Sarrians

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sarrians
La mairie
La mairie
Blason de Sarrians
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Carpentras-Nord
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Anne-Marie Bardet
2014-2020
Code postal 84260
Code commune 84122
Démographie
Gentilé Sarriannais, Sarriannaises
Population
municipale
5 837 hab. (2011)
Densité 156 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 05′ 03″ N 4° 58′ 19″ E / 44.0841666667, 4.97194444444 ()44° 05′ 03″ Nord 4° 58′ 19″ Est / 44.0841666667, 4.97194444444 ()  
Altitude 36 m (min. : 26 m) (max. : 118 m)
Superficie 37,49 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Sarrians

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Sarrians

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sarrians

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sarrians
Liens
Site web http://www.ville-de-sarrians.com

Sarrians est une commune française située dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Ses habitants sont dénommés les Sarriannais[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est dans la plaine, au sud du mont Ventoux, à l'ouest des monts de Vaucluse, à l'est du Rhône et au nord de la Durance, entre Avignon, Carpentras et Orange.

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Le bourg de Sarrians est situé à environ 15 km au sud-est d'Orange et à 8 km au nord-ouest de Carpentras par la route départementale 950. Les routes départementales 21, 31, 52, 55 et 221 passent elles aussi sur la commune.

La voie de chemin de fer a été fermée. Elle est aujourd'hui remplacée par la Via venaissia, une véloroute qui joint Jonquières à Sarrians. Elle sera prolongée à l'Ouest vers Orange et à l'est vers Carpentras.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7 et la gare TGV la plus proche est la gare d'Avignon TGV.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Jonquières Vacqueyras Beaumes-de-Venise Rose des vents
Courthézon N Aubignan
O    Sarrians    E
S
Bédarrides Monteux Loriol-du-Comtat

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

La commune a son territoire situé dans la plaine alluvionnaire du Comtat Venaissin

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ouvèze délimite une partie de la commune, qui est aussi traversée par le canal de Carpentras et a sur son territoire dix vallats (torrents à sec) qui servent de déversoirs lors des gros orages[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d'influence du climat méditerranéen. Son climat est donc soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps[4]. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • Le mistral assainit le vignoble, principale culture de ce terroir
  • La saisonnalité des pluies est très marquée
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.
Mois
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Températures moyennes (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34,0 465,4
Source : Données climatologiques de Carpentras 2000-2007

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les noms attestés de la commune, Sarrianis (1016), Sarrianis castri (1023), Sarrianum Villam (1037) et Sarriano (1267) permettent de penser à une racine sar-ser ayant le sens de colline (lou serre en provençal) accolée à une seconde racine ria(is) signifiant rivière[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La colonisation romaine a laissé des traces sur le territoire communal. Un bloc épigraphique a été retrouvé à la grange dénommée « Le Clos » où il se trouve encore sur place. Sur le site de la Bertrane ce sont des tombes à mobilier qui ont été exhumées avec des urnes. Tandis que de nombreuses médailles et monnaies antiques ont été retrouvées éparpillées[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Xe siècle, Guillaume Ier, comte de Provence, très lié avec dom Mayeul, le 4e abbé de Cluny, désira fonder un monastère bénédictin pour y être enseveli. Il choisit une de ses terres, près de Piécard (Podium Aicardi), dit le Vieux Sarrians, et son vœu fut exaucé après sa mort en 992. Placé sous la protection de la Sainte-Croix[1], ce monastère eut le statut de prieuré dépendant de Saint-Saturnin-du-Port, grand prieuré de Cluny pour toute la basse Provence. Son prieur était seigneur de Sarrians et Piécard avec le titre de baron. Un premier castrum fut édifié en 1023[1]. Cette même année se tint, à Saint-Privat, dont une ferme a conservé le nom un concile des « Trois Provinces » où participèrent archevêques et évêques du Dauphiné, du comté et du marquisat de Provence. Une second concile suivit, toujours à Saint-Privat, lorsqu'en 1037, l'archevêque Raimbaut d'Arles vint consacrer la prioriale Sainte-Croix avec les évêques de Gap, Sisteron, Vaison et Carpentras[5].

