Ligne de changement de date

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

0° N 180° O / 0, -180

Une illustration simplifiée de la relation entre la ligne de changement de date, la date et l’heure de la journée.
Le tracé de la ligne de changement de date (ligne brisée noire en gras)

La ligne de changement de date est une ligne imaginaire à la surface de la Terre qui longe approximativement le 180e méridien (est et ouest) dans l'océan Pacifique, et dont le rôle est d'indiquer l'endroit où il est nécessaire de changer de date quand on la traverse.

But[modifier | modifier le code]

Chaque jour à minuit, dans tous les fuseaux horaires, il est nécessaire de changer de date pour passer au jour suivant. Mais compte tenu de l'utilisation d'un méridien de référence pour ces fuseaux horaires, il existe également un méridien où, quelle que soit l'heure, il est nécessaire lorsqu'on le traverse d'ajouter ou de retrancher un jour, selon le sens de la traversée. Cette ligne peut être considérée comme étant située 12 heures en avance ou 12 heures en retard par rapport au méridien de Greenwich selon que l'on parcourt la Terre respectivement vers l'est ou vers l'ouest.

Ainsi, quelqu'un voyageant vers l'ouest et franchissant la ligne de changement de date doit ajouter un jour à la date qu'il s'attendrait à avoir s'il ne le faisait pas. D'une façon similaire, un voyageur vers l'est doit retrancher un jour. Ainsi, à l'instant précis où il est minuit sur la ligne de changement de date, toute la planète devrait être à la même date.

La ligne de changement de date peut se révéler déroutante, particulièrement sur de courts trajets aériens qui conduisent à la traverser. Par exemple, un voyageur partant des Tonga (îles situées dans le fuseau horaire UTC+13) pour aller aux Samoa américaines (UTC-11) par avion réalise un trajet de deux heures entre deux endroits où l'heure légale diffère de 24 heures ; par conséquent, s'il part des Tonga à midi le mardi, il arrivera aux Samoa américaines à 2 heures de l'après-midi le lundi. Un autre exemple était le vol charter d'Air Kiribati au départ d'Hawaii : parti le dimanche matin à 6 heures, le Boeing 737 arrivait sur l'île Christmas trois heures après… le lundi, puis après avoir fait escale, retournait à Honolulu le dimanche dans l'après-midi.

Histoire[modifier | modifier le code]

En considérant la Terre ronde, la nécessité d'une ligne de changement de date avait été mise en évidence dès le XIe siècle[1]. Mais la première manifestation du phénomène apparut lors de la circumnavigation de Magellan : l'équipage, de retour en Espagne, était persuadé du jour de la semaine, attesté par divers carnets de bords parfaitement maintenus à jour. Dans le même temps, les personnes à terre assuraient que le jour était différent. Le problème — bien que parfaitement compréhensible dès cette époque comme le montra Antonio Pigafetta, marin et chroniqueur embarqué dans l'expédition[2] — provoqua des débats, jusqu'à envoyer une délégation spéciale auprès du pape pour le lui expliquer.

Cette situation, en apparence paradoxale, a été utilisée comme ressort dramatique dans plusieurs romans, parmi lesquels Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne[3] et L'Île du jour d'avant d'Umberto Eco[4].

Localisation[modifier | modifier le code]

En pointillé rouge, la ligne de changement de date concrète en mer entre les ZEE des 16 pays et des 16 dépendances de l'Océanie, d'après l'Atlas des îles et États du Pacifique sud.

La ligne de changement de date suit pour sa plus grande partie le méridien de 180° de longitude. Mais en plusieurs endroits, elle a été déviée afin d'éviter que des pays, particulièrement des archipels du Pacifique, se trouvent à cheval sur deux dates (une situation plus difficile à gérer que le fait d'être sur plusieurs fuseaux horaires). Ce faisant, certaines contrées se retrouvent avec un décalage horaire pouvant atteindre +14 heures par rapport au GMT. Concrètement les eaux incluses dans les ZEE de ces pays sont à la même date que les îles pour les embarcations assurant le trafic local.

