Fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les batailles finales du théâtre européen de la Seconde Guerre mondiale et de la reddition allemande ont eu lieu en avril et début mai 1945.

Avril 1945[modifier | modifier le code]

  • 16 avril:
    • début de l'offensive soviétique sur l'Oder.
  • 19 avril:
    • Percée soviétique sur le front de l'Oder[1].
  • 25 avril :
    • les troupes soviétiques et américaines font leurs jonctions sur les bords de l'Elbe près de Torgau, coupant en deux les zones contrôlées encore par les forces allemandes. Les premières unités à prendre ainsi contact sont la 69e Division d'infanterie des États-Unis issue de la première armée (1re armée américaine) et la 58e Division soviétique de gardes de la 5e garde armée.
    • Début de l'attaque soviétique contre la ville de Berlin proprement dite[2].
Article détaillé : Bataille de Berlin.
  • 28 avril :
    • Mussolini et plusieurs autres fascistes capturés avec lui sont amenés à Dongo et exécutés. Les corps sont ramenés à Milan et, sans cérémonie, pendus par les pieds devant une station essence.
Article détaillé : Derniers jours d'Adolf Hitler.

Mai 1945[modifier | modifier le code]

Statut des aérodromes américains en Europe de l'Ouest le 8 mai 1945.
  • 1er mai :
    • Goebbels se suicide avec sa famille dans le Führerbunker, laissant l'amiral Dönitz orchestrer les négociations de reddition. Ce dernier nomme Ludwig von Krosigk comme nouveau Reichskanzler.
    • En Italie, le général SS Karl Wolff et le commandant en chef de la 10e armée allemande, le général Heinrich von Vietinghoff, entament des négociations secrètes avec les Alliés Occidentaux (pourparlers déjà amorcés dès mars 1945 en Suisse lors de opération Sunrise). Ces négociations tentaient d'atteindre une paix séparée avec l'Union Soviétique. Celle-ci demande que toutes les forces armées allemandes en Italie cessent les hostilités et demande à faire signer un document de reddition qui stipule que celles-ci doivent se rendre sans réserve aux Alliés le lendemain.
Article détaillé : Convention de Lunebourg.
  • 5 mai :
    • Dönitz demande à tous les U-boot de cesser les opérations militaires et de retourner à leurs bases respectives.
    • En Bohème, le général Hermann Foertsch présente, à 14 heures 30, la reddition de toutes ses forces réparties entre les montagnes de Bohème et la rivière Inn, au général américain Jacob L. Devers, commandant du 6e groupe d'armées américain.
    • Aux Pays-Bas, le général Johannes Blaskowitz, commandant en chef des troupes allemandes, se rend à 16 h au général canadien Charles Foulkes dans la petite ville hollandaise de Wageningue en présence de prince Bernhard, époux de la futur reine Juliana des Pays-Bas (agissant en tant que commandant en chef des forces néerlandaises).
    • À Dresde, le Gauleiter Martin Mutschmann organise une offensive allemande à grande échelle sur le front oriental, mais il est capturé deux jours plus tard par des troupes soviétiques lors d'une tentative de fuite.
Deux jeunes femmes lisant la une du Montreal Daily Star annonçant la capitulation allemande et la fin imminente de la Deuxième Guerre mondiale, 7 mai 1945
  • 6 mai :
    • À Breslau, une ville forteresse entourée et assiégée pendant des mois, le général Hermann Niehoff, commandant de la place, se rend à 18 heures, aux Soviétiques.
    • À Reims, le général Alfred Jodl arrive une demi-heure plus tard et, après les instructions de Dönitz, offre la reddition de toutes les forces combattantes occidentales aux Alliés. Jodl envoie un signal à Dönitz, qui se trouve à Flensburg, l'informant de la position d'Eisenhower. Ce dernier avait menacé d'interrompre toutes les négociations si les Allemands ne se mettaient pas d'accord sur la totalité des conditions imposées (c'est exactement la même situation que von Friedeburg avait connu au début des pourparlers avec Montgomery). Peu de temps après, face aux exigences alliées, Dönitz accepta l'inévitable et autorisa Jodl à signer la reddition complète et totale de toutes les forces allemandes.
  • 11 mai :
    • C'est à Bouvron, à l'hippodrome du Grand Clos, que se déroule le 11 mai 1945, la cérémonie de la reddition des soldats allemands mettant fin à l'existence de la Poche de Saint-Nazaire signant ainsi la fin de la guerre en Europe.

Les nouvelles de la reddition signée à Reims arrivent à l'ouest et des célébrations éclatent dans l'ensemble de l'Europe. Aux États-Unis, les Américains se réveillent et déclarent aux nouvelles que le jour du 8 mai est appelé le jour V.E., Victory in Europe. Avec le décalage horaire, la signature s'est déroulé à 1h1, le lendemain 9 mai à Moscou qui l'apprend le matin. C'est pourquoi les pays de l'ex-URSS et une grande partie de l'Europe de l'Est commémore la victoire ce jour-là.

Jusqu'au 23 mai 1945, Karl Dönitz continue d'agir en tant que chef d'État, mais son prétendu gouvernement basé à Flensburg ne contrôle plus qu'un petit secteur autour de la ville et n'est pas reconnu par les puissances alliées. Il est dissout de fait une fois ses membres capturés et arrêtés par les forces britanniques.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ph.Masson, Hitler, chef de guerre, p 279.
  2. P. Masson, Histoire de l'armée allemande, 1939-1945, p.469
  3. R.J.Evans, Le Troisième Reich, 1939-1945, p.847.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) Richard J. Evans, Le Troisième Reich, 1939-1945, Flammarion Collection Au fil de l'Histoire, Paris, 2009, ISBN 978-2-0812-0955-8
  • (fr) Philippe Masson,

Voir aussi[modifier | modifier le code]