Bac à traille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traille.

Un bac à traille ou bac à chaîne est une embarcation utilisée pour traverser un cours d'eau, qui se déplace le long d'un câble (la traille) tendu entre deux mâts ou deux tours situés sur chaque rive. Contrairement aux bacs à câble, la corde ne sert pas à mouvoir le bac, et n’est pas non plus détendue : elle est au contraire tendue entre les deux rives, et le mât du bac s’appuie dessus. La progression du bac ne se fait pas par traction sur le câble, mais par rames.

Description[modifier | modifier le code]

Le bac est retenu au câble soit par un système de poulie, soit par un mât qui vient s’appuyer sur la traille, poussé par la force du courant (cas notamment des bacs à traille du Rhône à Avignon). La propulsion le long du câble se faisait à bras, en tirant sur la corde, ou en poussant sur une perche.

Quand le courant était assez fort, le simple fait d’incliner le bac dans le sens du courant permettait de le faire avancer perpendiculairement à celui-ci, et de lui faire traverser à la vitesse choisie (selon l’angle entre la traille et le courant) la rivière[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Exemple de bac à traille dans les années 1910 à Miribel, sur le canal de Miribel
Dans les années 1910 à Miribel

Ce système a souvent été utilisé avant la construction d'un pont, ou comme moyen provisoire de remplacement en cas de destruction d'un pont, comme par exemple à Valence où un bac à traille fut remis en service sur le Rhône lors de la destruction du pont en 1944. Il en existait également un au début du XXe siècle au niveau d'Oullins, toujours sur le Rhône.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Un autre bac à traille se trouve sur le Rhin à hauteur de Seltz en Alsace.

Quatre bacs à traille (Fähri) sont exploités pour relier le Grand-Bâle et le Petit-Bâle et permettent de traverser le Rhin.

Un piquet de traille est encore visible à Tain-l'Hermitage, dans la partie nord du quai Marc Seguin.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul Clébert et Jean-Pierre Rouyer, La Durance, Privat, Toulouse, 1991, dans la collection Rivières et vallées de France, (ISBN 2-70899503-0), p. 89-90

Liens externes[modifier | modifier le code]