Dans l'océan Pacifique Nord, la ligne dévie tout d'abord vers l'est à travers le détroit de Béring puis vers l'ouest le long des îles Aléoutiennes afin de maintenir toute la Russie et tout l'Alaska de part et d'autre.

Dans l'océan Pacifique Sud, la ligne dévie vers l'est, afin de maintenir dans le même fuseau les îles proches de la Nouvelle-Zélande, y compris les îles Fidji et Tonga.

Enfin, dans l'océan Pacifique central, la ligne de changement de date fut déplacée en 1995 afin de contourner les Kiribati plutôt que de passer à travers. Avant cette modification, les Kiribati se trouvaient constamment à cheval sur deux jours et les administrations de part et d'autre de la ligne ne pouvaient se contacter que quatre jours ouvrables par semaine. Une autre conséquence fut que l'île Caroline, l'atoll le plus à l'est du pays, fut la première terre à entrer dans l'an 2000, une situation que les Kiribati, comme les États voisins, cherchèrent à exploiter à des fins touristiques.

En 2011, les Samoa et les Tokelau sont passées directement du 29 décembre au 31 décembre 2011. Elles ont déplacé ainsi la ligne de changement de date, qui passera dorénavant à l'est de leur territoire, plutôt qu'à l'ouest. Cette mesure est destinée à faciliter les relations commerciales avec l'Australie, la Nouvelle-Zélande et l'Asie, en évitant un décalage d'une journée avec ces partenaires[5].

Symbole[modifier | modifier le code]

Le passage de la ligne de changement de date est symbolique : c'est ainsi que certaines compagnies aériennes, à l'instar d'Air France dans les années 1960, délivrent à leurs clients des certificats lorsqu'ils voyagent à bord d'avions ayant passé cette ligne.

Ligne de changement de date dans les œuvres de fiction[modifier | modifier le code]

  • Dans Le Tour du monde en quatre-vingts jours de Jules Verne, le héros Philéas Fogg arrive à Londres en ayant le sentiment d'avoir perdu son pari, mais avait oublié qu'en franchissant vers l'est la ligne de changement de date il a gagné un jour.
  • Dans L'Île du jour d'avant, Umberto Eco met en scène un marin qui s'échoue sur une île traversée par la ligne de changement de date, donnant lieu à une méditation sur le temps.
  • Dans la série télévisée Au cœur du temps, épisode 1x06, les deux héros sont confrontés à ce problème de changement de date. Connaissant le passé, ils pensent qu'il leur reste encore un jour pour permettre aux chercheurs de fuir l'île avant l'explosion du Krakatoa, mais sont trompés par l'erreur d'un des chercheurs qui a oublié de rajouter un jour lors du passage de la ligne.
  • Dans la série La Vie de croisière de Zack et Cody, Cody veut avouer ses sentiments à Bailey lors de la soirée donnée, mais à chaque fois que le SS Tipton franchit la ligne, un éclair frappe le paquebot et Cody doit revivre le même jour et la même soirée perpétuellement.
  • Dans Love Hina, Naru part retrouver Keitaro qui a fui dans l'île fictive de Pararakelse suite à son éventuel nouvel échec au cooncours d'entrée à Todai qu'il avait en fait réussi. Elle met un certain temps à le retrouver ce qui fait qu'ils dépassent la date limite pour l'envoi de l'inscription à Todai, au Japon, mais pas à Pararakelse, située de l'autre côté de la ligne de changement de date, ce qui fait donc qu'ils ont pu s'inscrire.
  • Dans une BD de Don_Rosa, L'Île du bout du temps, Picsou réussi à prendre l'île à Gripsou même s'il l'a jalonnée avant lui en traversant la ligne de changement de date.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A History of the International Date Line
  2. Antonio Pigafetta. Relation du premier voyage autour du monde (1536)
  3. Jules Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, Hetzel, 1873.
  4. Umberto Eco, L'Île du jour d'avant, Le Livre de Poche, 1998, ISBN 2-253-14361-8.
  5. « Les Samoa changent de jour, le vendredi 30 décembre n'existe pas », sur L'Express (consulté le 30 décembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]