Kemari

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Kemari à Nara

Kemari (蹴鞠?, littéralement « balle frappée ») est une forme de football qui était populaire au Japon pendant la période Heian (794-1185).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le kemari est issu d'un sport chinois, le cùjú, et a été introduit au Japon vers l'an 600.

Fujiwara no Narimichi (藤原 成通?, 1097-1162), contemporain de l'Empereur Shirakawa, est considéré comme le saint du kemari en raison de son habilité inégalée parmi ses contemporains. Bien que doué dans nombre de domaines typiquement attendus d'un gentilhomme de l'époque, tel que le yabusame, la poésie chinoise et japonaise, la flûte et la calligraphie, c'était vraiment dans le kemari qu'il excellait. Il y aurait joué, enfant, tous les jours, après avoir recouvert d'une maladie, puis fût un jour frappé de visions par les dieux du kemari.

Description[modifier | modifier le code]

Bien qu'il se joue normalement en habit de Cour, le kemari est un sport très physique.

Le but de ce jeu est de garder la balle en l'air, tous les joueurs coopèrent dans ce but. La balle est appelée mari (?) et est fabriquée à partir de peaux de bête. Le jeu est précédé d'une cérémonie.

Le kemari possède un sanctuaire dédié, fondé par la famille aristocratique Asukai, le Shiramine-jingū, où est vénéré Seidai Myōjin (精大 明神?), dieu des sports, et en particulier du kemari et du football.

Sur les autres projets Wikimedia :