Années 1890

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les années 1890 couvrent la période de 1890 à 1899, en pleine Belle Époque.

Années :

18901891189218931894
18951896189718981899

Décennies :

1870 · 1880Années 18901900 · 1910

Siècles :

XVIIIe siècleXIXe siècleXXe siècle

Millénaires :

 Ier millénaireIIe millénaireIIIe millénaire 

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1890-1905 : seize soulèvements contre les compagnies concessionnaires au Mozambique[1].
  • 1890-1898: résistance du Bounyoro aux autorités britanniques.
  • 1894 : début de l'Affaire Dreyfus en France.
  • 1894-1896 : premier massacres en Arménie. Les nationalistes Arméniens réclament l’indépendance vis-à-vis de la Turquie. Les représailles turques sont atroces et deux cent mille Arméniens sont massacrés. À la même époque, les Russes, face à l’effet produit par la propagande anti-russe des Britanniques, interdisent aux Arméniens de parler leur propre langue et d’ouvrir leurs propres écoles et églises. Ils déportent également de nombreux dirigeants nationalistes en Sibérie.
  • 1895-1898 : La vallée du Nil est déclarée sous influence « britanno-égyptienne ». Ce tournant de la politique égyptienne de la Grande-Bretagne ouvre une période de tension entre Londres et Paris, qui culmine avec l’affaire de Fachoda. Les Britanniques aident l’Égypte à faire respecter ses droits sur la vallée du Nil et établissent un condominium sur le Soudan.
  • 1897 : l’Allemagne se fait céder par la force Jiaozhou pour quatre-vingt-dix-neuf ans.
  • 1898 : la France établit son influence sur les provinces chinoise limitrophes du Tonkin. La Grande-Bretagne s’installe à Hong Kong.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Cette décennie voit l'apogée de la machine à vapeur, alimentée au charbon, sur le point d'être détrônée par le moteur à explosion alimenté au pétrole raffiné. La suprématie de cette nouvelle source d'énergie sera confirmée lorsque la première flotte au monde, la Royal Navy, aura décidé en 1910[2] d'alimenter tous ses bâtiments au fioul.

Art et culture[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1890 en arts plastiques.

Tauromachie[modifier | modifier le code]

Économie et société[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 1890-1891 : famine et épizootie de peste bovine en Afrique de l’Est. De 90 à 95 % du bétail est détruit.
  • 1890-1892 : épizootie au Ruanda et au Burundi.
  • 1895 : pression des colons blancs au Kenya pour obtenir de nouvelles terres après la création de la Compagnie britannique impériale d'Afrique de l'Est (Lord Delamere). En 1902, ils obtiennent le droit d'accéder aux hautes terres fertiles.
  • 1897 :
    • premiers émigrants levantins en Guinée. Début de l’émigration de « Syriens », en réalité des Libanais, en Afrique occidentale[5] : 28 migrants en 1897, 1 100 en 1909, 3 000 environ en 1929. Ils réussissent dans le commerce de détail et de gros et dans l’artisanat.
    • la Belgique contrôle 74 % des exportations et 73 % des importations du Congo (3 % des exportations en 1888).
    • Un règlement foncier autorise les occupations de terre au Kenya pour une durée maximale de vingt et un ans. Mise en place de la hut tax au Kenya (1897 et 1902).
    • Sècheresse exceptionnelle au nord du Kenya et en Ouganda ; l’Omo est asséché. Famine au Karamoja, dans la région d’Arusha-Méru (1897-1900), au Kenya central (1897-1901), dans la région d’Handeni et au Bunyoro (1898-1900)[6].
  • 1898 : apparition de la maladie du sommeil (trypanosomiase), liée à la mouche tsé-tsé, dans le Niari (Congo), entre Brazzaville et l’océan[7], déclenchée par le passage répété des porteurs Loango. Elle se répand au Gabon, remonte le fleuve Congo pour atteindre en 1901 les alentours du lac Victoria, en Ouganda (250 000 morts en 1900-1905). Le futur Congo belge est atteint simultanément.
  • 1898-1901 : famine mugudya (errer à la recherche de vivres) au Busoga (Ouganda actuel[8]. Provoquée par la sécheresse et les mutineries de 1897 et leur répression, elle fait entre 40 000 et 60 000 morts.
  • 1899 : quarante concessions sont accordées de mars à juillet par le ministre des Colonies français Guillain[9]. Devant les bénéfices réalisés par les compagnies belges au Congo, les Français veulent les imiter. Le ministère des Colonies reçoit 119 demandes de concessions, définies comme « entreprises de colonisation ». En un an, quarante sociétés se partagent 70 % du territoire : par exemple, la Compagnie des sultanats du Haut-Oubangui reçoit une concession de 140 900 km2.


