Années 2000

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Années :

20002001200220032004
20052006200720082009

Décennies :

1980 · 1990Années 20002010 · 2020

Siècles :

XXe siècleXXIe siècleXXIIe siècle

Millénaires :

 IIe millénaireIIIe millénaireIVe millénaire 

Les années 2000 s'étendent du 1er janvier 2000 au 31 décembre 2009. Cette décennie a été dominée par plusieurs enjeux majeurs, dont le commerce international, les préoccupations autour des ressources énergétiques et du réchauffement climatique, l'explosion du domaine des télécommunications, le terrorisme international et une escalade des problématiques sociales des années 1990.

Au niveau économique, les développements ont beaucoup tourné autour de l'explosion de la puissance économique et du potentiel politique de l'Asie, avec la Chine qui a connu une croissance économique phénoménale, en faisant une puissance mondiale et un immense marché d'un milliard d'habitants. L'Inde, comme d'autres pays en développement, a vu son économie croître de façon très importante et s'ajuster à celle des pays développés. Une tendance liant des éléments politiques et économiques est la demande grandissante pour les combustibles fossiles, qui a elle-même créé deux sous-tendances : une hausse importante du prix des produits pétroliers, et une tentative des gouvernements et des entreprises de favoriser le développement de technologies « vertes ». La dérégulation financière a continué toute la décennie, avec le développement risqué de la titrisation de produits financiers et l'explosion des subprimes. La fin de la décennie est marquée par une crise financière mondiale suivie d'une crise économique mondiale.

Les avancées technologiques des années 2000 sont majeures, particulièrement dans le domaine des biens de consommation électroniques : développement rapide de la puissance et des fonctionnalités des ordinateurs personnels, adoption généralisée d'Internet haute vitesse, des téléphones portables, des caméras numériques et de divers appareils portables de stockage de données et de musique. Avec la téléphonie sans fil, le courriel est devenu aux yeux de la majorité une nécessité plutôt qu'un luxe. Le développement de sites web de réseautage social comme Twitter, Facebook et MySpace a aussi permis aux gens de rester en contact avec parents, amis et collègues où qu'ils soient sur la planète. L'utilisation d'Internet à des fins commerciales s'est aussi popularisée, remplaçant plusieurs façons traditionnelles de se procurer des produits et services.

Beaucoup des principaux événements politiques des années 2000 ont tourné autour de la guerre contre le terrorisme, déclenchée à la suite des attentats du 11 septembre 2001. Ces questions ont monopolisé l'opinion publique, suscitant de profonds débats. La Guerre d'Afghanistan débute en octobre 2001, et entraine un conflit au Nord-Ouest du Pakistan, qui s'intensifie à la fin de la décennie. La guerre d'Irak, lancée en 2003, a généré la controverse partout sur Terre, plusieurs doutant des motivations réelles des États-Unis dans le déclenchement de cette invasion. Cette guerre, de même que le conflit israélo-libanais de 2006 et la guerre de Gaza de 2008-2009, ont aggravé les tensions au Moyen-Orient. La Corée du Nord a créé une crise nucléaire en se retirant du Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires et en menant à bien des essais nucléaires.

Parmi les enjeux sociaux, notons le mariage homosexuel (qui a été légalisé dans plusieurs pays occidentaux, dont le Canada, les Pays-Bas, la Belgique et l'Espagne), ainsi que l'égalité des sexes, les droits de la personne et les soins de santé.

Événements majeurs[modifier | modifier le code]

Guerres et conflits[modifier | modifier le code]

Cette décennie est considérée comme la décennie la moins violente depuis les années 1840 avec moins d'un million de tués du à la violence d'État (incluant toutes les violences qui résultent d'une décision politique ou idéologique : guerres civiles, invasions, famines organisées, terrorisme)[1].

Guerres[modifier | modifier le code]

Le World Trade Center à New York pendant l'attaque terroriste du 11 septembre 2001.

Les attentats du 11 septembre 2001 ont profondément marqué l'Histoire. Ils ont déclenché une guerre contre le terrorisme, avec la guerre d'Afghanistan (2001-2009) et la guerre d'Irak (2003-2009). Cette dernière a causé la chute du régime de Saddam Hussein en 2003. Quant à la guerre d'Afghanistan, elle entraine un conflit armé au Nord-Ouest du Pakistan qui après quelques combats qui commencent en 2004, s'intensifie réellement à partir de 2007 et 2009.

