Guillaume Ier de Provence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guillaume Ier.
Guillaume, dit le libérateur.

Guillaume Ier de Provence dit le Libérateur, (né v. 955 - mort devant Avignon en 993, après le 29 août).

Fils de Boson II, comte d'Arles et de Constance de Provence, il fut successivement comte d'Avignon (962), comte de Provence (972), marquis de la Provence arlésienne (979) et prince de toute la Provence (991)[1].
En raison d'un oncle appelé lui aussi Guillaume[2], il est parfois dénommé Guillaume II de Provence.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses premières années[modifier | modifier le code]

Guillaume et son frère ainé Roubaud, succèdent à leurs père Boson et oncle appelé lui aussi Guillaume entre 962 et 966. Le comté de Provence leur appartient en indivision, Guillaume devenant comte d'Avignon et Roubaud comte d'Arles suivant la division opérée à la génération précédente entre leurs père et oncle. Il épouse entre 968 et avril 970[3], Arsinde de Comminges[4], fille d'Arnaud, comte de Comminges et d'Arsinde de Carcassonne. Si Arsinde, sa première femme, a parfois été confondue avec Adélaïde, sa seconde, pour ne lui faire qu'une seule et unique épouse, la controverse est aujourd'hui terminée[5]. De cette première union seraient nés :

La libération de la Provence et ses conséquences[modifier | modifier le code]

À la suite à l'enlèvement de l'abbé Mayeul en juillet 972 par les bandes de Sarrasins installées dans le massif des Maures depuis la fin du IXe siècle, le comte Guillaume et son frère Roubaud prennent la tête de l'ost provençal renforcé par les troupes d'Ardouin, comte de Turin. Ils traquent les Maures (quelques centaines d'hommes au mieux) qu'ils écrasent à la bataille de Tourtour en 973, puis les chassent de Provence[6]. Cette campagne militaire contre les Sarrasins conduite sans les troupes de Conrad, masque en fait une mise au pas de la Provence, de l'aristocratie locale et des communautés urbaines et paysannes qui avaient jusque-là toujours refusé la mutation féodale et le pouvoir comtal. Elle permet à Guillaume d'obtenir la suzeraineté de fait de la Provence et avec le consentement royal, de contrôler le fisc de la Provence. Il distribue les terres reconquises à ses vassaux, comme le territoire d’Hyères aux seigneurs de Fos, arbitre les différents et crée ainsi la féodalité provençale[7]. Avec Isarn, évêque de Grenoble, il entreprend de repeupler le Dauphiné et autorise un comte italien nommé Ugo Blavia à se fixer près de Fréjus au début des années 970 pour remettre les terres en cultures.

Son gouvernement et sa renommée[modifier | modifier le code]

Comme son père Boson, Guillaume se fait conseiller par un vicomte qui dès 977 l'accompagne dans tous ces déplacements[8] et il s'appuie sur un groupe important de juges pour rendre la justice[9]. Devenu marquis de Provence en 979, il s'installe à Arles au début des années 980. Sa première femme Arsinde de Comminges (c. 950-983) venant à décéder, il épouse en 984 dans cette cité, contre l'avis du pape, Adélaïde d'Anjou qui vient de se séparer de son époux, le futur roi de France, Louis V. Le couple aura au moins deux enfants :

Pour tout ceci, il est un personnage important des chroniques de Raoul Glaber qui le traite de duc et il apparaît dans une charte de 992 avec le nom de pater patriae.

La fin de sa vie[modifier | modifier le code]

À la fin de sa vie Guillaume devient très pieux et restitue de nombreux biens au temporel de l'Église. Déjà en 991[12], à la demande de l'évêque de Fréjus, Riculf[13], qui implore à Arles auprès du prince la restitution des anciens domaines de l'évêché, Guillaume accède à cette pétition et lui accorde de surplus la moitié de Fréjus et le village de Puget[14]. En 992, il rend également d’importants domaines en Camargue au monastère Saint-Jean d'Arles. En 993, se sentant mourir dans la ville d'Avignon dont il a été le comte, il prend l'habit de moine et fait appel à l'abbé Mayeul pour soulager son âme. Il fait des restitutions et des offrandes à l'abbaye de Cluny[1], et c'est entouré par la multitude de ses sujets, que Guillaume de Provence passe de vie à trépas dans cette ville, peu après le 29 août 993. Avant de mourir, il émet le vœu d'être inhumé à Sarrians, près de Carpentras, dans le prieuré en cours de construction sur la villa offerte à l'abbaye bourguignonne[15].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet - La Provence au Moyen Âge, page 13
  2. Il s'agit du frère de Boson II; Boson était comte d'Arles et Guillaume comte d'Avignon.
  3. Avant avril 970 d'après Les comtes de Provence:
    Wilelmus comes Provincie et coniunx mea Arsinna donated property to Saint-Victor de Marseille by charter dated Apr 970.
  4. La date de naissance d'Arsinde généralement fixée vers 950 pourrait être plus ancienne compte tenu que les enfants du comte Arnaud, son père, sont nés probablement dans les années 930-945. Arsende serait ainsi bien plus âgée que Guillaume. La date de sa mort pose aussi des difficultés. On admet qu'elle se situe entre 979 et 983.
  5. Jean-Pierre Papon, Jules Frédéric Paul Fauris de Saint-Vincens - Histoire générale de Provence ..., page 491 ici :
    Les historiens ne font pas d'accord sur le nombre de ses femmes ; les uns lui en donnent une, les autres deux, savoir Arsinde et Adélaïde. Ce dernier sentiment est le seul qu'on doive suivre ; car, 1°) depuis l'année 968, jusqu'en 979, la femme de Guillaume eut constamment le nom d'Arsinde ; et depuis l’an 986 jusqu'en 1026, elle s'appela Adélaïde : distinction qui n'auroit pas été exactement observée, si la même personne eût porté les deux noms. 2°) Arsinde étoit déjà mariée à Guillaume I l'an 968 ; et si elle eût été la même qu'Adélaïde, elle auroit été comtesse de Provence pendant plus de cinquante huit ans, ce qui ne doit point être admis sans de fortes preuves.
  6. Des sources tardives comme la Chronique de la Novalaise et la Vie de Saint Bobon donnent des informations romancées de ces événements.
  7. Jean-Pierre Poly, La Provence et la société féodale (879-1166), Paris,‎ 1976
  8. Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet - La Provence au Moyen Âge, pages 14
    Martin Aurel précis qu'il s'agit de « Guihem, probablement le fils du comte de Marseille Arlulf ».
  9. Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet - La Provence au Moyen Âge, pages 14
  10. Thierry Stasser, « Adélaïde d'Anjou, sa famille, ses unions, sa descendance. État de la question », Le Moyen Âge, vol. 103, no 1,‎ 1997, p. 9-52 (ISSN 0027-2841)
  11. Ermengarde est parfois considérée comme la fille d'Adélaïde et d'Étienne de Gévaudan.
  12. La GCN, page 333 indique le 6 mars 990
  13. Neveu de Teucinde d'Arles.
  14. Martin Aurell, Jean-Paul Boyer et Noël Coulet - La Povence au Moyen Âge, pages 14-15
  15. Ibidem, page 13