Châteauneuf-du-Pape

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections Pour le vin, voir châteauneuf-du-pape (AOC).
Châteauneuf-du-Pape
Vue d'ensemble du vieux village Châteauneuf-du-Pape
Vue d'ensemble du vieux village Châteauneuf-du-Pape
Blason de Châteauneuf-du-Pape
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement d'Avignon
Canton Canton d'Orange-Ouest
Intercommunalité Communauté de communes des Pays de Rhône et Ouvèze
Maire
Mandat
Claude Avril
2014-2020
Code postal 84230
Code commune 84037
Démographie
Gentilé Châteauneuvois, Châteauneuvoises
ou Castel-Papaux, Castel-Papales
Population
municipale
2 159 hab. (2011)
Densité 84 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 03′ 25″ N 4° 49′ 55″ E / 44.0569444444, 4.83194444444 ()44° 03′ 25″ Nord 4° 49′ 55″ Est / 44.0569444444, 4.83194444444 ()  
Altitude 117 m (min. : 20 m) (max. : 130 m)
Superficie 25,85 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Châteauneuf-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Châteauneuf-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-du-Pape

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châteauneuf-du-Pape
Liens
Site web http://www.chateauneuf.com

Châteauneuf-du-Pape est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Ses habitants sont les Castels-Papals ou les Châteaunevois et Châteaunevoises. Châteauneuf-du-Pape est réputé dans le monde entier pour ses vins issus des 13 cépages.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Châteauneuf-du-Pape est située dans la vallée du Rhône, au nord-ouest du département de Vaucluse.

Situé à environ 20 km d'Avignon, au sud et 10 km d'Orange, au nord.

Accès[modifier | modifier le code]

La gare de Sorgues - Châteauneuf-du-Pape, située sur la ligne de Paris-Lyon à Marseille-Saint-Charles à moins de 5 km de la ville. Elle est à présent desservie par des TER sur la ligne d'Orange à Avignon. La desserte peut également être assurée par la gare de Bédarrides, à 5 km également de Châteauneuf-du-Pape.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est relativement plate sur la partie sud de son territoire avec de légères élévations sur la partie nord. Le village est d'ailleurs construit sur et autour de l'une de ces élévations.

Géologie[modifier | modifier le code]

Un vieux cep de grenache (taille en gobelet) au milieu des galets roulés - les caïau frejaü - typique du terroir castelpapal

La grande majorité du terroir de Châteauneuf-du-Pape, principalement sur les hautes terrasses des Atouts, est constitué de terrasses alluvionnaires où des galets de quartzite, roulés par le Rhône, se sont englués dans une matrice rouge d'argile décomposée. Les gros galets qui recouvrent le sol restituent aux raisins durant la nuit la chaleur qu'ils ont emmagasiné le jour.

Avec des composantes argileuses et argilo-calcaires sur certains terroirs.il est composé de trois types de sols :

  • galets roulés,
  • terres graveleuses,
  • sols sablonneux

Dans la pratique, il n'y a pas de terroirs meilleurs que d'autres dans la mesure où chaque sol donne de très belles réussites viticoles. La qualité du terroir de Châteauneuf-du-Pape viendrait plus du sous-sol que du sol : celui-ci est essentiellement composé de molasse burdigalienne[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Place avec fontaine

La commune est bordée par le Rhône à l'ouest.

On trouve plusieurs fontaines sur la commune.

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat est de type méditerranéen avec plus de 100 jours de mistral par an et se caractérise par un rythme à quatre temps : deux saisons sèches (une brève en hiver, une très longue et accentuée en été), deux saisons pluvieuses, en automne (pluies abondantes et brutales) et au printemps[2].

La commune de Châteauneuf-du-Pape dépend du centre météorologique d'Orange.

Données météorologiques d'Orange de 1961 à 1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 2,6 4,4 7,2 10,8 14,4 17 16,3 13,8 9,7 4,9 1,9 8,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,9 9,4 12,5 16,4 20,2 23,3 22,5 19,4 14,7 9,1 5,7 13,8
Température maximale moyenne (°C) 9,4 11,3 14,4 17,8 22,1 26,1 29,6 28,8 25 19,7 13,3 9,5 18,9
Ensoleillement (h) 132 137,1 192,5 230,4 264,6 298,9 345,3 310,7 237,6 187,1 135,2 123,8 2 595,3
Précipitations (mm) 44,4 57,5 61,1 58,9 72,4 43,6 27,8 56,3 67,6 97,4 57,7 48,9 693,4
Source : Relevés météorologiques d'Orange, (Vaucluse), de 1961 à 1990


Records de températures
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne la plus basse (°C)
année du record
−13,4
1985
−14,5
1956
−9,7
2005
−2,9
1970
1,3
1979
5,7
1984
9
1953
8,3
1974
3,1
1974
−1,1
1973
−5,4
1952
−14,4
1962
−14,5
1956
Température minimale moyenne la plus haute (°C)
année du record
20,3
2002
23
1960
27,2
1990
30,7
2005
34,5
2001
38,1
2003
40,7
1983
42,6
2003
35,1
1966
29,6
1985
24,6
1970
20,2
1983
42,6
2003
Source : linternaute.com


Donnée Orange Vaucluse Moyenne nationale
Ensoleillement 2 595 h/an 2 800 h/an 1 973 h/an
Pluie 693 mm/an 700 mm/an (sur 80 jours) 770 mm/an
Neige 4 j/an 14 j/an
Vent 110 j/an essentiellement du Mistral
Orage 23 j/an 22 j/an
Brouillard 31 j/an 40 j/an

Il est à souligner, qu'en fonction du réchauffement climatique, la date de début des vendanges a avancé d'un mois en cinquante ans[3].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom apparaît pour la première fois dans un acte de donation datant de 1094 où le village portait le nom de Castro Novo. Il est devenu le nom officiel de la commune à partir de 1893 pour tenir compte de l'engouement autour des vins du village et en remplacement de l'ancien nom de Châteauneuf-Calcernier qui référençait les fours à chaux présents sur la commune[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Cadastre d'Orange

En 77, sur ordre de Vespasien, le cadastre des territoires autour d’Orange sont restaurés. Ces cadastres romains sont les mieux conservés au monde. Trois exemplaires de cadastres ruraux, gravés dans le marbre, ont été découverts en 1949 en de très nombreux fragments. Ils avaient été affichés dans la cité afin que les particuliers restituent les terres publiques qu’ils s’étaient appropriés. Des lignes parallèles, séparées de 708 mètres, se recoupent pour former des centuries de 50 hectares. Le cadastre A concerne le territoire dont Châteaurenard marque le milieu, le cadastre B, le plus complet, couvre la partie septentrionale d’Orange et remonte jusqu’à Montélimar, il s’étend à l’est jusqu’au site des Dentelles de Montmirail ; le croisement de ces deux axes fait de Bollène le centre du relevé, le cadastre C concerne Orange et le secteur sud de la cité. Le but était de recenser les lots non distribués, propriétés de l’État romain et qui semblaient avoir été occupés indûment. Des lots fonciers avaient été attribués en priorité aux vétérans, d'autres, plus médiocres, donnés en location, d'autres encore restèrent propriété de la collectivité. Ainsi avait été facilitée la colonisation et la mise en valeur du sol, au détriment des autochtones[5].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le vieux château des papes

Après la papauté itinérante de Clément V, Avignon devient résidence des papes à partir du règne de Jean XXII. C'est grâce à lui que le vignoble de Châteauneuf-du-Pape a pu se développer. Il a amené avec lui à Avignon des banquiers et des vignerons de Cahors dans le but de renforcer les richesses de la papauté « décentralisée ». Les vignerons de Cahors récupérèrent à Châteauneuf d’anciennes parcelles laissées par les templiers chassés par Philippe le Bel et mettront en place les grands fondements qui permettront le développement du vignoble de Châteauneuf-du-Pape. Jean XXII, fit encore davantage pour la ville : il fit construire une forteresse, résidence secondaire des papes d’Avignon. Les premières années le vignoble de Châteauneuf ne fournit que quatre puis six tonneaux par an de vin papalin. Dès 1325 la production atteignit douze tonneaux. Trois ans plus tard Jean XXII pouvait partager sa récolte avec son neveu Jacques de Via, le cardinal-évêque d’Avignon. Les spécialistes ont calculé que le vignoble pontifical devait alors couvrir huit hectares[6].

Ce fut sous le pontificat de Clément VI, en 1344, que le premier terroir connu de Châteauneuf-du-Pape fut répertorié. Il était dit Vieille Vigne (de nos jours Bois de la Vieille). Innocent VI apprécia fort le Châteauneuf autant blanc que rouge comme en témoigne les comptes de la Révérende Chambre Apostolique, au cours de son pontificat[7]. Urbain V donna une nouvelle impulsion au vignoble de Châteauneuf en ordonnant qu’y fut planté du raisin muscat[8].

Clément VII avait une particulière affection pour ce cru au point qu’en 1390, il condamna un vigneron châteauneuvois qui n’était pas en état de lui fournir vingt-deux saumées de vin muscat à lui procurer, aux prochaines vendanges, le double en vin clairet. Durant tout son pontificat, il fut en butte à Raymond de Turenne, neveu de Grégoire XI et fils de Guillaume III Roger de Beaufort. Il le menaça même d’un siège dans sa résidence de Châteauneuf[9].

Article détaillé : Vins des papes d'Avignon.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Les Avril, premiers consuls de Châteauneuf-du-Pape, au XVIIIe siècle

Le vignoble fut au XVIIIe siècle dynamisé essentiellement par l’aristocratie locale et par la bourgeoisie marchande. En 1748, le vin du château la Nerthe était exporté via les ports de Marseille et de Hambourg à un négociant de Brême[10]. De 1772 à 1789, le marché s'élargit encore. L'abbé de Bayonne, auditeur de la Rote à Rome, passa commande, de même qu'un seigneur de la Cour du roi de Saxe et le duc de Crillon, qui se trouvait en Espagne, demanda qu'on lui envoya une barrique à Valencia. En France, il fut expédié au maréchal de Tonnerre, au duc d'Uzès, au duc de Chevreuse, au chevalier de Sade, au commandeur de Suffen, au cardinal de Luynes et au ministre Bertin. La renommée du vignoble devint croissante jusqu’à être servi à la cour de Louis XVI[11].

En 1785 eut lieu une révolution avec la mise en bouteilles. Des négociants de Marseille reçurent deux paniers de quarante bouteilles à la suite d'une commande d'un de leur confrère de Gênes. Ce qui n'empêcha point le négoce traditionnel de se pérenniser puisque la même année, un transitaire du port de Sette réceptionna deux tonneaux[12] à affréter pour Londres[11].

Dès l'année suivante, l'exportation dépassa les frontières de l'Europe. Ce fut, en effet, en 1786, que, de Paris, le comte de Capelle, écrivit aux propriétaires, qu'il avait rencontré un négociant de Philadelphie « qui lui avait promis de faire son possible pour mettre le vin de La Nerte à la mode en Amérique ». Ce fut chose faite puisque la même année un fût put être expédié à Boston[11].

Étiquettes du domaine de La Solitude

Paul Martin, propriétaire à Châteauneuf, tient aussi un commerce de vins à Avignon. Juste avant la Révolution, il fait imprimer un avis pour sa clientèle : « Le sieur Paul Martin, marchand demeurant à Avignon, Place Pie, Maison Amic, vend du vin vieux de sa campagne de Châteauneuf-Calcernier et dont le tènement n'est séparé de celui de La Nerte que par un chemin ; pour la facilité des personnes qui en désirent, il en a en bouteilles bien conditionné, en dame-jeannes et en tonneaux. Le désir de continuer et d'augmenter même la réputation de son vin, déjà connu sous le nomm de Vin de la Solitude, est un sûr garant pour les personnes qui en désirent d'en avoir de la première qualité »[13].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-Calcernier en 1905
La grand rue de Châteauneuf-du-Pape

À la fin du XIXe, le commandant Joseph Ducos, propriétaire du Château la Nerthe, mit sa pugnacité et sa fortune au service d'un vignoble dévasté par le phylloxéra. En 1893, il fit replanter et greffer grenache, mourvèdre, counoise, vaccarèse, cinsault, syrah, les premiers des treize cépages. Ce fut sur son initiative que le nom de la commune fut changé de Châteauneuf-Calcernier en Châteauneuf-du-Pape.

Après cette crise, pour garantir la qualité des vins, les vignerons de Châteauneuf-du-Pape créent, en 1894, le premier "Syndicat viticole" qui débouchera en 1923 sur le Syndicat des propriétaires viticulteurs de Châteauneuf-du-Pape. Ce dernier est créé en vue d'obtenir la reconnaissance de l'appellation d'origine châteauneuf-du-pape, sur les bases de la loi de 1919. La baron Pierre Le Roy de Boiseaumarié (1890-1967), propriétaire du Château Fortia, en est le premier président. Il deviendra plus tard le premier président de l'INAO.

Le 18 août 1944, 700 prisonniers du "Train fantôme" traversèrent la ville, escortés par des soldats allemands, pour rejoindre la ville de Sorgues, car la voie du chemin de fer avait été rompue à Roquemaure par des résistants. Cette marche de 17 km, permit à des gens de Châteauneuf-du-Pape de donner des denrées alimentaires aux prisonniers malgré les soldats allemands qui le leur interdisaient et permit l'évasion d'une vingtaine de prisonniers.

En 1954, la commune prend un arrêté municipal prohibant le survol, l’atterrissage et le décollage d’aéronefs, dits « soucoupes volantes » ou « cigares volants » sur le territoire communal[14]. Le jeudi 28 octobre 1954, l'Aurore rapporte que Lucien Jeune, maire de Châteauneuf-du-Pape, suite à de nombreuses observations d'OVNIs, a pris un arrêté municipal :

  • Art. premier. Le survol, l'atterrissage et le décollage d'aéronefs dits soucoupes volantes ou cigares volants de quelque nationalité que ce soit, sont interdits sur le territoire de la commune.
  • Art 2. Tout aéronef, dit soucoupe volante ou cigare volant, qui atterrira sur le territoire de la commune, sera immédiatement mis en fourrière.
  • Art 3. Le garde champêtre et le garde particulier sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l'exécution du présent arrêté.

Un autre arrêté en 1970 a défrayé la chronique :

Nous, Lucien Diffonty, maire de Châteauneuf-du-Pape, vu le code d'administration communale, vu la loi du 22 avril 1970 réglementant le taux d'alcoolémie dans le sang des conducteurs de véhicules, attendu qu'il y a lieu de protéger tous visiteurs de nos chais pouvant être victimes d'une dégustation trop riche de nos vins, arrêtons :
  • Article premier - Il est créé par la commune des emplacements réservés permettant aux dégustateurs en difficulté de se reposer avant de reprendre leur route en toute sécurité.
  • Article 2 - Pendant cette prolongation de séjour, ils seront placés sous la sauvegarde d'une autorité locale qui les entourera des soins les plus attentifs et décidera seule de leur départ après contrôle des conditions exigées par la loi.
  • Article 3 - Les infractions aux présentes dispositions seront aux risques et périls des contrevenants.

Fait à Châteauneuf-du-Pape, le 22 avril 1970[15].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Châteauneuf-du-Pape

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur au château de trois tours d'argent, celle du milieu plus haute que les autres, ouvert et ajouré du champ, maçonné de sable.[16]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Chateauneuf du Pape.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Lucien Jeune    
    Félicien Diffonty    
2001 2014 Jean-Pierre Boisson UMP  
2014 en cours Claude Avril Sans Etiquette  

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Châteauneuf-du-Pape en 2009[17]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 13,87 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 22,73 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 124,42 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 0,00 % 21,58 % 13,00 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[18]).

Jumelages[modifier | modifier le code]

Châteauneuf-du-Pape est jumelée avec deux autres communes européennes[19] :

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 159 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 130 1 118 1 204 1 304 1 268 1 351 1 351 1 402 1 429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 471 1 440 1 471 1 352 1 184 1 206 1 151 1 095 1 109
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 147 1 152 1 186 1 108 1 210 1 318 1 452 1 583 1 826
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 948 2 159 2 113 2 060 2 062 2 078 2 107 2 116 2 159
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2004[21].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Cave viticole

De nos jours, le tourisme et la viticulture semblent être les deux principaux moteurs du village, néanmoins la Communauté de communes des Pays du Rhône et Ouvèze a dans ces compétences la création, l'aménagement, l'entretien et la gestion de zone d'activités industrielles, commerciales, tertiaires, artisanales ou touristiques et l'action de développement économique (soutien des activités industrielles, commerciales ou de l'emploi, soutien des activités agricoles et forestières...).

À noter aussi la présence d'artisanat.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Parmi les équipements touristiques de la commune on trouve l'Office de Tourisme Intercommunal Provence Rhône Ouvèze[22].

En matière d'hébergement, on peut noter la présence de 4 hôtels, de divers gites et chambres d'hôtes.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vignes à Châteauneuf-du-Pape
AOC châteauneuf-du-pape au Palais du vin

La viticulture joue une part très importante, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

Ruiné par la crise du phylloxéra, autour de 1880, le vignoble fut renouvelé et, en 1923, le syndicat des viticulteurs édicta une réglementation stricte, garante de la qualité : limites de la région plantée, choix des raisins et des cépages (il y en a 13), vinification... Aujourd'hui, 300 vignerons exploitent 3 300 ha de vignes.

La commune est réputée pour son cru internationalement reconnu : le châteauneuf-du-pape. Cette AOC, la seconde en importance après celle de saint-émilion, s'étend sur presque toute la commune et sur 4 autres communes limitrophes : (Orange, Bédarrides, Sorgues et Courthézon). Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément, le label Vin de pays de la Principauté d'Orange.

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Les habitants de Châteauneuf-du-Pape disposent des écoles Albert Camus et Jean Macé. Ils disposent aussi d'une maison de retraite[23] et d'une pharmacie[24]. Enfin, on trouve sur la commune divers équipements sportifs comme une piscine, un terrain de rugby ou encore de tennis, ainsi que diverses associations comme un basket club et une association de danse[23].

Vie locale[modifier | modifier le code]

La commune et les regroupements de vignerons organisent diverses animations estivales ou foires dont certaines sont directement liées à la viticulture et à l'AOC châteauneuf-du-pape.

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune possède une école maternelle et une école primaire publique Albert Camus[25]. Ensuite les élèves sont généralement inscrit au collège St Exupéry, à Bédarrides[26],[27], puis au Lycée Polyvalent régional de l'Arc, à Orange[28],[29].

Cultes[modifier | modifier le code]

La commune appartient à l'archidiocèse catholique d'Avignon et à la province ecclésiastique de Marseille (depuis la réforme de 2002).
Avant 1801, Châteauneuf-du-Pape dépendait de l'évêché d'Orange, lequel a été intégré à l'archidiocèse d'Avignon.
La paroisse catholique est aujourd'hui comprise dans le doyenné d'Orange-Bollène.

Environnement[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et déchets assimilés est organisée dans le cadre de la Communauté de communes des Pays du Rhône et Ouvèze.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Musée des vieux outils vignerons à la cave du "Père Anselme" où sont exposés du matériel viticole (araires, charrues, serpes à tailler, etc.), du matériel de traitement (appareil à sulfater dont un rare « dos de mulet »), l'équipement des vendangeurs (paniers, hottes, fouloirs et égrappoirs) ainsi que du matériel vinicole (entonnoirs, bacholles, pressoir du XVIe siècle et un rarissime foudre du XIVe siècle contemporain de la présence des papes à Avignon).

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Chapelle Saint-Pierre du Luxembourg
  • Église romane Notre-Dame de l'Assomption
  • Chapelle Saint-Pierre du Luxembourg (XVIIIe)
  • Chapelle Saint-Théodoric (XVIe), de style roman servant pour des expositions estivales.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Châteauneuf-du-Pape en mode géologie, sur le Géoportail.
  2. La climatologie du Vaucluse
  3. Service technique Inter Rhône, « Évolution de la date de vendange à Châteauneuf-du-Pape de 1945 à 2003. », Climat, CNRS (consulté le 2008-07-30)
  4. Alain Dugas, Château La Nerthe, 2009 en ligne
  5. Mireille Pastoureau, Jean-Marie Homet et Georges Pichard, Rivages et terres en Provence, Éd. Alain Barthélemy, Avignon, 1991, p. 14-15. (ISBN 2-903044-98-8).
  6. Jean-Pierre Saltarelli, Il vino op. cit., p. 89.
  7. Jean-Pierre Saltarelli, Il vino op. cit., p. 91.
  8. Robert Bailly, Histoire de la vigne et des grands vins des Côtes-du-Rhône, Avignon,‎ 1978
  9. Jean-Pierre Saltarelli, Il vino op. cit., p. 93.
  10. Robert Bailly, op. cit., p. 107.
  11. a, b et c Robert Bailly, op. cit., p. 108.
  12. Le tonneau correspondait à une demi-queue du Comtat Venaissin qui contenait 275 litres.
  13. Robert Bailly, op. cit., p. 124.
  14. Le Dauphiné.fr, Châteauneuf-du-Pape : Un arrêté municipal interdit les soucoupes volantes
  15. Charles Quittanson, L'élite des vins de France, Centre National de Coordination, Paris, 1970, p. 33.
  16. Armorial des communes du Vaucluse
  17. « Impots locaux à Châteauneuf-du-Pape », taxes.com
  18. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  19. jumelage
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  22. http://www.pays-provence.fr/
  23. a et b (fr) associations, etc.
  24. pharmacies
  25. « Enseignement publique primaire en Vaucluse », Inspection Académique de Vaucluse
  26. « Carte scolaire du Vaucluse », Conseil Général de Vaucluse
  27. « Site du collège St Exupéry », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  28. « Carte des lycées de Vaucluse », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2009
  29. « Site du lycée de l'Arc », Académie Aix-Marseille,‎ 2010

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Histoire du vin en Vaucluse. Domaines viticoles historiques, Éd. F. Orta, Avignon, 1972.
  • P. Le Roy de Boiseaumarié, Histoire de l'appellation côtes-du-rhône, Éd. Reflets Méditerranées, Avignon, 1978.
  • Aude Lutun, Châteauneuf-du-Pape, son terroir, sa dégustation, Éd. Flammarion, Paris, 2001.
  • Jean-Pierre Saltarelli, Il vino al tempo dei papi d'Avignone, Il Tematico, n° 17, octobre 1998, Trévise.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :