Chiyo Uno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chiyo Uno

Chiyo Uno () est une écrivaine japonaise, également créatrice de kimonos. Elle exerce une influence significative sur la mode, le cinéma et la littérature japonaises. Elle est née dans une section d'Iwakuni connu sous le nom Kawanishi, « à l'ouest de la rivière ». Après un succès littéraire initial, Uno quitte son premier mari et s'installe à Tokyo. Comme beaucoup de jeunes japonaises des années 1920, elle est fascinée par la culture et l'apparence vestimentaire américaine et européenne. Au-delà des questions de mode, Uno commence à suivre la vie d'une femme libre d'esprit. Elle veut être une « mo-ga », jeune fille moderne, et ne pas se limiter au seul rôle d'épouse et de mère. Elle fait partie du monde bohème de Tokyo, ayant des liaisons avec des écrivains, des poètes et des peintres.

Confessions d'amour[modifier | modifier le code]

En 1935, Uno publie le roman Confessions d'amour, qui lui apporte une grande renommée. Elle y détaille la vie d'un artiste et ses différentes aventures amoureuses, ainsi que sa tentative de suicide raté avec sa maîtresse. Uno a non seulement eu une liaison avec Seiji Togo, l'artiste qui sert de base au roman, mais elle s'en est servi pour en faire une histoire à succès. Elle écrit également de façon convaincante du point de vue d'un homme dans Confessions d'amour, ce qui ajoute à l'intérêt de son livre.

Peu de temps après le succès de Confessions d'amour, Uno lance un magazine appelé Sutairu, ou « Style », qui est le premier du genre au Japon à se concentrer sur les modes étrangères. Par rapport à son propre style originel, Uno prouve également son talent pour concevoir des kimonos. Au cours des décennies suivantes, Sutairu prend beaucoup de son temps, mais elle continue à écrire et à intriguer un public fidèle de Japonaises qui trouvent un sentiment de libération dans la prose de Uno. Même si les lectrices d'Uno restent elles-mêmes dans les limites classiques, elles peuvent trouver un échappatoire temporaire à travers ses histoires d'amoureux et leurs démêlés. Et malgré sa féminité évidente, des Confessions d'amour tout au long de sa carrière littéraire, Uno peut habilement écrire de deux voix masculine et féminine. Uno connaît également le succès en tant que conceptrice de kimono, et avec son assistante styliste Tomiyo Hanazawa, Uno elle voyage aux États-Unis pour y mettre en scène le premier défilé de kimono en 1957.

Postérité[modifier | modifier le code]

Dans ses dernières années, la popularité de Uno reçoit un statut officiel car elle est reconnue par l'Empereur et assume l'honneur d'être l'une des plus anciennes et des plus talentueuses écrivaines du Japon. En 1983, elle publie la mémoire Je continuerai à vivre ( Ikite Yuku Watakushi), qui est beaucoup lu et adapté pour la télévision. Elle déclare franchement que l'essence de sa vie est de ne pas avoir suivi les règles de quelqu'un d'autre et d'en avoir fait à sa guise. Souvent mariée avec un succès variable, Uno a trouvé difficile de s'en tenir à un seul homme, et il a été dit qu'elle déménageait chaque fois qu'une importante liaison ou un mariage prenait fin.

Titres (Sélection)[modifier | modifier le code]

  • Iro zange (色ざんげ), 1933–1935
  • Ohan (おはん), 1947–1957
  • Sasu (刺す), 1963–1966
  • Aru Hitori no Onna no Hanashi (或る一人の女の話), 1971
  • Ame no oto (雨の音), 1974

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]