Le suzerain du marquisat de Provence (futur Comtat Venaissin) était le comte de Toulouse qui inféoda ce fief à Barral des Baux[1]. Tout au cours de la période qui va suivre, les habitants délaissèrent, petit à petit, Piécard, pour s'établir autour du prieuré. Pourtant, en 1253, le prieur de Saint-Saturnin, rend encore hommage pour Sarrians et Piécard au comte de Toulouse. Il en est de même en 1269, où Bertrand des Baux, fils de Barral, est dit seigneur de Piécard[1].

En 1274, après la croisade contre les Albigeois, le marquisat étant revenu au Saint-Siège, Rostaing de Sainte-Jalle, le prieur de Saint-Saturnin-du-Port, esta contre Bertrand des Baux pour s'approprier sa part de seigneurie. Il y eut arbitrage en 1275[1] et une bulle de Grégoire X confirma que désormais le prieur clunisien restait seul baron de ce fief et que Bertrand était son feudataire[6].

En 1357, l’arrivée de L’Archiprêtre dans la région provoque une vague de constructions de fortifications. Dans un premier temps, Sarrians se limite à la fortification de l’église et de la maison claustrale comme refuges, en 1364[7], travaux financés par la levée d’un impôt du vingtième pour construire une maison forte et restaurer la prioriale. Quelques années plus tard, alors que le Comtat Venaissin était en permanence sous les menaces des Routiers débandés lors des trêves de la guerre de Cent Ans, il fut construit une enceinte garnie de tours et précédée de douves qui fut achevée en 1371[6],[7]. Il en resta la « Tour de la Gache » jusqu'au milieu du XXe siècle[8]. Ce fut cette même année que les derniers habitants délaissèrent Piécard et rejoignirent Sarrians[6].

Les premiers statuts de la commune lui furent octroyés en 1445. Ils accordaient une certaine indépendance puisque, en 1492, les Sarriannais purent édifier leur « Maison Commune » et bâtir une Halle aux grains.

Période moderne[modifier | modifier le code]

En dépit de ses fortifications, la cité fut assiégée et prise, en 1562, par le baron des Adrets et ses religionnaires[8]. Une grande partie des habitants se réfugièrent à Carpentras[6].

En 1684, François Niccolini, le vice-légat d'Avignon autorisa que Sarrians ait désormais un statut de ville. L’année précédente, il avait déjà octroyé aux consuls le droit de porter le chaperon de velours. Ce changement de statut impliqua une réforme des précédents et les nouveaux furent définis en 1692.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Alors qu'en France se développait la Révolution, le Comtat Venaissin était entré en ébullition. Il y eut des heurts entre les patriotes et les papistes, les premiers étaient partisans du rattachement à la France, les seconds désiraient rester sous le régime pontifical. L'armée des patriotes d'Avignon s'en fut donc assiéger Carpentras où s'étaient concentrés les papistes. Le 19 avril 1791, alors qu’elle campait à Sarrians, elle apprit que du château de Tourreau, qui se trouvait sur cette commune, allait partir une contre-attaque. Celui-ci fut pris, pillé et incendié[8].

En 1794, la commune changea de nom et décida qu'elle se nommerait désormais Marat[6].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Sarrians fut dès 1940 une plaque tournante de la clandestinité et de la résistance (Front national, FTPF, AS), dont les deux principaux responsables, Albin Durand et Marius Bastidon furent tués en août 1944. Le 1er août 1944, la commune fut le théâtre d'un drame qui marque encore aujourd'hui les consciences des habitants. Les résistants, Albin Durand et Antoine Diouf, furent torturés et assassinés par un commando de collaborationnistes. Un autre résistant, Lucien Faraud fut mortellement blessé le même jour par les allemands et un habitant, Paul Roux, qui portait secours à un blessé a été tué. Cette date est officiellement commémorée chaque année.

La « tour de la Gache », seul vestige des fortifications du XIVe siècle, qui menaçait de s'écrouler dut être démolie[6].

