Loggia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Loggia du château des ducs de Bretagne, à Nantes

Une loggia est un élément architectural se présentant sous la forme d'un renfoncement en retrait de façade formant un espace spacieux à arcades à colonnes, souvent couvert, comportant une fermeture au moins sur l'une de ses faces et souvent une communication vers le bâtiment sur lequel elle est adossée, à son arrière ou au-dessus, vers les étages.

Présentation[modifier | modifier le code]

Elle s'apparente à la stoa grecque et se différencie du portique, de la galerie, du péristyle, même si une colonnade y est présente (voir ces termes d'architecture).

Elle apparaît à la Renaissance, en Italie, et son usage se répand dans toute l'Europe ensuite par la notoriété de ses architectes, autant artistes et sculpteurs italiens, reconnus comme Andrea Orcagna, Giambologna, Michel-Ange, Pietro Tacca... Dans une demeure patricienne, elle se situe le plus souvent au piano nobile.

En architecture moderne, dans l'habitat, ce terme désigne usuellement un balcon couvert ne débordant pas de la façade, sans taille ou forme de plate-forme ou forme de garde-corps précis.

Exemples en Italie (origine du terme)[modifier | modifier le code]

À Florence[modifier | modifier le code]

À Sienne[modifier | modifier le code]

À Rome[modifier | modifier le code]

En France[modifier | modifier le code]

Ailleurs[modifier | modifier le code]

  • La loggia Feldherrnhalle à Munich en Allemagne, sur le modèle de la Loggia dei Lanzi de Florence
  • La loggia du Rathaus de Poznań, en Pologne
  • La loggia du parc Libosad à Nový Jičín en Tchéquie

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :