Philippe Burty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Étienne Carjat, Philippe Burty (1873), photographie, Paris, Bibliothèque nationale de France.
Carolus-Duran, Portrait de Philippe Burty (1874), Oberlin (Ohio), Allen Memorial Art Museum[1].

Philippe Burty, né en 1830 à Paris, mort en 1890 à Astaffort (Lot-et-Garonne), est un critique d'art français.

Personnalité influente, il a, notamment, contribué à la vogue du japonisme et à la renaissance de l'eau-forte, soutenu les impressionnistes et publié la correspondance d'Eugène Delacroix.

Biographie[modifier | modifier le code]

Surtout connu comme écrivain et critique d’art, Philippe Burty est aussi un collectionneur averti, un dessinateur et un lithographe.

Collaborateur de la Gazette des Beaux-Arts dès sa fondation (1859), il y tient la chronique des arts et de la curiosité et s’efforce de faire partager à ses lecteurs son goût de l’estampe et de l’eau-forte. Entre autres artistes, il attire l'attention sur le talent de Frédérique O'Connell[2].

À la demande d'Eugène Delacroix, Burty participe avec Andrieu, Dauzats, Dutilleux, Schwiter etc. au classement des dessins et des carnets qui furent ensuite dispersés en vente publique du 22 au 27 février 1864. C’est également Burty qui en rédigea le catalogue. On lui doit divers articles sur Delacroix et la publication des lettres du peintre (1re édition, 1878 ; 2e édition revue et augmentée, 1880).

Il est le grand-père du photographe Paul Haviland et du peintre Frank Burty Haviland.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Notice sur le site du Allen Memorial Art Museum
  2. Philippe Burty « L'atelier de Madame O'Connell » dans la Gazette des beaux-arts Tome V, Paris 1860, p. 354