Écureuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Écureuil (homonymie).
Écureuil
Nom commun ou
nom vernaculaire ambigu :
L'expression « écureuil » s'applique en français à plusieurs taxons distincts. Page d'aide sur l'homonymie
Un écureuil roux, par Hans Hoffmann(aquarelle et gouache, 1578)
Un écureuil roux, par Hans Hoffmann
(aquarelle et gouache, 1578)
Taxons concernés

Dans la familles des Sciuridae :

  • genre Myosciurus (écureuils pygmées d'Afrique)
  • genre Sciurus (écureuils communs,
    dont l'écureuil roux d'Eurasie et l'écureuil gris)
  • genre Tamias
    (dont les écureuils de Corée)
  • genre Tamiasciurus
    (écureuils roux d'Amérique du Nord)
  • genre Ratufa (écureuils géants)
  • genre Spermophilus
    (écureuils terrestres - certaines espèces)
  • etc.

Écureuils volants :

Le terme écureuil [ekyʁœj ] est un nom vernaculaire ambigu qui désigne en français de nombreuses espèces de rongeurs grimpeurs de taille moyenne, parfois même « volants ». Leur queue, plus ou moins touffue selon les espèces, forme un panache ou un plumeau caractéristique. Ils appartiennent presque tous à la famille des Sciuridés qui comprend aussi les chiens de prairies et les marmottes, mais quelques écureuils volants font partie de la famille des Anomaluridés.

La queue en panache de l'écureuil et son acharnement à faire des provisions pour l'hiver ont contribué à sa popularité et en ont fait un animal emblématique souvent présent dans la symbolique et la culture.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme écureuil dérive du latin scūriolus, un emprunt au grec ancien σκίουρος composé de σκὶα qui signifie l'« ombre » et d'οὐρά qui signifie « queue »[1]. Suivant les régions et les époques, ce terme a pris plusieurs formes : escureul, escuireul, escuriel, escuriuel[1].

Systématique[modifier | modifier le code]

Les écureuils appartiennent le plus souvent à la famille des Sciuridae qui comprend aussi des animaux appelés funisciures, héliosciures, tamias et parfois rats (ex. rat palmiste).

D'autres écureuils volants sont des rongeurs de la famille des Anomaluridae.

Physiologie, comportement et écologie[modifier | modifier le code]

Les caractéristiques générales des écureuils sont celles des rongeurs de la famille des Sciuridés, ou des Anomaluridés pour certains écureuils volants, avec des nuances pour chaque espèce : voir les articles détaillés pour plus d'informations sur leur comportement ou leur physiologie respective.

Il y aurait 264 espèces recensées dans le monde dont 56 % sont arboricoles, 12,5 % sont terrestres et 31,5 % volantes. Ils ne sont absents que d'îles et de certains archipels, de l'Australie et de la pointe sud de l'Amérique, ainsi que d'une zone concernant l'Est de l'Afrique du Nord et une partie du Moyen-Orient[2].

Leur taille varie de 13 cm pour les écureuils pygmées d'Afrique à 90 cm pour les écureuils géants d'Asie.

Les écureuils vont généralement avoir une à deux portées dans l'année. Le nombre de petits issus de ces portées dépendra de l'espèce. Malgré le fait que les petits voient le jour sans fourrure, aveugles et sans dents, ils grandissent vite pour arriver à l'aspect que nous connaissons.

Caractéristiques communes[modifier | modifier le code]

Leur queue, plus ou moins touffue selon les espèces, forme un panache ou un plumeau caractéristique, ainsi que leur faculté à sauter de branche en branche.

Sur tous les continents, en raison de leur mode de vie, les écureuils semblent jouer des fonctions écosystémiques importantes, notamment en « oubliant » des graines qui germent d'autant mieux qu'elles sont parfois enterrées par ces animaux dans des trous où elles sont mises en contact avec des champignons symbiotes. On a récemment montré[3] que les écureuils consomment (de nuit surtout pour certaines espèces et toute l'année pour les espèces testées) dans les régions froides et tempérées une grande quantité de champignons, contribuant ainsi à la propagation des spores de ces champignons, dont certains ne font que des fructifications souterraines (truffe du cerf par exemple).

Noms français et noms scientifiques correspondants[modifier | modifier le code]

Liste alphabétique des noms vulgaires ou des noms vernaculaires attestés en français[4].
Note : certaines espèces ont plusieurs noms et, les classifications évoluant encore, certains noms scientifiques ont peut-être un autre synonyme valide. En gras, les espèces les plus connues des francophones.

État, pressions (et réponses), dynamiques de populations[modifier | modifier le code]

De nombreuses espèces sont en régression du fait de la dégradation ou destruction ou fragmentation écologique de leur habitat. Le phénomène de roadkill (animaux écrasés sur les routes) peut être limité par la construction d'« écureuilloducs » (passerelles de cordes faisant efficacement office d'écoduc leur permettant de traverser les routes en sécurité).

Quelques espèces introduites ou s'étant adapté aux contextes urbains prospèrent (ex : écureuil gris en Angleterre), au détriment de l'écureuil roux en Europe (Royaume-Uni et Italie principalement) qui régresse face à l'écureuil gris considéré comme invasif et qui fait aussi des dégâts sur les arbres qu'il écorce en période de sécheresse (pour boire la sève semble-t-il).

Des études récentes montrent que beaucoup d'écureuils sont significativement mycophages[9]. La régression des champignons, en particulier en forêt gérée avec la régression du bois-mort et de la naturalité des milieux, ou l'empoisonnement par bioaccumulation de métaux ou radionucléides bioconcentrés par les champignons (suite aux retombées des essais nucléaires, puis de la catastrophe de Tchernobyl par exemple), ou suite à l'intensification des pratiques sylvicoles[10],[11], cette régression donc, pourrait peut-être expliquer la régression de certaines populations d'écureuils.

L'écureuil dans la culture[modifier | modifier le code]

Symbolisme de l'écureuil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Petit-gris (écureuil).
tenture brodée à l'écureuil
Tenture marquée de l'écureuil de Nicolas Fouquet au château de Vaux-le-Vicomte
Un écureuil rouge sur fond jaune
Blason d'un quartier de Tübingen

En Europe, les écureuils étaient considérés autrefois avec une grande méfiance. Les mythes des Germains du Nord relatent l'existence d'un écureuil appelé Ratatöskr (« dent de rat ») qui ne cessait de monter et de descendre sur le tronc de l'arbre du monde Yggdrasil (voir Frêne) et semait la discorde entre l'aigle installé sur sa cime et le serpent Nidhogr, en racontant à chacun ce que l'autre avait dit de lui. L'écureuil fut aussi rapproché du dieu germain Loki. Cet animal roux qui fuit sans cesse à toute vitesse et ne se laisse jamais attraper fut considéré à l'époque chrétienne comme une véritable incarnation du Diable[12].

Pour les indiens d'Amérique, avoir la force de l'écureuil se dit de l'homme qui est toujours en mouvement. Rêver d'un écureuil est une invitation à se préparer pour un grand changement[13]. Il apprend aussi à réserver son énergie pour un besoin ultérieur mais aussi à réserver son jugement pour l'avenir[14].

En héraldique l'écureuil est le symbole de la prévoyance, de l'agilité, de la vivacité et de l'indépendance ou bien encore des contrées boisées[15]. S'il est d'azur, il symboliserait la foi dans le commerce, s'il est de sable il symboliserait « un homme juste qui corrige les vices »[16].

Nicolas Fouquet, intendant général des finances de Louis XIV, portait sur ses armes un écureuil (fouquet en dialecte gallo) accompagné de la devise Quo non ascendet ? (« Jusqu'où ne montera-t-il pas ? » en latin).

Expression : « agile comme un écureuil »

L'écureuil dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

L'image de l'écureuil stockant ses noisettes est souvent associée à l'idée d'épargne, ce qui explique le logo du Groupe Caisse d'épargne.

Cet animal est également l'emblème de l'équipe nationale de football du Bénin.

C'est un terme qui entre dans la composition de plusieurs noms vernaculaires de poissons (comme merluche-écureuil, le genre Sargocentron), d'autres mammifères (comme singe-écureuil) et d'un papillon de nuit.

Selon les croyances populaires suisses, l'écureuil est aussi appelé « Heidy ». En effet, selon la légende, « Heidi » aurait recueilli un écureuil en descendant chercher du lait en bas de la vallée.

Par analogie avec les anciennes cages destinées à maintenir ces animaux en captivité, incluant généralement une roue pour leur permettre de faire de l'exercice, on nomme familièrement les grues médiévales à roue une « cage à écureuil ».

Fiction[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des écureuils de fiction.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Définitions lexicographiques et étymologiques de « écureuil » du Trésor de la langue française informatisé, sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales .
  2. (fr) Les écureuils introduits en France et en Europe occidentale : de la connaissance à la prévention Actes du 13e Forum des gestionnaires du 16 mars 2007 (31 p)
  3. Marc D. Meyer, Malcolm P. North, and Douglas A. Kelt ; Fungi in the diets of northern flying squirrels and lodgepole chipmunks in the Sierra Nevada ; Can. J. Zool. 83: 1581–1589 (2005) doi: 10.1139/Z05-156
  4. Attention aux appellations et traductions fantaisistes circulant sur l'Internet
  5. Message du ministre sur Nature et biodiversité algérienne.
  6. a, b, c et d Écureuil terrestre de Barbarie
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l (en)(es)(fr) Liste des espèces CITES, Référence aux annexes de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Revue et corrigée par Tim Inskipp & Harriet J. Gillett. 2003. Lire le document pdf p.90
  8. a, b, c, d et e D. Sheil et E. Meijaard. La vie reprend après les abattages OIBT Actualités des Forêts Tropicales 13/2 2005. Lire le document pdf
  9. (en) Marc D. Meyer, Malcolm P. North, and Douglas A. Kelt ; Fungi in the diets of northern flying squirrels and lodgepole chipmunks in the Sierra Nevada ; Can. J. Zool. 83: 1581–1589 (2005) doi: 10.1139/Z05-156
  10. (en) Carey, A.B., Kershner, J., Biswell, B., and Dominguez de Toledo, L. 1999. Ecological scale and forest development: squirrels, dietary fungi, and vascular plants in managed and unmanaged forests. Wildl. Monogr. No. 142. p. 1–71.
  11. (en) Carey, A.B., Colgan, W., Trappe, J.M., and Molina, R. 2002. Effects of forest management on truffle abundance and squirrel diets. Northwest Sci. 76: 148–157.
  12. d'après l'Encyclopedie des symboles La Pochothèque, Le livre de poche, ISBN 2253130109
  13. Les symboles des animaux dans la croyance indienne
  14. Les animaux totems
  15. écureuil sur le site Au blason des armoiries.
  16. L. Foulques-Delanos, Manuel héraldique ou Clef de l'art du blason(Avertissement), Limoges, oct. 1816]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]