Séguret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir séguret (AOC).
Séguret
Le village de Séguret et son vignoble
Le village de Séguret et son vignoble
Blason de Séguret
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement de Carpentras
Canton Canton de Vaison-la-Romaine
Intercommunalité Communauté de communes Pays Vaison Ventoux
Maire
Mandat
Thierry Goliard
2014-2020
Code postal 84110
Code commune 84126
Démographie
Gentilé Ségurétains, Ségurétaines
Population
municipale
847 hab. (2011)
Densité 40 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 12′ 24″ N 5° 01′ 25″ E / 44.2066666667, 5.02361111111 ()44° 12′ 24″ Nord 5° 01′ 25″ Est / 44.2066666667, 5.02361111111 ()  
Altitude 250 m (min. : 125 m) (max. : 513 m)
Superficie 21,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Séguret

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Séguret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Séguret

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Séguret

Séguret est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Séguret est situé dans le Haut Vaucluse au Nord des dentelles de Montmirail et à l'Ouest du Mont Ventoux. Le village est bâti au pied d'une colline surmontée de son château féodal en ruine. Séguret a la chance de faire partie de l'association des « plus beaux villages de France ».

Accès et transports[modifier | modifier le code]

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7.

Trois routes départementales passent par cette commune : La 23 qui relie le bourg de la commune au bourg de Sablet, la 977 qui la traverse au niveau de la plaine sur un axe nord-sud et la 88 qui part du bourg en direction du nord.

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Vue sur la plaine de Séguret

Le bourg est posé à l'extrémité ouest de la chaîne des Dentelles de Montmirail, partie la plus occidentale du massif des Baronnies qui constitue la première avancée des Alpes dans la vallée du Rhône. Il s'agit d'une série de dalles rocheuses du Tithonien (Jurassique) reposant sur des sols calcaires. L'ouest du bourg jusqu'à l'Ouvèze est quant à lui composé essentiellement d'une plaine alluvionnaire (sols du quaternaire).

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ouvèze forme la limite ouest de la commune. Plusieurs ruisseaux se sont formés au sein des Dentelles comme le ruisseau de Malmont ou encore celui du grand Alizié qui passe en bordure nord de la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare. Le climat de ce terroir est soumis à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps. Sa spécificité est son climat méditerranéen qui constitue un atout exceptionnel :

  • Le mistral assainit le vignoble
  • La saisonnalité des pluies est très marquée
  • Les températures sont très chaudes pendant l'été.

Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[2].

Relevé météorologique de Séguret
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 23 23 19,5 15,5 9 6,5 14,3
Température moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,5
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
1985
−14,5
1956
−9,7
2005
−2,9
1970
1,3
1979
5,7
1984
9
1953
8,3
1974
3,1
1974
−1,1
1973
−5,4
1952
−14,4
1962
Record de chaleur (°C)
date du record
20,3
2002
23
1960
27,2
1990
30,7
2005
34,5
2001
38,1
2003
40,7
1983
42,6
2003
35,1
1966
29,6
1985
24,6
1970
20,2
1983
Précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 42,7 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,8 52,8 34 460,6
Source : Données climatologiques de Vaison-la-Romaine 2000-2007
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10
6
36,5
 
 
 
12
7,5
23,3
 
 
 
16
11
24,9
 
 
 
18
13
42,7
 
 
 
23
17,5
45,6
 
 
 
27
21
25,4
 
 
 
30
23
20,9
 
 
 
30
23
29,1
 
 
 
25
19,5
65,8
 
 
 
20
15,5
59,8
 
 
 
13
9
52,8
 
 
 
10
6,5
34
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30° selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et −12,8 °C le 5 janvier 1985. Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[3]. Le tableau suivant indique les différentes vitesse du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et à sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[4].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du Mistral
Jan. Fev. Mars. Avril. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Dec.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

La colonisation romaine fut importante. Elle se concentra dans l'actuel quartier d'Aubusson, où ont été retrouvées de nombreuses traces d'un vicus ainsi qu'une statue colossale de Jupiter et un autel à Silvain, le dieu au maillet de tonnelier[5].

En 611 est fondé le monastère de Prébayon, réservée aux moniales. La charte accordée par Artemius, évêque de Vaison, à l'abbesse Rusticule, de Saint-Césaire d'Arles et compagne de la reine Radegonde, mentionne la présence de vignes dans ses domaines. C'est la plus ancienne trace écrite d'un vignoble lié à une appellation dans la région[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Ruine actuelle du château fort de Séguret

À partir du Xe siècle, Séguret, au sein du Comtat Vénaissin, appartient au Comte de Toulouse. Pour affirmer son autorité, le Comte de Toulouse fait bâtir une série de château fort dans la région. Il reste aujourd'hui une partie du château qui surplombait le village de Séguret, dont une tour en ruine que l'on peut voir de la plaine.

Séguret au XVIIe siècle

Il s'ensuit une période de trouble entre le Comte de Toulouse, le Roi de France, le Pape et le Prince d’Orange qui se disputent les terres du Comtat. En 1240, le Comte de Toulouse rachète Séguret au Prince d’Orange pour 35 000 sous raymondins. En 1274, le Comtat revient officiellement au Pape. La Papauté administrera les terres de Séguret 517 ans de 1274 à 1791.

Le 25 février 1365, Bertrand III des Baux, frère de Raymond V, prince d’Orange, rendit hommage à Urbain V pour son fief viticole d’Olonne qu’il avait acquis à Séguret. Ce vignoble passait pour fournir un « vin de requête », c'est-à-dire un vin fort renommé[7].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Confrérie des Chevaliers du Gouste-Séguret, Compagnons de Saint-Vincent, lors du Ban des Vendanges 2010, à Avignon

Création en 1685 de la première confrérie de vignerons qui plaça à sa tête une femme, la « baylesse ». C'est une confrérie mixte qui comprend : bayle, chambellan, épistolière, argentier, archiviste, maître de ripailles, maître des chais, cellerier, bouteiller, tabellion et bannerets[8].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Le 28 mai 1755, Benoît XIV, érige en marquisat le fief viticole d'Olonne en faveur de Joseph-Siffrein de Tillia, de Carpentras.

En 1791, la Papauté n'administre plus le Comtat Venaissin. Suite à un référendum, le Comtat devint Français et Républicain.

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

La cave coopérative de Roaix-Séguret a été fondée en 1960. C'est la plus récente du département. Le 2 novembre 1966, les vins de la commune eurent droit à postuler à l'appellation côtes-du-rhône villages. Ce décret à depuis été modifié le 12 février 1999[9].

Le 4 septembre 1984, renaissance de la « Confrérie des Chevaliers du Gouste-Séguret, Compagnons de Saint-Vincent », héritière de celle fondée dans le village en 1685. Elle s'est fixée deux chapitres annuels, celui de la Saint-Vincent, et celui d'été lors de la fête locale qui correspond maintenant à la « fête des vins ». Au cours de ces chapitres ont lieu les intronisations parmi lesquelles celles de Daniel Ceccaldi, Jean Ferniot, Éric Champ, du professeur émérite René Grosso, Corinne Le Poulain, Jean Raspail, Pierre Tchernia[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La plus ancienne graphie est attestée en 1076 sous la forme de Secureto. Ce qualificatif provient du latin securus (sûr), appliqué à un château fort[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Séguret

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à la tour d'or, maçonnée de sable, posée sur un mont de trois coupeaux d'argent, au chef cousu de gueules chargé d'une clef aussi d'or et d'une clef aussi d'argent passées en sautoir.[notes 1]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

mairie de Séguret
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1899 1906 Hugues Joseph Laurent Meffre    
1912 1921 Hugues Joseph Laurent Meffre    
mars 2001 mars 2008 Thierry Goliard    
mars 2008 en cours Thierry Goliard    
Les données manquantes sont à compléter.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la Communauté de communes Pays Vaison Ventoux, qui fait elle-même partie du Syndicat mixte d'aménagement de l'Aygues et du Syndicat mixte d'aménagement du bassin de l'Ouvèze (SIABO).

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Séguret en 2009[12]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 7,65 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 10,81 % 0,00 % 9,91 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 43,76 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 18,69 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Démographie[modifier | modifier le code]

Ses habitants sont appelés les Ségurétains.

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Séguret compte 911 habitants (soit une augmentation de 2 % par rapport à 1999).

La commune occupe le 10 164e rang au niveau national, alors qu'elle était au 9 522e en 1999, et le 87e au niveau départemental sur 151 communes. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Séguret depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1861 avec 1 253 habitants.

En 2011, la commune comptait 847 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
933 894 920 983 1 127 1 141 1 197 1 185 1 186
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 248 1 253 1 248 1 153 1 107 1 020 1 005 912 895
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
878 856 822 791 732 731 664 650 686
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
725 675 687 714 798 892 904 847 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2004[14].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (23,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) tout en étant toutefois inférieur au taux départemental (23,5 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,5 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %). La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 18,5 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 21,2 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 20,8 %) ;
  • 51,5 % de femmes (0 à 14 ans = 17,6 %, 15 à 29 ans = 13,1 %, 30 à 44 ans = 18,5 %, 45 à 59 ans = 25,3 %, plus de 60 ans = 25,4 %).
Pyramide des âges à Séguret en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,5 
90  ans ou +
2,1 
6,8 
75 à 89 ans
10,9 
13,5 
60 à 74 ans
12,4 
24,7 
45 à 59 ans
25,3 
21,2 
30 à 44 ans
18,5 
14,8 
15 à 29 ans
13,1 
18,5 
0 à 14 ans
17,6 
Pyramide des âges du département deVaucluse en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,6 
75 à 89 ans
9,6 
14,3 
60 à 74 ans
14,8 
20,4 
45 à 59 ans
20,5 
20,3 
30 à 44 ans
19,9 
18,3 
15 à 29 ans
16,8 
19,7 
0 à 14 ans
17,3 

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vignoble produit de vins classés en Côtes-du-rhône villages. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays de la Principauté d'Orange.

Article détaillé : Séguret (AOC).

Tourisme[modifier | modifier le code]

AOC Séguret - Sélection vieilles vignes - 2006
Dégustation dans un caveau de Séguret

L'œnotourisme recouvre de nombreuses activités de découverte : dégustation des vins, visite de caves, rencontre avec les propriétaires, découverte des métiers et techniques de la vigne, connaissance des cépages, des terroirs, des appellations, de la gastronomie locale. À cet aspect festif s'ajoutent les activités sportives et de loisirs : promenades et randonnées dans les vignobles.

Pour les touristes, une charte de qualité des caveaux de dégustation a été mise en place dans la vallée du Rhône pour l'ensemble des vignobles par Inter Rhône[17]. Elle propose trois catégories différentes d'accueil en fonction des prestations offertes par les caves[18].

La première - dite accueil de qualité - définit les conditions de cet accueil. Un panneau à l'entrée doit signaler que celui-ci est adhérent à la charte. Ce qui exige que locaux et ensemble du matériel utilisé sont d'une propreté irréprochable (sols, table de dégustation, crachoirs, verres)[17].

La seconde - dite accueil de service - précise que le caveau est ouvert cinq jours sur sept toute l'année et six jours sur sept de juin à septembre. Il dispose d'un site internet et fournit à sa clientèle des informations sur la gastronomie et les produits agroalimentaires locaux, les lieux touristiques et les autres caveaux adhérant à la charte. Des plus les fiches techniques sur les vins proposés sont disponibles en anglais[19].

La troisième - dite accueil d'excellence - propose d'autres services dont la mise en relation avec d'autres caveaux, la réservation de restaurants ou d'hébergements. Il dispose d'un site Internet en version anglaise et le personnel d'accueil parle au moins l'anglais[20].

Équipements ou Services[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune une bibliothèque minicipale[21].

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire

La commune possède une école maternelle et une école primaire, La Calade[22], ensuite les élèves sont affectés au collège Joseph d'Arbaud à Vaison-la-Romaine[23], puis vers le lycée Jean-Henri Fabre à Carpentras.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune de Séguret possède une association de football[24].

Santé[modifier | modifier le code]

Les premiers services de santé sont sur la proche commune de Sablet[21].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Séguret 2 by JM Rosier.jpg

La paroisse catholique de Séguret dépend du Diocèse d'Avignon, doyenné de Valréas-Vaison-la-Romaine[25].

Fêtes[modifier | modifier le code]

Fête des vins annuelle dans le vieux village avec tous les producteurs de Séguret à la fin du mois de juillet. Festival des soupes au cours du mois d'octobre avec finale désignant la meilleure soupe à la Toussaint[26]

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Communauté de communes Pays Vaison Ventoux.Il existe une déchèterie à l'entrée de Vaison-la-Romaine et une décharge à gravats à Villedieu[21].

La commune est incluse dans la zone de protection Natura 2000 « l'Ouvèze et le Toulourenc », sous l'égide du Ministère de l'écologie, de la DREAL Provence-Alpes-Côte-d'Azur, et de MNHN (Service du Patrimoine Naturel)[27].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Fontaine des Mascarons de Séguret, classée au Monuments Historiques
  • Église Saint-Denis, Xe siècle
  • Chapelle Sainte Thècle
  • Château féodal en ruine
  • Fontaine et lavoir
  • Ruelles caladées
  • Portes anciennes
  • Fontaine des Mascarons, classé au titre des monuments historiques[28]

Galerie Photo[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon, 1986,‎ 1986 (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.), 1997,‎ 1997 (ISBN 284406051X)
  • Patrick Saletta (sous la direction de), Haute Provence et Vaucluse - Les Carnets du Patrimoine, Les Guides Masson, Paris, 2000,‎ 2000 (ISBN 2707204080)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Armorial du Comtat Venaissin
  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  2. La climatologie du Vaucluse.
  3. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  4. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF]
  5. Robert Bailly, op. cit., p. 404.
  6. Jules Courtet, op. cit., p. 311
  7. Louis Barthélemy, Inventaire chronologique et analytique des chartes de la maison des Baux, Marseille, 1882, Ch. XIV, f° 1364.
  8. Robert Bailly, Confréries vigneronnes et ordres bachiques en Provence, Édisud, Aix-en-Provence, 1988, p. 103.(ISBN 2857443439)
  9. Décret concernant les AOC villages des côtes-du-rhône
  10. Robert Bailly, Confréries vigneronnes et ordres bachiques en Provence, Édisud, Aix-en-Provence, 1988, pp. 103 à 105.(ISBN 2857443439)
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1928, p. 1707.
  12. « Impots locaux à Séguret », taxes.com
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  15. « Évolution et structure de la population à Séguret en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 septembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population deVaucluse en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 25 septembre 2010)
  17. a et b Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône
  18. Charte de qualité des caveaux de dégustation de la vallée du Rhône
  19. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil de service
  20. Les exigences de la charte de qualité d'Inter Rhône : Accueil d'excellence
  21. a, b et c infos-pratiques sur le site de la mairie
  22. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  23. Carte scolaire du Vaucluse
  24. http://www.seguret.fr/public/?code=pub_association#grnum4
  25. paroisse de Séguret
  26. Festivités du village
  27. Responsabble Natura 2000
  28. « Notice no PA00082164 », base Mérimée, ministère français de la Culture