Pinus halepensis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pin d'Alep

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Un bosquet de pins d'Alep (Pinus halepensis)

Classification
Règne Plantae
Division Pinophyta
Classe Pinopsida
Ordre Pinales
Famille Pinaceae
Sous-famille Pinoideae
Genre Pinus

Nom binominal

Pinus halepensis
Mill., 1768

Répartition géographique

alt=Description de l'image Mapa-pinus-halepensis1.png.


Pinus halepensis - Muséum de Toulouse

Le Pin blanc de Provence ou Pin d'Alep (Pinus halepensis) est un conifère de la famille des Pinacées. C'est le botaniste écossais Philip Miller qui lui donna abusivement ce nom scientifique, en 1768. En effet, c'est le Pinus brutia qui pousse principalement dans la région d'Alep. Sa répartition géographique est essentiellement autour des côtes méditerranéennes, et plus particulièrement en Afrique du Nord et en Espagne. Il est parfois appelé Pin blanc ou Pin de Jérusalem.

Description[modifier | modifier le code]

Arbre d'environ 20-30m souvent penché et peu droit, la cime est assez écrasée, irrégulière et claire, les branches sont assez étalées. Il a une longévité de 500 ans environ.

Les rameaux sont vert clair puis gris clair, assez fins, faisant souvent une seconde pousse la même année (polycyclique).

les bourgeons non résineux sont ovoïdes, aigus, bruns, à écailles libres frangées de blanc.

L'écorce est d'abord lisse et gris argenté, puis crevassée, écailleuse, gris brunâtre.

Les feuilles sont des aiguilles par deux, fines, aiguës souples, de 6 à 10 cm, vert grisâtre, appliquées le long des pousses et surtout groupées en pinceaux à l'extrémité des rameaux, persistant 2 à 3 ans.

Les cônes mâles sont jaunes teintés de rouge, oblongs, peu serrés ; les femelle sont pédonculées rose et violacé.

Les cônes femelles sont gros de 6 à 12 cm, à pédoncules épais de 1 à 2 cm, souvent isolés, brun clair luisant, écussons aplatis, secs ils demeurent plusieurs années avant de tomber. Graines gris-noir moyennes.

Source: FLORE FORESTIERE

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Organes reproducteurs
    • Type d'« inflorescence » : cône
    • Répartition des sexes : monoïque
    • Type de pollinisation : anémogame
    • Période de floraison : mai
  • Graine
  • Habitat et répartition
    • Habitat type : bois méditerranéens sempervirens
    • Aire de répartition : méditerranéen

données d'après: Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Répartition[modifier | modifier le code]

Un pin d'Alep à Sète, France.
Miramas le Vieux Pin d'Alep, France

Cet arbre est spontané sur les bords de la Méditerranée : assez commun en Afrique du Nord, Espagne, France et Italie, on le trouve aussi à l'est : Israël, Jordanie, Liban, Syrie, Turquie, Grèce, Albanie, Croatie, Ukraine etc. et a été introduit en Californie. On le trouve en France dans la région méditerranéenne, jusqu'à 600- 800 m sur les versants sud, dans les régions de garrigue. Il remonte difficilement au delà de Montélimar et de Carcassonne. Jugé envahissant, très sensible aux incendies, le pin d'Alep est pourtant le seul grand arbre à pousser facilement et naturellement dans la roche calcaire au sol pauvre et sec. Il résiste très bien sur le littoral méditerranéen, en plein soleil et face aux embruns. Il apparaît même en régions semi-désertiques, notamment en Libye, où sa tolérance à la sécheresse est remarquable (il supporte des moyennes annuelles de précipitations de seulement 250 mm). Il craint en revanche les périodes prolongées de gel et se trouve très vulnérable face aux chutes de neige importantes; ses branches sont fragiles et cassent facilement, l'arbre peut même être déraciné.

Outre l'avifaune, le pin d'Alep héberge notamment: le mulot, l'écureuil, la cigale, la chenille processionnaire du pin et le bombyx du pin.

Propriétés et utilisations[modifier | modifier le code]

La surface occupé par cette essence est d'environ 236 000 hectare dont 202 000 en région Provence Alpes Côte d'Azur représentant environ 9,5 millions de m³ de production.

Le bois souple et dur fut utilisé pour l'étayage des mines, la construction navale et la charpenterie. La qualité est moyenne et les nœuds sont fréquents. Il est assez riche en canaux résinifères; peut donc être gemmé car sa résine est appréciée, mais pas assez abondante pour que le gemmage soit encore pratiqué en France. (le gemmage consiste a blesser le pin pour en extraire la gemme ou résine).

Les pêcheurs se sont longtemps servis de son écorce pilée et bouillie, dont les tanins renforçaient et teignaient les filets.

Les Grecs utilisent sa résine pour parfumer la retsina, un vin local. Une autre utilisation typiquement tunisienne est l'Assidat zgougou, préparée à l'occasion du Mouled.

Sylviculture[modifier | modifier le code]

La productivité est de 3 à 5 m3/ha/an. Il est généralement planté en futaie régulière pure ou en mélange.

Le diamètre d'exploitabilité est de 35 à 40 cm, à l'âge de 80 à 120 ans; 80 ans en pratiquant des éclaircies vigoureuses.

La régénération naturelle ne pose pas de problème. En régénération artificielle les plants doivent être âgés de 1 ans en conteneur, la densité de plantation conseillée est de 1 000 plants à l'hectare (environ 3 m × 3 m). Le mode de plantation est en plein découvert sur terrain propre. La reprise est bonne et la croissance s'accélère après 3-5 ans.

Conduite du peuplement installé:

L'objectif est de produire en 80 ans des arbres avec un diamètre de 35 à 45 cm.

Dépressage

Il est conseillé d'intervenir au moment du dernier nettoiement (quand le peuplement a entre 2,5 m et 3 m de hauteur) pour le ramener à 1 500 tiges par hectare, ce qui fait une distance moyenne entre les tiges de 2,5 m.

Élagage

Comme pour toutes les espèces forestières auquel l'élagage artificiel est conseillé, il faut intervenir dès que le diamètre à 1,30 m du sol dépasse les 10 à 12 cm. Seuls les 200 arbres objectifs sont à élaguer jusqu'à 3 m de hauteur pour la 1re intervention.

Éclaircies

Les éclaircies conseillées pour cette essence sont des éclaircies fortes ainsi que des rotations de 10 à 15 ans, le prélèvement doit être de l'ordre de 30 à 40 m3/an.

Age Hauteur dominante nombre de tiges/ha
10 3 15000
40 10 1500
55 13 700
70 15 350
90 17 200

source: le livre RÉFÉRENCE SYLVICULTURE.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :