Saint-Martin-les-Eaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
Saint-Martin-les-Eaux
Village de Saint-Martin-les-Eaux
Village de Saint-Martin-les-Eaux
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Alpes-de-Haute-Provence
Arrondissement Forcalquier
Canton Manosque-Nord
Intercommunalité Communauté de communes de Haute-Provence
Maire
Mandat
Michèle Crouhy
2008-2014
Code postal 04300
Code commune 04190
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
106 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 52′ 31″ N 5° 44′ 09″ E / 43.8752777778, 5.73583333333 ()43° 52′ 31″ Nord 5° 44′ 09″ Est / 43.8752777778, 5.73583333333 ()  
Altitude Min. 395 m – Max. 705 m
Superficie 9,15 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte administrative des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Saint-Martin-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : Alpes-de-Haute-Provence

Voir sur la carte topographique des Alpes-de-Haute-Provence
City locator 14.svg
Saint-Martin-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-les-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-les-Eaux

Saint-Martin-les-Eaux est une commune française, située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le nom des habitants de Saint-Martin-les-Eaux est Saint-Martinois[1]. L'exode rural a été très fort dans cette commune, qui a perdu plus de 80 % de sa population avant de se stabiliser autour de 100 habitants.

Située en limite nord du parc naturel régional du Luberon, la commune est tournée vers l'environnement[réf. nécessaire], notamment la préservation de ses espaces forestiers. Elle développe ses sources d’énergies renouvelables. Son territoire, pour l'essentiel classé en zone naturelle et zone de silence, est formé de monts et ravins, une rivière (le Largue) formant la limite nord. Son socle géologique particulier (gypse, sel gemme) a permis un développement économique spécialisé (extraction du sel et stockage d'hydrocarbures), mais l'agriculture reste présente.

Le nom de ses habitants est Saint-Martinois[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

 Carte élémentaire montrant les limites de la commune, les communes voisines, les zones de végétation et les routes
Saint-Martin-les-Eaux et les communes voisines (Cliquez sur la carte pour accéder à une grande carte avec la légende).

Les communes limitrophes de Saint-Martin-les-Eaux sont Saint-Michel-l'Observatoire, Dauphin, Manosque et Villemus.

Géologie[modifier | modifier le code]

Couches géologiques redressées.
Article connexe : Géologie des Alpes.
Massif des Alpes et localisation des Monts de Vaucluse.

Saint-Martin-les-Eaux se situe dans le bassin sédimentaire de Manosque-Forcalquier, au nord-ouest de la faille de la Durance. D'origine fluvio-lacustre, il date de l'Oligocène. Cette couche s'organise selon un anticlinal, avec une épaisse couche tertiaire contenant des lignites et du gypse. L'ensemble s'est ouvert par le percement d’un dôme de sel gemme (diapir) datant de l’Oligocène inférieur ou de l’Éocène qui a extrudé au travers de failles de l'anticlinal, durant la deuxième poussée alpine[3]. Ces couches sont enfouies sous une couche de marnes sableuses datant du Sannoisien[4].

L'ensemble est compris en limite des Monts de Vaucluse, dans le Luberon oriental.

Relief[modifier | modifier le code]

Le territoire communal se situe entre les régions naturelles du Massif du Luberon et des Monts de Vaucluse, dans le Luberon oriental, à l'ouest de la vallée de la Durance qui coule vers Aix-en-Provence. Le village est situé à 500 m d’altitude[5]. Sa topographie varie de 395 mètres (vallée de la Largue en limite nord) à 705 mètres (la Blache). Elle s'organise en différents monts et ravins : le ravin de l'Ausselet, le ravin de Coste Longue, le ravin de Piférat, le ravin de l'Agasson[6].

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Le Largue traverse la commune[7] au nord.

Deux sources sont présentes sur la commune, l'une sulfureuse[8],[9] et l'autre saline[10], ainsi que des bassins et de la pisciculture[réf. nécessaire].

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Climat des Alpes-de-Haute-Provence.

Saint-Martin-les-Eaux est soumise à un climat méditerranéen d'intérieur, dit tempéré continental. Les hivers sont plus froids qu'en basse Provence, avec des gelées fréquentes (moyenne mensuelle de 4,6 °C en janvier). Les étés sont très chauds avec une sécheresse habituelle en juillet (température moyenne de 22 °C). La température moyenne annuelle est de 12,6 °C. Les étés sont presque aussi chauds qu'en basse Provence mais un peu moins secs et l'amplitude thermique annuelle et diurne est importante (15 à 20 °C de différence entre été et hiver). Dans ces régions abritées, les hivers sont souvent plus secs que les intersaisons. La moyenne annuelle des précipitations est de 736 mm et le village reçoit environ 2800 heures d'ensoleillement par an.

Les stations météos proches de Saint-Martin-les-Eaux sont, par ordre de proximité, celles de Dauphin, Manosque (située sur le versant opposé du Luberon et dans le contexte différent de la vallée de la Durance, 100 m d’altitude plus bas) et de l’observatoire astronomique de Saint-Michel-l’Observatoire[11].

Relevé météorologique de Manosque
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) -0,3 0,4 2,4 4,8 8,6 12,1 14,8 14,3 11,6 7,9 2,9 0,5 6,6
Température moyenne (°C) 4,6 5,7 8,4 10,8 15 18,6 22 21,5 18 13,5 8,1 5,1 12,6
Température maximale moyenne (°C) 9,5 11,1 14,4 16,8 21,7 25,1 29,7 29,5 24,8 19,2 13,3 9,7 18,7
dont pluie (mm) 60 50 51 69 60 53 36 52 77 91 65 59 723
dont neige (cm) 4 3 1 0 0 0 0 0 0 0 2 3 13
Source : (en) The Weather Channel[réf. à confirmer]


Environnement[modifier | modifier le code]

La commune compte 320 ha de bois et forêts, soit 35 % de sa superficie[2].

Transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute A 51 passe à l'est de la commune (à 14 km en voiture). Celle-ci est desservie par les routes départementales RD 105 et RD 505.

Les accès ferroviaires sont aux gares SNCF à Manosque - Gréoux-les-Bains à 7 km, à La Brillanne-Oraison à 13 km et à Pertuis à 28 km vers Aix-en-Provence et Marseille.

Distance des grandes villes françaises

L'orientation et la localisation de Saint-Martin-les-Eaux par rapport à quelques grandes villes françaises sont données dans le tableau suivant. Distance à vol d'oiseau[12] :

Ville Marseille Nice Montpellier Lyon Toulouse Bordeaux Strasbourg Paris Nantes Rennes Lille
Distance

Orientation

71 km

(S)

125 km

(S-E)

152 km

(S-O)

221 km

(N)

347 km

(O)

515 km

(O)

547 km

(N-E)

614 km

(N)

681 km

(N-O)

741 km

(N-0)

779 km

(N)

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La végétation est rasée sur le passage de Transéthylène.

Aucune des 200 communes du département n'est en zone de risque sismique nul. Le canton de Manosque-Nord auquel appartient Saint-Martin-les-Eaux est en zone 2 (risque moyen) selon la classification déterministe de 1991, basée sur les séismes historiques[13], et en zone 4 (risque moyen) selon la classification probabiliste EC8 de 2011[14]. La commune de Saint-Martin-les-Eaux est également exposée à trois autres risques naturels[14] :

  • feu de forêt ;
  • inondation ;
  • mouvement de terrain : la commune est presque entièrement concernée par un aléa moyen à fort[15].

La commune de Saint-Martin-les-Eaux est également exposée à plusieurs risques d’origine technologique :

  • risque industriel lié à la présence de stockage d’hydrocarbures dans les installations de Géosel-Géométhane, classées Seveso seuil haut[16] ;
  • risque lié au transports de matières dangereuses par canalisations[17]. La première canalisation transporte de la saumure et des hydrocarbures de et vers Géosel[18],[19] ; la seconde, Transéthylène, sert à acheminer de l’éthylène et traverse la commune[18],[19],[17].

Aucun plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) n’existe pour la commune[17], mais elle est incluse dans le périmètre particulier d'intervention de Géosel-Géométhane[20],[17] et le Dicrim existe depuis 2011[21].

La commune a été l’objet de plusieurs arrêtés de catastrophe naturelle, pour des inondations, des glissements de terrain et des coulées de boue en 1990 et 1994[14]. Le seul tremblement de terre qui a été ressenti à Saint-martin-les-Eaux est celui du 11 juin 1909, avec Lambesc pour épicentre[22].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme le Castelas, au sud du village, fait référence à une motte castrale[23].

Le village s'appelait Sancti Martini de Paracollis au XIe siècle[24], puis Saint-Martin-de-Renacas au XIIIe siècle et Saint-Martin-d’Arnagas au XVIe siècle[25]. Il devient ensuite Saint-Martin-le-Charbonnier.

Durant la Révolution française, la commune, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, changea son nom pour Mont-Martin[26] et Mont-Renacas[27]. Après la Révolution, la commune est appelée Saint-Martin-de-Renacas jusqu'en 1892. L’exploitation des eaux sulfureuses pour des cures thermales justifia son nouveau nom de Saint-Martin-les-Eaux[27].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1125, le territoire fait partie du comté de Forcalquier.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est fréquenté à l’époque néolithique, voire chalcolithique[28], l’essentiel des découverte archéologiques datant des Ve, IVe et IIIe millénaire av. J.-C.[25].

Dans l’Antiquité, le territoire de Saint-Martin fait partie de celui des Sogiontiques (Sogiontii), dont le territoire s’étend du sud des Baronnies à la Durance. Les Sogiontiques sont fédérés aux Voconces, et après la conquête romaine, ils sont rattachés avec eux à la province romaine de Narbonnaise. Au IIe siècle, ils sont détachés des Voconces et forment une civitas distincte, avec pour capitale Segustero (Sisteron)[29]. L’époque gallo-romaine est attestée par un four de potier[25] et par le site des Passaïres (atelier de potier fabricant des amphores vinaires), à cheval sur la commune de Manosque. Ce site permet d'établir que la production de vin était importante dans la région[30], et que la zone de Manosque était, grâce à la proximité de la voie domitienne, fortement intégrée à l'Empire romain et fortement pénétrée de ses modes de vie[31].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Alors que le sud-est de la Gaule était une terre burgonde, le roi des Ostrogoths Théodoric le Grand fait la conquête de la région entre la Durance, le Rhône et l’Isère en 510. La commune dépend donc brièvement à nouveau de l’Italie, jusqu’en 526. En effet, pour se réconcilier avec le roi burgonde Gondemar III, la régente ostrogothe Amalasonthe lui rend ce territoire[32].

Au XIe siècle, une motte castrale est élevée au lieu-dit Le Castelas[33],[34],[35].

Le territoire fait partie du comté de Forcalquier en 1125 (XIIe siècle). L’église et ses revenus relèvent dès le XIe siècle du prieuré de Carluc[25],[34], le fief est acheté par la famille des Laincel (XIIIe-XVIIe siècles)[25]. La communauté relève de la viguerie de Forcalquier[34]

Georges de Launcello, damoiseau, puis chevalier, originaire de Forcalquier, baile de Sisteron (1345-1366), fut probablement le seigneur de Saint-Martin-de-Renacas, signalé par M.-Z. Isnard, en 1351[36].

Révolution française[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, la commune de Saint-Martin-de-Renacas compte une société patriotique, créée après la fin de 1792[37].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Les vestiges de l’aménagement de la fontaine sulfureuse

Au cours du XIXe siècle, de nouvelles activités économiques se développent : exploitation de mines de gypse, de lignite, et en 1880, la source d’eaux sulfureuses est aménagée. Son exploitation est autorisée en 1884, et ses eaux sont commercialisées sous différents noms (Eau de Renacas en 1903, puis du Château, puis Huguette à partir de 1933). L’activité cesse définitivement le 6 mai 1942[8].

Comme de nombreuses communes du département, Saint-Martin-de-Renacas se dote d’une école bien avant les lois Ferry : en 1863, elle en possède déjà une qui dispense une instruction primaire aux garçons, au chef-lieu[38]. Aucune instruction n’est donnée aux filles : ni la loi Falloux (1851), qui impose l’ouverture d’une école de filles aux communes de plus de 800 habitants[39], ni la première loi Duruy (1867), qui abaisse ce seuil à 500 habitants, ne concernent Saint-Martin-de-Renacas[40]. Ce n’est qu’avec les lois Ferry que les filles de Saint-Martin-de-Renacas sont régulièrement scolarisées.

En 1892, la commune abandonne le nom de Saint-Martin-de-Renacas pour se renommer Saint-Martin-les-Eaux[27].

Comme toute la France, Saint-Martin-les-Eaux compte des hommes morts au front durant la Première Guerre mondiale. Un exode rural massif se produit de plus durant un siècle, de 1866 à 1968. La population est ainsi divisée par 6.

Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est occupé par l'Italie en de novembre 1942 à septembre 1943, puis par l'Allemagne nazie jusqu'en août 1944. Le débarquement de Provence ainsi que différents bombardements permettent une libération rapide de la zone.

Jusqu’au milieu du XXe siècle, la vigne était cultivée à Saint-Martin-les-Eaux. Le vin produit était destiné à l’autoconsommation. Cette culture est aujourd’hui abandonnée[41].

Une carrière de gypse et une mine de lignite sont exploitées dans les années 1960[42]. Comptant seulement une trentaine d'habitants, la commune fusionne avec Manosque en 1974, puis s’en détache en 1980[27].

Au début du XXIe siècle, la commune se tourne vers la préservation de l'environnement, avec le développement d'énergies renouvelables et d'actions visant à des économies d'énergie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

De par sa population, la commune dispose d'un conseil municipal de 11 membres (article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[43]). Lors du scrutin de 2008 il n’y eut qu’un seul tour avec une participation de 96,47 %. Michèle Crouhy a obtenu 44 voix soit 53,65 % des suffrages exprimés et a ensuite été élue maire par le conseil municipal[44].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire des maires de France.

L'élection du maire est la grande innovation de la Révolution de 1789. De 1790 à 1795, les maires sont élus au suffrage censitaire pour 2 ans. De 1795 à 1800, il n’y a pas de maires, la commune se contente de désigner un agent municipal qui est délégué à la municipalité de canton.

En 1799-1800, le Consulat revient sur l'élection des maires, qui sont désormais nommés par le pouvoir central. Ce système est conservé par les régimes suivants, à l'exception de la Deuxième République (1848-1851). Après avoir conservé le système autoritaire, la Troisième République libéralise par la loi du 5 avril 1884 l'administration des communes : le conseil municipal, élu au suffrage universel, élit le maire en son sein.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945   Gabriel Giraud[45]    
         
mars 2001 mars 2008 Francis Philip    
mars 2008   Michèle Crouhy[46]    

Instances administratives et juridiques[modifier | modifier le code]

Saint-Martin-les-Eaux est une des trois communes du canton de Manosque-Nord qui totalise 12 240 habitants en 2006. Le canton fait partie de l'arrondissement de Forcalquier depuis le et de la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Saint-Martin-les-Eaux fait partie du canton de Manosque-Nord depuis 1973 après avoir fait partie du canton de Reillanne de 1793 à 1973[27]. Saint-Martin-les-Eaux fait partie de la juridiction d’instance et prud'hommale de Manosque, et de grande instance de Digne-les-Bains[47].

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Saint-Martin-les-Eaux en 2009[48]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 8,76 % 30,30 % 5,53 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 16,45 % 8,94 % 14,49 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 29,22 % 31,69 % 47,16 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 11,34 % 6,37 % 10,80 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[49]).

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le parc naturel régional du Luberon. La commune est l'un des soixante-dix-sept membres du parc naturel régional du Luberon, parc qui s'étend, de Cavaillon à l'ouest jusqu'à la Durance à l'est, sur deux départements et quatre-vingt-cinq communes et 185 145 hectares.

Vers le sud, le Luberon domine le bassin de la Durance et le pays d'Aigues.

Le Luberon oriental, à l'est du Parc naturel régional du Luberon.

84,5 % du territoire est en zone naturelle, des forêts en majorité (forêt domaniale de Pélissier). Une grande partie de la commune (à l'exclusion du nord-ouest) est incluse dans la ZNIEFF (Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique) de type 2 « Versant du Grand Luberon » (8 385 ha au total). Il existe également une zone de nature et de silence d'une superficie de 673 ha[50].

La commune a obtenu un prix en 2005, 2006 et 2010 pour ses trois installations photovoltaïques mises en service en 2002 et 2005. La production totale d'électricité est de 38 kWc (soit 20 % de la consommation communale). En 1990, la commune a également installé une chaufferie centrale au bois de 120 kW pour la mairie, quatre appartements et un atelier d’artiste. Elle est enfin passée à l'éclairage public par diode, suite à une étude du Parc[51].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, Saint-Martin-les-Eaux comptait 106 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018, etc. pour Saint-Martin-les-Eaux). Depuis 2004, les autres chiffres sont des estimations.

Évolution démographique
1315 1471 1765 1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841
1 feu inhabité 104 132 124 167 124 147 179 188
1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891
170 174 180 171 186 170 187 173 158 182
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
191 197 139 118 89 97 50 76 53 43
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2011 - -
53 31 - 37 69 104 99 106 - -
Population sans doubles comptes de 1962 à 1999 ; population municipale depuis 2006
(Sources : Baratier, Duby & Hildesheimer pour l’Ancien Régime[42], EHESS[27], Insee à partir de 1968[52],[53],[54])


L’histoire démographique de Saint-Martin-les-Eaux, après la saignée des XIVe et XVe siècles et le long mouvement de croissance jusqu’au début du XIXe siècle, est marquée par une période d’« étale » où la population reste relativement stable à un niveau élevé. Cette période dure tout le siècle, cas unique pour le département, et ne s’interrompt qu’après 1901. L’exode rural commence donc tardivement à Saint-Martin, mais provoque un mouvement de recul démographique très rapide. En vingt ans, la commune perd la moitié de sa population du maximum historique de 1901[55]. De plus, le mouvement de recul se prolonge tardivement, jusqu’aux années 1980, avant de s’inverser. La commune a retrouvé le niveau de 50 % du maximum historique.

Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune ne dispose ni d'école maternelle ni d'école primaire[56]. Les élèves vont aux à l’école publique primaire de Dauphin ou de Saint-Michel-l’Observatoire. Ensuite les élèves sont affectés au collège Le Mont d’Or à Manosque[57],[58]. Ensuite les élèves sont dirigés vers les lycées de Manosque[59], soir le lycée polyvalent Les Iscles[60] soit le lycée Félix-Esclangon[61].

Cultes[modifier | modifier le code]

La paroisse est rattachée à un groupe inter-paroissial qui comprend Aubenas-les-Alpes, Céreste, Dauphin, Lincel, Mane, Montfuron, Montjustin, Oppedette, Reillanne, Sainte-Croix-à-Lauze, Saint-Maime, Saint-Martin-les-Eaux, Saint-Michel-l'Observatoire, Vachères et Villemus. Le culte est célébré alternativement dans les églises de ces quinze communes[62].

L'église possède depuis 1986 une association loi de 1901 "Association pour les intérêts de l'église et des vieilles pierres" (AIES).http://www.les-vieilles-pierres-st-martin-les-eaux.com/

Sports[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

La course cycliste Paris-Nice 2013 traverse la commune lors de l'étape Châteauneuf-du-Pape à la Montagne de Lure.

Économie[modifier | modifier le code]

L'économie communale est basée sur l'agriculture et l’exploitation des ressources géologiques, complétées par quelques activités économiques locales et touristiques.

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'activité agricole utilisait en 1999 135 ha, soit 14,5 % du territoire communal[50]. Elle est orientée vers l'élevage ovin, caprin, bovin, équin, ainsi que vers la polyculture et l'exploitation forestière[4].

Les agriculteurs de la commune de Saint-Martin-les-Eaux ont droit à trois labels appellation d'origine contrôlée (AOC), dont le banon et à neuf labels indication géographique protégée (IGP) (petit épeautre, miel de Provence, agneau de Sisteron)[63].

La culture de l’olivier est pratiquée dans la commune depuis des siècles, tout en étant limitée à des surfaces restreintes. Le terroir de la commune se situe en effet à la limite altitudinale de l’arbre, qui ne peut que difficilement être exploité au-delà des 650 mètres. L’oliveraie de Saint-Martin-les-Eaux occupait moins de 10 hectares au début du XIXe siècle, et compte actuellement plusieurs milliers de pieds exploités[64]. L’huile produite à partir des olives récoltées dans la commune bénéficie des AOC huile d’olive de Provence et huile d’olive de Haute-Provence[63].

Parmi les labels couvrant la commune, ceux concernant le vin (alpes-de-haute-provence (IGP) blanc, rouge et rosé et VDP de Méditerranée blanc, rouge et rosé) ne sont pas utilisés, la vigne n’étant pas cultivée pour une production commerciale dans la commune[41].

Industrie minière[modifier | modifier le code]

Un gisement de sel gemme de 700 m d'épaisseur est exploité par Géosel. Les poches créées servent à stocker des hydrocarbures.

Tourisme[modifier | modifier le code]

L’activité touristique permet l’existence de chambres et table d’hôtes, d’un gîte[4], randonnées…)[50].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Il existe également quelques entreprises (boulangerie, atelier de fabrication pour artisans du bois…)[50],[4].

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église paroissiale

Un grand bâtiment rectangulaire, sans partie en saillie (ni tour ni pavillon), est appelé château : il s’agit d’un ancien établissement de bains[65].

L’église Saint-Martin du début du XIIe, ancien prieuré de Carluc[66],[42], est un monument historique inscrit[67]. Sa nef de deux travées voûtées d’arêtes (second état succédant à une voûte en berceau)[68] débouche sur une abside pentagonale à l’extérieur[69]. Menaçant de tomber en ruines en 1965, elle est restaurée à partir de 1967 par son acheteur, Jean-Marie Léouffre (deuxième prix du concours des chefs-d'œuvre en péril) et rouverte au culte[66]. Quelques reliefs ornant le second pilastre nord[70], de forme très archaïque[8], sont classés au titre objet[71] et sont datés de la deuxième moitié du XIe siècle. Il peut s’agir d’un remploi[8].

Amphithéâtre de la commune

Le château médiéval, remanié au XIXe siècle[5], est occupé par la mairie. Il existe d'autres châteaux : Dherbès, Pochetty, Saint-Jean.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Josette Chambonnet, « Journée archéologique 2000 », in Chroniques de Haute-Provence (no 341-342, 2000), p. 153-154
  • Patrick Ollivier-Elliott, Luberon, pays d'Apt - carnets d'un voyageur attentif

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Habitants de Saint-Martin-les-Eaux », sur habitants.fr.
  2. a et b Roger Brunet, « Cantons de Manosque », Le Trésor des régions, consultée le 10 juin 2013
  3. G. Bessonnat, Eaux thermales et thermominérales de Provence, Ed. Nature en Provence, 1987
  4. a, b, c et d Saint Martin les Eaux, Brochure Alpes de Lumière, 1999, p. 1
  5. a et b Michel de La Torre, Alpes-de-Haute-Provence : le guide complet des 200 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », 1989, Relié, 72 p. (non-paginé) (ISBN 2-7399-5004-7).
  6. Carte IGN.
  7. Les cours d'eau Français (Le Largue)
  8. a, b, c et d Saint Martin les Eaux, op. cit., 1999, p. 3
  9. Saint Martin les Eaux, op. cit., 1999, p. 4
  10. Saint Martin les Eaux Provence Luberon
  11. Météo-France, « Réseau des postes du Sud-Est », Climathèque, consultée le 11 mars 2013
  12. (fr) « Distance entre Saint-Martin-les-Eaux et les plus grandes villes Françaises », Annuaire Mairie
  13. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, Dossier départemental sur les risques majeurs dans les Alpes-de-Haute-Provence (DDRM), 2008, p. 39
  14. a, b et c Ministère de l’Écologie, du développement durable, des transports et du logement, Notice communale sur la base de données Gaspar, mise à jour le 27 mai 2011, consultée le 3 juillet 2012
  15. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, p. 37
  16. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 72
  17. a, b, c et d Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 98
  18. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 75
  19. a et b Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 81
  20. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, DDRM, op. cit., p. 22
  21. Formulaire de recherche, base Dicrim, consultée le 3 juillet 2011
  22. BRGM, « Épicentres de séismes lointains (supérieurs à 40 km) ressentis à Saint-Martin-les-Eaux », Sisfrance, consulté le 3 juillet 2012
  23. Daniel Mouton, « Les fortifications de terre de la Provence médiévale : l’exemple du bassin de la Durance moyenne », Bastides, bories, hameaux. L’habitat dispersé en Provence, Actes des 2e journées d’histoire régionale de Mouans-Sartoux, 15 et 16 mars 1985, Mouans-Sartoux, Centre régional de documentation occitane, 1986, p. 117
  24. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 3 : Formations dialectales (suite) ; formations françaises, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 195),‎ 1991, 1852 p. (lire en ligne), § 28474, p. 1627-1628
  25. a, b, c, d et e Saint Martin les Eaux, op. cit., 1999, p. 2
  26. Jean-Bernard Lacroix, « Naissance du département », in La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 114
  27. a, b, c, d, e et f EHESS, notice communale de Saint-Martin-les-Eaux sur la base de données Cassini, consultée le 31 juillet 2009
  28. Géraldine Bérard, Carte archéologique, op. cit., p. 428
  29. Brigitte Beaujard, « Les cités de la Gaule méridionale du IIIe au VIIe s. », Gallia, 63, 2006, CNRS éditions, p. 18-19
  30. Jean-Pierre Brun, « La viticulture antique en Provence », Gallia, Tome 58, 2001. p. 70.
  31. Philippe Leveau, « L'habitat rural dans la Provence Antique : villa, vicus et mansio. Études de cas », Revue archéologique de Narbonnaise, Tome 35, 2002, p. 60.
  32. Audrey Becker-Piriou, « De Galla Placidia à Amalasonthe, des femmes dans la diplomatie romano- barbare en Occident ? », Revue historique, 2008/3, n° 647, p. 531.
  33. Parc naturel du Luberon, Autour de l’An Mil en pays de Forcalquier, catalogue d’exposition, 2007, p. 31
  34. a, b et c Daniel Thiery, « Saint-Martin-les-Eaux », Aux origines des églises et chapelles rurales des Alpes-de-Haute-Provence, publié le 22 décembre 2010, mis à jour le 23 décembre 2010, consulté le 3 juillet 2012
  35. Daniel Mouton, op. cit., p. 117
  36. Marie-Zéphirin Isnard, État documentaire et féodal de la Haute-Provence : nomenclature de toutes les seigneuries de cette région et de leurs possesseurs depuis le XIIe siècle jusqu'à l'abolition de la féodalité ; état sommaire des documents d'archive communales antérieures à 1790 ; bibliographie et armoiries, Digne, Vial, 1913, p. 358
  37. Patrice Alphand, « Les Sociétés populaires», La Révolution dans les Basses-Alpes, Annales de Haute-Provence, bulletin de la société scientifique et littéraire des Alpes-de-Haute-Provence, no 307, 1er trimestre 1989, 108e année, p. 296-298
  38. Jean-Christophe Labadie (directeur), Les Maisons d’école, Digne-les-Bains, Archives départementales des Alpes-de-Haute-Provence, 2013, (ISBN 978-2-86-004-015-0), p. 9.
  39. Labadie, op. cit., p. 16.
  40. Labadie, op. cit., p. 18.
  41. a et b André de Réparaz, op. cit., p. 56 et 59
  42. a, b et c Sous la direction d’Édouard Baratier, Georges Duby, et Ernest Hildesheimer, Atlas historique. Provence, Comtat Venaissin, principauté d’Orange, comté de Nice, principauté de Monaco, Librairie Armand Colin, Paris, 1969, p. 196
  43. « nombre des membres du conseil municipal des communes », Legifrance
  44. « Résultats élections municipales 2008 à Saint-Martin-les-Eaux », sur linternaute.com
  45. [Sébastien Thébault, Thérèse Dumont], « La Libération », Basses-Alpes 39-45, publié le 31 mars 2014, consulté le 3 avril 2014.
  46. Préfecture des Alpes-de-Haute-Provence, De Saint-Jurs à Soleihas (sic) (liste 7), consulté le 10 mars 2013
  47. « Les Juridictions judiciaires des Alpes-de-Haute-Provence », Ministère de la Justice et des Libertés
  48. « Impots locaux à Saint-Martin-les-Eaux », taxes.com
  49. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  50. a, b, c et d Saint-Martin-Les-Eaux dans l'atlas du PNR du Luberon
  51. Tous pour le photovoltaïque à Saint-Martin-Les-Eaux
  52. « Résultats du recensement de la population - Saint-Martin-les-Eaux », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  53. « Recensement de la population au 1er janvier 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2012)
  54. « Populations légales 2011 en vigueur le 1er janvier 2014 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er janvier 2014)
  55. Christiane Vidal, « Chronologie et rythmes du dépeuplement dans le département des Alpes de Haute- Provence depuis le début du XIX' siècle. », Provence historique, tome 21, no 85, 1971, p. 289.
  56. « Établissement primaires publics des Alpes-de-Haute-Provence », Inspection académique des Alpes-de-Haute-Provence
  57. « Sectorisation des collèges des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,‎
  58. « Site du collège Le Mont d'Or », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  59. « Sectorisation des lycées des Alpes-de-Haute-Provence », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  60. « Site du lycée Les Iscles », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  61. « Site du lycée Félix-Esclangon », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  62. Groupe Avance au Largue
  63. a et b « Liste des appellations AOC et IGP à Saint-Martin-les-Eaux », sur INAO
  64. Réparaz, « Terroirs perdus, terroirs constants, terroirs conquis : vigne et olivier en Haute-Provence XIXe-XXIe siècles », Méditerranée, 109 | 2007, p. 58
  65. Raymond Collier, La Haute-Provence monumentale et artistique, Digne, Imprimerie Louis Jean,‎ 1986, 559 p., p. 271
  66. a et b Raymond Collier, op. cit., p. 86
  67. Arrêté du 11 février 1972, notice de la Base Mérimée, consultée le 9 février 2009
  68. Raymond Collier, op. cit., p. 86
  69. Raymond Collier, op. cit., p. 76
  70. Raymond Collier, op. cit., p. 460
  71. Arrêté du 30 janvier 1995, notice de la Base Palissy, consultée le 12 décembre 2008