, Arthaud, Paris 1965, p. 155.
  7. a, b, c et d H.R. Trevor-Roper, Hitler : Directives de guerre, Arthaud, Paris 1965, p. 156-157.
  8. a et b Borg 2002, p. 31.
  9. Erich von Manstein, Victoires perdues, Plon, p. 198.
  10. Beevor 1999, p. 121, coll. « Le livre de poche », 605 p.
  11. a et b Borg 2002, p. 32.
  12. Borg 2002, p. 35.
  13. Borg 2002, p. 33 et 35.
  14. Lopez 2008, p. 148
  15. Lopez 2008, p. 181.
  16. Lopez 2008, p. 131 à 136.
  17. Borg 2002, p. 34-35.
  18. a et b Jean Lopez p. 153
  19. Mémoires de Joukov, vol. 2, p. 122
  20. Beevor 1999, p. 143-144-155-157, coll. « Le livre de poche », 605 p.
  21. a, b et c Beevor 1999, p. 143-144, coll. « Le livre de poche », 605 p.
  22. Borg 2002, p. 33.
  23. a, b et c Beevor 1999, p. 159, coll. « Le livre de poche », 605 p.
  24. Armageddon in Stalingrad, p. 315.
  25. Lopez 2008, p. 165-166.
  26. Lopez 2008, p. 167.
  27. Lopez 2008, p. 170.
  28. Lopez 2008, p. 173.
  29. Lopez 2008, p. 171-172.
  30. Raymond Cartier, p. 46.
  31. Lopez 2008, p. 172.
  32. a et b Beevor 1999, p. 152 à 154, coll. « Le Livre de Poche » 605 p.
  33. Eremenko, Stalingrad, ed. Plon 1963, p. 154 cité par Lopez 2008, p. 168.
  34. a, b et c Lopez 2008, p. 167-168.
  35. Beevor 1999, p. 160, coll. « Le Livre de Poche » 605 p.
  36. Beevor 1999, p. 172, coll. « Le Livre de Poche » 605 p.
  37. Beevor 1999, p. 152 à 154 et 161-162, coll. « Le Livre de Poche » 605 p.
  38. a, b, c et d Tchouïkov, p. 319
  39. Lopez 2008, p. 204.
  40. Glantz To the gates of Stalingrad, p. 389.
  41. Glantz Armageddon in Stalingrad, p. 316.
  42. Lopez 2008.
  43. Glantz Armageddon in Stalingrad.
  44. Jean Lopez, p. 289
  45. David Glantz, Armageddon in Stalingrad.
  46. Jean Lopez, p. 197
  47. Jean Lopez, pp. 207-208
  48. Armageddon in Stalingrad, p. 31
  49. Jean Lopez, p. 244
  50. Antony Beevor, Stalingrad, p. 208.
  51. Raymond Cartier, p. 47
  52. Jean Lopez, p. 216, citant Tchouïkov p. 89
  53. Jean Lopez, p. 175
  54. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 120
  55. Jean Lopez, p. 122
  56. Jean Lopez, Stalingrad, une bataille au bord du gouffre, pp. 254-256
  57. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 256
  58. a et b David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 280
  59. Jean Lopez, p. 220
  60. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, pp. 370-371
  61. Jean Lopez, pp. 288-289
  62. David Glantz, Armageddon in Stalingrad pp. 310-311
  63. a et b David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 479
  64. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 434.
  65. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 698 citant Aldebert Holl.
  66. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 502
  67. David Glantz Armageddon in Stalingrad p. 614
  68. Jean Lopez p. 261 calculs effectués à partir des informations données par David Glantz, Colossus Reborn, p. 208
  69. Jean Lopez p. 162.
  70. Jean Lopez p. 262 citant S.J. Lewis, The battle of Stalingrad.
  71. Jean Lopez p. 241.
  72. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 505
  73. David Glantz, Armageddon in Stalingrad, p. 477 citant Hans Wijers the battle for Stalingrad
  74. Antony Beevor, Stalingrad, op cité, fin chapitre 12
  75. Antony Beevor, Stalingrad, 1999, Le livre de poche, Page 218.
  76. a, b et c Jean Lopez p. 273
  77. Armagedon in Stalingrad p. 716
  78. Jean Lopez p. 263
  79. a, b, c et d Hervé Borg, Stalingrad, la roue tourne in Histoire de Guerre no 29, mars 2002, p. 36-37
  80. Hervé Borg, Stalingrad, la roue tourne in Histoire de Guerre no 29, mars 2002, p. 38-39
  81. Hervé Borg, Stalingrad, la roue tourne in Histoire de Guerre no 29, mars 2002, p. 37.
  82. La Seconde Guerre mondiale de Raymond Cartier, Larousse, tome 2, pp. 45-69.
  83. Ibid.
  84. a, b, c, d, e, f et g Antony Beevor, Stalingrad, 1999, Le livre de poche, pages 543 à 557.
  85. Jean Lopez p. 442
  86. Jean Lopez p. 443

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages historiques[modifier | modifier le code]

En français[modifier | modifier le code]

  • Antony Beevor (trad. Jean Bourdier), Stalingrad [« Stalingrad : The Fateful Siege, 1942-1943 »], Livre de Poche,‎ septembre 2001 (1re éd. 1999 : Editions de Fallois), 605 p. (ISBN 978-2253150954) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Jean Lopez, Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, éditions Economica, coll. « Campagnes & stratégies »,‎ 1er octobre 2008, 1e éd., broché, 460 p. (ISBN 978-2717856385). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joachim Wieder, Stalingrad ou La responsabilité du soldat, Paris, Albin Michel, coll. « H comme histoire »,‎ février 1983, 334 p. (ISBN 978-2226016812)
  • François de Lannoy, La Bataille de Stalingrad, Bayeux, Éditions Heimdal,‎ novembre 1998, 168 p. (ISBN 978-2-84048-092-1).
  • Nadéije Laneyrie-Dagen (dir.), Les grandes batailles de l'Histoire, Paris, Larousse,‎ 2006 (1re éd. 1997), 287 p. (ISBN 2-7441-8864-6) p. 244-245.
  • Raymond Cartier, La seconde Guerre Mondiale, vol. 2 : 1942-1945, France, Larousse - Paris Match,‎ 1966, 391 p. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • Basil Henry Liddell Hart (trad. Antoine Bourguilleau), Les généraux allemands parlent [« The other side of the hill »], France, Perrin,‎ 2011 (1re éd. 1948), 568 p. (ISBN 978-2-262-03539-6)
  • Karl Bartz (trad. Jacques Boitel), Quand le ciel était en feu [« Als der Himmel brannte »], France, Éd. J'ai lu,‎ 1955, 381 p.
  • Anton Joly, Stalingrad, Atlas de bataille, vol. 1, Paris, StalData Publications,‎ décembre 2013, 130 p. (ISBN 979-10-93222-02-8)

En d'autres langues[modifier | modifier le code]

  • (en) William Craig, Enemy at the Gates : the Battle for Stalingrad, New York, Penguin Books,‎ février 2001 (1re éd. 1973), 455 p. (ISBN 978-0142000007)
  • (en) Jason Mark, Island of Fire : the Battle for the Barrikady Gun Factory in Stalingrad : November 1942 - February 1943, ed. Leaping Horseman Books,‎ 2006, 656 p. (ISBN 978-0975107638)
  • (en) Jason Mark, Death of the Leaping Horseman : 24. Panzer-Division in Stalingrad 12th August - 20th November 1942, ed. Leaping Horseman Books,‎ 2003, 560 p. (ISBN 978-0646410340)
  • (en) David M. Glantz et Jonathan M. House, To the gates of Stalingrad : Soviet-German combat operations April-August 1942, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ avril 2009, 678 p. (ISBN 978-070061630-5) Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) David M. Glantz et Jonathan M. House, Armageddon in Stalingrad : September-November 1942, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ octobre 2009, 896 p. (ISBN 978-070061664-0). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en) David M. Glantz et Jonathan M. House, Endgame at Stalingrad, vol. 1 : November 1942, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ mars 2014, 656 p. (ISBN 978-0700619542).
  • (en) David M. Glantz et Jonathan M. House, Endgame at Stalingrad, vol. 2 : December 1942 - January 1943, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ avril 2014, 848 p. (ISBN 978-0700619559).
  • (en) David M. Glantz et Jonathan M. House, Companion to Endgame at Stalingrad,, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ avril 2014, 848 p. (ISBN 978-0700619566).
  • (en) David M. Glantz, Colossus Reborn : The Red Army at War, 1941-1943, University Press of Kansas, coll. « Modern War Studies »,‎ 2005 (ISBN 978-0700613533)
  • (de) Horst Boog, Werner Rahn, Reinhard Stumpf et Bernd Wegner, Das Deutsche Reich und der Zweite Weltkrieg, t. 6 : Der globale Krieg: Die Ausweitung zum Weltkrieg und der Wechsel der Initiative 1941 - 1943, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt,‎ octobre 1990 (réimpr. 1993), 1104 p. (ISBN 978-3421062338)

Revues[modifier | modifier le code]

  • Yves Buffetaut, La bataille de Stalingrad (1): de Moscou à Stalingrad, magazine Armes Militaria HS no.18, 1995.
  • Hervé Borg, « Stalingrad, la roue tourne », Histoire de Guerre, no 29,‎ mars 2002, p. 22 à 45 (ISSN 1297-3238) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Viktor Kulikov, Stalingrad: Les combats aériens de la reconquête (2e partie), revue Batailles Aériennes no.21, 2002.
  • Loïc Bonal, Stalingrad: L'ultime assaut, in 2e Guerre Mondiale Thématique no 12, 2007
  • Philippe Richardot, Le Reich part à l'assaut du Caucase, magazine 2GM no 10, 2006 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Philippe Richardot, La chute de Stalingrad, magazine 2GM no 13, 2007
  • Pierre-Alexandre Côte, "Stalingrad, Hitler joue et perd", in Ligne de Front no 32, 2011
  • « Stalingrad : nouvelle vision d'une bataille mythique », Guerres et Histoire, no 11,‎ février 2013
  • Stéphane Mantoux, L'enfer du combat urbain, in 2e Guerre Mondiale thématique no 34, Éditions Astrolabe, février / mars / avril 2014

Récits autobiographiques et témoignages[modifier | modifier le code]

  • Svetlana Alexievitch, La guerre n’a pas un visage de femme, trad. de Galia Ackerman et Paul Lequesne, Paris, Presses de la Renaissance, 2004, 298 p. (ISBN 2-85616-918-X)
  • Maréchal Eremenko, Stalingrad, notes du commandant en chef, ed. Plon, 1963.
  • Vassili Tchouïkov, La bataille du siècle, 1962, Paris.
  • Vassili Tchouïkov et Riabov, La Grande Guerre Nationale 1941-1944, éd. du Progrès, 1987.
  • Maréchal Paulus, Stalingrad, annoté et présenté par Walter Görlitz, Fayard, 1961.[réf. nécessaire]
  • Vassili Grossman, Carnets de guerre. De Moscou à Berlin. Textes choisis et présentés par Antony Beevor et Luba Vinogradova. Traduit de l'anglais et du russe par Catherine Astroff et Jacques Guiod, Calmann-Lévy, 390 p.
  • Vassili Grossman, Stalingrad, Choses vues (Septembre 1942 - Janvier 1943), Paris, Éditions France d'abord, 1945.
  • Heinz Schröter (correspondant de guerre de la 6e Armée allemande à Stalingrad) : Les Sacrifiés, Pierre De-Méyère, 1962
  • (en) Aldebert Holl, An Infantryman in Stalingrad: From 24 September 1942 to 2 February 1943, ed. Leaping Horseman Book, 2005, (ISBN 978-0975107614).
  • Dernières lettres de Stalingrad, trad. Charles Billy, Paris, Buchet/Chastel, 1988.

Œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Cette bataille a fait l'objet de plusieurs films, dont :

Documentaires[modifier | modifier le code]

  • The Battle of Russia de Frank Capra, 1943 documentaire américain en anglais, no 5 de la série Why we fight, disponible ici ;
  • Stalingrad de Leonid Varlamov, 1943 (documentaire) ;
  • Stalingrad, de Jorg Muellner et Sebastian Dehnhardt, 165 minutes en 3 parties (L'assaut, Le chaudron, La débâcle), 2003.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Événements majeurs sur les autres fronts à la même période[modifier | modifier le code]

Références & hommages[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :