1942

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1942 (MCMXLII en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1942, voir -1942. Pour les autres significations, voir 1942 (homonymie).

Années :
1939 1940 1941  1942  1943 1944 1945

Décennies :
1910 1920 1930  1940  1950 1960 1970
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologie de la Seconde Guerre mondiale :
Jan - Fév - Mar - Avr - Mai - Jun
Jul - Aou -Sep- Oct - Nov - Déc


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

  • 21 juin : les troupes de Rommel enlèvent Tobrouk et font 25 000 prisonniers. Rommel est promu maréchal dès le lendemain.
  • 10 septembre : attaque des Britanniques contre Madagascar après l’échec des négociations avec les autorités françaises fidèles à Vichy.
  • 14 septembre (Madagascar) : débarquement anglo-sud-africain à Majunga.
  • 17 septembre (Madagascar) : le régime de Vichy rejette les conditions de cessez-le-feu proposées par les Britanniques.
  • 23 septembre : les Britanniques occupent Tananarive et installent un gouvernement militaire.
  • 7 décembre : ralliement total de l’AOF à la « France libre ». Après son ralliement, Pierre Boisson mène en AOF une politique d’intensification de la production agricole, destinée à ravitailler les troupes Alliés.


Amérique[modifier | modifier le code]

La marine brésilienne pendant la bataille de l'Atlantique. Opération contre des sous-marins allemands. Dans les six premiers mois de l'année, après l'entrée en guerre des États-Unis, une dizaine de sous-marins allemands, opérant dans le secteur des Caraïbes, coulent 114 navires alliés, soit plus que le tonnage coulé dans l'Atlantique Nord par la totalité de la marine de guerre allemande durant la même période.
  • 1er janvier : déclaration des 26 « Nations unies » contre les nazis. Elle mentionne l’égal accès aux matières premières à la fin du conflit.
  • 14 janvier : clôture de la conférence Arcadia.
  • 29 janvier : à la réunion de consultation de Rio de Janeiro, les États-Unis demandent aux Latino-américains de rompre leurs relations diplomatiques et commerciales avec les forces de l’Axe et une junte interaméricaine de défense est créée. Fin du conflit entre l'Équateur et le Pérou. Le Brésil rompt ses relations diplomatiques avec les forces de l'Axe.
  • 9 février : incendie du paquebot Normandie dans le port de New York.
  • 27 avril : référendum sur la conscription au Canada. Lié par ses engagements, Mackenzie King annonce la tenue d’un plébiscite : 63,7 % des Canadiens approuvent la conscription, mais 71,2 % des Québécois s’y opposent. Le débat permet l’éclosion au Québec de mouvements nationalistes extrêmes et anti-britanniques (Ligues pour la défense du Canada, Bloc Populaire), accusés de trahison et de complicités fasciste par le Canada anglais.
  • 22 mai : le Congrès mexicain déclare la guerre au Japon, à l’Italie et à l’Allemagne.
  • 5 juin[1] : le Mexique signe la déclaration de l’ONU, et une complète coopération militaire avec les États-Unis prend effet en 1943. Un escadron d’avion de combat est envoyé dans le Pacifique.
  • 11 juin[2] : pacte signé entre le gouvernement mexicain et la CTM, engageant la Confédération à ne pas organiser de grève pendant la guerre.

Pacifique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Pacifique.

Asie[modifier | modifier le code]

Les opérations japonaises en Asie du Sud de décembre 1941 à mai 1942
15 février : reddition des Alliés à Singapour (Percival, Tomoyuki Yamashita). D’abord accueillis en libérateurs aux Indes orientales néerlandaises, les Japonais s’aliènent la population en réquisitionnant des centaines de milliers d’ouvriers, les romushas, dont beaucoup périssent de malnutrition et d’épuisement. Ils accumulent des stocks de marchandises et de denrées alimentaires qu’ils payent en monnaie d’occupation. Le gouvernement néerlandais à Londres annonce qu’après l’évacuation du pays une Table Ronde serait organisée pour mettre au point les réformes nécessaires outre-mer.
  • Indonésie : les Japonais favorisent les plantations d’arbre à Quinquina, introduisent le soja pour l’exporter vers le Japon et maintiennent la production de tabac. Les plantations de canne à sucre sont abandonnées (la production tombe de 1 400 000 tonnes en 1938 à 84 000 en 1945), les plantations d’hévéa sont réduites de 600 000 ha à 250 000, les plantations de thé du tiers.
  • L'Empire du Japon, qui occupe 1 % du sol mondial, compte environ 5 % de la population mondiale.

Indes britanniques[modifier | modifier le code]

  • Les Britanniques mettent en place une véritable économie de guerre qui aura des effets désastreux.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Janvier - février (Égypte) : le Royaume-Uni demande que le Royaume d'Égypte rompe ses relations diplomatiques avec le régime de Vichy. Le roi refuse mais le gouvernement cède. En février, il démissionne après un conflit avec le Palais. Les Britanniques font pression pour la formation d’un gouvernement wafdiste autour de Nahha Pacha, mais le roi s’y oppose. Le 4 février, l’armée britannique encercle le palais royal et oblige Farouk Ier à céder. L’armée égyptienne est révoltée contre la reculade du pouvoir. De cette amertume naît le mouvement des « Officiers libres » qui prône la lutte contre les Britanniques et le renforcement de la monarchie.
  • 4 février : gouvernement de Nahha Pacha en Égypte (fin le 10 octobre 1944)
  • 12 février : le sioniste radical Abraham Stern, chef d’un groupe de lutte armée contre les Britanniques (Groupe Stern ou Lehi), et abattu par la police anglaise. Menahem Begin prend la tête du mouvement et relance la lutte armée en 1944.
  • 28 avril : le Premier ministre de l'Irak Rachid Ali obtient un accord secret avec les puissances de l’Axe en faveur de l’indépendance des pays arabes et contre le foyer national Juif.
    • Alors au pouvoir avec l’appui britannique, Nuri Sa’id tente de faire avancer les projets d’unité arabe. Il appuiE l’idée d’une union entre la Syrie et l’Irak (projet du Croissant fertile), en profitant du déclin de la France dans ses Mandats. Ces appels reçoivent un certain écho dans les villes de Syrie du Nord.
  • 6 - 11 mai : réunion à l’hôtel Biltmore de New York des organisations sionistes américaines qui adoptent un programme prévoyant notamment la création d’un État juif en Palestine.
  • 8 novembre : après le débarquement allié en Afrique du Nord, l'Allemagne déclare publiquement s’engager en faveur de l’indépendance arabe.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1942 en France, 1942 en Italie et 1942 en Suisse.
Timbre de poste soviétique sur lequel est inscrit la célèbre phrase « Pas un pas en arrière ! ».
  • Juillet : un nouveau corps expéditionnaire italien de 200 000 hommes arrive sur le front russe. Il subira de lourdes pertes.


  • Hongrie : 200 000 soldats hongrois sont sur le front en Ukraine et sur le Don, avec 50 000 « auxiliaires » juifs sans armes et sans équipement d’hiver. Plus de 20 000 seront tués.
  • Institution d’un régime de fermage favorable aux paysans en Espagne.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1942[modifier | modifier le code]


Décès en 1942[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :