Pertuis (Vaucluse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pertuis.
Pertuis
Église et office de tourisme.
Église et office de tourisme.
Blason de Pertuis
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Canton Pertuis
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays d'Aix
Maire
Mandat
Roger Pellenc
2014-2020
Code postal 84120
Code commune 84089
Démographie
Gentilé Pertuisiens
Population
municipale
19 033 hab. (2011[1])
Densité 287 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 41′ 42″ N 5° 30′ 13″ E / 43.695, 5.50361111111 ()43° 41′ 42″ Nord 5° 30′ 13″ Est / 43.695, 5.50361111111 ()  
Altitude Min. 171 m – Max. 472 m
Superficie 66,23 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Pertuis

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Pertuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pertuis

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pertuis
Liens
Site web ville-pertuis.fr

Pertuis est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Elle est longée au sud par la Durance, qui après avoir servi de limite entre le comté de Provence et le comté de Forcalquier, sert aujourd'hui de limite entre les départements de Vaucluse et des Bouches-du-Rhône.

De par sa position géographique, Pertuis a toujours eu, au cours des siècles, une position stratégique entre montagne et mer. La commune possède la particularité de faire partie d'une communauté d'agglomération inter-départementale. C'est la capitale du Pays d'Aigues et elle devient actuellement un pôle d'activités très important pour le sud-est du département.

Ses habitants sont appelés les Pertuisiens[2].

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vue générale de Pertuis
Vue sur la ville de Pertuis, son donjon et son hôpital.
carte de la localisation de Pertuis
Situation de Pertuis.

Au cœur de la Provence, en bordure de la vallée de la Durance et aux portes du Luberon, Pertuis est située en pays d'Aigues, dont elle est la capitale. Elle se situe à une vingtaine de kilomètres au nord d'Aix-en-Provence et est entrée depuis le dans la Communauté du Pays d’Aix[3], créant ainsi une communauté de communes inter-départementale. De par sa position géographique, Pertuis ou pertus en latin qui veut dire « trouée » au sens de « passage », a toujours été un carrefour de communication entre la mer et la montagne. La commune est un des soixante dix-sept membres du parc naturel régional du Luberon.

Rose des vents Ansouis La Tour d'Aigues La Tour d'Aigues
Mirabeau
Rose des vents
Villelaure N La Bastidonne
O    Pertuis    E
S
Le Puy-Sainte-Réparade
(Bouches-du-Rhône)
Meyrargues
Peyrolles-en-Provence
(Bouches-du-Rhône)
Jouques
(Bouches-du-Rhône)

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

À l'extrémité sud-sud-est, sur les bords de la Durance, le sol est formé de calcaire urgonien et de marnes néocomiennes. À côté, entre la route de Pertuis et de Mirabeau et la Durance, se trouve une couche de marne argileuse rouge alternant avec la poudingue. À l'ouest, le terrain recouvre la mollasse marine sur laquelle la ville est construite. Entre la route départementale 973, l'Èze et Pertuis, le sol est formé de mollasse marine très propice à la culture, avec des argiles sableux sur le relief (Éocène - Oligocène) à l'est du bourg. Au-delà de l'Èze, sur une largeur de 3 km, le sol est formé de diluvions des terrasses. Enfin au nord, on rencontre la mollasse d'eau douce, sables et marnes du Miocène avec, au nord-ouest, un autre relief composé des conglomérats du Pliocène et du Miocène[4]. La plaine est donc un don de la Durance formée exclusivement d'alluvions.

Le territoire de la commune a une superficie de 6 623 ha, dont 1 150 sont arrosables. Il se compose d'une plaine d'environ 2 000 ha très fertile, bordée par la Durance sur une longueur de 11 km et protégée des inondations par neuf grandes digues. Sa largeur maximale est de 3 km.

Le reste du territoire comprend d'ouest en est la colline de Chanaud (333 m d'altitude), puis l'étroite vallée de l'Èze jusqu'à Viade, entre les collines de Saint-Joseph et Saint-Jean sur la rive droite et Saint-Roch, Saint-Sépulcre et Pivoulier en rive gauche. Ensuite, on trouve la vallée moins fertile des vallats de l'Ébrette et de Galance. Enfin se trouvent les collines de la Loubière et de la Défension.

Aux allures d'un plateau aux abords de la Durance, la pente se fait plus marquée à la lisière de la ville. Pertuis est située sur les contreforts du massif du Luberon, comme en témoignent les collines au nord-ouest et celles venant mourir sur le village depuis la Bastidonne à l'est. Lorsqu'on arrive du sud par Aix-en-Provence, peu après Venelles, on aperçoit Pertuis en contrebas, blottie au cœur de la vallée d'Aygues, et juste derrière, en fond de décor, les pentes abruptes et toujours lumineuses (versant sud) du massif du Luberon, dominées par le Mourre Nègre qui culmine à 1 125 m.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[5].

  • Tableau des tremblements de terre remarquables.[6]
Année Description des dégâts Éventuelle évaluation de l'intensité Épicentre
13 décembre 1509 Dégâts inconnus 5,5 échelle de Richter inconnu
24 avril 1535 effondrement des voûtes de l'église
plusieurs maisons effondrées ou lézardées
évaluation impossible inconnu
24 avril 1708 quelques dégâts 5,5 Manosque
19 mars 1812 quelques maisons écroulées. 5 Beaumont-de-Pertuis
24 février 1818 (10 h 10) Pas de dégâts. 2-3 Aix-en-Provence
11 juin 1909 Dommages causés aux édifices publics et privés. 6,2 Lambesc
1994 Les secousses sont ressenties par les habitants, fissures faible Beaumont-de-Pertuis et environs

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Durance.

L'Èze traverse la commune dans le sens nord-est/sud-ouest pour ensuite confluer avec la Durance qui passe à la bordure sud de la commune, dans la commune Le Puy-Sainte-Réparade[7]. Ce cours d'eau d'apparence plutôt modeste a fait l'objet de nombreuses polémiques au sein de la commune et a été l'un des enjeux électoraux entre les prétendants à la mairie. En effet, lors des périodes d'automne ou à la fonte des neiges, celui-ci se transformait en véritable torrent créant des inondations dévastatrices dans la ville[8]. Depuis, le lit de la rivière a été « canalisé ».

Il existe de nombreux canaux d'irrigation.

La Durance borde la commune au sud et sert de limite naturelle entre le Vaucluse et les Bouches-du-Rhône[9]. C'est une rivière dite « capricieuse » et autrefois redoutée pour ses crues (elle était appelée le 3e fléau de la Provence[10]) aussi bien que pour ses étiages, la Durance est une rivière à la fois alpine et méditerranéenne à la morphologie bien particulière.

La commune a connu de 1986 à 1994 huit inondations et coulées de boue, ainsi qu'une grosse tempête qui ont été reconnues catastrophes naturelles avec publication d'un arrêté de reconnaissance de catastrophe naturelle publiés au Journal Officiel[11].

Type de catastrophe Début Fin Arrêté Parution au J.O.
Tempête
Inondations et coulées de boue
Inondations et coulées de boue
Inondations et coulées de boue
Inondations et coulées de boue
Inondations et coulées de boue[12]
Rupture de la digue du Père Grand
Inondations et coulées de boue
Inondations et coulées de boue

Climat[modifier | modifier le code]

Pertuis bénéficie d'un climat méditerranéen d'intérieur. Les influences continentales se font sentir en hiver (7 °C de température moyenne en janvier). La variabilité thermique est importante en hiver et aux inter-saisons, lorsque les dépressions des latitudes moyennes traversent la France, mais elle est faible en été, car un anticyclone stationne et garantit un temps sec et stable. Les étés sont très chauds (température moyenne de 24 °C), avec quelques orages, parfois très violents. Les températures maximales dépassent très souvent 35 °C en été, avec même des pointes au-delà des 40 °C lors des épisodes caniculaires, comme en juillet 1983[13].

Relevé météorologique de Pertuis
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 4,1 6,5 9,1 13 16,6 19,1 19 15,8 13,5 7,4 4,3 11
Température moyenne (°C) 7,1 8,3 11,1 13,7 17,9 21,6 24,3 24,1 18 17 11,2 8,1 15,2
Température maximale moyenne (°C) 11 12,7 15,7 18,3 22,8 26,8 29,7 29,5 25 20,5 15 11,9 18,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 27,6 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 287,6
dont pluie (mm) 33 18 21 40,6 27,6 27,6 8,2 18,3 57 52,3 37 23 280
dont neige (cm) 2 3 0,5 0 0 0 0 0 0 0 1,5 2 9
Source : Relevé météo de Pertuis[14]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11
3.2
35.3
 
 
 
12.7
4.1
21.3
 
 
 
15.7
6.5
21.9
 
 
 
18.3
9.1
40.6
 
 
 
22.8
13
27.6
 
 
 
26.8
16.6
14.6
 
 
 
29.7
19.1
8.2
 
 
 
29.5
19
18.3
 
 
 
25
15.8
57
 
 
 
20.5
13.5
52.3
 
 
 
15
7.4
39.1
 
 
 
11.9
4.3
25.6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Voies de communication[modifier | modifier le code]

Aéroports à proximité
Nom Destinations Distance
Marseille France
Europe
Afrique
48 km
Avignon France
Europe
68 km
Toulon France
Europe
130 km
Nice France
Europe
Amérique-du-Nord
192 km

Au carrefour de plusieurs routes, Pertuis se trouve sur l'itinéraire de nombreux transits. La départementale 973 (ancienne route nationale 573) pour le voyageur qui vient d'Avignon ou de Cavaillon et qui se rend vers les Alpes, traverse la commune selon un axe ouest-est. La RD 119 arrivant du nord relayée par la route 956 (ancienne route nationale 556), allant vers la côte méditerranéenne, passe par l'unique pont sur la Durance de la ville.

L'autoroute A51, quant à elle, venant de Marseille, via Aix-en-Provence et allant vers Gap et Sisteron possède une sortie sur la commune voisine au sud, (Meyrargues), à quelques centaines de mètres de la limite de la ville.

Gare SNCF vers Aix-en-Provence et Marseille.

Gares TGV à Aix-TGV Arbois (30 min) ou Avignon-TGV (1 h)

En fonction des destinations plusieurs aéroports.

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation de Pertuis par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[15] :

Ville Marseille Montpellier Nice Lyon Toulouse Bordeaux Paris Nantes Lille Brest
Distance

Orientation

45 km

(S)

131 km

(S-O)

142 km

(S-E)

235 km

(N)

327 km

(O)

501 km

(O)

624 km

(N)

677 km

(N-O)

793 km

(N)

929 km

(N-0)

Transports[modifier | modifier le code]

Depuis l'adhésion de Pertuis à la communauté d'agglomération du Pays d'Aix le un réseau de transport communautaire s'est progressivement développé.

Transports urbains[modifier | modifier le code]

Septembre 2004 : expérimentation d'une ligne urbaine avec des minibus : Pierre Plantée - Zac St Martin.

minibus en stationnement
Minibus ligne A (octobre 2009) en attente à la gare

19 septembre 2005 : création de 3 lignes de minibus dans Pertuis :

  • Ligne 1 (ou ligne rouge) : Piscine - Zac Terre du Fort ;
  • Ligne 2 (ou ligne bleue) : Jas de Beaumont - Lycée Val de Durance ;
  • Ligne 3 (ou ligne verte) : La Pierre Plantée - Boiry.

6 mars 2008 : Tout en maintenant presque tous les arrêts existants, refonte des lignes avec création d'une 4e ligne et d'arrêts supplémentaires. Toutes ont un terminus commun : la gare SNCF :

  • Ligne A (jaune) : Verdun - Gare SNCF ;
  • Ligne B (bleue) : Boiry - Gare SNCF ;
  • Ligne C (rouge) : Jas de Beaumont - Gare SNCF ;
  • Ligne D (verte) : Lycée Val de Durance - Gare SNCF ;

 : les parcours des lignes C (qui devient : Notre-Dame des Anges-Gare SNCF) et D ont été modifiés.

Dans la commune, il existe aussi un service de minibus urbain à la demande pour personnes à mobilité réduite, qui en 2008, a transporté 617 personnes pour 5 255 trajets[16]

Transports scolaires[modifier | modifier le code]

Pour desservir le collège Marie Mauron et le lycée Val de Durance des transports scolaires ont été mis en place. Pour les élèves habitants Pertuis il n'y a de ramassage scolaire que pour le lycée avec trois lignes qui sont de la compétence de la CPA. La commune de Villelaure à un ramassage scolaire qui dessert à la fois la collège et le lycée. Pour les élèves des autres communes les élèves utilisent les lignes régulières ou des lignes spécifiques scolaires. Pour toutes les communes autres que Pertuis le ramassage scolaire est de la compétence du conseil général et en partie à la charge des communes.

Transports inter-urbains CPA[modifier | modifier le code]

  • Ligne Aix-Pertuis Express

 : création d'une liaison Aix-Pertuis Express par l'autoroute A51. C'est la société des Cars du Pays d'Aix qui assure cette liaison avec des cars Setra de 55 places.

 : renouvellement du contrat de cette ligne. Ce sont les compagnies Sumian et Suma qui ont le marché jusque fin août 2009. La plupart des cars sont des VDL Bova de 63 places.

 : c'est Veolia Transport qui décroche le nouveau contrat. Véolia possède également le réseau d'Aix-en-Provence Aix-en-Bus et avec les autres lignes possédées et acquises a désormais le quasi-monopole des transports dans la communauté d'agglomération du Pays d'Aix. Création à la même date de la ligne express Pertuis-Les Milles (Technopole de l'Arbois).

Transports inter-urbains Trans-Vaucluse[modifier | modifier le code]

Compétence du conseil général de Vaucluse.

Circulation[modifier | modifier le code]

Le pont de la Durance[modifier | modifier le code]

Le Vaucluse étant séparé des Bouches-du-Rhône par la Durance, il faut un pont en remplacement de la barque de la Durance pour franchir la rivière[pas clair]. Cette barque qui au fil du temps s'est transformée en bac avec un droit de péage que se partageaient les Seigneurs de Pertuis et de Meyrargues[17].

Pont de la Durance en 1900
Pont de la Durance en 1900

Le , le marché pour la construction d’un pont à Pertuis est adjugé à Jules Seguin et Cie[18], qui propose de construire un pont en fil de fer, moyennant la concession d’un péage pendant 48 ans accordée par l’État. Le pont est inauguré en octobre 1835. Il apparait des problèmes de construction très vite aux culées, à la pile[Laquelle ?], au tablier, et en 1842 le concessionnaire est mis en demeure de le remettre en état. Quelques réparations sont faites, mais le , une crue millénale emporte la travée droite[19]. Cette même crue emporte cinq autres ponts sur la Durance : les ponts des Mées, de Manosque, de Mirabeau, de Cadenet, de Rognonas. En juillet 1844, il est de nouveau ouvert à la circulation.

Conformément au cahier des charges de 1833 et à la loi du [20] sur le rachat des concessions des ponts à péage, les départements de Vaucluse et des Bouches-du-Rhône prennent possession du pont suspendu le . Des réparations et des modifications de l’ouvrage sont aussitôt envisagées par le prolongement et l’adjonction d’une nouvelle travée de 100 mètres de portée en même temps que la réfection complète du système de suspension mais cela n’a été réalisé qu’en 1901. Le nouveau projet comprend la restauration de la suspension et la construction d’un guideau à la pile destiné à améliorer l’écoulement des eaux. Ces travaux ont coûté 145 000 F aux deux départements. C’est Arnodin, ingénieur-constructeur à Châteauneuf-sur-Loire, qui a été sollicité pour ce projet.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le pont de la Durance a été bombardé le à 15 h 15 et ce bombardement a été décidé par le 15e Air Force Army order no 598. Les avions utilisés étaient des Lockheed P-38 Lightning armés de bombes de 1 000 livres. Seule la route fut détruite. Finalement des charges explosives posées par la Résistance le détruisirent[21].

Une passerelle en bois permettait, aux seuls piétons, le franchissement du pont pour se rendre dans les Bouches-du-Rhône. Il fallut attendre 1952 pour qu'un nouveau pont soit construit[22].

Un nouveau pont est en cours de construction[23].

Problèmes et projets[modifier | modifier le code]

Comme beaucoup de villes qui ont subi une croissance rapide, Pertuis accuse de sérieux problèmes de circulation, dans le centre-ville ainsi qu'aux principales entrées de la commune.

Un parking à grande capacité aménagé en contrebas du centre-ville ainsi que l'instauration d'une zone limitée à 30 km/h devrait inciter les usagers à ne pas circuler dans le centre. À terme, il est question d'interdire cette zone à la circulation.

Un bureau d'études a recensé entre 20 000 et 25 000 véhicules par jour sur l'entrée sud (venant d'Aix et Marseille), entre 15 000 et 20 000 véhicules aux entrées est et ouest et plus de 5 000 sur les autres axes venant des villages avoisinants[24].

La toute nouvelle déviation inaugurée le et baptisée Jean Garcin le contournant la ville par le sud-ouest sur 3 km a sensiblement amélioré la situation en centre-ville.

Faune et flore[modifier | modifier le code]

Faune[modifier | modifier le code]

Depuis la Durance, on aperçoit de hautes falaises qui constituent un milieu très hostile où seules les espèces les plus rustiques peuvent vivre :

Des insectes (sauterelle, mante religieuse, cigale), des arthropodes, comme le grand scolopendre et le grand scorpion jaune, tous deux très venimeux, des reptiles tels que la vipère aspic, venimeuse mais qui fuit au moindre bruit, la couleuvre à échelons, la couleuvre de Montpellier, le seps, le lézard ocellé, le plus grand lézard d'Europe, pouvant atteindre 90 cm de long[25].

Des oiseaux, rapaces diurnes d'une part, comme le circaète Jean-le-Blanc, le plus grand des rapaces du Luberon, le vautour percnoptère[26], le faucon, la buse et l'aigle de Bonelli (toutes espèces menacées), ou nocturnes d'autre part, comme le grand-duc[26], le moyen-duc, le petit-duc, la hulotte.

Des mammifères comme le sanglier, le blaireau en voie d'extinction, ainsi que le renard roux, l'écureuil, des rongeurs dont le plus petit mammifère du monde, le pachyure étrusque.

Le castor a survécu dans la Durance. Toutes les colonies de castors existant en France sont issues de celles ayant survécu dans la région.

Flore[modifier | modifier le code]

La région se caractérise par une sécheresse estivale marquée, à laquelle flore et faune ont dû s'adapter. Il n'y a pratiquement pas de sources. L'élément végétal dominant est le chêne vert, qui atteignait autrefois jusqu'à 15 mètres de haut. Il n'en subsiste plus que des taillis de 3 à 4 mètres. Les coupes excessives l'ont fait disparaître par endroits, soit au profit du pin d'Alep, soit pour être remplacé par une garrigue à plantes odorantes telles que le thym, le romarin, la germandrée et l'achillée millefeuille. On trouve aussi le genévrier cade en Provence, dont l'huile aux propriétés cicatrisantes et dermatologiques est utilisée en pharmacie ainsi que pour des savons (Cadum). Le buis, qui peut vivre plusieurs siècles, l'alaterne, la garance, le chêne kermès, le ciste cotonneux, l'aphyllanthe de Montpellier sont également typiques de la région[27].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Répartition des sols[modifier | modifier le code]

La répartition des sols de la commune est la suivante[28] (donnée pour un total de) :

Type d'occupation Pourcentage Superficie (en hectares)
Zones urbaines 11,75 % 698,80
Zones agricoles 60,56 % 3 601 56
Zones naturelles 26,90 % 1 599 51
Total 100 % 5 946 89

Les zones naturelles sont principalement formées par les forêts méditerranéennes couvrant le petit Luberon. Les zones agricoles sont formées de vergers de fruitiers (oliviers, amandiers, etc), des champs de lavandin et des vignes (AOC Côtes du Luberon).

Quartiers[modifier | modifier le code]

Pour faciliter le recouvrement de la taille levée, le conseil de ville décide en 1362 de diviser la ville en quartiers :

Le quartier Saint-Nicolas délimité par la rue Grande et la rue Durance, s'étend autour de la place du Marché. Il doit son nom à l'église paroissiale qui se trouve en son centre.

Le quartier Vinory délimité par les rues Durance et Saint-Jacques et englobe l'ancien hôpital Saint-Jacques. L'origine de son nom est inconnue.

Le quartier Rougère s'appelait primitivement quartier du seigneur Boniface (premier estimateur en 1318) par contre personne ne connait monsieur Royère qui a laissé son nom au quartier. Le quartier regroupé autour de la place de l'Ange est délimité par les rues de l'Ange, Saint-Antoine et Saint-Jacques.

Le quartier Beaujeu doit son mon à Jacobus de Beljoco (Jacques de Beaujeu) estimateur en 1317, qualifié de primus internobilis. Il est délimité par les rues de l'Ange, Grande, Beaujeu et Vinory.

Le quartier Lambert ancien quartier Monet de Belioc, est délimité par les rues Notre-Dame, Vinory, Beaujeu et la place Mirabeau.

Le quartier Saint-Pierre, appelé à l'origine quartier du Four des Moines, doit son nom à la première église paroissiale, construite au XIe siècle par les moines de Montmajour.

Logement[modifier | modifier le code]

Pertuis comptait 8 393 logements en 2007 (7 374 en 1999[29]). Les constructions anciennes, mais également neuves, sont bien plus présentes que la moyenne française : en 2007, 22,5 % des résidences principales dataient de 1990 et plus contre 16,5 % en France et 33,0 % furent construites entre 1975 et 1989.

Les résidences principales représentent 7 714 logements, soit 91,9 % du parc, réparties à 64,2 % en maisons individuelles (68,7 % en 1999) et à 33,6 % en appartements (respectivement 56,1 % et 42,4 % en France métropolitaine)[30]. Les propriétaires de leurs logements constituent 55,4 % des habitants, contre 41,7 % qui ne sont que locataires (respectivement 57,4 % et 39,8 % en France métropolitaine)[31].

Un des quartiers les plus précaire est constitué de 400 maisons construites sans permis et situées en zone inondable et habité par des familles nomades sédentarisées[32].

Type d'habitat[modifier | modifier le code]

Maison en hauteur[modifier | modifier le code]

maison à étages
Maison haute place Mirabeau

Ce type de maison est assez généralisé dans le centre-ville. Fernand Benoit explique que « son originalité consiste à placer les bêtes en bas, les hommes au-dessus », suivant une tradition méditerranéenne. La maison en hauteur se subdivise en une étable-remise au rez-de-chaussée, un logement sur un ou deux étages, un grenier dans les combles. Elle était le type de maison réservée aux paysans villageois qui n'avaient que peu de bétail à loger, étant impossible dans un local aussi exigu de faire tenir des chevaux et un attelage[a 1]. L'édification de ces maisons date pour la plupart du XVIe siècle, période où les guerres de religion imposèrent de se retrancher derrière les fortifications du village. Les guerres finies, il y eut un mouvement de sortie pour établir dans la périphérie de l'agglomération des « maisons à terre », plus aptes à recevoir des bâtiments annexes[a 2].

En effet, ce type d'habitation, regroupant gens et bêtes dans un village, ne pouvait que rester figé, toute extension lui étant interdite sauf en hauteur. Leur architecture est donc caractéristique : une façade étroite à une ou deux fenêtres, et une élévation ne pouvant dépasser quatre à cinq étages, grenier compris avec sa poulie extérieure pour hisser le fourrage. Actuellement, les seules transformations possibles - ces maisons ayant perdu leur statut agricole - sont d'installer un garage au rez-de-chaussée et de créer de nouvelles chambres au grenier[a 3]. Pour celles qui ont été restaurées avec goût, on accède toujours à l'étage d'habitation par un escalier accolé à la façade[a 2].

La présence de terrasses ou balcons était une constante. La terrasse servait, en priorité, au séchage des fruits et légumes suspendus à un fil de fer. Elle était appelée trihard quand elle accueillait une treille qui recouvrait une pergola rustique. Quand elle formait loggia, des colonnettes soutenant un auvent recouvert de tuiles, elle était nommée galarié ou souleriè[a 4].

Maison à terre[modifier | modifier le code]

Compartimenté dans le sens de la longueur, ce type de maison représente un stade d'évolution plus avancé que la « maison en hauteur ». Il est caractéristique de l'habitat dispersé qui se retrouve dans la basse vallée du Rhône, dans celle de la Durance et plus ponctuellement dans les vallées annexes comme celle du Calavon[a 5]. C'est l'habitation traditionnelle des pays de « riche culture »[a 6].

Ce type de maison est divisé en deux parties très distinctes dans le sens de la longueur. Le rez-de-chaussée est occupé par une salle commune dans laquelle est intégrée la cuisine. Très souvent se trouve à l'arrière un cellier contenant la réserve de vin et une chambre. Un étroit couloir, qui permet d'accéder à l'étage, sépare cet ensemble de la seconde partie réservée aux bêtes. Celle-ci se compose, dans la plupart des cas, d'une remise qui peut servir d'écurie et d'une étable. L'étage est réservé aux chambres et au grenier à foin qui correspond par une trombe avec l'étable et l'écurie[a 6].

La construction d'un tel ensemble étant étalée dans le temps, il n'y avait aucune conception architecturale pré-établie. Chaque propriétaire agissait selon ses nécessités et dans l'ordre de ses priorités. Ce qui permet de voir aujourd'hui l'hétérogénéité de chaque ensemble où les toitures de chaque bâtiments se chevauchent généralement en dégradé[a 7].

À cet ensemble, s'ajoutaient des annexes. Une des principales était la tour du pigeonnier, mais la maison se prolongeait aussi d'une soue à cochons, d'une lapinière, d'un poulailler et d'une bergerie[a 6].

Le pigeonnier devint, après la Révolution, la partie emblématique de ce type d'habitat puisque sa construction signifiait la fin des droits seigneuriaux, celui-ci étant jusqu'alors réservé aux seules maisons nobles. Il était soit directement accolé à la maison mais aussi indépendant d'elle. Toujours de dimension considérable, puisqu'il était censé anoblir l'habitat, il s'élevait sur deux étages, le dernier étant seul réservé aux pigeons. Pour protéger ceux-ci d'une invasion de rongeurs, son accès était toujours protégé par un revêtement de carreaux vernissés qui les empêchait d'accéder à l'intérieur[a 6].

Maison à cour[modifier | modifier le code]

Château de Val Joanis
Château de Val Joanis exemple de maison à cour ouverte en façade

Ce type d'habitation est composé de bâtiments et de dépendances ordonnés autour d'une cour centrale. Cet ensemble est caractéristique des grands domaines céréaliers et prend souvent l'aspect d'un château avec des murs flanqués d'échauguettes et des tours d'angle. Il est adapté à une vie agricole où le climat n'impose pas une grange pour engranger les javelles de blé avant le dépiquage, celui-ci ayant lieu aussitôt les gerbes coupées sur l'aire de terre battue. Dans ce mode culturel, les grains sont entrés en sacs dans une remise tandis que les moissonneurs élèvent les meules de paille avec comme seule protection contre la pluie un mélange de poussier et de terre glaise. Seul est rentré le fourrage[a 8].

Cette structure agraire, rare en Provence, se trouve uniquement cantonnée dans la plaine d'Arles, dans le Luberon, dans la vallée de la Durance (comme à Pertuis, le Château de Val Joanis), avec une concentration du côté de Manosque, dans le pays d'Aix et la région des Maures[a 8].

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Depuis 1985, une zone de 41 ha du Jas de Beaumont au nord de Pertuis est réservée en zone 3NA, c'est-à-dire aménageable dans le cadre d’un plan d’ensemble et non à la parcelle[33]. La réunion publique du et les ateliers thématiques du , auxquels les représentants des associations ont participé, ont permis de situer la proposition d'aménagement en Z.A.C du quartier du Jas de Beaumont à un très haut niveau avec (1 200 logements (soit 3 500 à 5 000 habitants), une groupe scoloraire, un complexe sportif, des commerces...).

Une Zone d'aménagement différé (ZAD) a été créée par arrêté préfectoral n° SI 2007-05-30-0050-pref le . Une ZAD est une zone soumise à procédure administrative permettant la constitution de réserves foncières dans la perspective d'une expansion urbaine. Lors du Conseil Municipal du la ville de Pertuis a décidé de déléguer son droit de préemption à l'Établissement public foncier (EPF) PACA dans le périmètre de la ZAD de Jas de Beaumont. Ce droit de préemption peut être exercé pendant une période de quatorze ans à compter de la publication de l'acte qui a créé la ZAD.

Lors du conseil municipal du , il a été décidé par vote à l'unanimité, l'Adhésion à la convention cadre EPF PACA/CPA d’anticipation et d’impulsion foncière. Ce partenariat vise à terme la création de logements, la gestion des mutations urbaines au voisinage des lignes de transports collectifs, la reconversion des friches urbaines, la maîtrise des extensions urbaines périphériques, la structuration de coupures agricoles et la constitution de pôles de transport multimodaux[34].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est Pertusum, attestée en 981. En provençal, la ville se nomme Pertús selon la norme classique ou Pertus selon la norme mistralienne. Ces toponymes se rapportent au bas-latin pertusium qui désigne une trouée, un passage[35].

De plus en plus au fil des ans, la ville est appelée Pertuis-en-Luberon. Autant sur les sites internet de la ville (marie, office du tourisme) que sur les panneaux d'entrée de ville. Par contre, l'officialisation du changement de nom n'a pas encore eu lieu[36].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

coupe noire, ornée d’une bande de peintures noires sur fond rouge.
Dionysos, Ariane, satyres et ménades. Kylix à figures noires, vers 550-540 av. J.-C.

Aux lieux-dits Tournemire et les Aubettes, ont été découverts des vestiges lithiques (éclats levallois, racloirs, nuclei) témoignant d'occupations moustériennes. Il y a environ 100 000 ans, des populations néandertaliennes séjournaient ainsi parfois — au gré des saisons et de la migration des troupeaux — au sud-est de l'actuel territoire de Pertuis. Ces mêmes stations ont également fourni des artefacts probablement épigravettiens (fin du Paléolithique supérieur) et chasséens (Néolithique moyen).

Aux Aubettes, il existe quelques indices permettant de conjecturer une occupation du site à la Protohistoire. Trois tumulus situés au domaine des Agnels, au quartier de Mourièras et aux Trois-Quartiers ont été fouillés. Ils ont livré des bracelets et des poteries datés de l'Âge du fer et un kylix d'origine grecque. Les contacts entre la population indigène vivant entre le VIIe et le VIe siècle avant notre ère, sur la rive droite de la Durance, et la Grèce antique ont également été attestés par la découverte au lieu-dit La Loubière, au pied de la colline des Trois-Frères dans la nécropole des Agnels, d'une œnochoé en bronze de fabrication locale. Elle fait actuellement partie des collections du musée Borély de Marseille[b 1]. Cette découverte a été faite en 1909 par Charles Cotte et a été datée de 740 av. J.-C. Ces objets d'influence grecque, mêlés à d'autres d'importations étrusques, témoignent du rôle des chefs locaux dans l'activité économique de la Basse-Provence, un siècle et demi avant la fondation de Massalia par les Phocéens[37].

D'importantes traces de la présence romaine ont été retrouvées sur le territoire de la commune, mais aucune dans le sous-sol de la ville, ce qui permet de conclure à l'existence d'un habitat dispersé. Des tegulae (tuiles plates) ont été retrouvées à la ferme Messeri, des tombes à incinération au Paradou, ainsi que deux nécropoles au quartier de la Dévention. Une villa rustica a été fouillée au quartier Sainte-Thérèse. Une autre existait certainement à proximité de Saint-Jean-de-Cros. Le plus grand nombre de vestiges a été exhumé à Val Joanis. Outre de nombreuses céramiques rouges originaires de La Graufesenque, il a été trouvé un cippe funéraire, sur lequel est gravé le nom de la gens des Fronton. Cette famille, qui était installée à Apta Julia, compta parmi ses membres Marcus Corneluis Fronton, l'illustre grammairien, qui fut l'ami des empereurs Hadrien et Marc Aurèle. Ce cippe, qui a été coupé en deux, est conservé au château de Val Joanis[b 1].

L'origine de Pertuis est fixée par quelques historiens vers l'an 94 avant Jésus-Christ, quand les Romains établirent des relations commerciales avec les habitants et y ouvrirent un comptoir[38],[c 1].

Après la chute de l'Empire romain, et jusqu'à l'établissement de la féodalité, s'écoulèrent cinq siècles marqués par les invasions des Burgondes, des Wisigoths et Ostrogoths, des Francs, des Lombards et les razzias des Sarrasins[39].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le territoire pertusien fut placé sous domination féodale par un acte de donation établi par Charles Martel à Nébulong, fils de son frère Childebrand en 739[c 2]. Son descendant, Guillaume Ier Nébulong, en 950, en fit don à l'abbaye de Montmajour[b 1]. Cette donation fut confirmée en 966 par le comte Boson qui notifia une Villa Pertusum. Un prieuré de l’abbaye de Montmajour y est établi, cette donation est à nouveau confirmée en 981 par son fils Guillaume le Libérateur[d 1].

Un bac permettant de traverser la Durance est attesté dès le XIe siècle[40], et faisait partie des plus fréquentés[41] : il éclipse même les bacs voisins du Puy et de Meyrargues au XVe siècle[42]. Les revenus étaient très élevés et les abbés de Montmajour firent confirmer leurs privilèges à chaque nouvelle élection pontificale. Ce fut le cas de Calixte II, en 1123, et d'Innocent III, en 1203[d 2]

carte ancienne de la Provence en 1125
La Durance limite, en 1125, entre le comté de Provence et le comté de Forcalquier

En 1011, les trois fils de Guillaume Ier Nébulong, s'estimant lésés, pillèrent et brulèrent la cité, mais en 1019, sur injonction pontificale, ils confirmèrent la donation aux moines de Montmajour, en échange de l'usufruit viager de la moitié du castrum de Pertuis[d 2].

Mais en 1208, Guillaume de Sabran, ayant mis le main sur le comté de Forcalquier, en profita pour rattacher Pertuis à ses domaines. Ce qui lui valut, en 1212, une double sanction pontificale. Innocent III, par l'intermédiaire de Gui de Fos, archevêque d'Aix et Bertrand de Durfort, évêque de Cavaillon jeta l'interdit sur son comté et l'excommunia[d 2].

Guillaume de Sabran dut donc rétrocéder Pertuis, mais en 1240, profitant des tensions entre l'empereur Frédéric II et Raimond Bérenger IV de Provence et Raymond VII de Toulouse, il chassa les moines, s'empara du bac et de la ville[d 2]. Une sentence arbitrale fut à nouveau rendue le [c 3]. Elle décidait que désormais Pertuis et son péage était indivis entre Guillaume, ses successeurs et l'abbaye de Montmajour sous condition d'hommage entre les mains de l'abbé. Le port vieil est mentionné le [c 4] dans la charte d'affranchissement octroyée aux Pertuisiens par Guillaume « Veniens a Massalia et a civitate aquensis transiens per Caminum de Fornamira per Ecclesiam Sancte Candide ubi pedagium tenebatur »[d 3].

remparts de Pertuis
Remparts de Pertuis au XIVe siècle d'après un dessin de M.. Métois[Note 1]

En 1246, à la mort de Guillaume de Sabran, le comté de Forcalquier n'existait plus. Son fils Guillaume de Pertuis et son petit-fils Bertrand des Baux de Pertuis conservèrent la seigneurie de Pertuis. L'abbé qui était à la tête de l'ordre de Montmajour obtint du pape Alexandre IV, par une bulle datée du que les églises Saint-Pierre et Saint-Nicolas fussent placées sous sa juridiction et que les terres cultivées par les moines ne fussent pas soumises à la dime[c 5]. En 1296, le comte de Provence Charles II d'Anjou, voulant reconstituer le domaine comtal dans son intégralité, racheta la seigneurie de Pertuis à Bertrand. Cela entraine un renouveau économique et Pertuis, avec son marché hebdomadaire, son établissement de change, est réputée pour la qualité de ses échanges[d 3] ; en 1289, il fait donation aux religieuses de Sainte-Marie de Nazareth de la Maison de L’Aumône qui, à Pertuis, avait pour mission de distribuer des secours aux pauvres[43].

En 1283, une charte « autorise les Juifs de Saint-Maximin, Lambesc, Pertuis, Istres, Lançon et Aix-en-Provence à posséder une synagogue et un cimetière en donnant annuellement à l’archevêque d’Aix deux livres de poivre. »[44]. Alors qu'en 1306, les Juifs sont expulsés de France, le comte de Provence Charles II de Naples garantit leurs droits dans ses États[45].

Mais en 1310, la seigneurie fut à nouveau détachée du comté de Provence et aliénée à Bertrand de Got qui la garda jusqu'à sa mort en 1325. Robert le Sage décida, en 1333, qu'il était hors de question qu'un comte-roi en rendit hommage aux abbés de Montmajour[d 3]. Au XIVe s., Martin Triboleti fut châtelain et baile de Pertuis[46].

En 1343, la reine Jeanne, sa petite-fille, devient comtesse de Provence. Pour remercier Clément VI de l'avoir lavée de tout soupçon d'instigatrice du meurtre de son premier époux, elle octroya Pertuis, en 1355, au neveu du pape, Guillaume III Roger de Beaufort, vicomte de Turenne[d 3]. Celui-ci refusa, à son tour, de rendre tout hommage à l'abbé de Montmajour et estima que c'était ce dernier qui devait le lui rendre. Un compromis dut être trouvé ; le cardinal Anglic de Grimoard décida, en 1367, que le vicomte et l'abbé seraient désormais déchargés de toute allégeance. La reine Jeanne approuva cette sentence le [d 4].

Photo de Louis Ier d'Anjou et Marie de Blois
Louis Ier d'Anjou et Marie de Blois, comte et comtesse de Provence
Raymond de Turenne
Raymond de Turenne par Girolamo di Benvenuto, fresque de l'Ospedale Santa-Maria della Scala à Sienne

C'est le début de la période noire en Provence. Des bandes armées dévastent la région, Pertuis est occupée de 1357 à 1362[Qui ?].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le roi de France, Charles VI, intervient et envoie le sénéchal de Beaucaire, Enguerrand d’Eudin, auquel se rallie Guillaume-Roger de Turenne. Pertuis, possession de ce dernier, se trouve donc neutre en début de guerre, et du côté angevin à la fin de la décennie[47].

La ville assiégée par les troupes du maréchal de Boucicaut, envoyées par le roi de France, se rend le 26 juin 1397 après dix-huit jours de bombardements avec des « engins et bombardes »[48]. « Raymond de Turenne est de ceux qui portent coutumièrement leur bon droit à la pointe de leurs épées et leurs documents en leurs armes » a écrit la romancière provençale Marie Mauron.

Elzéar de Sabran, seigneur d'Ansouis, ayant eu des pertes considérables pendant la révolte de Raymond de Turenne, vendit le toute la montagne du Luberon, du sommet jusqu'au territoire de Cabrières-d'Aigues et de La Motte-d'Aigues, pour la somme de trois cents florins d'or[c 6].

Le roi René et Jeanne de Laval
Le roi René et son épouse Jeanne de Laval

Pour porter des renforts à Naples, le roi René fit armer deux galères. À cette occasion, les Pertuisiens versèrent 400 florins en échange de l'exemption, sur tout le territoire de la Provence et du Comté de Forcalquier, des droits de péage et de leyde. Ce privilège leur fut accordé par lettres patentes délivrées par la Reine Isabeau de Lorraine le [c 7].

Le roi René confirma le le rattachement de Cabrières-d'Aigues, La Motte-d'Aigues et Villelaure. Remarié avec Jeanne de Laval, et comme cette dernière adorait Pertuis (qui lui firent don de 80 florins pour son mariage), il lui céda en pleine et entière propriété la ville le [c 7]. Dame de Pertuis, en 1474, Jeanne de Laval autorisa la tenue d'un marché chaque vendredi[d 5].

Article détaillé : Marché de Pertuis.

Période moderne[modifier | modifier le code]

Pertuis devint française le , lors de l'union de la Provence au royaume de France, après la mort du roi René[49]. Le , Bertrand Mungy et Jean Roux prêtèrent serment de fidélité, en tant que députés de la ville, à Charles VIII, roi de France, comte de Provence et de Forcalquier. Douze ans après, en 1493, Pertuis reçut de Charles VIII le privilège d'inaliénabilité à la Couronne et la fleur de lys sur son blason, privilège rare pour une ville. En 1498, les Carmes négocient leur installation à Pertuis. Marguerite d'Oraison de Cadenet, en 1501, fit installer une communauté de carmes[d 1].

La peste sévit en Provence en 1520, il n'y eut que quelques victimes en pays d'Aigues. Ce qui incita le parlement d'Aix à se retirer à Pertuis en 1546 pour fuir les guerres de religion et une nouvelle épidémie de peste[b 2].

Pourtant la ville fut encerclée en mai 1562, pendant dix-huit jours, par Emmanuel-Philibert de Savoie, comte de Tende[b 3] et les troupes de Paulon de Mauvans, capitaine protestant. Elle résista victorieusement au siège[50] et fut à nouveau assiégée sans succès en 1568[b 3]. Elle fut moins heureuse en 1589, quand revint le mal contagieux, nom que l'on donnait alors à la peste, qui provoqua 4 500 morts[b 2].

Durant les guerres de la Ligue catholique, la cité devint le siège du gouvernement de Jean Louis de Nogaret de La Valette, duc d'Épernon et lieutenant général du roi de France Henri III. Il y convoqua, en septembre 1588, une assemblée des États. En décembre de la même année et en son absence, les Ligueurs firent une tentative pour investir la ville qui fut un échec[b 3].

Mais à la mort d’Henri III, le parlement de Pertuis reconnut Henri IV et celui d’Aix le cardinal de Bourbon. Ces divisions furent l'occasion pour le duc de Savoie de pénétrer en Provence à l'appel des parlementaires d’Aix[51]. En 1590, le duc d’Épernon convoqua le Parlement d'Aix à Pertuis. Majoritairement ligueurs, les parlementaires ne se déplacèrent pas et ils convoquèrent une assemblée des communes à Marseille. Des magistrats royalistes, minoritaires, constituent cependant un parlement rival de celui d’Aix, à Pertuis[52]. Le , la communauté de Pertuis demanda au gouverneur des États de Provence la permission de détruire le château, bâtiment jugé trop guerrier, en pensant être en paix sans lieu de cantonnement militaire[53]. Charles-Emmanuel Ier de Savoie arriva en pays d'Aigues en novembre 1599, mais échoua à son tour dans sa tentative de forcer Pertuis[b 3].

La paix revenue, sans que le mal contagieux disparaisse. En 1629, la peste toucha Aix-en-Provence et une partie du parlement s'installa à Pertuis. Ce furent Les Grands Jours de Pertuis. Mais l'année suivante, une sédition des parlementaires se transforme en révolte quand le Parlement voulut réintégrer Aix. Cet épisode est connu sous le nom de Révolte des Cascavèux ou Folie aixoise.

Article détaillé : Révolte des Cascaveous.

En 1630-1631, la peste se répandit à nouveau dans Pertuis. Ce fut au cours de cette période que Condé arriva en Provence avec 5 000 hommes. Craignant les représailles de Richelieu son ennemi personnel, le gouverneur, Charles Ier de Guise, duc de Guise, se réfugia en Italie.

Armoiries du Marquis de Vitry

Le , le capitaine des gardes de Louis XIII, Nicolas de L'Hospital, marquis de Vitry, tua Concino Concini, favori de la Régente Marie de Médicis ; en récompense il fut promu maréchal de France. Louis XIII étant devenu roi de France, il nomma le maréchal de Vitry, gouverneur de Provence, le qui choisit Pertuis comme siège de ses États. L'arrivée du maréchal fut précédée par sa réputation de « fort caractère », réputation que les Provençaux reconnurent par la suite non usurpée. Le Conseil de Ville décida que : « sera randu et fait au dit Seigneur Mareschal de Vittry touts les honneurs & et complimants que seron possible a ceste communauté »[54].

Au début du XVIIe siècle plusieurs ordres religieux s'installèrent à Pertuis. En 1604, les Capucins jetèrent les premières fondations de leur couvent sur le terrain qui leur avait été concédé et qui dominait la vallée de la Durance[c 8]. En 1620, les Oratoriens s'installèrent au nord de l'église Saint-Pierre avec une petite chapelle consacrée à saint Joseph[c 9],[d 1]. En 1628, un autre couvent s'installa, celui des religieuses de Sainte Ursule[c 10]. Un autre couvent vit le jour à Pertuis, le couvent des religieuses de Sainte-Claire (les clarisses) qui fut fondé en 1635 par madame de Lacépède et achevé en 1643[c 11]. Leurs œuvres s'occupèrent, en 1640, des malades touchés par la peste qui, cette année-là, ne fit que quelques victimes[b 2].

Du XVIe au XVIIIe siècle, les bastides se développent sur et autour de la commune en même temps que l'économie locale. C'est, entre autres, la culture des muriers pour les vers à soie[4]. C'est l'époque des grandes constructions qui vont amener la population de la ville à 4 000 habitants en 1789. Au début du XVIIIe, Pertuis est en pleine expansion. Pour faire face à une augmentation du volume des échanges de blé, le Parlement de Provence impose à la ville de construire un nouveau grenier (devenu l’annexe de la mairie)[réf. nécessaire].

En 1701, les frères Pierre et Jean Giraud dotèrent Pertuis de l'hospice de la charité destiné à servir d'asile aux vieillards et aux orphelins[c 12]. La peste sévit de nouveau en 1720, provoquant 345 morts[b 2]. C'est de 1752 que date, dans Pertuis, le premier établissement des écoles gratuites pour l'instruction des pauvres[c 13].

Le domaine et le château du Val furent donnés, en 1753, à Toussaint de Joannis, procureur du roi[b 4]. L'année suivante, il demanda que son domaine de 300 ha soit érigé en fief. Malgré la protestation des habitants, le roi accepta en souvenir des services rendus par M. de Joannis comme président de la cour des comptes d'Aix[c 13]. Ses lettres d'érection furent confirmés pour le Val Joannis en 1774[b 4].

Le , un décret du roi Louis XVI ordonna la suppression définitive de l'abbaye de Montmajour. Dans le partage des biens de cette abbaye, l'évêque de Vence hérita des droits sur Pertuis, moyennant une redevance à l'évêque de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Le titulaire de Montmajour était alors Louis, prince et cardinal de Rohan[c 7].

Révolution française et Premier Empire[modifier | modifier le code]

Peu avant la Révolution française, l’agitation monte. Outre les problèmes fiscaux présents depuis plusieurs années, la récolte de 1788 avait été mauvaise et l’hiver 1788-89 très froid. L’élection des États généraux de 1789 avait été préparée par celles des États de Provence de 1788 et de janvier 1789, ce qui avait contribué à faire ressortir les oppositions politiques de classe et à provoquer une certaine agitation[55]. C’est au moment de la rédaction des cahiers de doléances, fin mars, qu’une vague insurrectionnelle secoue la Provence[56], et deux émeutes se produisent à Pertuis. La première, le 18 mars, attaque les fermiers des moulins de la ville, accusés de malversations sur la mouture[57]. Huit jours plus tard, le 26 mars, la foule affamée pille le grenier à blé[58],[59]. Les possédants de la commune se constituent en garde bourgeoise[60]. Outre cette réaction, on rassemble des effectifs de la maréchaussée sur place. Puis des poursuites judiciaires sont diligentées, mais les condamnations ne sont pas exécutées, la prise de la Bastille comme les troubles de la Grande peur provoquant, par mesure d’apaisement, une amnistie début août[61].

La Révolution française divise les Pertuisiens en deux camps : les Rouges, ou Patriotes favorables à la Révolution, et les Bleus conservateurs. Chaque camp se retrouve dans un groupe de Pénitents, Blancs ou Noirs. À la suite des massacres de Pertuisiens, le [c 14], la raison finit par l’emporter et les deux partis se réconcilient aux « Capucins » (actuelle Place Jean Jaurès), mais ce n’est qu’une apparence. En effet, craignant des problèmes, le maire interdit de commémorer l’anniversaire de la prise de la Bastille. Parmi les Fédérés de Marseille qui montent sur Paris, on compte 45 volontaires pertuisiens[réf. nécessaire].

En 1790, apparait une querelle entre Apt et Pertuis pour l'attribution du chef-lieu de district. Finalement Apt est retenue.[réf. nécessaire]

Le fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.[réf. nécessaire]

L'état de siège est maintenu à Pertuis de juin 1795 à mai 1796.[réf. nécessaire]

En mars 1797, le parti modéré, aidé de quelques citoyens venus de Manosque, s'empare de l'abbaye et la détruit aux trois quarts[c 14]. Le reste des bâtiments furent vendus à divers particuliers.[réf. nécessaire]

L'église Saint-Pierre est convertie en théâtre sous le Premier Empire.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

[précision nécessaire], s'ouvrit à nouveau au culte catholique en 1820 et fut plus spécialement affectée aux Pénitents Gris. Le conseil municipal du vote sa désaffectation définitive[c 15].

Un pont suspendu est construit en 1835 (sixième pont sur la Durance)[62], et 1880, une voie de chemin de fer[63], puis des canaux d’irrigation peu après, mais c'est le barrage de Serre-Ponçon en 1952 qui permet de limiter ses crues (pour éviter la répétition des inondations catastrophiques de 1843 et 1856) et faciliter ainsi une utilisation plus importante de la partie alluvionnaire des terres qui bordent la Durance[4].

Les grands travaux enrichirent la ville : le pont suspendu de la Durance augmenta le trafic routier, la phase de construction des lignes ferroviaires Marseille-Grenoble (dont le tronçon Aix-en-Provence-Pertuis fut ouvert le et celui de Volx à Pertuis, ouvert le ) et Cavaillon-Dauphin dispensa une manne certaine, le chemin de fer créa de nouveau flux, enfin les digues de la Durance permirent d'étendre les cultures irriguées[64].

Entre 1879 et 1896, la vie politique de Pertuis fut agitée avec dix-sept années d'élections, à la suite de démissions individuelles et collectives, une dissolution et une révocation du maire Auguste Callier[Note 2], qui fut maire quatre fois en alternant mairie, conseil général et même aucun mandat[65].

En octobre 1887, Gustave Lançon installe à Pertuis une usine électrique (la première en France qui existe encore de nos jours mais qui ne produit plus depuis fort longtemps) pour l'électrification des rues pertuisiennes. Pertuis devient la 6e commune française à être électrifiée à la suite de la signature le du traité pour l'éclairage de la ville de Pertuis entre Auguste Callier, maire de Pertuis, et la Société Lyonnaise des eaux et de l'éclairage[65].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Peu après l'invasion de la zone libre par l'armée allemande, le , le Langemark, un bataillon de SS, installa son quartier général dans la ville. Il contrôlait une batterie de DCA placée à Villelaure, ainsi qu'une compagnie anti-char[b 3].

Un an plus tard, les S.S recevaient le renfort de cinq cent hommes de troupe au cours du mois de septembre 1943. Leur arrivée fut précédée d'importantes opérations de police et l'occupation du bureau de poste. Ce qui n'empêcha point la Résistance de saboter la voie ferrée, après avoir dynamité des installations dans la gare de la SNCF[b 3].

La pression des résistants se fit plus forte au fil des mois. Le , une compagnie de maquisards accrocha des Allemands sur la route de Villelaure. Lors du combat, un résistant perdit la vie et une stèle a été édifiée à cet endroit. Les maquisards s'étant retirés avec leur mort, la troupe d'occupation se heurta, un peu plus loin, à la 9e compagnie du bataillon 15/15 du régiment Ventoux-Luberon. L'accrochage fut sévère et les pertes lourdes. Les résistants perdirent trente et un hommes. Là aussi, un monument commémore leur sacrifice[b 3].

Le poste de commandement et le casernement de la Résistance pertuisienne avaient été installés au château de la Simone. Celui-ci fut détruit par une explosion, qui resta non élucidée, le [b 3].

Durant cette période, plusieurs familles juives (polonaises, allemandes et russes) se réfugièrent à Pertuis, mais elles furent arrêtés entre 1942 et 1944 et déportées au camp d'Auschwitz-Birkenau[66].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Pertuis a un électorat plutôt de gauche localement et s'orientant à droite au niveau national. En effet depuis 1945, seuls deux maires non socialistes ont été élus : en 1982, Pierre Fructus UDF (bien qu'en 2008 il ait soutenu la liste du Parti socialiste) et Roger Pellenc UMP depuis 2008. Les conseillers généraux sont également des élus socialistes. Par contre aux législatives et aux présidentielles la ville vote à droite.

Élections locales[modifier | modifier le code]

Cantonales[modifier | modifier le code]

Le canton de Pertuis qui fait partie de la seconde série des cantons et a été renouvelé lors des élections cantonales de 2008, L'élection a eu lieu les 9 et 16 mars en même temps les élections municipales. Six candidats se sont présentés Maurice Lovisolo (PS), conseiller général sortant et maire sortant de La Tour d'Aigues, Marie-Ange Conté (UMP), Stéphane Fabresse (MoDem), Pierre Goubert (FN), Remy Grangeon (PCF) et Thierry Liotard (DVD).

Le lors du premier tour il y a eu 8 210 votants pour 13 891 inscrits soit une participation de 59,10 %(64,20 % pour la canton[67]). Maurice Lovisolo (PS) est arrivé en tête avec 35,80 % des voix (43,66 % au niveau du canton, devant Marie-Ange Conté (UMP) avec 25,34 % (21,74 % pour le canton) et Remy Grangeon (PCF) avec 18,67 % (15,49 %).

Le second tour a eu lieu le . Il y a 8 745 votants pour 13 891 inscrits soit une participation de 62,95 % (58,99 % pour la canton). Maurice Lovisolo (PS) est largement réélu avec 58,29 % des voix (62,31 % au niveau du canton) au détriment de Marie-Ange Conté (UMP) qui obtient 41,71 % des voix (38,69 % au niveau cantonal)[68]).

Législatives[modifier | modifier le code]

Aux Élections législatives de 2007 pour la Deuxième circonscription de Vaucluse, le premier tour a vu Jean-Claude Bouchet (UMP)arriver de peu en tête avec 32,69 % devant Jean-Louis Joseph (PS) avec 31,08 %, viennent ensuite Maurice Giro (Divers droite) avec 10,99 % et Nicole Bouisse (UDF) avec 7,28 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 5 %. Le second tour a vu arriver en tête Jean-Claude Bouchet avec 50,40 % (résultat circonscription[69] : 55,28 % contre 49,60 % pour Jean-Louis Joseph (résultat circonscription : 44,72 %). Abstention plus forte à Pertuis avec respectivement 43,93 % et 43,45 % aux deux tours que dans la circonscription (37,93 % et 38,68 %)[70].

Aux Élections législatives de 2012 pour la nouvelle cinquième circonscription de Vaucluse, le premier tour a vu Jean-François Lovisolo (PS) arriver nettement en tête avec 42,35 % des voix devant Julien Aubert (UMP) avec 25,52 % et Martine Furioli-Beaunier (FN) avec 18,97 %, aucun autre candidat n'est en mesure de se maintenir au second tour. Entre les deux tours Martine Furioli-Beaunier se retire et « appelle à voter pour le candidat UMP pour faire barrage à la gauche ». Le second tour voit arriver en tête Jean-françois Lovisolo avec 56,18 % (résultat circonscription[71] : 49,67 % contre 50,33 % pour Julien Aubert). L'bstention est plus forte à Pertuis avec respectivement 44,71 % et 45,40 % aux deux tours que dans la circonscription (39,81 % et 38,95 %)[72].

Élections nationales[modifier | modifier le code]

À l’Élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer nettement en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 31,22 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 24,26 %, François Bayrou (UDF) avec 18,26 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 11,81 % et Olivier Besancenot avec 4,37 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 3 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 55,25 % (résultat national[73] : 53,06 %) contre 44,75 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %) avec un taux de participation aux deux tours de 81,35 % et 82,36 % (contre 83,77 % et 83,97 % au niveau national)[74] .

À l’Élection présidentielle de 2012, le premier tour a vu arrivé en tête deux candidats avec quasiment le même nombre de voix Nicolas Sarkozy (UMP) avec 26,07 %, suivi par François Hollande (PS) avec 25,63 %, Marine Le Pen (FN) avec 20,98 %, Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) avec 13,00 % et François Bayrou (MoDem) avec 8,85 %, aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 2,5 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 50,56 % (résultat national[75] : 48,36 %) contre 49,44 % pour François Hollande (résultat national : 51,64 %) avec un taux de participation aux deux tours de 77,71 % et 78,01 % (contre 79,48 % et 80,35 % au niveau national)[76] .

Référendum[modifier | modifier le code]

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du ), sur 12 708 inscrits, 8 634 ont voté, ce qui représente une participation de 67,94 % du total (contre 69,37 % au niveau national[77]), soit une abstention de 32,06 %. Il y a eu une forte victoire du non avec 5 084 voix (60,02 %), 3 386 voix (39,98 %) s'étant prononcées pour et 164 (1,90 %) étant des votes blancs ou nuls[78].

Européennes[modifier | modifier le code]

À l’Élection européenne de 2004, Michel Rocard (PS) est arrivé en tête avec 33,29 %, suivi par Françoise Grossetête (UMP) avec 12,86 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 12,71 %, Thierry Cornillet (UDF) avec 9,36 %, Jean-Luc Bennahmias (écologie) avec 7,84 %, Manuella Gomez (PCF) 6,58 % et Patrick Louis (MPF) avec 5,56 % ; aucun des 15 autres candidats ne dépassant le seuil des 3,5 %[79].

À l’Élection européenne de 2009, Françoise Grossetête (UMP) est arrivée en tête avec 24,86 %, suivie par Michele Rivasi (Europe Écologie) avec 18,06 %, Vincent Peillon (PS) avec 17,26 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 8,43 %, Jean-Luc Bennahmias (Modem) avec 8,13 %, Marie-Christine Vergiat (Front de gauche) 6,68 % et Raoul-Marc Jennar (NPA) avec 5,48 % ; aucun autre candidat ne dépassant le seuil des 3,5 %. Le taux de participation a été de 36,62 %[80] contre 39,64 % pour la circonscription Sud-Est (5e circonscription)[81].

Élections européennes[modifier | modifier le code]

Au référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du ), sur 10 071 inscrits, 7 059 ont voté, ce qui représente une participation de 70,09 % (contre 69,70 % au niveau national[82]), soit une abstention de 29,91 %. Il y a eu une victoire du non avec 3 704 voix (53,92 %) contre 3 166 voix (46,08 %) qui se sont prononcées pour le oui, 189 votes (2,68 %) étant blancs ou nuls[83].

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa taille, la commune dispose d'un conseil municipal de 33 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[84]). Le scrutin de 2014 a donné 25 conseillers pour la liste divers droite de Roger Pellenc (50,59 % des voix) , 7 conseillers pour la liste socialiste de Fabien Perez (40,12 % des voix) et 1 pour la liste Front National d'Alexandre Vallet (9,28 % des voix)[85]. Roger Pellenc est réélu maire lors de la séance du conseil municipal du , décentralisé à l'espace Georges Jouvin[86].

Conseil municipal de Pertuis (mandature 2014-2020).
Liste Tendance Président Effectif Statut
« Continuons à bâtir Pertuis » DVD Roger Pellenc 25 Majorité
« Pertuis Ville d'avenir » PS Fabien Perez 7 Opposition
« Pertuis bleu marine » FN Alexandre Vallet 1 Opposition

Au sein de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix la commune dispose de 5 conseillers communautaires : le maire en tant que Vice-président de la communauté et 5 conseillers.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des maires de Pertuis.
L'article histoire des maires de France retrace l'évolution des modalités d'élection ou de nomination des maires de la commune.
Liste des maires successifs depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
Henri Crevat[87],[Note 3] PCF Pharmacien
Charles Lussy SFIO député de 1936 à 1958
Pierre Augier[Note 4] PS député de 1962 à 1963
Jean Guigues PS  
Pierre Fructus UDF Ophtalmologue
André Borel PS député de 1981 à 2002
en cours Roger Pellenc UMP  

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Pertuis fait partie de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix, qui regroupe 34 communes.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Hôtel de Ville (mai 2009)

Pertuis est le chef-lieu d'un canton de quatorze communes totalisant 33 510 habitants en 2011. Le canton fait partie de l'arrondissement d'Apt depuis 1801 (sauf de 1926 à 1933 où ce fut Cavaillon) et de la cinquième circonscription de Vaucluse depuis 2010 (avant l'ordonnance no 2009-935 du 29 juillet 2009 elle appartenait à la deuxième circonscription de Vaucluse).

Pertuis fait partie de la juridiction d’instance d’Apt, mais possède un greffe détaché, et de grande instance, de prud'hommale, de commerce et d'affaires de Sécurité sociale d’Avignon[88].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Fin 2006 la municipalité a voulu faire de Pertuis une ville pilote[89] au sein de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix (C.P.A.) pour le tri et le recyclage[90]. Chaque foyer ou ensemble dans certains endroits bénéficie en plus du conteneur d'ordures ménagères, d'un bac ou conteneur (jaune) pour les plastiques et papiers. De plus sont installés en de nombreux endroits des points d'apport volontaires avec conteneur à verres, papiers, plastiques et en quelques points chiffons/vêtements. Dans le centre-ville la ville a commencé l'installation de containers enterrés[91].

Une déchèterie sélective intercommunale est installée quartier Goure d'Aure depuis le [92]. Elle est de la compétence de la CPA[93].

Après une expérience concluante, en 2008, quartier Saint-Sépulcre, la commune a décidé d'étendre la distribution (à ceux qui le désirent) des composteurs à végétaux personnels[94].

Toutes ces actions sont en conformité avec La Charte de l'Environnement signée par les 34 communes de la Communauté d'agglomération du pays d'Aix[95].

Récompense[modifier | modifier le code]

Pertuis est la seule ville française dans la tranche 10 000 à 20 000 habitants à avoir reçu le à l’occasion du Salon des Maires et des collectivités le « Trophée Avere des Villes Électromobiles »[96]. Les autres catégories ont récompensé Gap, Cagnes-sur-Mer et Grasse (collectivités de 20 000 à 50 000 habitants), Bourges (collectivités de 50 000 à 100 000 habitants), la Communauté d'agglomération du Grand Angoulême, la Communauté d'agglomération de La Rochelle et Orléans (collectivités de 100 000 à 200 000 habitants) et enfin la Communauté urbaine Nice Côte d'Azur, la Communauté d’agglomération Rennes Métropole et la Communauté Urbaine de Strasbourg (collectivités de plus de 200 000 habitants)[97].

Risques divers sur la commune[modifier | modifier le code]

La PAF en formation diamant

En plus des risques sismiques, d'inondations et de proximité du centre d'études nucléaires de Cadarache, la commune a deux autres risques :

Un troisième pipeline reliant les raffineries Fos-sur-Mer au centre de stockage de Manosque traverse la commune sur un axe ouest/est venant de Villelaure et partant sur La Tour d'Aigues[98],[99]. Des exercices de gestion de crise, en collaboration avec la société Arkema, ont lieu sur le tracé de ces pipelines d'éthylène. Le ce fut au tour de Pertuis où il fut simulée une explosion de la canalisation[100],[101].

Au-dessus de la commune de Pertuis se trouvent les zones aériennes réglementées R101 (de 3 000ft au FL075)[102] et R71 (du FL075 au FL195)[103] dites zones de Salon. Ces zones servent d'école de pilotage aux pilotes militaires de l'École de l'air de la Base aérienne 701 Salon-de-Provence avec des Jodel D-140 mousquetaire, d'entrainement au pilotage sans visibilité (VSV) avec des D140 ou des Tucano (très bruyants), d'entrainement à la voltige avec des Cap 20 ainsi qu'aux passages des Alpha Jet de la Patrouille de France. Le pont de la Durance sert de repère pour l'axe de voltige no 6921 baptisé Voltige Pont de Pertuis (de 2 000 pieds sol à 5 906 pieds sol)[104].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pertuis est jumelée avec[105] :

Serment de jumelage entre Herborn (Texte allemand à gauche) et Pertuis (texte français à droite) en 1965
  • Drapeau de l'Allemagne Herborn (Allemagne), dans le Länder de l'Hesse près de Francfort (20 810 hab.) ; l'acte de jumelage a été signé le 14 juillet 1968 à Herborn et le 14 juillet 1969 à Pertuis par messieurs Karl-Heinz Becker et Jean Guigues, maires des deux cités.
  • Drapeau de l'Espagne Utiel (Espagne), à 60 km de Valence (12 012 hab.) ; jumelage signé le 11 septembre 1994 à Utiel et le 15 avril 1995 à Pertuis par José-Yague Hernandez, maire d'Utiel, et André Borel, député-maire de Pertuis, assisté de Michel Maurin, adjoint[106].
  • Drapeau de l'Italie Este (Italie), à 30 km de Padoue (16 623 hab.) ; jumelage signé en janvier en 2001 à Este et en juin 2001 à Pertuis à l'occasion du corso.
  • Drapeau : Royaume-Uni Alton (Grande-Bretagne), dans le comté du Hampshire (16 584 hab.) en 2006 ; l'acte de jumelage a été signé le par les maires des deux cités : André Borel pour Pertuis et Dave Crocker pour Alton[107].

Budget municipal[modifier | modifier le code]

Le budget primitif municipal pour 2009 s'élèvait à 27 160 649 euros (28 826 650 euros en 2008) avec 22 476 428 euros pour le fonctionnement et 4 714 721 euros pour l'investissement.

Pour le fonctionnement, le principal poste de dépenses est les « charges de personnels » (12 670 000 euros) soit 47 %, les deux postes suivants sont les « charges à caractère général » (5 330 027 euros) soit 20 % et les « autres charges de gestion courante » (2 032 243 euros) soit 7 %. Le poste de recettes principal concerne les impôts et les taxes avec 14 609 105 euros soit 54 % ; ce poste comprend, entre autres, les impôts locaux (taxe d'habitation, taxe foncière, taxe professionnelle, taxe d'enlèvement des ordures ménagères) mais aussi les taxes de séjour (locations saisonnières, hôtellerie, chambres d'hôtes, etc), les taxes de parking, etc. Suivent ensuite les postes « dotations et subventions » pour 5 121 643 euros soit 19 % et les « produits des services » avec 1 599 616 euros soit 6 %[108].

Pour l'investissement, la plus grosse dépense concerne les travaux de voirie (500 000 euros), aménagement des parkings rue des Remparts (200 000 euros), étude de la création d'un gymnase (150 000 euros), extension de la zone de vidéo-surveillance (133 750 euros), les autres projets pour moins de (105 000 euros).

Endettement de la ville 2000-2009

2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009
Encours de la dette
en milliers d'euros
20 381 19 621 18 765 18 093 17 846 17 432 17 763 17 505 16 746 16 320
annuité
en milliers d'euros
3 076 3 216 3 205 3 216 2 450 2 402 2 524 2 368 2 319 2 317
Encours de la dette
par habitants en euros
1 277 1 085 1 038 1 001 987 964 983 968 926 863
annuité
par habitants en euros
170 178 177 178 136 133 140 131 128 123
Sources des données : Ministère des finances[109]

Si la dette a diminué de 20 %, l'encours par habitant a baissé de 30 %, de même les annuités pour la ville sont en baisse de 28 % et de 32,5 % pour les habitants.

Fiscalité locale[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Pertuis en 2010[110]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 19,56 % 0,00 % 7,55 % -
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 29,75 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 63,64 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Cotisation foncière des entreprises (CFE) 0,00 % 26,77 % 0,00 % 0,00 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Les taux d'imposition (part communale) pour la TH, la TFPB et TFPNB qui n'avait pas varié entre 1998 et 2009 ont été revalorisés en 2010 à la hausse pour TH et TFPB à la baisse pour la TFPNB[111] .

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[112]).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

La population, en hausse entre 1793 et 1806 (8 % et 11 %), s'est stabilisée jusqu'en 1954 avant d'augmenter entre chaque recensement de plus de 20 %, avec 2 pics entre 1982 et 1990 (+27 %) et entre 1990 et 1999 (+29 %), avant de voir cette forte augmentation se ralentir au dernier recensement (+6 %). Durant cette période, cette forte croissance de 3 % annuels entre 1962 et 1990 est plus due au solde migratoire (entre 2,2 % et 2,5 %) qu'au solde naturel (entre 0,1 et 0,5 %)[113]. Un autre élément extérieur au département explique cette croissance : l'ouverture du centre d'études nucléaires de Cadarache le [114] participa à cette croissance de population entre 1962 et 1990[115] mais aussi en 1962 des rapatriés d'Afrique du Nord.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

Les donnèes connues avant 1793 sont les années 1397 avec 150 feux et 1400 avec 81 feux.

En 2011, la commune comptait 19 033 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 5],[Note 6].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 700 4 000 4 440 4 616 4 520 4 470 4 380 4 487 4 766
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
4 959 4 859 4 839 5 494 5 649 5 612 5 484 4 927 4 910
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 838 4 956 4 973 4 772 5 030 5 401 5 229 5 556 5 621
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
6 774 8 355 10 117 12 430 15 791 17 833 18 906 18 680 18 872
2009 2010 2011 - - - - - -
18 706 18 931 19 033 - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[116] puis Insee à partir de 2004)
Histogramme de l'évolution démographique


Évolution démographique 1962-1999

1962-1968 1968-1975 1975-1982 1982-1990 1990-1999 évolution 1962-1999
Naissances 944 1 114 985 1 604 2 077 6 724
Décès 583 750 894 1 032 1 330 4 589
Solde naturel 361 364 91 572 747 2 135
Solde migratoire 1 220 1 398 2 222 2 789 1 295 8 924
Variation absolue population 1 581 1 762 2 313 3 361 2 042 11 059
Taux natalité annuel pour 1000 21,30 17,60 12,60 14,50 13,80
Taux décès annuel pour 1000 13,20 11,80 11,50 9,30 8,90
Sources des données : INSEE[117]

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

  • Entre 1990 et 1999, on remarque que la population vieillit : 18,2 % d'hommes et 22 % de femmes de plus de 60 ans en 1999 contre respectivement 15,9 % et 20,4 % en 1990. Ce phénomène s'accentue en 2007 avec 19,3 % des hommes et 23,4 % des femmes âgés de plus de 60 ans.
Pyramide des âges de Pertuis en 2007[118] en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
95 et plus
0,2 
7,0 
75 à 94
10,4 
12,2 
60 à 74
12,8 
20,2 
45 à 59
21,0 
19,1 
30 à 44
20,5 
19,2 
15 à 29
17,8 
22,3 
0 à 14
17,3 
Pyramide des âges de Pertuis en 1999 en pourcentage.
Hommes Classe d’âge Femmes
0,1 
95 et plus
0,2 
5,4 
75 à 94
8,2 
12,7 
60 à 74
13,6 
18,9 
45 à 59
18,3 
22,0 
30 à 44
22,3 
19,5 
15 à 29
18,2 
21,5 
0 à 14
19,2 
Pyramide des âges de Vaucluse en 2007 en pourcentage[119].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
95 et plus
1,1 
6,6 
75 à 94
9,6 
14,3 
60 à 74
14,8 
20,4 
45 à 59
20,5 
20,3 
30 à 44
19,9 
18,3 
15 à 29
16,8 
19,7 
0 à 14
17,3 

Superficie et population[modifier | modifier le code]

La ville de Pertuis a une superficie de 66,23 km2 et une population de 18 872 habitants en 2010, ce qui la classe[120] :

Rang Population Superficie Densité
France France 539e 550e 2 988e
Provence-Alpes-Côte d'Azur Provence-Alpes-Côte d'Azur 41e 100e 131e
Vaucluse Vaucluse 6e 5e 16e
Arrondissement d'Apt 2e 2e 3e
Canton de Pertuis 1re 1re 1re

Enseignement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Groupe scolaire en 1904.

Au début du siècle, Pertuis avait deux établissements hospitaliers, l'hôpital général de la Charité (issu du legs des frères Giraud et inauguré en 1719) et l'hôpital Saint-Jacques (rue de Croze, du nom de son fondateur Melchior de Croze et inauguré en juin 1707)[43]. De part et d'autre, des écoles étaient en activité. Les élus de l'époque (le maire étant Monsieur Turcan) jugeant la proximité malsaine, décidèrent le 23 décembre 1902, de réunir les 2 hôpitaux en un seul, à l'hôpital Saint-Jacques, rue de Croze. Les écoles furent transférées dans les locaux de l'hospice de la charité. Une partie des locaux pour le collège et l'autre (réaménagé) pour l'école communale des garçons et l'école communale des filles. L'inauguration eut lieu en 1904 en présence de Camille Pelletan, Ministre de l'Éducation.

De nos jours[modifier | modifier le code]

Collège Marie Mauron

La ville est située dans l'académie d'Aix-Marseille. Elle administre quatre écoles maternelles : Aimée Meynard[Note 7], du Parc[Note 8], Le Clos Fleuri[Note 9] et Saint Roch[Note 10] et cinq écoles élémentaires communales : Albert Camus[121], Georges Brassens[122], La Burlière[123], Henri Crevat[Note 11] et Pierre Augier[124],[Note 12]. Le vaste bâtiment de 1904, avec ses 2 grandes cours et sa cour intermédiaire, abrite les écoles Albert Camus et Georges Brassens ainsi que l'école de musique du Sud-Luberon.

Le département gère deux collèges : les élèves habitant au sud de l'Éze vont au collège Marcel Pagnol[125] et ceux du nord de l'Éze au collège Marie Mauron[126].

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur gère le lycée régional polyvalent Val de Durance[127]. Lycée d'enseignement général et technologique (Bac séries L, S, ES, et STG) avec un taux de réussite de 93 % en 2008 (8e lycée vauclusien sur 31).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Le marché paysan chaque mercredi et samedi (place Garcin) et le traditionnel marché provençal le vendredi, existant depuis 1474 et l'autorisation donnée par Jeanne de Laval pour la tenue d'un marché hebdomadaire le vendredi[d 5] (partie haute du cours de la République, rue Danton, places Mirabeau, Jean Jaurès et du 4 septembre) permettent de profiter des produits du terroir.

Animations
  • février : La Ville de Pertuis et la direction des affaires culturelles organisent chaque année depuis 2001 à l'espace Georges Jouvin (nouveau nom de la salle des fêtes) le Salon des Antiquaires[128]
  • mars - avril : depuis le est organisé, à la salle des fêtes, par Compagnons de Dionysos en partenariat avec la ville de Pertuis, un salon des vins et de la gastronomie. La devise des Compagnons de Dionysos est « Amoureux du vin et du terroir, je m'engage à défendre et promouvoir gastronomie, arts et traditions, richesses de notre Luberon. »[129]. Au cours du salon de déroule un concours de vins parrainé par les Interprofessions des Vins de la Vallée du Rhône et des Vins de Provence[130].
  • avril – mai : La Foire aux fleurs également organisée par la Ville de Pertuis et la direction des affaires culturelles a généralement lieu fin avril ou début mai et se déroule dans la partie basse du cours de la République et rue de la Liberté[131] , Fête du livre
  • juin : Le corso fleuri naquit le la même année que le syndicat d'initiative. Il s'interrompit de 1972 à 1983 pour être présent chaque année depuis 1984. Un char est spécialement conçu pour la reine annuelle de Pertuis[132]. Il y a deux défilés le samedi soir à 21h et le dimanche après midi à 16h avec bataille de fleurs, le défilé du samedi soir est suivi d'un grand bal[133]. Sur le parcours (boulevard Victor-Hugo, rue de Croze, cours de la République) une fanfare ou groupe musical est intercalé entre chaque char. Durant cette période (en fait du jeudi au dimanche) une fête foraine est installée sur les places Jean-Jaures, du 4 septembre, Mirabeau et Garcin.
  • juillet : La foire à la brocante se déroule place Garnier aux alentours du 14 juillet sous l'égide de la direction des affaires culturelles de la ville[134].
  • août : La première semaine d'août de déroule le festival du Big Band[135]. Lors de la semaine de Pertuis en fête et la fête votive du 15 août se déroule le Grand prix de Pertuis de concours de Jeu Provençal du 14 au 16 août chaque année, regroupant plus de 170 triplettes. En 2010, ce Grand prix a été le support du 68e National de jeu provençal[136]. De 2002 à 2006 la vedette incontestée de ce grand prix fut Henri Salvador dont l'autre passion après la chanson était les boules et surtout le jeu provençal.
  • septembre : Le premier samedi de septembre de déroule la Journée des Associations. Après s'être installée place de la Diane (de 1992 à 2008) et place Parmentier, cette manifestation se déroule depuis 2009 cours de la République de la rue de la Poste au feu tricolore du boulevard Victor Hugo et regroupe 140 associations qui présentent leur activités[137].
  • Automne : en octobre ou novembre se dispute depuis 1997 le Marathon de Provence-Luberon qui comporte plusieurs épreuves : marathon (individuel et en duo), semi-marathon (21 km), 10 km et randonnée. Après avoir débuté en 1997 avec 1 010 concurrents et culminé à 4 000 concurrents en 2004, l'édition 2010 a accueilli 3 111 concurrents et a été parrainée par deux champions Dominique Chauvelier et David Antoine[138].
  • En novembre : la traditionnelle Foire de la Toussaint remontant à la nuit des temps. Mais aussi les Dionysies (fêtes automnales en l’honneur de Dionysos, dieu de la vigne et du vin) qui sont un festival de théâtre amateur dont la onzième édition eut lieu du 17 au 21 novembre 2010 au théâtre municipal de Pertuis[139].

Pertuis est une commune ayant une maison de la culture et des associations (qui depuis 2009 n'est plus le siège d'aucune association) et possédant un gros tissus associatif, en 2009 on recense pas moins de 177 associations[140] :

55 associations sportives; 60 associations culturelles : Langage (4), Connaissances (14), Jeux de société et d'esprit (5), Activités manuelles et Arts plastiques (11), Patrimoine-traditions (5) échanges culturels (13), Théâtre-spectacle (8); 13 associations musicales ;33 associations humanitaires et sociales; 5 associations petite enfance; 4 associations Anciens combattants; 7 associations de quartier.

Santé[modifier | modifier le code]

Voir ci-dessus pour la fusion en 1902 des deux hôpitaux de la ville. Un nouvel hôpital fut construit à côté de l'hôpital Saint-Jacques et inauguré le . En 1990 fut construit le premier service d'urgences.

Aujourd'hui cet hôpital de proximité[141],[142] comporte 159 lits (médecine : 37, chirurgie : 19, gynéco-obstétrique : 24, moyen séjour : 19, long séjour : 60) plus une maternité de 22 lits. En 2007 l'hôpital à réalisé 45 405 journées d'hospitalisation et 764 accouchements[143].

En 2008 on pouvait recenser trois maisons de retraites[144] , une publique : la maison de retraite Albrecht et 2 privées : Résidence 3e âge les Maisons du Soleil et la Résidence Saint-Roch.

La ville de Pertuis de 76 médecins, soit 1 pour 244 habitants (1 pour 294 au niveau national). On dénombre ainsi 23 médecins généralistes et 53 médecins spécialistes : 3 acupuncteurs, 3 homéopathes, 2 angéologistes, 5 cardiologues, 3 dermatologues et vénérologues, 1 neurologue, 1 gastro-entérologue, 5 gynécologues, 2 ophtalmologistes, 2 oto-rhino-laryngologistes, 3 pédiatres, 3 pneumologues, 2 psychiatres, 5 radiologues, 2 rééducateurs fonctionnels, 1 rhumatologue, 1 stomatologue, 3 médecins du sport, 4 psychanalystes, 2 sage-femmes et 1 sexo-thérapeute.

À ces médecins il faut ajouter : 9 orthophonistes, 3 ostéopathes, 5 pédicures podologues, 26 infirmiers, 19 chirurgiens-dentistes et 23 kinésithérapeutes.

Pour faciliter la vie des Pertuisiens, certains de ces médecins et spécialistes se sont regroupés au Centre médical Provence Luberon.

Mais aussi 7 Pharmacies et 4 Laboratoires d'analyses médicales. Sans oublier 3 services d'ambulances privées.

Sports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Sport à Pertuis.
Cours de la République transformé en boulodrome pour le Grand Prix de jeu provençal (14-16/08/2009).
Skate-park Stade de Verdun (novembre 2007).

Les Pertuisiens peuvent bénéficier des équipements et services d'un centre de loisirs multisports, complexe Verdun, avec une salle multisport (tennis, basket-ball, handball, volley-ball, etc.), une salle pour la gymnastique, une petite salle pour les associations de gymnastique (LIA, step, gym volontaire), une salle pour le tir (air comprimé), une salle pour le tennis de table, d'un boulodrome, de courts de tennis, d'un skate park, de l'école municipale des sports, de la piscine communautaire René Guibert[145] pour la pratique de la natation, l'aquagym et le water-polo, des gymnases du Tourrier et de Saint-Roch ainsi que du complexe sportif du Farigoulier avec terrain du Mini-Bolid Club de Pertuis (modèles réduits auto), club de tir (pour le tir à balle)[146], terrain de moto-cross, terrain de rugby à XV, terrain de slopstyle BMX et VTT, d'une piste d'aéromodélisme. Depuis le , la ville possède une salle à grimper[147].

Les nombreuses associations sportives, en majorité regroupées au sein du Club Sportif Pertuisien (CSP), utilisent ces équipements qui permettent de pratiquer des sports tels que : aquagym, athlétisme, badminton, basket-ball, boxe (boxe anglaise et française), canoë-kayak, chasse, course à pied, course d'orientation[148], cyclisme (cyclisme sur route, cyclocross, BMX, VTT, cyclotourisme), danse (danse classique, danse de salon, danse orientale, danse moderne, jazz, hip-hop, country), équitation, escalade, football[149], frisbee, futsal, gymnastique[150], handball, kayak, marche, moto-cross, musculation, natation, pêche, plongée[151], polo, radiomodélisme (voitures[152] et avions[153]), rugby[154], sports de boules (pétanque, boule lyonnaise, jeu provençal, bowling), tennis[155], tennis de table[156], tir[146], tir à l'arc, trampoline, vol, voile, volley-ball[157], voltige équestre, yoga, water-polo et arts martiaux (dont le sambo, pratiqué chez Tony Albiol, double champion du monde).

D'autres associations sportives pertuisiennes pratiquent leur activité en dehors de la commune : Ski club Pertuis-Luberon.

Médias[modifier | modifier le code]

Pertuis à d'abord eu sa radio FM : Radio 2L (radio 2 Luberon) qui à émis sur 88.0 Mhz de 1981 à 1988 (Studio principal à Ansouis et un autre à Pertuis), ensuite la radio a été absorbée par Radio Zinzine. En 2009, les Pertuisiens ont une web radio basée à Pertuis : StudFM[158]. Studfm, dont la devise est « La radio en direct de Pertuis », a été créée par une association loi 1901 : Mégalodon Diffusion sise à Pertuis (et déclarée le à la sous-préfecture d'Apt). Elle émet sur le Web depuis début 2009 et est animée par des bénévoles. Elle a de nombreux soutiens locaux : le GEPE (groupement des entreprises pertuisiennes et des environs), les vitrines de Pertuis (association des commerçants), la ville de Pertuis, le département de Vaucluse mais aussi des commerces indépendants. Et depuis le StudFM émet également sur la fréquence 97,7 MHz et couvre les communes à l'ouest jusqu'à Rognes, au nord Cucuron, à l'est La Bastide des Jourdans et au sud Les Platanes[159].

Cultes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Nicolas de Pertuis.
Église réformée de Pertuis

Pertuis est une ville multi confessionnelle :

Culte catholique : avec l'église Saint-Nicolas. De plus Pertuis est le siège de la doyenné de Pertuis regroupant 21 communes[160].

Culte protestant : Il y a le temple rue Marceau qui est un ancien lavoir construit en 1882 et qui a été transformé en temple en 1966[161]; mais aussi le centre évangélique protestant : 123 chemin des prés ainsi que l'église évangélique Tzigane : chemin de la Dourdoille.

Culte musulman : Salle de prières rue Bonne. Mosquée rue Grande

Services publics[modifier | modifier le code]

Service postal[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un centre de tri postal dans la ZAC Saint-Martin ainsi que d'un bureau de poste au centre-ville[162].

Sécurité[modifier | modifier le code]

Pour la sécurité, la ville dispose d'une gendarmerie nationale qui gère le même territoire. Une lettre du ministre de l'intérieur Brice Hortefeux le demande au Préfet de Région de « lancer une concertation sur l'hypothèse de céder la circonscription de Pertuis, actuellement sous le contrôle de la police, à la gendarmerie »[163]. La ville dispose également d'une Police municipale. La ville s'est également dotée d'un système de vidéosurveillance. Lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal du , celui-ci a délibéré pour placer Pertuis en zone de gendarmerie, malgré les manifestations et protestations des citoyens[164].

Centre de secours[modifier | modifier le code]

La ville possède un centre de secours principal ultra-moderne qui couvre les cantons de Pertuis et de Cadenet, ce qui représente 51 617 hectares dont 21 028 hectares de forêts. Ce centre a été inauguré le . C'est le troisième emplacement de la caserne en 150 ans, le premier fut le poste Rue François Morel, installé lors de la création de la compagnie de Sapeurs pompiers de Pertuis le . Puis le déménagement place Saint-Pierre (locaux actuel de la bibliothèque municipale)[165]. Le centre de secours est composé de 22 pompiers professionnels (3 officiers, 12 sous-officiers et 7 hommes du rang), de 65 pompiers volontaires (4 officiers, 17 sous-officiers et 41 hommes du rang), de 15 membres du service santé (8 officiers et 7 sous-officiers) , 1 officier vétérinaire, 1 officier pharmacien et un sous-officier administratif soit un effectif total de 102 personnes. Pour accomplir leurs missions les pompiers de Pertuis disposent de 31 véhicules pour l'aide aux personnes, les feux urbains et feux de forêts. Ce centre de secours dispose d'une aire d'atterrissage pour les hélicoptères permettant des évacuations rapides sur les hôpitaux d'Aix-en-Provence ou la Timone à Marseille.

Maison de la Petite Enfance[modifier | modifier le code]

La commune a également créé la Maison de la Petite Enfance (MPE) à petits pas pour la ville et son canton rue du Chanoine Trouillet. Elle regroupe le service de coordination petite enfance, une crèche collective pour l'accueil régulier d'enfants de 10 semaines à 3 ans, un Relais Parents Assistants Maternels (RPAM), un Lieu Accueil Enfants Parent (LAEP). La MPE de Pertuis a également une halte garderie pour l'accueil ponctuel d'enfants de 10 semaines à 6 ans rue de Croze[166].

Centre médico-social[modifier | modifier le code]

Le centre médico-social (CMS) de Pertuis (dont la notion juridique correspond à une définition précise donnée à l'article L. 312-1, I du Code de l'action sociale et des familles) a pour mission : la lutte contre les exclusions, la Protection Maternelle et Infantile (PMI) et la protection de l’enfance (ASE), l’aide aux personnes âgées et handicapées, la prévention sanitaire et les actions de santé. Le CMS de Pertuis reçoit les habitants des communes : Ansouis, Beaumont-de-Pertuis, Cabrières-d'Aigues, Cadenet, Cucuron, Grambois, La Bastide-des-Jourdans, La Bastidonne, La Motte-d'Aigues, La Tour-d'Aigues, Lauris, Lourmarin, Mérindol, Mirabeau, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Saint-Martin-de-la-Brasque, Sannes, Vaugines, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon. Le CMS de Pertuis est un des 15 CMS de Vaucluse qui a le plus de communes dépendantes avec celui de Carpentras et celui d'Apt[167].

Centre communal d'action sociale (CCAS)[modifier | modifier le code]

C’est un Établissement Public communal doté de la personnalité morale et de l'autonomie budgétaire. Il intervient à deux titres : l'aide sociale légale et l'aide sociale facultative. En ce qui concerne l'aide sociale légale, il intervient dans les domaines suivants : l'instruction des demandes d'aide sociale pour le compte du Conseil Général, à savoir : les dossiers de l'Allocation personnalisée d'autonomie, les dossiers de demande de compensation du handicap, d'aides sociales, les demandes de RSA, et les demandes de Fonds Solidarité Logement, impayés d'Énergie, d'Eau[168]...

Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM)[modifier | modifier le code]

Le Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) Durance-Luberon est un Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui regroupe 21 communes des 23 communes (Lourmarin et Vaugines n'en font pas partie) des deux cantons de Pertuis et de Cadenet a pour compétence la distribution de l'eau et l'assainissement. Il a été créé en en 1989 par transformation du syndicat intercommunal crée en 1946 mais qui n'avait comme compétence que la distribution de l'eau. Il comprend 22 membres (deux par commune). Son président est Maurice Lovisolo (vie-président du Conseil général de Vaucluse)[169]. Le prix de l'assainissement est variable dans chaque commune ( à cause de la surtaxe communale) alors que celui de l'eau est identique[170].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité des ménages[modifier | modifier le code]

En 2007, le revenu fiscal médian par ménage était de 20 589 € pour 11 090 foyers fiscaux, seul 52,2 % de ces foyers sont imposés avec un revenu net de 31 366 € représentant un impôt moyen de 1 769 € [29],[171].

Population active[modifier | modifier le code]

La population âgée de 15 à 64 ans s'élevait en 2007 à 11 915 personnes (11 322 en 1999), parmi lesquelles on comptait 68,8 % d'actifs dont 60,2 % ayant un emploi et 8,5 % de chômeurs (contre 11,7 % en 1999)[172]. En 2007, 45,9 % des actifs ayant un emploi et résidant dans la commune travaillaient à Pertuis, 8,9 % dans une autre commune du département de Vaucluse, 43,6 % dans un autre département, principalement le département des Bouches-du-Rhône et 1,5 % dans une autre région[173].

La répartition par catégories socioprofessionnelles de la population active de Pertuis[Note 13] fait apparaître une sous-représentation des « cadres et professions intellectuelles » et « ouvriers » et une sur-représentation des « artisans et commerçants » et des « employés » par rapport à la moyenne de la France métropolitaine.

Répartition de la population active par catégories socioprofessionnelles (recensement de 2007)

  Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers
Pertuis 1,5 % 9,6 % 12,7 % 24,4 % 32,0 % 19,9 %
Moyenne nationale 2,1 % 5,9 % 15,8 % 24,8 % 28,5 % 22,9 %
Sources des données : INSEE[172]

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2007, on comptait 6 772 emplois dans la commune, contre 5 463 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la commune étant de 7 227, l'indicateur de concentration d'emploi est de 93,7 % (contre 87 % en 1999), ce qui signifie que la commune offre approximativement un emploi pour tous les pertuisiens actifs[172].

La répartition par secteurs d'activité des emplois à Pertuis fait apparaître l'importance des secteurs du commerce, des transports et des services. L'emploi tertiaire représente 76 % du total des emplois à Pertuis, contre plus de 75 % en France métropolitaine.

Répartition des emplois par domaines d'activité (recensement de 2007)

  Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Pertuis 3,8 % 12,7 % 7,4 % 46,4 % 29,8 %
Moyenne nationale 3,1 % 14,8 % 6,8 % 45,1 % 30,3 %
Sources des données : INSEE[172]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Machine agricole à vapeur pour battage et triturage

Économiquement, l'agriculture et le tourisme sont les principales activités de Pertuis et ses environs.

La commune, qui pratiquait encore au début du XXe siècle la polyculture vivrière, a opté, au fil des décennies, pour une agriculture orientée vers des productions de qualité. La variété de ses terroirs lui permet de produire de la pomme de terre labellisée, de la tousseelle, de l'huile d'olive AOC, des vins (AOC et vin de pays), des cerises (IGP), de l'agneau de Sisteron, des asperges de Lauris, du miel de Provence AOC, etc.

Actuellement, l'agriculture est en léger déclin : entre 1988 et 2000 le nombre d'exploitations agricoles est passé de 212 à 152 pour une surface cultivée qui est passée de 2 247 à 1 841 ha. C'est surtout la surface des grandes cultures qui a diminué 186 ha au lieu de 306 ha), alors que la surface principale constituée des fruits, légumes et viticulture a augmenté de 1 352 à 1 372 ha[174].

Pomme de terre[modifier | modifier le code]

Logo de la pomme de terre de Pertuis
Pommes de terre Monalisa

Pertuis a été longtemps connue comme une capitale de la pomme de terre, mais cette activité y est maintenant en déclin. Toutefois, en 2008 est créée la « confrérie de la pomme de terre de Pertuis » dont le devise est « égalité, convivialité, tuberculinité »[175]. Au dernier recensement de l'agriculture, en 1979, 111 hectares de pommes de terre y étaient cultivés et Pertuis fournissait plus de 10 % de la production de Vaucluse[176]. Le , la pomme de terre de Pertuis devient une marque[177].

Appréciée pour sa valeur gustative et sa bonne aptitude à la conservation, elle possède une typicité liée au terroir sablo-limoneux très favorable de la plaine de la Durance. C'est une pomme de terre à chair jaune : les variétés les plus cultivées sont Monalisa et Samba, non lavée, ce qui en favorise la conservation, cultivée dans la région de Pertuis, Cadenet, Lambesc, Peyrolles et conditionnée en sacs portant le logo officiel de la « Pomme de terre de Pertuis ».

Article détaillé : Pomme de terre de Pertuis.

La route gourmande de la pomme de terre de Pertuis parcourt tout le bassin de production de la pomme de terre de Pertuis : le Pays d'Aix-en-Provence, le Luberon et la vallée de la Durance[178].

Touselle blanche de Pertuis[modifier | modifier le code]

Huile de Provence AOC

Le Blé meunier d'Apt est une variété de blé tendre[179], dite aussi touselle blanche de Pertuis (datant de la fin du XVIe siècle ou début XVIIe siècle[180]), qui a été retrouvée et identifiée, en 1985, chez un agriculteur retraité de Buoux, par les techniciens du Parc naturel régional du Luberon qui lui ont ensuite permis de se multiplier à nouveau. Ce blé était considéré au début du XIXe siècle comme « une espèce de première valeur alimentaire » pour les pâtisseries et en particulier les pompes à l'huile[181]. Sa farine est pauvre en gluten comme toutes celles issues des vieilles variétés de blé. Elle entre désormais dans la composition du galapian, pâtisserie du Luberon à base d’amandes, miel de lavande, melon et bigarreau confit. Sur les pains, utilisant cette farine, des marques en étoiles sont réalisées sur les boules et sur les pavés. Ils sont farinés et pourvus d’une pastille azyme avec le logo « Produit du parc naturel régional du Luberon »[182].

Huile d'olive de Provence AOC[modifier | modifier le code]

L'huile d'olive de Provence est protégée par une appellation d'origine contrôlée (AOC) à la suite d'une enquête diligentée par l'INAO, dont les conclusions ont été déposées auprès de la commission le , réunie à Arles. La signature du décret parut au Journal officiel le [183]

Pour pouvoir postuler à l'AOC, l'huile d'olive de Provence doit être élaborée à base des variétés aglandau, bouteillan, cayon, salonenque ainsi que celles dénommées localement brun, cayet, petit ribier et belgentiéroise. Il faut au moins deux de ces variétés principales présentes au sein de l'oliveraie[183],[184].

Dans la commune de Pertuis, quelques oliveraies répondent à ses critères. Les olives sont principalement pressées au Moulin Dauphin de Cucuron, un des derniers moulins de la région et qui date du XIIe siècle[185].

Vignes[modifier | modifier le code]

Cave vinicole

La commune produit des vins ayant quatre appellations reconnues par INAO[186] , un AOC Luberon. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, avoir le label Indication géographique protégée (IGP) Vin de pays d'Aigues[Note 14], qui peuvent être blanc[187] , rosé[188] , rouge[189]. Les viticulteurs produisent aussi un autre label IGP les Vins de Pays de Vaucluse[190] qui peuvent être blanc[191] , rosé[192] , rouge[193]. Mais également un autre label IGP Vin de Pays de Méditerranée qui peut être blanc[194] , rosé[195] , rouge[196]

La commune possède 86 propriétaires de vignes[197] , dont la plus grande exploitation est le Château de Val Joanis, avec 400 ha[198] où l'on trouve des Côtes-du-luberon (AOC), ainsi qu'au Château du Grand Callamand[199] et à la Coopérative Vinicole de Pertuis (qui regroupe 97 viticulteurs du canton)[200].

On trouve ainsi les AOC : Château de Val Joanis Rouge[201] , Château de Val Joanis Rosé[202] , Château de Val Joanis Rosé[203] , Réserve Les Griottes (AOC rouge de Val Joanis)[204] , Réserve Les Merises (AOC rosé de Val Joanis)[205] , Réserve Les Aubépines (AOC blanc de Val Joanis)[206] , Réserve des vignes du Chanoine Trouillet (AOC rouge de Val Joanis)[207] , Château Grand Callamand Rouge, Château Grand Callamand rosé et Château Grand Callamand blanc[208]

L'IGP Vins de Pays de Vaucluse comme la Réserve Les Agasses (blanc de Val Joanis)[209] , Château Grand Callamand VdP Rouge.

L'IGP Vin de Pays de Méditerranée comme deux vins du Château Grand Callamand le vin noir et le vin blanc[210] , ainsi que le vin rouge de la coopérative de Pertuis[211].

Cerises[modifier | modifier le code]

À Pertuis sont cultivées des cerises ayant l'Indication géographique protégée « cerises du Ventoux », à savoir que la cerise des coteaux du Ventoux se caractérise par sa production dans la zone des coteaux du Ventoux, par sa cueillette à maturité optimale et par son calibre moyen minimum garanti à 24 mm[212].

Agneau de Sisteron[modifier | modifier le code]

Agneau de Sisteron élevé sous sa mère

L'agneau de Sisteron est un agneau élevé sous la mère et originaire des Alpes provençales et de la Drôme provençale pendant 60 jours minimum, ayant un âge compris entre 70 et 150 jours et pesant près de 13 à 19 kg. Issus d'élevages traditionnels, avec des mères de races Mérinos d'Arles, Mourérous ou Préalpes du Sud qui les allaitent au moins pendant deux mois, sur un espace pastoral comptant moins de 10 brebis à l'hectare et comportant au minimum 10 hectares de parcours[213], ces agneaux ont droit, sous le contrôle l'INAO, au label rouge agneau de Sisteron accordé par un décret gouvernemental en date du [214],[215]. L'exploitation familiale Nicolas Sola Mireille[216] est la seule exploitation de Pertuis è avoir ce label depuis la radiation le de la SARL Equiterres[217].

Cette exigence de qualité a mis un terme à la pratique de cheptels élevés dans les mêmes conditions mais provenant d'autres régions dont l'ensemble de la Provence, le Massif central et le Piémont. Chaque année, c'étaient près de 400 000 bêtes qui passaient par les abattoirs de Sisteron profitant d'un certain laxisme pour usurper une provenance recherchée[218].

Asperges[modifier | modifier le code]

Asperges de Pertuis

L'asperge verte de Pertuis se cultive depuis le début du XIXe siècle dans le plaine de la Durance, grâce à la légèreté et la fertilité de ses sols. L'asperge verte, contrairement à la blanche, est ramassée lorsque sa tête sort de terre (et ce d'au moins 10 cm). Elle est reconnue de qualité si elle possède un tiers de sa longueur verte.

Miel[modifier | modifier le code]

pot de miel
Miel de lavande

Les apiculteurs produisant du miel ayant les caractéristiques suivantes : miel monofloral ou polyfloral, y compris miel de miellat, issu de la flore spontanée de Provence ou d'une culture spécifique à la Provence, à l'exception des cultures de colza, de tournesol ou de luzerne ainsi que toute autre culture non spécifique avec des pollens spécifiques à la Provence, spectre pollinique des miels devant, dans tous les cas, présenter une spécificité provençale, peuvent prétendre à l'appellation IGP Miel de Provence[219]. À Pertuis on produit surtout du miel toutes fleurs, du miel de romarin et du miel de lavande[220].

Autres produits[modifier | modifier le code]

On trouve aussi des producteurs de fromage de chèvre et de melons.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Intersection axe Villelaure- la Tour d'Aigues et Pertuis-Ansouis lieu-dit Boussette

Le tourisme, beaucoup plus récent, s'est plus ou moins développé en même temps que celui du Luberon et continue de se développer (Office de Tourisme, hôtels, camping, chambres d'hôtes, gites, etc.) Entre 2006 et 2010, si la capacité d'accueil au niveau camping est la même avec un camping 3 étoiles de 180 emplacements, l'offre hôtelière s'est accrue par transformation ; il y a toujours un hôtel 3 étoiles de 46 chambres, l'hôtel de 2 étoiles à 13 chambres a disparu, mais deux hôtels sans étoile furent créés, un en 2006 de 59 chambres et un en 2009 de 37 chambres, soit une capacité hôtelière de 142 chambres au lieu de 59[29]. La ville comporte beaucoup de chambres d'hôtes et de gites offrant des capacités de deux à plus de dix, ainsi que de belles demeures provençales comme Le mas d'Orianne[221].

Dans la commune existent de nombreux sentiers balisés pour piétons dont l'axe Villelaure- la Tour d'Aigues, mais aussi Pertuis-Ansouis, ainsi que des circuits vélo/vtt, en particulier les circuits Grambois-Pertuis-bord de la Durance long de 45 km pour 588 m de dénivelé[222] et Entre Durance et Luberon long de 52 km pour 1 086 m de dénivelé[223].

Entreprises[modifier | modifier le code]

La machine à vendanger Pellenc en action dans le vignoble du Languedoc.

Aujourd'hui, Pertuis est en pleine mutation économique avec l'arrivée de nombreuses entreprises, caractérisée par 339 créations (dont 214 individuelles) en 2009 (240 en 2008, 199 en 2007), s'implantant sur le parc d'activités de Saint-Martin qui ne cesse de se développer entre la Durance et le centre-ville, proposant des activités de hautes technologies comme l'informatique ou les techniques de recyclage automatisé (Pellenc ST). Au , la commune comportait 1 938 entreprises, dont 14 de plus de 50 salariés, mais 1 220 sans aucun salarié[29].

La ville possède une antenne de la Chambre de commerce et d'industrie de Vaucluse.

Quatorze entreprises de Pertuis ont un chiffre d'affaires supérieur à cinq millions d'euros en 2010 (contre 12 en 2009)[224].

Les plus grosses entreprises de la ville sont le Pellenc SA (6e entreprise employeur du département de Vaucluse[225] ) avec un chiffre d'affaires de 77 626 000 € et effectif de 339 salariés au [226] et avec sa filiale Pellenc Sélective Technologie et son chiffre d'affaires de 13 970 000 € pour un effectif de 105 salariés au [227] fournit au Groupe Pellenc sur Pertuis un chiffre d'affaires de 91 596 000 € et un effectif de 444 salariés, les autres sociétés sont le Centre de Distribution Provence Luberon (Hyper U) (Hypermarché)[228] , Auto Escape (société de location automobiles)[229] , puis La Salaison Pertuisienne (commerce de gros à base de viande), Station Sud (vente de carburants), Pagès Motoculture (commerce de gros de matériel agricole)[230], SCA de Ceréales (Céréalis), JEM Publicité (fabrication d'appareils électroménagers), SOCOMELU (fabrication de générateurs de vapeur, à l'exception des chaudières pour le chauffage central), Pertuis Froid (climatisation réversible, pompe à chaleur, cuisines professionnelles)[231].

Société Chiffre d'affaires Bénéfice Net Emploi
2010 2009 Variation
sur 12 mois
2010 2009 Variation
sur 12 mois
2010 2009
Centre de Distribution
Provence Luberon (Hyper U)[232]
79 890 000 81 651 000 -2,16 % 1 570 000 1 533 000 +2,61 % 293 273
Groupe Pellenc[226] 77 625 700 71 300 000 +8,87 % 3 392 400 3 800 000 -10,73 % 339 327
Carrefour Market[Note 15] n.c. n.c. n.c. n.c. n.c. n.c.
Auto escape[233] 29 930 000 27 630 000 +8,32 % 410 000 20 000 +1950,00 % 43 49
La Salaison pertuisienne[234] 18 230 000
2009
17 230 000
2008
+5,80 % 200 000
2009
2 100 000
2008
-4,76 % 59
2009
53
2008
Pellenc Selective Technologie[235] 13 970 000
2009
19 310 000
2008
-27,65 % 170 000
2009
2 140 000
2008
-92,06 % 105
2009
98
2008
Station Sud[236] 9 455 000
2009
11 213 000
2008
-15,68 % 115 000
2009
49 000
2008
+134,69 % n.p.
2009
6
2008
Pagés Motoculture[237] 9 483 600 9 117 000 +4,02 % 25 900 41 000 -36,83 % 43 42
SCA de Ceréales (Céréalis)[238] 5 009 500 7 960 000 -37,07 % -165 700 80 000 -307,12 % n.p. n.p.
JEM Publicité[239] 6 987 000 6 133 000 +13,92 % 600 000 402 000 +49,25 % 42 34
SOCOMELU[240] 5 080 000 5 350 000 -5,05 % 160 000 30 000 +433,33 % 40 38
Pertuis Froid[241] 5 053 000 6 538 000 -22,71 % 286 000 486 000 -41,15 % n.p. 27

NOTE : n.p. = non précisé, n.c.= non communiqué

Ce tableau montre que, si certaines entreprises ont vu leur chiffre d'affaires diminuer, cela est dû à la crise économique de 2008-2010, par contre toutes, sans exception, ont, entre 2008 et 2009, embauché du personnel.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments classés[modifier | modifier le code]

Tour Saint-Jacques en 2010

La commune de Pertuis possède 130 monuments qui sont soit classés monument historique soit inscrits à l'Inventaire général du patrimoine culturel[242] :

L'église Saint-Nicolas (XVe siècle - XVIe siècle) classée depuis le [243]. Quand l'église Saint-Pierre menace de s'écrouler, son mobilier est déplacé à l'église Saint-Nicolas qui devient église paroissiale le . Une nef à trois travées, voûtée d'ogive, étayée de puissants contreforts extérieurs, tel est l'aspect de la nouvelle église à la fin du XIVe siècle. Au XVIe siècle l'église est agrandie. En 1514, l'abbé de Montmajour, prieur de Pertuis, fait construire une quatrième travée de nef à l'ouest des trois déjà existantes. Au XVIIe siècle, avec la construction des chapelles méridionales (chapelle Saint-Venture, du rosaire, Saint-Honorat et Saint-Antoine, Saint-Raymond) l'église prend sa physionomie actuelle. Le tremblement de terre de 1909 endommage les voûtes et la toiture.

La tour Saint-Jacques du XIVe siècle inscrit depuis le [244]. Cette tour est la seule survivante des sept tours carrées du rempart du XIVe siècle[245].

La façade de la maison dite de la Reine Jeanne (rue de Beaujeu) (propriété privée) depuis le [246]. Mais un mystère demeure : de quelle reine Jeanne s'agit-il? Jeanne Ire, comtesse de Provence, reine de Naples, assassinée en 1382, ou de Jeanne de Laval, qui épouse le roi René le . Cette maison est une énigme : pour qui fut-elle construite? Le plus probable est le Duc de La Valette, gouverneur de Provence de 1587 à 1592, quand il établit le siège de son gouvernement à Pertuis, restée fidèle au Roi. En effet la construction peut être datée des années 1585-1590[247].

Le Beffroi du XIIe siècle devenu l'office de tourisme depuis le [248], c'est le seul vestige du château construit par Guillaume de Forcalquier, l'horloge a été fabriquée par la maison Paul Odobay dans le Jura en 1887 en remplacement de la vielle horloge âgée de quatre siècles, qui faisait sonner les cloches[249].

La chapelle de la Charité (ancien hôpital de la charité - cadastrée K1246) (début du XVIIe siècle) classée monument historique depuis le [250].

Façade d'un immeuble du XVIe siècle au 77 rue Durance classé par arrêté du [251].

La Bastide de la Loubière aux Iscles de la Loubière depuis le [252], datant de la fin du XVIe siècle est une propriété privée et ne se visite pas.

Pigeonnier (cadastre I 1404) situé à Pertuis du Château de la Reine Laure sis à Villelaure depuis le [253].

L'ancien couvent des Carmes depuis le [254]. À l'origine couvent de Grands Carmes fondé à Pertuis à l'extrême fin du XVe siècle. Après la destruction de la première église par une tornade en 1515, on rebâtit l'édifice actuel de 1521 à 1535. Le campanile a été ajouté en 1559. Le bâtiment a très peu évolué jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Vendue comme bien national sous la Révolution, l'église est devenue un théâtre, puis à la fin du XIXe siècle, un magasin de quincaillerie jusqu'à sa fermeture et son classement monument historique, avant de devenir en 2012 ? un pôle multimédia, construit par la Communauté d'Agglomération du pays d'Aix).

Objets classés[modifier | modifier le code]

En plus des monuments, le ministère de la culture, en a classés 28 au titre des objets des monuments historiques. Ces objets sont conservés dans quatre lieux : cinq dans la chapelle de l'ancienne Charité, un dans la chapelle de la Charité, un dans la chapelle du collège et vingt et un dans l'église Saint-Nicolas[255].

Dans la chapelle de l'ancienne Charité on trouve cinq objets qui ont été classés le  : Deux clôtures de chapelle en fer forgé datant de 1755[256], autel, tabernacle, retable, tableau : la Vierge à l'Enfant entre saint François d'Assise et saint Joseph datant du XVIIe siècle[257], bannière de procession de saint Roch datant de 1851[258], clôture de chœur datant du XVIIIe siècle[259] et tabernacle, retable, 2 tableaux : Sainte Anne la Vierge et l'Enfant Jésus entourés de saints, Dieu le Père et le Saint Esprit datant du XVIIe siècle[260].

Dans la chapelle de la Charité on trouve un objet qui a été classés le  : tableau : Saint Félix de Cantalice et l'Enfant Jésus datant du XVIIe siècle[261].

Dans la chapelle du collège on trouve un objet qui a été classés le  : chaire à prêcher datant du XVIIIe siècle[262].

Dans l'église Saint-Nicolas on trouve vingt et un objet qui ont été classés à différentes dates. Le  : retable, tableau : la Vierge de consolation entre saint Sébastien et saint Roch datant du XVIe siècle[263], statue : Berger en adoration datant du XVIe siècle[264], retable, 3 bas-reliefs : Scènes de la vie de saint Crépin et de saint Crépinien datant des XVIe siècle et XVIIe siècle[265], tableau : le Couronnement de la Vierge datant du XVIIe siècle[266], tableau : Josué arrêtant le soleil, cadre peint par Gilles Garcin[267] datant du XVIIe siècle[268], chaire à prêcher datant du XVIIIe siècle[269], tableau : la Présentation de la Vierge peint par Jean Daret datant du XVIIe siècle[270], tableau : le Mariage de la Vierge datant du XVIIIe siècle[271], tableau : l' Adoration des bergers datant du XVIIIe siècle[272], vantaux et tympan du portail principal datant du XVIe siècle[273], tableau : l' Echelle de Jacob, cadre peint par Gilles Garcin datant du XVIIe siècle[274],tableau : Saint Paul à Ephèse, cadre datant du XVIIIe siècle[275], tableau : Moïse rapportant les tables de la loi, cadre datant du XVIIIe siècle[276], tableau : le Sacrifice d'Abraham, cadre peint par Gilles Garcin datant du XVIIe siècle[277], tableau : Zacharie dans le temple, cadre datant du XVIIIe siècle[278], tableau : le Jugement de Salomon, cadre datant du XVIIIe siècle[279], puis le  : tombeau, bas-relief : Trois personnages sous des arcatures datant du XIVe siècle[280], châsse datant de 1598[281], plaque commémorative datant de 1772[282], le  : autel, tabernacle datant du XVIIIe siècle[283] et le  : orgue de tribune datant de 1598[284], orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue datant de 1598[285].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Pertuis possède d'autres lieux remarquables :

Monument aux morts
Fontaine de la Diane
  • La chapelle Saint-Roch. En 1528, le conseil de la ville décide de « prendre Saint-Roch pour un patron de la ville, avec promesse de célébrer, le 16 août, le saint dimanche afin d'obtenir par son intercession la santé publique ». Il faut attendre l'épidémie de 1640 pour que les pertuisiens exécutent ce vœu. Antoine et Barthélémy Puget, deux maçons pertuisiens, construisirent, en 1651, une petite chapelle à nef unique plafonnée avec une porte en plein-cintre ornée de bossages. La chapelle est inaugurée le . La cloche est volée en 1700 et la chapelle pillée en 1740. En 1760, les pertuisiens entreprennent sa restauration et construisent une petite sacristie. Vendue comme bien national en 1796, la chapelle est rachetée par la municipalité qui l'entretient et la restaure.
Plaque commémorative dans l'Église Saint-Nicolas
  • L'hôtel Mirabeau situé sur la place du marché, avait toutes les caractéristiques d'un hôtel particulier aixois. C'est dans cette demeure que sont nés Victor, Joseph et Alexandre-Louis de Riqueti de Mirabeau. Il n'en reste plus rien de nos jours, car en 1928, les frères Gustave et Henri Roux vendirent le portail en kit à des ressortissants américains.
  • L'hôtel Cornarel (24 rue de la Tour) possède une cage d'escalier avec rampe en fer forgé du XVIIe siècle, gypseries, peintures murales et boiseries d'époque Louis XV.
  • Fontaines des XVIe et XIXe siècles dont la fontaine Morel en bas du cours de la République, fontaine en l'hommage de François Morel, Maire de la cité. Cette fontaine est surmontée d'un buste sans bras, donc qui ne peut pas mettre la main au portefeuille, ce qui a donné l'expression pertuisienne pour éconduire un créditeur : « Va te faire payer par Morel »[286]. Mais aussi la fontaine verte car elle est peinte en vert et non recouverte de mousse comme la fontaine de la Diane.
  • Le monument aux morts des guerres de 1914-1918, 1939-1945 et d'Afrique du Nord (AFN) (sur la photo la plaque AFN a été rajoutée au-dessus de la guerre 1939-1945), situé avenue de la Liberté. Une particularité de ce monument est que la liste des morts de 1914-1918 est sur une stèle dans une chapelle de l'Église Saint-Nicolas.

Hôtel de ville[modifier | modifier le code]

C'est à la fin du XVIIIe siècle que la maison commune fut transférée dans l'immeuble actuel ; c'était l'hôtel particulier de la famille de Croze, acquis par la ville en 1827[287]. Auparavant, il appartenait à la famille Archimbaud, dignitaires et personnalités de Pertuis depuis 1380, date de la nomination du premier syndic de la ville pour la famille Archimbaud. En 1639, il accueille le prince Jean II Casimir Vasa (Jan Kazimierz Waza) futur Roi de Pologne[288]. Le Louis Archimbaud l'échangea avec Joseph de Croze contre une maison rue du marché et une somme de 2 250 livres[289].

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Le théâtre municipal
Le cinéma Le Luberon

Théâtre municipal

Un immeuble appartenant à monsieur et madame Mikaelly fut acheté par la ville pour en faire un théâtre en 1912[290]. La famille Mikaelly en assurait l'animation. À la disparition des époux la salle fut transformée en cinéma. En décembre 1976, la ville acquit les droits s'attachant au théâtre dans le but de restaurer le bâtiment. Il est administré par la ville en tant que théâtre municipal[291]

Cinéma[modifier | modifier le code]

380 places confortables réparties dans les 3 salles entièrement rénovées du cinéma "Le Luberon" attendent désormais les pertuisiens et autres habitants du bassin de vie. Le 35 mm a cédé la place au numérique, ce qui signifie une qualité de l'image et du son au top de la technique actuelle. Les 3 salles sont accessibles aux personnes mal entendantes et malvoyantes. De même, grâce aux places qui ont été prévues à cet effet, les personnes à mobilité réduite peuvent accéder au cinéma et voir les films.

Bibliothèque municipale[modifier | modifier le code]

La bibliothèque municipale est située place Saint-Pierre depuis le déménagement fin 1991 de la caserne des pompiers. En plus de la consultation des ouvrages sur place et aussi en prêt, la bibliothèque organise aussi, tant dans ses locaux qu'à l'extérieur, des animations surtout destinées aux jeunes[292].

Ludothèque[modifier | modifier le code]

La ludothèque créée en 1991 par Les Amis de la Maternité de Pertuis, l'association Une Ludothèque à Pertuis a réellement démarré son activité en 1995, grâce à la mise à disposition d’un local de 60 m2 par la mairie de Pertuis. La ludothèque est ouverte au public toute l’année. Son implantation au centre-ville est stratégique car Pertuis est une ville néo-rurale en pleine explosion démographique, dont une grande partie de la population est issue de l’immigration et de familles gitanes en voie de sédentarisation. Elle possède un stock de 1 200 jeux. Située dans l'espace vert du Jardin de l'Europe, elle permet aux enfants de jouer également à l'extérieur. En plus du jeu sur place et du prêt de jeux, la ludothèque anime des ateliers de création de jeux, et des journées dans différentes collectivités comme les crèches, les campings, les établissements scolaires, les centres de loisirs, les maisons de retraite.

École de musique[modifier | modifier le code]

En 1936 est créée la musique municipale, puis en 1951 l'Harmonie Durance Luberon au sein de l'école de musique qui deviendra municipale en 1981. Le syndicat intercommunal de musique du Sud-Luberon est créé en 1990, 12 communes y adhérent : Pertuis, La Tour-d'Aigues, Villelaure, Cucuron, Grambois, Ansouis, Cabrières-d'Aigues, Saint-Martin-de-la-Brasque, La Bastidonne, Peypin-d'Aigues et Vaugines. Ce conservatoire de musique de Pertuis est un établissement public financé par les contributions de ces 12 communes et des musiciens spécialement formés au travail en milieu scolaire interviennent dans les écoles maternelles et primaires des 12 communes[293]. Mais à la suite de difficultés financières et d'autres querelles depuis 2008, le syndicat intercommunal de musique est dissous par arrêté du sous-préfet d'Apt le à la suite de la demande de 11 communes et l'opposition d'une (La Tour d'Aigues)[294]. Le conservatoire devient le conservatoire municipal de musique de Pertuis qui accueille plus de 400 élèves et intervient dans les écoles primaires de 11 communes pour la saison 2010/2011[295]. C'est une des rares écoles de musique de la région à proposer tous les types d'instruments (violon, alto, violoncelle, flûte, clarinette, hautbois, les saxophones, trompette, trombone, tuba, piano, clavecin, guitare sèche et électrique, luth, percussions et batterie). Le conservatoire occupe les locaux de l'ancien hôpital de la charité (partie nord, la partie sud étant les écoles Albert Camus et Georges Brassens).

Multimédia[modifier | modifier le code]

La ville de Pertuis ainsi que les autres communes de la CPA vont être reliées au réseau très haut débit, inauguré symboliquement le par le Ministre de l'Espace rural et de l'Aménagement du territoire Michel Mercier en présence de Maryse Joissains-Masini député-maire d'Aix-en-Provence et Roger Pellenc, Maire de Pertuis[296],[297].

Pertuis a un correspondant local et un bureau rue Colbert du quotidien La Provence en particulier pour son édition Sud Luberon. La ville bénéficie également d'une édition Pertuis de l'hebdomadaire ParuVendu[298].

Pertuis et le cinéma[modifier | modifier le code]

Plusieurs films ont été tournés dans la commune de Pertuis :

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

« En considération de la bonne et ancienne fidélité de ces habitants », Charles VIII, roi de France, comte de Provence et de Forcalquier, leur accorda ces armoiries par lettre patente d'octobre 1493.

Blason ville fr Pertuis (Vaucluse).svg

D'or à une fasce de gueules, et une fleur de lys d'azur passant parmi ladite fasce et insérée en icelle[306].

Ce blasonnement assez peu orthodoxe est conforme aux lettres patentes conservées aux archives communales. Le Conseil Général du Vaucluse enregistre officiellement dans son armorial de 1984 une version sensiblement différente, issue d'un armorial du 17°s.: "D'or à une fasce de gueules et à une fleur de lis d'azur brochant sur le tout" (conforme au dessin ci-contre).

Le site de la commune affiche un logo calqué sur l'écu original dessiné sur la lettre royale du 15°s.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : sources utilisées pour la rédaction de cet article

Archéologie[modifier | modifier le code]

  • Nathalie Bourdely, Recherches sur l'occupation humaine dans le canton de Pertuis depuis l'Age du Fer jusqu'au haut Moyen Âge - contribution au pré-inventaire de la Carte Archéologique du département du Vaucluse, mémoire de maitrise non publié, sous la direction de Michel Provost et Éric Morvillez, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, 2 vol.,‎ 2000
  • L. Tallah, Carte Archéologique de la Gaule - Vaucluse, vol. 2 - Le Luberon et pays d'Apt, Paris, éd. des Inscriptions et Belles-Lettres,‎ 2004, 431 p. (ISBN 978-2-87754-085-8 et 2-87754-085-5)

Histoire[modifier | modifier le code]

Autres ouvrages sur Pertuis[modifier | modifier le code]

  • Fernand Benoit, La Provence et le Comtat Venaissin. Arts et traditions populaires, Avignon, Aubanel,‎ 1992 (ISSN 2700600614)
  • Charles Cotte, Les Vases en chlorito-schiste grenatifère en Provence,‎ 1914 (ISSN B001865X9I)
  • Hilaire Enjoubert, Une petite ville de Provence : Pertuis,‎ 1929 (ISSN B00184AF6Q)
  • Alfred Maille, Aperçu historique sur Pertuis, Pertuis, J. Martin,‎ 1984 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alfred Maille, Pertuis et ses environs, Paris, Res Universis,‎ 1989, 158 p. (ISSN 0993-7129) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Joseph-Marie Marsily & Félix Arnaud, Les armoiries de Pertuis, Félix Arnaud,‎ 1973, 32 p. (ISSN B0014MM06A)
  • Jean-Pierre Muret & Louis Seigle, Une commune durant la révolution au pays d'Aigues, Pertuis dans le Luberon : 1760-1804,‎ 1989, 196 p.
  • Patrick Ollivier-Elliot, Luberon,Pays d'Aigues, Édisud,‎ 2008 (ISBN 978-2-7449-0764-7) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Patrick Saletta, Provence Côte d'Azur - Les Carnets du Patrimoine, Paris, Les Guides Masson, Paris, 2000,‎ 2000 (ISBN 978-2-7072-0409-7 et 2707204099)
  • Louis Seigle, « Les Républicains aux prises avec les royalistes dans un bourg de Provence, Pertuis : 1774-1799 », Revue populaire de Pertuis,‎ 1982 (ISSN B000WUKN8C)
  • Chanoine Henri Trouillet, Pertuis miette d'histoire locale, Lorisse (réédition 2004),‎ 1952, 334 p. (ISBN 978-2-84373-370-3 et 2843733707) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • collectif (section locale du Parti Socialiste), Le poing et la rose, Section locale du Parti Socialiste,‎ 1984 (ISSN B0014NMX8E)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Architecte et passionné d'histoire, a reconstitué grâce aux archives et ouvrages sur la ville a reconstitué les remparts tels qu'ils étaient.
  2. né en 1848 à Pertuis et décédé en 1916 a été 4 fois maire de Pertuis entre 1879 et 1896. Il était mercier de profession
  3. Il est élu en battant Charles Lussy et il prend comme adjoint le maire sortant Alphonse Cousin
  4. Décédé en cours de mandat le 5/8/1963 à 53 ans
  5. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  6. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  7. Conseillère municipale de Jean Guiques et directrice de l'école des filles
  8. école construite à la place de l'ancien parc situé devant la chapelle de la Charité
  9. Située quartier du Clos
  10. Située quartier du Saint-Roch
  11. Maire de pertuis après la seconde guerre mondiale
  12. Député (1962-1963) et maire (1958-1963) de Pertuis
  13. Y compris les actifs sans emploi
  14. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  15. De par sa nature sociale, seule la maison mère Carrefour publie ses résultats au niveau national mais pas ses magasins et filiales

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c p. 314.
  2. a, b, c et d p. 315.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h p. 316.
  4. a et b p. 318.
  1. p. 48
  2. a et b p. 49
  3. p. 50
  4. p. 51
  5. p. 54
  6. a, b, c et d p. 55
  7. p. 56
  8. a et b p. 58
  1. a, b et c p. 262.
  2. a, b, c et d p. 263.
  3. a, b, c et d p. 264.
  4. p.  265.
  5. a et b p.  261.
  1. p.  8.
  2. p. 10.
  3. p. 21.
  4. p. 23.
  5. p. 26.
  6. p.  50.
  7. a, b et c p.  55.
  8. p. 126.
  9. p. 127
  10. p. 128.
  11. p. 131.
  12. p.  137.
  13. a et b p. 144.
  14. a et b p. 150.
  15. p. 151.

Références internet[modifier | modifier le code]

  1. « Recensement 2010 », INSEE (consulté le 3 janvier 2012)
  2. « Habitants de Pertuis », sur habitants.fr.
  3. « Historique de la CPA », sur le site de la communauté du Pays d'Aix (consulté le 3 janvier 2010)
  4. a, b et c « Les villages du Luberon - Pertuis la ville du sud Luberon », sur le site de l'agence immobilière Rosier (consulté le 3 janvier 2010)
  5. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, p. 48
  6. « Risque de tsunami en Provence? Séismes et tsunamis en Méditerranée », sur le site web-provence.com,‎ (consulté le 3 janvier 2011)
  7. « Cours d'eau : rivière l'Èze (X31-0400) », sur le site du service d’administration national des données et référentiels sur l’eau (SANDRE)
  8. « Pertuis des familles sans logement », L'Humanité,‎
  9. « Cours d'eau : rivière la Durance (X---0000) », sur le site du service d’administration national des données et référentiels sur l’eau (SANDRE)
  10. La tradition provençale dit que les deux premiers étaient le mistral et le Parlement d'Aix
  11. « Arrêtés de reconnaissance de catastrophe naturelle », sur le site de la Direction générale de la prévention des risques / Ministère du Développement Durable en partenariat avec Réseau Ideal, Sciences Frontières Production et l'Institut français des formateurs risques majeurs éducation.,‎
  12. « 6 et 7 janvier 1994 : Débordements destructeurs de la Durance et du Rhône », sur le site de la la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) de la région Languedoc-Roussillon
  13. « Aspects climatiques du Vaucluse », La Provence,‎
  14. « Relevé météo de Pertuis », MSN Météo
  15. « Distance entre Pertuis et les plus grandes villes Françaises », Annuaire Mairie (consulté le 10 février 2010)
  16. « Minibus pour personnes à mobilité réduite », Ville de Pertuis
  17. Georges Reynaud, Mémoire en images : Pertuis, Jouè-lès-Tours, Alan Sutton,‎ 2000, 1e éd., 128 p., p. 48
  18. « Base d'ouvrages en service ou construits au XIXe siècle en France », Art et histoire
  19. Guy Baruol et Philippe Autran, D’une rive à l’autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours Les Alpes de lumière no 153,, Forcalquier, les Alpes de lumière,‎ 2006 (ISBN 978-2-906162-81-5 et 2-906162-81-7), p. 46
  20. « Le franchissement des fleuves en France au XIXème siècle », Art et histoire
  21. Laurent Laloup, « Henri, Léon, Louis Silvy », sur francaislibres.net,‎
  22. [PDF] « Pont suspendu de la Durance », archive de Vaucluse p. 14
  23. cg13.fr Reconstruction pont sur la Durance
  24. http://www.pertuisautrement.org étude Sémaphore-Citadia
  25. « Parc Naturel Régional du Luberon - Faune », sur provenceweb.fr
  26. a et b Parc naturel régional du Luberon - La faune et la flore des falaises
  27. « Parc Naturel Régional du Luberon - Flore », sur provenceweb.fr
  28. « Pertuis », Parc du Luberon
  29. a, b, c et d (fr) « Rapport de l'INSEE sur Pertuis », sur site de l'Insee [PDF]
  30. « Catégories et types de logements en France Métropolitaine », Insee,‎ 2007
  31. « Résidences principales selon le statut d'occupation en France Métropolitaine », Insee,‎ 2007
  32. Hélène Bouyé, « A Pertuis, les maisons des gitans », FR3 Méditerranée,‎
  33. « ZAD du Jas de Beaumont », sur aa.qm.free.fr
  34. « Compte rendu du conseil municipal du 22 septembre 2010 », sur ville-pertuis.fr (), p. 13 et 14 [PDF]
  35. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1890.
  36. Pertuis-en-Luberon.com
  37. Bernard Bouloumié, « Les tumulus de Pertuis (Vaucluse) et les œnochoés « rhodiennes » hors d'Étrurie », Gallia, vol. 36,‎ 1978 (lire en ligne)
  38. Georges Reynaud, Mémoire en images : Pertuis, Jouè-lès-Tours, Alan Sutton,‎ 2000, 1e éd., 128 p. (ISBN 2-84253-563-4), p. 7
  39. Carnets du Patrimoine, op. cit., p.  396.
  40. Catherine Lonchambon, D’une rive à l’autre de la Durance : d’étranges bateaux, in Guy Barruol, Denis Furestier, Catherine Lonchambon, Cécile Miramont, La Durance de long en large : bacs, barques et radeaux dans l’histoire d’une rivière capricieuse, Les Alpes de lumière no 149, Forcalquier 2005, ISBN 2-906162-71-X, p. 55.
  41. Guy Barruol, « La Durance dans l’Antiquité et au Moyen Âge », in La Durance de long en large : bacs, barques et radeaux dans l’histoire d’une rivière capricieuse, p. 48
  42. Catherine Lonchambon, op. cit., p. 54.
  43. a et b « Origines hôpital de Pertuis », sur ch-pertuis.com
  44. Line Gibert, « Le Quartier Beaujeu », chroniques-pertuis
  45. Elie Nicolas, « Expulsion des Juifs de Provence et de L’Europe méditerranéenne (XVe et XVIe siècles) » sous la direction de Danièle Iancu-Agou. Ed Peeters. Copie d’une étude « Les Juifs à Pertuis au Moyen Âge » déposée par l’auteur aux A.C. de Pertuis
  46. AD du 13, série B151f3v
  47. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 407 et 413 (note 61).
  48. « Les Baux de Provence », sur leprincenoir.fr
  49. « La Provence lors de sa réunion à la France (1481), organisation et aspects juridiques », sur leparisaquasistain,‎
  50. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8), p. 216
  51. Jacques Cru, Histoire des Gorges du Verdon jusqu’à la Révolution, coédition Édisud et Parc naturel régional du Verdon, 2001, (ISBN 2-7449-0139-3), p. 204
  52. Pierre Miquel, Les Guerres de religion, Paris, Club France Loisirs, 1980 (ISBN 2-7242-0785-8) p. 367.
  53. Line Gibert, « Les Murailles de Pertuis », Chroniques de Pertuis,‎ 2006
  54. Line Gibert, Chroniques de Pertuis
  55. Monique Cubells, « Les mouvements populaires du printemps 1789 en Provence », Provence historique, volume 36, no 145, 1986, p. 309
  56. M. Cubells, op. cit., p. 310.
  57. M. Cubells, op. cit., p. 309-310.
  58. M. Cubells, op. cit., p. 319.
  59. Jean Nicolas, La Rébellion française : mouvements populaires et conscience sociale, 1661-1789, Paris : Gallimard, 2008. Collection Folio, ISBN 978-2-07-035971-4, p. 396
  60. M. Cubells, op. cit., p. 321.
  61. M. Cubells, op. cit., p. 322.
  62. Guy Baruol et Philippe Autran, « Pour en savoir plus », in Autran, Barruol et Jacqueline Ursch, D’une rive à l’autre : les ponts de Haute-Provence de l’Antiquité à nos jours, Les Alpes de lumière, no 153, Forcalquier, 2006. ISBN 2-906162-81-7, p. 46
  63. « Ligne de chemin de fer de Cavaillon à Pertuis et aux Alpes », sur rail-en-vaucluse,‎
  64. Patrick Ollivier-Elliott, Luberon, Pays d'Aigues, Édisud,‎ 2008, 285 p. (ISBN 978-2-7449-0764-7), p. 155
  65. a et b [PDF] I. Wangler et J. Cayre, « L'affaire », Ville de Pertuis
  66. Classe 1°ECO1 Lycée Val de Durance, « Projet "Se souvenir pour construire l’avenir" 2008-2009 », Lycée Val de Durance
  67. « Résultats cantonales 2008: Canton de Pertuis », Ministère de l'Interieur
  68. « Résultats cantonales 2008: Canton de Pertuis, Ville de Pertuis », Ministère de l'Interieur
  69. « Élections législatives de 2007 : 2ème circonscription de Vaucluse », Ministère de l'intérieur
  70. « Élections législatives de 2007 : Pertuis - 2ème circonscription de Vaucluse », Ministère de l'intérieur
  71. « Élections législatives de 2007 : 5ème circonscription de Vaucluse », Ministère de l'intérieur (consulté le 24 janvier 2013)
  72. « Élections législatives de 2012 : Pertuis - 5ème circonscription de Vaucluse », Ministère de l'intérieur (consulté le 24 janvier 2013)
  73. « Élection présidentielle de 2007 : France entière », Ministère de l'intérieur (consulté le 15 juin 2008)
  74. « Élection présidentielle de 2007 : Pertuis », Ministère de l'intérieur (consulté le 15 juin 2008)
  75. « Élection présidentielle de 2012 : France entière », Ministère de l'intérieur (consulté le 24 janvier 2013)
  76. « Élection présidentielle de 2012 : Pertuis », Ministère de l'intérieur (consulté le 24 janvier 2013)
  77. « Scrutin du 29 mai 2005, résultats de la France entière », Ministère de l'intérieur
  78. « Scrutin du 29 mai 2005 », Ministère de l'intérieur
  79. « Scrutin du 13 juin 2004 », Ministère de l'intérieur
  80. « Scrutin du 7 juin 2009 », Ministère de l'intérieur
  81. « Scrutin du 7 juin 2009 dans le Sud-Est », Ministère de l'intérieur
  82. « Scrutin du 20 septembre 1992 », Ministère de l'intérieur
  83. « Scrutin du 20 septembre 1992 », Ministère de l'intérieur
  84. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  85. « résultats 2e tour 2014 », sur francetvinfo.fr (consulté le 30 mars 2014)
  86. « Roger Pellenc élu par les conseillers municipaux », sur luberoninfos.over-blog.com,‎ 4 avril 2014 (consulté le 5 avril 2014).
  87. [PDF]Jean-Jacques Dias, « Commémoration de la "Simone" », sur pertuisien.fr,‎ 11
  88. « Les Juridictions judiciaires de Vaucluse », Ministère de la Justice et des Libertés
  89. « A Pertuis on trie », C.P.A.,‎
  90. « Objectif 100 % trie en Pays d'Aix », C.P.A.
  91. « installation de containers enterrés », Ville de Pertuis
  92. « déchèterie de Pertuis », sur durable.com
  93. « déchets », C.P.A.
  94. [PDF]« Compostage », C.P.A.
  95. « Charte environnement », C.P.A.
  96. « Trophées des Villes Électromobiles », Ville de Pertuis
  97. Charlotte de Silguy, « Avere-france récompense les villes qui s'engagent en faveur de la mobilité électrique », Avere-France,‎
  98. « Fos-Manosque en Pipeline », sur euro-petrole.com[PDF],‎
  99. « Un nouveau pipeline en France », sur Batiactu.com,‎
  100. Florent Bonnefoi, « Un pipeline d'éthylène explose... sur le papier », La Provence,‎
  101. « Exercise de gestion de crise », Ville de Pertuis
  102. Manuel d'Information Aéronautique, partie En-Route, page ENR 5.1-28, publié par le Service de l'information aéronautique
  103. Manuel d'Information Aéronautique, partie En-Route, pages ENR 5.1-24, 5.3-4 et 5.3-5 publié par le Service de l'information aéronautique
  104. Manuel d'Information Aéronautique, partie En-Route, page ENR 5.5-25, publié par le Service de l'information aéronautique
  105. « Pertuis », sur Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures (consulté le 3 décembre 2010)
  106. « Jumelage Pertuis-Utiel », sur pertuis-utiel.eu,‎ 2010
  107. « Site du comité de jumelage Pertuis-Alton », sur pertuisalton.netai.net
  108. Conseil municipal de Pertuis du 29 janvier 2009
  109. [1]
  110. « Impots locaux à Pertuis », taxes.com
  111. Feuilles d'imposition personnelles d'un Pertuisien (Wikipédien)
  112. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  113. « Recensement 2007 à Pertuis :évolution et structure de la population », INSEE
  114. « Le centre de Cadarache », CEA Cadarache
  115. Jacques Gallas, Jean-Pierre Locci, René Grosso et Sylvestre Clap, Histoire de Vaucluse, Avignon, Alain Barthélemy,‎ 1993, 388 p. (ISBN 978-2-87923-011-5 et 2-87923-011-X), p. 226
  116. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  117. « Recensement 1999 », INSEE
  118. « Population totale par sexe et âge de Pertuis », INSEE
  119. « Population totale par sexe et âge de Vaucluse », INSEE
  120. « Classement des villes:Pertuis », Annuaire des Mairies
  121. « Site école Albert Camus », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2010
  122. « Site école Georges Brassens », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2010
  123. « Site école La Burlière », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2010
  124. « Site école Pierre Augier », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2010
  125. « Site du collège Marcel Pagnol », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  126. « Site du collège Marie Mauron », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  127. « Site du lycée Val de Durance », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  128. « Salons des antiquaires de Pertuis 2011 », sur sorties.regionpaca.fr
  129. « Les Compagnons de Dionysos », sur denisferaud.blogspot.com,‎
  130. « Concours de vins à Pertuis », sur concoursdesvins-pertuis.com
  131. « Foire aux fleurs de Pertuis 2011 », Ville de Pertuis
  132. « Reines de Pertuis de 1950 à 2010 », sur corsistes.e-monsite.com,‎
  133. « Pertuis : dix chars pour un corso toujours dédié aux fleurs », La Provence,‎
  134. « Foire à la Brocante de Pertuis 2009 », Ville de Pertuis
  135. « 12ème Festival de Big-Band de Pertuis du 2 au 7 août 2010 », sur festival-bigband-pertuis.com
  136. « 68e National de jeu provençal », Ville de Pertuis
  137. « Journée des associations 2010 », Ville de Pertuis
  138. « Site du marathon de Provence-Luberon », sur marathon-luberon.com
  139. « Les Dionysies 2010 », Ville de Pertuis
  140. « Guides des associations de pertuis 2009/2010 », sur ville-pertuis.fr
  141. « Données sur l'hôpital de Pertuis », fédération hospitalière de France
  142. (en) « Centre Hospitalier de Pertuis », Hôpital de Pertuis,‎ 2010
  143. (en) « Centre Hospitalier de Pertuis en quelques chiffres », Hôpital de Pertuis
  144. (en) « Maisons de retraite à Pertuis », sur aladom.fr
  145. « Piscine de Pertuis », CPA
  146. a et b « Site du club de tir »
  147. « Salle à grimper de Pertuis », sur grimper.com
  148. « Site de la course d'orientation »
  149. « Site de l'USRP », usrpertuis
  150. « Site de la gymnastique »
  151. « Site de la plongée »
  152. « Site du Mini-bolid club Pertuisien »
  153. « Site du club d'aéromodelisme de Pertuis », sur epervier.sudluberon.free.fr
  154. « Site du Rugby club pertuisien », Rugbypertuis
  155. « Site du tennis Club », Fédération Française de Tennis
  156. « Site du tennis de table »
  157. « Site du volley-ball »
  158. « Site de Stud FM », StudFM/
  159. « StudFM émet sur 97.7 », sur ville-pertuis.fr
  160. « Doyenné de Pertuis », Diocèse d'Avignon
  161. « Historique des protestants de Pertuis », sur huguenotsinfo
  162. « La poste de Pertuis », La Poste
  163. « Pertuis : Qui de la police ou de la gendarmerie aura le territoire ? », La Provence,‎
  164. « Pertuis : Transfert de Pertuis en zone de gendarmerie a », sur ville-pertuis.fr,‎
  165. « Site des Pompiers de Pertuis », sur pompier-pertuis.fr
  166. « La petite enfance à Pertuis », Ville de Pertuis
  167. « Centre médico-social de Pertuis », Conseil général 84
  168. « Centre communal d'action social », Ville de Pertuis
  169. « Historique du SIVOM », SIVOM Durance-Luberon
  170. « Prix de l'eau et de l'assainissement au sein du SIVOM », SIVOM Durance-Luberon
  171. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'Insee,‎ 26 octobre 2010
  172. a, b, c et d « Résultats du recensement de la population - 2007 - Emploi - Population active », sur site de l'INSEE
  173. « Résultats du recensement de la population - 2007 - Formes et conditions d'emploi », sur site de l'Insee
  174. AGRESTE, recensements agricoles de 1988 et 2000.
  175. « Site de la confrérie de la pomme de terre de Pertuis », sur lapommedeterredepertuis.fr
  176. « La marque « Pomme de terre de Pertuis » est née », La Provence,‎
  177. « la pomme de terre de pertuis devient une marque », Mairie de Pertuis,‎ 2010
  178. « carte de la route gourmande », sur lapommedeterredepertuis.fr
  179. « Le blé meunier d'Apt », sur semencespaysannes
  180. Pertuis- Bulletin municipal no 11, 1981, p. 34
  181. (fr) « Le blé meunier d'Apt », sur OT du pays d'Apt
  182. « Le blé meunier d'Apt » [PDF], sur www.lepanierpaysan.com
  183. a et b (fr) « Décret du 14 mars 2007 relatif à l'huile d'olive de Provence AOC », INAO
  184. (fr) « Les variétés d'olives », sur terroirselect.info
  185. « Site du Moulin Dauphin », sur moulin-dauphin.com
  186. « Produits Pertuisiens reconnus AOC, IGP », INAO,‎
  187. « Fiche de l'Aigues blanc », INAO,‎
  188. « Fiche de l'Aigues rosé », INAO,‎
  189. « Fiche de l'Aigues blanc », INAO,‎
  190. « Vignerons de Pertuis produisant du VdP de Vaucluse », Syndicat des Vins de Pays de Vaucluse
  191. « Fiche de l'IGP Vaucluse blanc », INAO,‎
  192. « Fiche de l'IGP Vaucluse rosé », INAO,‎
  193. « Fiche de l'IGP Vaucluse rouge », INAO,‎
  194. « Fiche de l'IGP Méditerranée blanc », INAO,‎
  195. « Fiche de l'IGP Méditerranée rosé », INAO,‎
  196. « Fiche de l'IGP Méditerranée rouge », INAO,‎
  197. « Culture de la vigne à Pertuis », sur annuaire-mairie.fr
  198. « Val Joanis », sur provenceandriviera
  199. « Site du Château du Grand Callamand », sur chateaugrandcallamand.fr
  200. « Gout et saveurs du pays d'Aix », CPA
  201. « Château Val Joanis Rouge », sur val-joanis.com
  202. « Château Val Joanis Rosé », sur val-joanis.com
  203. « Château Val Joanis Blanc », sur val-joanis.com
  204. « réserve les griottes », sur val-joanis.com
  205. « réserve les merises », sur val-joanis.com
  206. « réserve les aubépines », sur val-joanis.com
  207. « réserve Chanoine Trouillet », sur val-joanis.com
  208. « Site du Grand Callamand », sur chateaugrandcallamand.fr
  209. « réserve les agasses », sur val-joanis.com
  210. [PDF] « Vins du Grand Callamand », sur chateaugrandcallamand.fr
  211. « Producteurs de vin de méditérranée en Vaucluse », sur vin-de-mediterranee.org
  212. « demande d’enregistrement d’une indication géographique protégée concernant de la cerise des coteaux du Ventoux », Ministère de l'Économie, des Finances et de l'Emploi,‎
  213. « Site officiel de l'agneau de Sisteron », sur agneaudesisteron.fr
  214. « Homologation agneau de Sisteron du 3 janvier 2005 », sur agneaudesisteron.fr
  215. « Fiche de l'IGP Label Rouge Agneau de Sisteron », INAO,‎
  216. « Fiche de la société », sur societe.com
  217. « Fiche de la SARL Equiterres », sur societe.com
  218. Dictionnaire de la Provence op. cit., p. 751.
  219. « Fiche de l'IGP Miel de Provence », INAO,‎
  220. « La transhumance des ruches provençales », sur miels-de-provence.com
  221. « Le mas d'Orianne », sur provence-luberon.net
  222. « circuit VTT Grambois-Pertuis-Bord de la Durance », sur tracegps.com
  223. « circuit VTT entre Durance et Luberon », sur tracegps.com
  224. « Liste des 14 entreprises pertuisiennes avec un C.A. supérieur à 5 millions d'euros », sur vérif.com (consulté le 5 octobre 2011)
  225. « Chiffres clés en 2010 », sur CCI de Vaucluse (consulté le 5 octobre 2011)
  226. a et b « Sociète Pellenc », sur societe.com,‎
  227. « Sociète Pellenc Selective Technologie », sur societe.com,‎
  228. « Site d'Hyper U Pertuis », sur hyperu-pertuis.com (consulté le 5 octobre 2011)
  229. (mul) « Site d'Auto escape », sur autoescape.com (consulté le 5 octobre 2011)
  230. « Site de Pagés Motoculture », sur pages-motoculture.fr (consulté le 5 octobre 2011)
  231. « Site de Pertuis froid », sur Pertuis froid (consulté le 5 octobre 2011)
  232. « Centre de Distribution Provence Luberon (Hyper U) », sur societe.com,‎
  233. « Sociète Auto escape », sur societe.com,‎
  234. « Sociète La salaison pertuisienne », sur societe.com,‎
  235. « Sociète Pellenc Selective technologie », sur societe.com,‎
  236. « Société Station Sud », sur societe.com,‎
  237. « Sociète Pagés motoculture », sur societe.com,‎
  238. « Sociète Céréalis », sur societe.com,‎
  239. « Sociète JEM Publicité », sur societe.com,‎
  240. « SOCOMELU », sur societe.com,‎
  241. « Sociète Pertuis Froid », sur societe.com,‎
  242. « Sites classés de Pertuis », Ministère de la Culture
  243. « Fiche de l'église paroissiale Saint-Nicolas sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  244. « Fiche des Remparts (anciens) sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  245. Patrick Ollivier-Elliott, op. cit., p. 169.
  246. « Fiche de Maison de la Reine Jeanne sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  247. Patrick Ollivier-Elliott, op. cit., p. 168.
  248. « Fiche du Donjon sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  249. Georges Reynaud, Mémoire en images : Pertuis, Jouè-lès-Tours, Alan Sutton,‎ 2000, 1e éd., 128 p. (ISBN 978-2-84253-563-6 et 2-84253-563-4), p. 12
  250. « Fiche de l'Hôtel de la Charité (ancien) sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  251. « Fiche d'un immeuble sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  252. « Fiche de la Bastide La Loubière sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  253. « Fiche du Château-Vieux, dit aussi Château de la Reine-Laure sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  254. « Fiche de l'Ancienne église des Carmes sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  255. « Liste des objets classés à Pertuis sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  256. « Fiche PM84000512 : Deux clôtures de chapelle sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  257. « Fiche PM84000510 : autel, tabernacle, retable, tableau : la Vierge à l'Enfant entre saint François d'Assise et saint Joseph sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  258. « Fiche PM84000514 : bannière de procession de saint Roch sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  259. « Fiche PM84000513 : clôture de chœur sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  260. « Fiche PM84000511 : tabernacle, retable, 2 tableaux : Sainte Anne la Vierge et l'Enfant Jésus entourés de saints, Dieu le Père et le Saint Esprit sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  261. « Fiche PM84000515 : tableau : Saint Félix de Cantalice et l'Enfant Jésus sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  262. « Fiche PM84000509 : chaire à prêcher sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  263. « Fiche PM84000497 : retable, tableau : la Vierge de consolation entre saint Sébastien et saint Roch sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  264. « Fiche PM84000498 : statue : Berger en adoration sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  265. « Fiche PM84000499 : retable, 3 bas-reliefs : Scènes de la vie de saint Crépin et de saint Crépinien sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  266. « Fiche PM84000500 : tableau : le Couronnement de la Vierge sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  267. André Alauzen Di Genova, La Peinture en Provence, Marseille, Jeanne-Laffitte,‎ 1984, 409 p. (ISBN 978-2-86276-086-5 et 2862760862), p. 385
  268. « Fiche PM84000501 : tableau : Josué arrêtant le soleil, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  269. « Fiche PM84000502 : chaire à prêcher sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  270. « Fiche PM84000503 : tableau : la Présentation de la Vierge sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  271. « Fiche PM84000504 : tableau : le Mariage de la Vierge sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  272. « Fiche PM84000505 : tableau : l' Adoration des bergers sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  273. « Fiche PM84000715 : vantaux et tympan du portail principal sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  274. « Fiche PM84001047 : tableau : l' Echelle de Jacob, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  275. « Fiche PM84001048 : tableau : Saint Paul à Ephèse, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  276. « Fiche PM84001049 : tableau : Moïse rapportant les tables de la loi, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  277. « Fiche PM84001050 : tableau : le Sacrifice d'Abraham, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  278. « Fiche PM84001051 : tableau : Zacharie dans le temple, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  279. « Fiche PM84001052 : tableau : le Jugement de Salomon, cadre sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  280. « Fiche PM84000506 : tombeau, bas-relief : Trois personnages sous des arcatures sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  281. « Fiche PM84000507 : châsse sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  282. « Fiche PM84000508 : plaque commémorative sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  283. « Fiche PM84001064 : autel, tabernacle sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  284. « Fiche PM84001159 : orgue de tribune sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  285. « Fiche PM84000740 : orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue sur la Base Mérimée », Ministère de la Culture
  286. Patrick Ollivier-Elliott, op. cit., p. 174.
  287. Georges Reynaud, Mémoire en images : Pertuis, Jouè-lès-Tours, Alan Sutton,‎ 2000, 1e éd., 128 p. (ISBN 978-2-84253-563-6 et 2-84253-563-4), p. 10
  288. Line Gibert, « l'Hotel de Ville ou Mairie de Pertuis », chroniques-pertuis,‎ Août 2006
  289. Line Gibert, « l'Hotel de Ville ou Mairie de Pertuis », chroniques-pertuis,‎ Août 2006
  290. délibération du conseil municipal du
  291. « Site du théâtre de pertuis », sur ville-pertuis.fr
  292. « Activités et animation de la bibliothèque », sur = Ville-pertuis.fr
  293. « Les Amis du Conservatoire de Musique du Sud Luberon », sur = Musiclub.over-blog.com
  294. « Arrêté SI2010-07-15-0090 », Sous-préfecture d'Apt,‎
  295. « Présentation école de musique », = Ville-pertuis.fr
  296. « Inauguration du réseau très haut débit du Pays d'Aix », sur ville-pertuis.fr
  297. Alexandra Ducamp, « Pays d'Aix : très haut débit à Pertuis », La Provence,‎
  298. « ParuVendu Pertuis », sur paruvendu.fr
  299. a, b et c « Films tournés à Pertuis (Vaucluse) », sur le site IMDb : The Internet Movie Database (consulté le 3 janvier 2011)
  300. « Cinéluberon - Apt », sur le portail des archives audiovisuelles en Provence Alpes Cote d'Azur
  301. « Vincent Lindon et Sandrine Kiberlain en tournage », sur le site du quotidien La Provence,‎
  302. « Mirabeau », sur livres-ancien.com
  303. « Poésies du Docteur Paul Goy », sur domaine.rayol.free.fr
  304. Pierre Guiral, « Gaston Castel », sur massalire.fr
  305. « Georges Blin », sur college-de-france.fr
  306. « Pertuis », sur vexil.prov.free.fr