États-Unis[modifier | modifier le code]

  • 3 700 000 immigrants entre 1890 et 1899.
  • 33 % des habitants vivent dans des villes.
  • Production de 4 millions de tonnes d’acier.
  • Charles Dow et Eddie Jones, font la promotion de l'industrie à Wall Street.
  • Quinze trusts se sont constitués depuis 1882 (whisky, sucre, huile de lin, plomb, etc.)
  • Le nombre de brevet déposés a plus que quintuplé depuis 1860 (de moins de 5000 à plus de 25 000).
  • Mouvement des Alliances de fermiers : la Southern Alliance réunit trois millions d’adhérents autour du « subtreasury plan » (création d’entrepôts gouvernementaux chargé de stocker les productions non périssables et de prêter jusqu’aux 4/5 de leur valeur à 1 % d’intérêt aux fermiers) ; la Northwestern Alliance compte deux millions de militants.

Amérique latine[modifier | modifier le code]

  • 1887 - 1891 : le volume de monnaie en circulation au Brésil fait plus que doubler, ce qui provoque un brève période de spéculation, l’encilhamento.
  • 1892 : São Paulo et Rio de Janeiro produisent chacune 3 700 000 sacs de café. Les prix ont doublé depuis 1887.
  • 1895 : Cuba connait une crise économique partiellement provoquée par la décision des États-Unis de taxer à nouveau les importations de sucre. Elle déclenche une rébellion des patriotes cubains contre la tutelle espagnole.


  • Chute des cours de l’argent. La production décline en Bolivie. L’étain prend la place de l’argent dans le commerce extérieur du pays après la découverte des gisements de la montagne de Catavi.
  • La République du Brésil favorise l’industrie. Le ministère de l’agriculture devient ministère de l’industrie. Un nouveau tarif douanier augmente de 60 % les droits sur 300 articles différents d’importation et abaisse les droits d’entrée sur certaines matières premières.
  • Le café représente 70 % des exportations colombiennes.

Asie[modifier | modifier le code]

  • 1896 : la Russie obtient la concession d’une voie ferrée en Mandchourie.
  • 1896-1898 : famine en Inde[10].
  • 1896-1918 : grande épidémie de peste en Inde qui coûte la vie à plus de 10 millions d’indiens.
  • 1897 : les musulmans crétois affluent en nombre en Anatolie après que la Crète ait obtenu un statut d’autonomie au lendemain de la guerre gréco-turque (traité de Constantinople du 4 décembre).


  • Apparition d’un prolétariat ouvrier dans les principales villes de l’Empire ottoman. Des changements sociaux profonds s’opèrent dans les grandes villes comme Istanbul, Salonique et Izmir où se développent les manufactures de textile, de tabac ou de produits alimentaires. Créée à Istanbul en 1894-1895, l’Association des travailleurs ottomans se dote d’une caisse d’entraide[11].
  • Développement de la culture du coton par les Russes au Turkestan.
  • La production d’hévéa, introduite clandestinement en 1876 en Malaisie, se développe en Indonésie et en Malaisie, suite à l’invention des pneumatiques.
  • Inauguration du complexe sidérurgique moderne du Hanyang en Chine.
  • Modernisation de l’industrie textile au Japon. Progression du commerce extérieur vers la Chine (cotonnades) et les États-Unis (soie). Essor de l’industrie lourde après 1894.

Europe[modifier | modifier le code]

  • 1890 :
    • Loi d’industrialisation en Autriche-Hongrie.
    • Royaume-Uni : le Trades Union Congress compte 1,5 million de membres avec l’arrivée des travailleurs non qualifiés depuis 1880 (« nouvel unionisme »).
    • Réduction de la journée de travail à 10 heures en Espagne.
    • Caprivi fait fermer les frontières allemandes aux céréales russes et espère consolider l’alliance avec l’Autriche-Hongrie en ouvrant le marché du Reich aux céréales hongroises.
    • Fondation à Cannstatt en Allemagne de la société Daimler Motoren Gesellschaft.
  • 1890-1892 : Guillaume II d'Allemagne impose des tribunaux d’arbitrage, le repos hebdomadaire, de meilleures conditions de travail dans les mines et la protection des femmes et des enfants.
  • 1890-1894 : naufrage du système bancaire italien.
  • 1891 :
    • Royaume-Uni : 4 % de la main d’œuvre nationale est employée par l’État. La proportion des dépenses publiques tombe à 9 % du revenu national (16 % en 1831). 3,2 millions de personnes sont employées dans la région de Londres.
  • 1892 :
    • Instauration du protectionnisme au Portugal.
    • Alourdissement de la fiscalité indirecte en Russie (augmentation de 100 % des taxes sur les allumettes, de 50 % des taxes sur la bière, le tabac et le pétrole).
  • 1893-1895 : guerre douanière entre la France et la Suisse.
  • 1894 :
    • traité de commerce entre la Russie et l’Allemagne[12].
    • Russie : monopole de l’État sur la vente des alcools (1/4 des recettes budgétaires entre 1894 et 1899)[13]. Création d'un impôt sur les loyers. La baisse du prix des céréales, commencée en 1875, atteint son maximum.
    • Publication des Notes critiques sur le développement économique de Russie par Pierre Struve, qui marque la naissance du « marxisme légal ». La controverse sur les voies du développement russe se poursuit. Critique marxiste du populisme (Lénine, Struve)[14].
  • 1897 : la communauté tatare de Kazan compte 2,3 millions d’habitants. La persistance de l’Islam lui à permis de résister à la russification. Elle possède le tiers des établissements industriels de la province et contrôle le commerce avec l’Asie centrale.


  • La production de pétrole de la région de Câmpina-Ploieşti en Roumanie passe de 50 000 tonnes en 1890 à 1 885 000 tonnes en 1913. La Roumanie devient le quatrième producteur mondial.
  • Vers 1895, en Roumanie, 6 500 grands propriétaires possèdent la moitié du sol cultivé, autant qu’un million de familles paysannes. Ils résident à Bucarest où à Paris et afferment la plupart de leurs terres à des fermiers qui sous-louent à des paysans, d’où la faiblesse du progrès technique. De nombreux fermiers sont Juifs, surtout en Moldavie, ce qui augmente les tensions antisémites dans les campagnes. Propriétaires et fermiers rentabilisent les exploitations par la production de froment destiné à l’exportation au détriment de la consommation intérieure limitée au maïs, avec les carences alimentaires (pellagres) qui s’ensuivent. 300 000 paysans sans terre constituent un réservoir de main-d’œuvre pour les domaines mais aussi un facteur d’instabilité.
  • L’Italien gagne en moyenne 2 500 lires par an à la fin du siècle, tandis que l’Anglais en gagne 7 300, le Français 6 500 et l’Allemand 3 900.
  • La production industrielle en Allemagne a augmenté d’environ 60 % depuis 1879 : la production de charbon passe de 59 à 89 millions de tonnes, celle d’acier de 0,7 à 2,3 millions de tonnes. La production agricole augmente aussi mais n’est pas en mesure de nourrir la population qui à fortement augmenté (49,5 millions d’habitants pour 41,5 en 1871). L’importation de matières premières et de denrées alimentaires provoque un déficit commercial.

Démographie[modifier | modifier le code]

  • Le Portugal compte 4 660 000 habitants. Depuis 1864, les populations de Lisbonne et de Porto ont augmenté respectivement de 139 % et de 69 %.
  • La Hongrie (sans la Croatie autonome) compte 15,2 millions d’habitants.
  • 2/3 des Australiens habitent en ville.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A. A. Boahen, L'Afrique sous domination coloniale, 1880-1935, Éditions Unesco/NEA,‎ 1987, 940 p. (ISBN 92-3-201713-X). Texte partiellement en ligne sur Google Livres
  2. Source : Géopolitique du pétrole#Du monopole au cartel, 1900-1928
  3. Firmengeschichte - Royal Philips
  4. [1]
  5. Mariella Villasante Cervello, Colonisations et héritages actuels au Sahara et au Sahel : Problèmes conceptuels, état des lieux et nouvelles perspectives de recherche (XVIIIè-XXe siècles), vol. 2, Éditions L'Harmattan,‎ 2007 (ISBN 9782296181281, présentation en ligne)
  6. Clive Spinage, African Ecology : Benchmarks and Historical Perspectives, Springer Science & Business Media,‎ 2012 (ISBN 9783642228711, présentation en ligne)
  7. Théophile Obenga, Histoire générale du Congo des origines à nos jours : Le Congo moderne, vol. 2, L'Harmattan,‎ 2010 (ISBN 9782296129696, présentation en ligne)
  8. Bethwell Allan Ogot, Ecology and History in East Africa : Proceedings of the 1975 Conference of the Historical Association of Kenya, Kenya Literature Bureau,‎ 1979 (présentation en ligne)
  9. Célestin Doyari, Oubangui Chari et son évangélisation dans le contexte de la politique coloniale : 1889-1960, L'Harmattan,‎ 2012 (ISBN 9782296557529, présentation en ligne)
  10. John F. Riddick, The history of British India : a chronology, Greenwood Publishing Group,‎ 2006 (ISBN 9780313322808, présentation en ligne)
  11. Noémı Lévy, Ordre et désordres dans l'Istanbul ottomane, 1879-1909 : de l'état au quartier, Karthala Éditions,‎ 2013 (ISBN 9782811107925, présentation en ligne)
  12. И.А. Овчинников, Сборник действующих трактатов, конвенций и других международных актов имеющих отношение к военному мореплаванию, Рипол Классик (ISBN 9785458001656, présentation en ligne)
  13. Georges Sokoloff, La Puissance pauvre : Une histoire de la Russie de 1815 à nos jours, Fayard,‎ 1993 (ISBN 9782213647678, présentation en ligne)
  14. Bertram D. Wolfe, Three Who Made a Revolution : A Biographical History of Lenin, Trotsky, and Stalin, Cooper Square Press,‎ 2001 (ISBN 9781461732129, présentation en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]