La seconde guerre du Congo est terminée en 2003.

En 2008, un conflit armée oppose la Russie et la Géorgie, entrainant la reconnaissance de l'indépendance de Abkhazie et l'Ossétie du Sud par la Russie.

La guerre du Kivu en République démocratique du Congo oppose depuis 2004 les forces régulières de l'armée à des rebelles (Congrès national pour la défense du peuple).

À l'ouest du Soudan, la guerre civile au Darfour liée à des tensions ethniques aurait abouti au génocide de 300 000 personnes, et aurait fait des millions de déplacés et réfugiés depuis 2003. Les victimes ont fui le Darfour vers d'autres régions du Soudan ou le Tchad.

La guerre civile du Sri Lanka se termine en 2009 par la victoire des forces gouvernementales.

Terrorisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste d'attentats meurtriers.

Le terrorisme se mondialise.

Al-Qaida ou des groupuscules islamistes indépendants revendiquent ou sont soupçonnés dans les attentats de Bali le 12 octobre 2002, les attentats du 16 mai 2003 à Casablanca, les attentats du 11 mars 2004 à Madrid, les attentats du 7 juillet 2005 à Londres, les attentats-suicides d'Istanbul de novembre 2003, les attaques de novembre 2008 à Bombay et de nombreux autres en Irak, en Algérie, au Pakistan, en Inde, en Palestine et Israël...

Deux prises d'otage ont par ailleurs marqué la décennie, la prise d'otages du théâtre de Moscou en octobre 2002 et la prise d'otages de Beslan en Ossétie du Nord en septembre 2004. Ces deux prises d'otage ont impliqué des séparatistes tchétchènes. Ces deux prises d'otage se sont terminées par un assaut de l'armée russe.

Conflits[modifier | modifier le code]

Le conflit israélo-palestinien se poursuit. Le Hamas prend le contrôle de la bande de Gaza.

En 2002, la mort de 59 pèlerins hindous entraine des violences au Gujarat : plus de 2 000 personnes en majorité musulmanes sont tuées, 200 000 déplacées. En 2006, un rapport indique que le sort de la minorité musulmane s'est dégradé en Inde depuis l'indépendance[2].

Íngrid Betancourt, personnalité politique détenue durant 7 ans, représente en France l'ensemble des hommes et femmes retenues, enlevées ou tuées lors des conflits.[réf. nécessaire]

Géopolitique[modifier | modifier le code]

Barack Obama, le premier président métis des États-Unis d'Amérique, élu en 2008

La scène internationale a été marquée par de nombreux politiciens : George W. Bush, président des États-Unis d'Amérique de 2001 à 2009, a réalisé un double mandat marqué par les attentats du 11 septembre 2001 à New York, son entrée en guerre contre Irak et l'Afghanistan et le basculement dans le sécuritarisme avec les « Patriot Act » I puis II . Vladimir Poutine domine la scène politique russe, en tant que président de la fédération de Russie jusqu'en 2008 puis du gouvernement depuis. On peut également nommer Nicolas Sarkozy en France, Tony Blair au Royaume-Uni, José María Aznar en Espagne, Hugo Chávez au Venezuela, qui résiste à un coup d’État en 2002, Hu Jintao en Chine, Silvio Berlusconi en Italie, Stephen Harper au Canada

Une évolution est perceptible vers plus d'égalité des chances au sein des grands politiciens, avec par exemple l'élection du premier métis aux États-Unis d'Amérique comme président, Barack Obama, le 4 novembre 2008 ; la campagne électorale américaine a également laissé penser la possibilité d'une première femme présidente, avec la candidature d'Hillary Clinton. En Allemagne, Angela Merkel est la première femme chancelière fédérale. L'évolution des personnalités politiques se fait aussi vers une plus grande prise en compte de l'environnement. Al Gore incarne ce changement, et obtient le prix Nobel de la paix en 2007.

D'autres dirigeants s'illustrent par leur radicalisme, comme Mahmoud Ahmadinejad en Iran, Saddam Hussein en Irak ou George W. Bush aux États-Unis. Dans ce que W.Bush nomme la « Guerre contre le terrorisme », Oussama Ben Laden revendique les attentats du 11 septembre 2001 et fut tué seulement dix ans plus tard. Les conflits et tensions se complexifient : l'Europe est divisée sur la participation au conflit irakien ; de nouveaux rapports de force entre l'Asie et l'Afrique émergent (achat de terres, piraterie...) ; enfin, l'arrivée de Barack Obama marque un tournant dans la stratégie américaine (ouverture vers l'Iran, prise de recul en Israël, retrait des troupes en Irak), tout en conservant une politique militaire toujours aussi agressive, mais plus discrète avec la multiplication des attaques de drones.

L'Union Européenne s'élargit à 10 nouveaux pays en 2004. La Constitution européenne est rejetée par la France et par les Pays-Bas après un référendum (2005), mais le traité de Lisbonne qui la reprend dans les grandes lignes est adopté pour, officiellement « améliorer » le traité de Maastricht et Nice sur le fonctionnement de l'Union européenne. Il entre en vigueur le 1er décembre 2009. La Belgique vit depuis 2007 une crise politique, avec la démission de son gouvernement en 2008, suite à l'affaire du Fortisgate.

Le G20 remplace le G8 (2009), marquant un tournant en lien avec la montée en puissance des grands pays asiatiques et notamment de la Chine, de la Corée du Sud et de l'Inde.

Au niveau religieux, Jean-Paul II a cédé sa place de pape à l'Allemand Benoît XVI à sa mort en 2005. Le dalaï-lama Tenzin Gyatso est resté très présent sur la scène internationale durant la décennie, malgré son exil.

Économie[modifier | modifier le code]

Impact de la crise financière sur les pays du monde.

Le PIB mondial a doublé en entre 1998 et 2010 passant de 33 725 635 millions de dollars internationaux à 74 004 249 millions de dollars internationaux.

La décennie est marquée par la forte croissance économique en Chine et en Inde. La Chine devient membre de l'Organisation mondiale du commerce au 1er janvier 2002. Avec un taux de croissance moyen annuel supérieur à 10 %, l'économie chinoise est parfois considérée en surchauffe ; les exportations sont très importantes, notamment vers les États-Unis.

L'euro devient la monnaie unique des membres de la zone euro (seize États membres), dans l'Union européenne en 2002. La parité euro / dollar est devenue un indicateur phare. En octobre 2000, l'euro est à son cours le plus bas jamais atteint avec 1 EUR = 0,8252 USD, et en juillet 2008, son court le plus haut avec 1 EUR = 1,6038 USD.

Le monde connait à partir de la fin de la décennie sa plus forte crise financière depuis 1929. La crise des subprimes et la crise économique de 2008-2009 plongent de nombreux pays en récession, en raison de la mondialisation. L'impact se fait encore sentir dans la décennie suivante.

Catastrophes naturelles[modifier | modifier le code]

Vue de l'espace de l'ouragan Katrina arrivant sur les côtes nord-américaines.

Séismes[modifier | modifier le code]

  • Le 26 janvier 2001, un séisme en Inde et au Pakistan, d'une magnitude de 7,7 sur l'échelle de Richter, fit environ 15 000 victimes[3].
  • Le Séisme et Tsunami en Asie du Sud-Est du 26 décembre 2004 toucha l'Indonésie, le Sri Lanka, l'Inde, la Thaïlande. Le séisme marin, d'une magnitude très importante de 9 sur l'échelle de Richter, fut suivi d'un raz-de-marée qui traversa l'océan Indien et fit plus de 220 000 victimes[3].
  • Le tremblement de terre à Bam en Iran en 2003, le 26 décembre, était d'une magnitude de 6,3 sur l'échelle de Richter ; il fit plus de 26 000 victimes, et près de 1 milliard d'euros de dommages[3].
  • Le 21 mai 2003, un séisme toucha la capitale d'Algérie (Alger) et le département de Boumerdès (Kabylie) ; d'une magnitude de 6,6 sur l'échelle de Richter ; il fit 2 278 morts et près de 5 milliards d'euros de dommages[3].
  • Le 8 octobre 2005, un séisme d'une magnitude 7.6 au Cachemire (Pakistan) entraina la mort de près de cent mille personnes[4].
  • En 2008, le séisme au Sichuan, en Chine, d'une magnitude de 7.9 - 8.3 sur l'échelle de Richter fait 70 000 tués, 18 000 disparus, 374 000 blessés[5].

Cyclones et ouragans[modifier | modifier le code]

  • Les 10 et 11 septembre 2003, en Corée du Sud Le Typhon Maemi, provoqua, avec des vents de plus de 216 km/h, la mort de 91 personnes et 5 milliards d'euros de dommages[3].
  • Du 15 au 29 septembre 2004, le Cyclone Jeanne aux Caraïbes, fit plus de 2 000 morts en Haïti et en République dominicaine. Un million de personnes furent évacuées de la cote Est de la Floride[3].
  • L'Ouragan Katrina, en 2005, est l'un des ouragans les plus puissants de l'histoire des États-Unis. Il fit plus de 1 800 victimes et provoqua des dégâts considérables, estimés à plus de 100 milliards de dollars[3].
  • Cyclone en Birmanie en 2008.

Pandémie et canicule[modifier | modifier le code]

  • Pandémie de grippe A (H1N1) (2009/2010).
  • Du 1er au 20 août 2003, l'Europe occidentale et du Sud-Ouest connait une forte vague de chaleur, avec des températures de plus de 40° C ; cette canicule fit environ 30 000 morts, dont 15 000 en France[3].

Inondations[modifier | modifier le code]

  • Du 9 au 17 juin 2001, aux États-Unis, une tempête tropicale provoqua des inondations et fit 47 morts, endommagea 20 000 habitations, et entraina 6,7 milliards d'euros de dommages[3].
  • Du 7 au 26 août 2002, en Europe centrale, Allemagne, Autriche, Rep. tchèque et Slovaquie, des inondations (débordements de l'Elbe, de la Vltava et du Danube) firent 52 morts et 28 milliards d'euros de dommages[3].
  • Du 20 juin au 20 juillet 2003, en Chine, des inondations (Débordement de la rivière Huai, affluent du Yangtsé) affectèrent 12 provinces et firent 16 morts. Trois millions de personnes furent évacués, 650 000 logements détruits, et les dommages furent évalués à 7 milliards d'euros[3].
  • Les 25 et 26 mai 2004, à Haïti, en République dominicaine, des pluies torrentielles entraînèrent des inondations et firent plus de 2 000 morts[3].

Enjeux sanitaires et sociaux[modifier | modifier le code]

Au niveau sanitaire, une grande partie de la population mondiale reste dans des conditions très précaires, sans accès à l'eau potable ou à l'assainissement et avec une malnutrition ou une dénutrition fréquente[6]. En 2008, 35 pays sont concernés par des émeutes de la faim[7] (Crise alimentaire mondiale de 2007-2008). Le nombre annuel de nouvelles infections du sida recule régulièrement grâce à l'amélioration de la disponibilité et de la couverture des interventions sanitaires[6]. Les allergies et l'asthme se développent.

La junk food (« malbouffe » en français) est remise en question, et les pays développés luttent contre l'obésité. Après l'épisode de « vache folle » en 2003, une peur de la grippe aviaire apparait à la fin de la décennie ; H5N1 fait l'objet de surveillance chaque année du fait du trajet des oiseaux migrateurs.

La possibilité de surgissement d'une pandémie (telle la crise H1N1 en 2009, autant médiatique que sanitaire) à l'échelle mondiale, amplifiée par les mouvements liés à la liberté de circulation par avion dans un monde globalisé, ont amené les États à définir des plans de crise en cas de pandémie : contention de la population à domicile, limitation des déplacements aux techniciens de maintenance des rouages essentiels.

Selon les estimations des Nations-Unies, la population mondiale a continué de croître. Elle atteignait 6 milliard de personnes fin 1999 pour 6,8 milliard fin 2009. Cependant, plusieurs pays développés comme le Japon, la Russie ou l'Allemagne voient leur population diminuer.

Environnement[modifier | modifier le code]

Pollution[modifier | modifier le code]

La pollution de l'eau, de l'air et des sols reste très préoccupante partout dans le monde ; en Chine, des milliers de sites industriels engendrent des pollutions graves (métaux lourds...) ; l'agriculture est également touchée ; par exemple, 10 % de la production de riz chinoise est polluée par des métaux toxiques comme le cadmium[8].

Climat[modifier | modifier le code]

Cette décennies a été selon l'OMM « la plus chaude jamais observée sur tous les continents du globe » depuis qu'il existe des relevés météorologiques sur Terre (1850), avec 14,46 °C en moyenne à la surface du globe (terres et mers confondues) ; contre 14,25 °C la décennie 1991-2000 et 14,12 °C pour celle de 1981-1990), avec un « recul spectaculaire et constant de la banquise de l'Arctique »[9]. En termes de conséquences d'extrêmes climatiques, cette décennie a subi une vague de chaleur en 2003 et en Russie en 2010 qui ont tué des milliers de personnes et favorisé de graves incendies de forêt[9]. Elle a aussi connu des inondations majeurs dont en Europe de l'Est (2001, 2005) et en Afrique (2007) ainsi qu'au Pakistan ou en Australie (2010). Un record d'activité cyclonique a été enregistré en Atlantique Nord avec en 2005 l'ouragan Katrina qui est le plus couteux en termes humains (1 800 morts directs) puis en 2008, Nargis, un autre cyclone (tropical) qui a tué plus de 70 000 birmans[9].

La prise de conscience des dangers liés au réchauffement climatique est internationale, les engagements pour lutter contre ce phénomène se font progressivement, en Europe puis aux États-Unis d'Amérique à l'arrivée de Barack Obama.

Phénomènes de société[modifier | modifier le code]

La mondialisation reste très active, mais de nouveaux critères sont demandés par le consommateur (agriculture biologique, commerce équitable, labels « verts »), notamment dans les pays développés. Les pays d'Asie du Sud-Est, en plein développement, connaissent une poussée d'intérêts. Le Moyen-Orient, mais surtout les Émirats arabes unis se sont grandement développés, malgré une nouvelle remise en cause du modèle américain et de l'American way of life (notamment du « tout-voiture »).

L'avènement de nouveaux médias (Presse électronique, Blog, YouTubeweb 2.0) fait concurrence aux médias traditionnels (télévision, journaux papiers). La télévision est marquée par le début de la Télé réalité.

Deux personnalités sont à la base de l'explosion de l'informatique et du numérique : Bill Gates, fondateur de Microsoft, et Steve Jobs, cofondateur d'Apple et du studio d'animation Pixar.

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Révolution du numérique[modifier | modifier le code]

C'est probablement dans le monde du numérique que les plus grands changements de la décennie s'opèrent, enclenchant une révolution culturelle. L'usage d'Internet et de la haute vitesse (ADSL - Asymmetric Digital Subscriber Line) se vulgarisent. Les ordinateurs deviennent plus puissants, et le développement de bus USB 2.0 en 2000 et 3.0 en 2008, plus rapides, puis le développement de cartes SG ou du Wi-Fi, autorise la généralisation de nombreux outils en interaction avec l'ordinateur, comme l'appareil photo numérique, le baladeur numérique ou le livre numérique. La décennie est également marquée par l'avènement du Web 2.0, avec par exemple la création de l'encyclopédie Wikipédia en 2001, l'apparition de sites de vidéo en ligne comme YouTube et Dailymotion en 2005, le développement de sites de réseaux sociaux comme MySpace en 2003 et Facebook en 2004 puis Twitter en 2006, et la réussite de l'entreprise informatique Google (moteur de recherche et logiciels).

En parallèle de ces nouveaux outils de partage et d'utilisation de données numériques, la gestion numérique des droits (DRM) et la lutte contre le téléchargement illégal se développent, ainsi que les logiciels libres.

Le téléphone mobile se banalise également dans le monde, ainsi que la téléphonie illimitée. Les téléphones intelligents ou smartphones sont introduits en 2001, mais leur volume explose véritablement en 2007 avec l'arrivée de l'iPhone. En dix ans, le nombre de téléphones portables est passé de 500 millions à 4,6 milliards[10].

La Télévision numérique terrestre (TNT) est lancée. Avec le développement d'Internet à haut débit, la Télévision par câble se développe. Les écrans TV plats se généralisent et accentuent l'amélioration de la qualité de l'image liée au haut débit (images HD : haute définition). Sortis en 2000, les premiers écrans plats utilisaient la technologie plasma et coûtaient très cher. En 2008, la majorité des écrans plats étaient de type LCD, et coûtaient plus de quinze fois moins cher. Les écrans cathodiques ne représentaient plus que 3 % du marché[11]. Le DVD se développe, et les medias center sont introduits sur le marché.