La commune, riveraine de l'Ouvèze fut l'une des plus touchées et sinistrées lors des catastrophiques inondations du 22 septembre 1992.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Henri Martin    
mars 2008 mars 2014 Bayet Michel PS/divers  
mars 2014 en cours Bardet Anne-Marie UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement dans le cadre de la communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du Ministère de l'écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et de MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[9].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 837 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 943 1 901 2 082 2 497 2 625 2 655 2 730 2 876 3 026
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 078 3 122 3 064 3 010 2 724 2 480 2 517 2 451 2 660
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 590 2 591 2 600 2 358 2 389 2 406 2 717 2 816 3 002
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
3 301 3 554 4 052 5 030 5 094 5 459 5 679 5 837 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède deux écoles maternelles Maternelle des P'tit Mousses et Les Sablons et deux écoles primaires Paul Cézanne et Marie Mauron[12]. Ensuite les élèves sont dirigés vers le collège Alphonse Silve[13] à Monteux[14], puis le lycée Jean-Henri Fabre à Carpentras ou bien sur le lycée Victor Hugo qui se situe lui aussi a Carpentras

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Sarrians dispose de nombreuses associations sportives[15] : karaté, pêche, bicross, judo, randonnées, pétanque, etc.

Piste de bicross au sud-est du village et deux circuits VTT.

Santé[modifier | modifier le code]

Centre médical Jean-Giono (médecine générale et gériatrie), une clinique vétérinaire, 2 pharmacies... Hôpital sur Carpentras.

Cultes[modifier | modifier le code]

Église catholique des SS. Pierre et Paul.

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Pendant toute la seconde moitié du XXe siècle, la commune accueillait des industries de transformation et de conserves de tomates. L'ensemble de celles-ci sont actuellement fermées.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au XIXe siècle, les agriculteurs cultivaient garance, céréales, vers à soie et fourrages. Actuellement en plaine, ils se sont spécialisés sur la culture extensive du blé et la production de primeurs (fruits et légumes). Tandis que sur les Hautes garrigues de Sarrians, le vignoble est producteur de Vacqueyras, un des quatre crus du Vaucluse.

Un haras au sud du bourg.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du mont Ventoux, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

Pour loger ses touristes, Sarrians dispose d'un camping, de chambres d’hôtes ainsi que de locations de vacances.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

église
Chapelle Saint Joseph et les 3 rois de Sarrians
  • Restes de remparts.
  • Église Saint-Pierre-et-Paul et sa surprenante coupole sur trompes,
  • Château de Tourreau (XVIIIe siècle), à l'ouest du bourg.
  • Château Brunelly (XVe siècle),
  • Milord (fin XVIIe siècle),
  • Château de Verclos,
  • Plusieurs chapelles rurales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Sarrians

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à deux clefs d'or passées en sautoir accompagnées en chef d'une tour donjonnée d'or, ouverte du champ, ajourée et maçonnée de sable

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986,‎ 1986 (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (rééd.), 1997,‎ 1997 (ISBN 284406051X)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Robert Bailly, op. cit., p. 394.
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. Robert Bailly, op. cit., p. 397.
  4. La climatologie du Vaucluse
  5. Robert Bailly, op. cit., p. 396.
  6. a, b, c, d, e et f Robert Bailly, op. cit., p. 395.
  7. a et b Germain Butaud, « Villages et villageois du Comtat Venaissin en temps de guerre (milieu XIVe-début XVe siècle) », in Christian Desplat, Les villageois face à la guerre : XIVe-XVIIIe siècle, Actes des XXIIe Journées internationales d’histoire de l’abbaye de Flaran, 8, 9, 10 septembre 2000, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2002, (ISBN 2-85816-603-X), p. 55-56.
  8. a, b et c Jules Courtet, op. cit., p. 298.
  9. Responsabble Natura 2000
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  13. collège Alphonse Silve, Vaucluse
  14. Carte scolaire du Vaucluse
  15. Liste des Associations Sportives Sarriannaises
  16. a et b (fr) sportifs de Sarrians