À la suite du développement des systèmes d'information géographique (SIG), l'informatique personnelle (PDA, GPS, etc.) apparaît.

La révolution numérique, considérée comme la quatrième révolution scientifique après celles enclenchées par les découvertes de Copernic, Darwin et Freud, conduit à l'ère de l'information. Les médias et le traitement de l'information évoluent, avec le développement des journaux, radios et télévisions numériques, ainsi que des blogs. La « blogosphère » se développe et permet à tous d'exprimer leur individualisme dans un monde « de masse ». Le monde devient plus interactif, artificiellement « vivant » ou « intelligent » (inventions de machines, électroménagers connectés)[12].

Les équipements électriques et électroniques ont encore dans les années 2000 une durée de vie limitée. Leur composition est dangereuse (présence de métaux lourds qui peuvent entraîner des pollutions lors de la mise en décharge), leur croissance est rapide dans le monde. Leur production et leur utilisation nécessite beaucoup de ressources (il fallait 240 kg de combustible fossile, 20 kg de produits chimique et 1,5 tonne d'eau pour produire un ordinateur et son écran) et leur recyclage reste limité. Les équipements et déchets électroniques de l'ère numérique deviennent donc un problème mondial pour la santé et l'environnement[13].

Sciences naturelles[modifier | modifier le code]

De nouvelles espèces d'oiseaux sont découvertes et décrites durant les premières années de la décennie. Des micro-organismes sont également découverts, dans la fosse des Mariannes, en 2005.

Les découvertes sur les enzymes comme la télomérase (identification de la structure 3D en 2000) laissent entrevoir des avancées dans la lutte contre le cancer. Différentes techniques permettent de détecter plus précocement les cancers. La médecine progresse également dans la greffe d'organes (dont la greffe de visages).

Plusieurs recherches généalogiques (identification de restes humains tels que ceux de Copernic en 2008) et archéologiques (précisions sur le genre Homo notamment l'Homme de Néandertal) sont affinées.

La science avance également dans le domaine de l'astronomie. On découvre la présence d'eau gelée sur la Lune et sur Mars, et on détecte de nouvelles planètes extra-solaires (environ 300 en 2008[14]).

En climatologie, on découvre que certains effets du réchauffement climatique ont été sous-estimés. Par exemple, la banquise fond plus rapidement qu'on ne le pensait jusqu'à présent.

En agriculture, les OGM (organismes génétiquement modifiés) se généralisent pour certaines plantes aux États-Unis. En 2000, 54 % des cultures de soja étaient rendues résistantes aux herbicides, et respectivement 19 % et 7 % des cultures de maïs résistantes aux insecticides et aux herbicides. En 2009, ces chiffres étaient de 91, 63 et 68 %[15].

Géographie[modifier | modifier le code]

La cartographie des mers et des océans se précise de plus en plus. Ainsi, en 2006, on découvre Empédocle, un énorme volcan sous-marin inactif au Sud-Ouest de la Sicile.

Ingénierie[modifier | modifier le code]

Les années 2000 voient la construction des plus grands édifices jamais réalisés (ponts, barrages, gratte-ciels...). Des règlementations thermiques se mettent en place, pour améliorer l'isolation et diminuer les consommations énergétiques des bâtiments neufs. L'écoconstruction se développe, avec une recherche sur des matériaux sains et / ou à faible énergie grise.

Sport[modifier | modifier le code]

Plusieurs hommes établissent des records historiques et marquent cette décennie au niveau sportif : Roger Federer et Rafael Nadal en tennis, Michael Phelps en natation (notamment aux JO de Pékin), Zinédine Zidane au début de la décennie en football, Usain Bolt et Hicham El Guerrouj en athlétisme, Michael Schumacher, et Sébastien Loeb en courses automobiles. Lance Armstrong marque la décennie en cyclisme avant de se voir retirer tous ses titres pour dopage, le palmarès restant blanc[16].

Jeux olympiques[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'été[modifier | modifier le code]

Jeux olympiques d'hiver[modifier | modifier le code]

Football[modifier | modifier le code]

Coupes du monde[modifier | modifier le code]

  • Le Brésil est champion du monde de football en 2002
  • L'Italie est championne du monde de football en 2006

Coupes continentales[modifier | modifier le code]

Rugby[modifier | modifier le code]

Culture en France[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Pour la première fois depuis les années 1950, le domaine musical n'est plus régi par la création d'un nouveau genre majeur guide des tendances et des attirances. Les années 2000 sont donc marquées par un retour général vers les succès d'antan, propice à plusieurs retours d'artistes tels que Madness, Carlos Santana, ainsi que par l'estompement progressif des barrières entre les genres : se banalisent les genres hybrides tels que l'electro-pop (Calvin Harris, Empire of the Sun), le rap rock (Street Sweeper Social Club) ou l'electro rock (Muse, Justice). La mort de Michael Jackson (25 juin 2009), chanteur et icône de la pop marque la fin de la décennie en musique.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Les plus grands succès (voir Les plus gros succès du box-office mondial) sont fantastiques, avec :

Les super-héros ont également la part belle : Batman (Batman Begins en 2005 et The Dark Knight : Le Chevalier noir en 2008), Iron Man en 2008, Spider-Man (1, 2 et 3 en 2002, 2004, 2007).

Les dessins animés restent un grand classique, avec l'avènement des films d'animation (studio Pixar par exemple) : Le Monde de Nemo, Shrek (2001, 2004, 2007), L'Âge de glace 1, 2 et 3 (2002, 2006, 2009)... Par ailleurs, Hayao Miyazaki poursuit son succès avec Le Voyage de Chihiro en 2001, Le Château ambulant en 2004, Ponyo sur la falaise en 2008.

Certains films sont historiques ou inspirés de faits historiques : Gladiator en 2000, Hero en 2002, Hôtel Rwanda en 2005, La Vie des autres et Le vent se lève en 2006 ou encore 300 en 2007. Plusieurs sont des biographies de chanteurs, comme Ray en 2005, ou de sportifs, comme Ali en 2002. La musique perce également avec le film Les Choristes en 2004. En lien avec l'évolution de la société, plusieurs films sont engagés, dont Fahrenheit 9/11 en 2004, Good Night and Good Luck en 2005, Une vérité qui dérange en 2006.

Différents films sont inspirés de la vie quotidienne, par exemple Tanguy et Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain en 2001, L'Auberge espagnole en 2002, Volver en 2006, Slumdog Millionaire en 2008. Clint Eastwood a marqué par deux œuvres récompensées : Mystic river en 2003 et Million Dollar Baby en 2005.

La première moitié des années 2000, la commercialisation des DVD permet au cinéma indépendant de voir quelques-uns de ses films devenir cultes, malgré un maigre succès en salle. On peut citer Donnie Darko, American psycho et Requiem for a Dream en 2000, Eternal Sunshine of the Spotless Mind en 2004, Brick en 2006. La deuxième moitié des années 2000, le cinéma indépendant trouvera son public en salles : Little Miss Sunshine (2006), Juno (2008) sont des succès inattendus.

À noter parmi les nombreux films comiques, la percée inattendue au box office français de Bienvenue chez les Ch'tis en 2008, et les adaptations internationales.

Les films en relief arrivent peu à peu dans les salles de cinéma à la fin de la décennie ; les spectateurs doivent se munir de lunettes spéciales pour la percevoir.

Télévision[modifier | modifier le code]

Généralisation sur les chaines françaises des séries américaines en première partie de soirée (Les Experts, Les 4400, NCIS : Enquêtes spéciales, etc.)

Essor grandissant des séries animées japonaises par les chaînes câblées, après une période difficile dans les années 1990 à la suite de la suppression du Club Dorothée. À noter que la plupart ne font plus l'objet de censures au niveau des dialogues ou des actions, comme c'était le cas auparavant pour les adaptations en France. Le public des années 1990 ayant grandi, les anime s'orientent vers un public plus adolescent.

Généralisation des jeux de télé-réalité et de sélection d'artistes (du type de Star Academy en France).

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

Les jeux vidéo avaient déjà connus dans les années 1990 un succès grandissant ; les années 2000 confirment cette tendance avec une ouverture encore plus grande au public grâce à la sixième génération, initiée en 1998 par la Dreamcast. Cependant, c'est la PlayStation 2 en 2000, qui donne l'accélération à cette révolution vidéoludique, et qui reste considérée comme la console la plus vendue de tous les temps (150 millions d'exemplaires vendus, loin devant la GameCube (20 millions) et la Xbox (9 millions)).
Puis, dans le cadre du passage à la septième génération, au milieu de la décennie, les fabricants passent à la Haute Définition, donnant naissance à la Xbox 360 en 2005, et la PlayStation 3 en 2006. Cependant, Nintendo se démarque en introduisant, toujours en 2006, un nouveau type de jouabilité pour les joueurs occasionnels avec la Wii et sa Wiimote révolutionnaire.

Le jeu vidéo connait désormais beaucoup de fidèles, et s'inscrit comme un des nombreux loisirs de masse, aux côtés du cinéma, de la télévision, du sport et de la musique. Beaucoup de grandes séries issues des années 1980-90 ou nouvelles seront hautement plébiscités par le public en général :

La liste est très longue, et le jeu vidéo finit par toucher tous les genres, et opère de plus en plus vers un rapprochement du cinéma à la fin de la décennie (adaptation systématique des blockbusters en jeu vidéo), et la nouvelle génération de consoles.

Avec l'avènement d'Internet, les jeux de rôle en ligne massivement multijoueurs (MMORPG en anglais) se développent, menés notamment par World of Warcraft avec 11,5 millions de comptes actifs[18] dans différents continents fin 2008.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Larané, « 2001-2011 : la décennie la moins violente depuis 1840 », sur Herodote,‎ septembre 2011 (consulté le 21 mars 2011)
  2. « Les musulmans en ligne de mire », Courrier international, no 1114,‎ du 8 au 14 mars 2012, p. 36 (ISSN 1154-516X)
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l La documentation Française, « Catastrophes naturelles et prévention des risques - Chronologie [à partir de 1902]. », sur ladocumentationfrancaise.fr,‎ 21 janvier 2005 (consulté le 7 octobre 2013).
  4. Jacques Mazeau, Petite encyclopédie des grandes catastrophes naturelles : Du déluge au tsunami, le monde va-t-il plus mal ?, Acropole,‎ octobre 2006, 111 p. (ISBN 2-7357-0269-3).
  5. (fr) Magazine La Recherche d'octobre 2008
  6. a et b Statistiques sanitaires mondiales, 2010, sur le site who.int
  7. Les émeutes de la faim secouent 35 pays, l'humanité, 10 avril 2008 ; consulté le 18 septembre 2010
  8. Jusqu'à 10 % du riz cultivé en Chine pollué par des métaux toxiques, sciencesetavenir.fr, 2011
  9. a, b et c La décennie 2001-2011, la plus chaude jamais enregistrée, Journal Le Monde, 2012-03-23
  10. La généralisation du téléphone mobile transforme-t-elle les comportements ?, Le Monde, 15 janvier 2010
  11. Retour sur... le boom des écrans plats, France info, 2008
  12. La révolution numérique considérée comme une quatrième révolution, Luciano Floridi (titre original : The Digital Revolution as a Fourth Revolution, traduit de l'anglais par Patrick Peccatte
  13. [PDF] Les Déchets Électroniques, la face cachée de l'ascension des technologies de l'information et des communications, bulletin d'alerte environnementale, Programme des nations unies pour l'environnement, 2005, sur le site grid.unep.ch
  14. À la recherche des planètes et des réponses aux grandes questions de l'astronomie, interview de Michel Mayor, sur le site balzan.org
  15. Anglais - La croissance rapide des cultures génétiquement modifiées continue aux États-Unis, Département d'agriculture des États-Unis, juillet 2010
  16. « L'UCI ne réattribue pas les victoires de Lance Armstrong. », sur Le nouvel observateur,‎ 26 octobre 2012 (consulté le 28 octobre 2012).
  17. Avatar bien parti pour battre le record de recettes pour un film, Le Monde du 3 janvier 2010
  18. Communiqué officiel de Blizzard annonçant 11,5 millions de joueurs actifs, sur le site eu.blizzard.com, le 23 décembre 2008.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Tribunes de la santé - Sève 25, hiver 2009 ; Dossier : "Une décennie de santé" ; Revue : Tribune de la santé ; Presses de Sciences Po ; 2010-01-27 - ISSN 17658888