Le Beaucet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Beaucet
Vue du village par le nord ouest
Vue du village par le nord ouest
Blason de Le Beaucet
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Pernes-les-Fontaines (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Michèle Morel
2013–2014
Code postal 84210
Code commune 84011
Démographie
Gentilé Beaucetains, Beaucetaines
Population
municipale
350 hab. (2011)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 59′ 05″ N 5° 07′ 13″ E / 43.9847222222, 5.12027777778 ()43° 59′ 05″ Nord 5° 07′ 13″ Est / 43.9847222222, 5.12027777778 ()  
Altitude Min. 169 m – Max. 665 m
Superficie 9,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Le Beaucet

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Le Beaucet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Beaucet

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Beaucet

Le Beaucet est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le village se situe à l'extrémité sud des Monts de Vaucluse et aux portes du Parc naturel régional du Luberon.

Le village, composé de petites ruelles, est perché sur des rochers abrupts percés de grottes. Le centre du Beaucet est exclusivement réservé aux piétons, ce qui permet de s'y promener dans le calme et la paix à l'ombre des platanes ou des cyprès. Constituant l'une des représentations historiques de villages perchés provençaux, le Beaucet est essentiellement constitué de construction en pierre issue de la technique de la pierre sèche. On dénombre d'ailleurs plusieurs maisons dites troglodyte, construites à même le rocher.

La commune, plutôt de forme longitudinale orientée nord/sud a sa partie la plus basse dans la plaine autour de Saint-Didier au nord et sa partie la plus haute au sud, sur les Monts de Vaucluse.

Ses habitants sont les Beaucetains et les Beaucetaines.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom de Beaucet vient de Baus, en provençal « la falaise ». Son emplacement stratégique dans les Monts de Vaucluse permet de surveiller les alentours[1]. Le Beaucet est cité en 1160 sous les noms de Balcium et Beaucetum.

C'est un village provençal chargé d'Histoire, dont plusieurs monuments se chargent de le rappeler :

  • Occupation au néolithique du Fraichamps (abris sous roche ; silex, fragments de poterie et d'outils retrouvés).
  • La Seigneurie des évêques de Carpentras, est passée aux Gualteri de 1690 à la Révolution.
  • Le 16 mai 1127, à la mort de Saint Gens, son corps est déposé près d'un rocher au cœur du vallon où une chapelle romane sera élevée vers le milieu du XIIe siècle. Au XVIIe siècle, ses reliques sont transportées dans l'église du Beaucet.

Le château, construit pour être une forteresse des terres du comte de Toulouse, puis de l'État pontifical, possède quatre tours crènelées. Il résiste, en 1573, aux attaques des troupes réformées qui dévastent alors la chapelle Saint-Étienne, située hors les murs. Le château est restauré au XVIIe siècle. En 1690, en raison des trop importants frais d'entretien qu'il nécessite, le cardinal Marcel de Duras cède le château à François de Gualtéri, qui adjoint le nom du village à son patronyme. En 1784 le château est à nouveau détruit par un incendie provoqué par la foudre. Il ne reste depuis, que des ruines[1].

Le village est un lieu de culture de la garance au XIXe siècle.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, plusieurs résistants se sont cachés dans le maquis qui entoure la commune du Beaucet. Le , plusieurs d'entre eux sont exécutés au hameau de Barbarenque. Tous les ans, à cette date, un hommage leur est rendu devant le monument aux morts du village.

En 1972, les reliques de Saint Gens sont retournées dans l'église de son ermitage.

L'émission de télévision "Des racines et des ailes[2]", diffusé sur France 3 le 10 juin 2009, a suivi le maire Roger Bouvier dans son activité des chantiers de la pierre sèche. L'émission a été tournée en partie dans le village.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Le Beaucet Blason De gueules aux trois besants d'argent, au chef d'or.
Détails Lors de la réfection des remparts, Geoffroy III de Vaisols, évêque de Carpentras de 1347 à 1374, fait porter ses armes aux deux portes de la ville. Elles deviennent alors les armes du village[1].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se situe sur la route départementale 39, à quatre kilomètres environ de Saint-Didier. Elle est accolée aux monts de Vaucluse sur leur extrémité ouest à proximité des communes de La Roque-sur-Pernes, de Pernes-les-Fontaines, de Saint-Didier et de Venasque. Au sud, la commune jouxte les villages de Saumane-de-Vaucluse, Fontaine-de-Vaucluse, Gordes et la vallée du Luberon.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Barbara y passe.

Sismicité[modifier | modifier le code]

À l'exception des cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis classés en zone Ib (risque faible), tous les cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[3].

Climatologie[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[4].

Mois
Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures maximales moyennes (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
Températures minimales moyennes (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Températures moyennes (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34,0 465,4
Source : (fr) Données climatologiques de Carpentras 2000-2007

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1982 février 2013 Roger Bouvier Parti Socialiste puis Parti Radical socialiste Boulanger
mars 2013 en cours Michèle Morel    
Les données manquantes sont à compléter.

Roger Bouvier est décédé dans la nuit du 23 au 24 février 2013. Il était maire depuis 1982 de cette commune, et était le doyen des Maires du Vaucluse[5].

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 350 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
295 261 312 305 322 374 348 298 306
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
324 322 325 300 264 241 221 196 171
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
162 156 134 109 107 85 83 93 84
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
82 84 103 187 280 352 362 363 350
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2004[7])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture est, pour la vigne, principalement localisée sur la partie nord de la commune, entre la commune de Saint-Didier et le village du Beaucet. Ces vignes permettent la production de vins en AOC Côtes du Ventoux. L'autre grande culture, celle de l'olivier, est beaucoup plus répartie sur la commune.

Artisanat[modifier | modifier le code]

  • Artisanat d'art : faïences, fabrique de santons, poteries, tissage, sculpture sur bois, pierre sèche.
  • Artisanat culinaire : la boulangerie-pâtisserie, autrefois tenue par le maire du village, propose un pain de qualité très apprécié dans la région[8]. Fabrique artisanale de fromage de chèvres au Fraichamps.

Tourisme[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune : un bistrot, un restaurant gastronomique, des locations saisonnières et plusieurs chambres d'hôtes.

Vie pratique[modifier | modifier le code]

Ermitage Saint-Gens, par Jean-Joseph Bonaventure Laurens, le 18 septembre 1841
Ermitage Saint-Gens, en 2010
  • Tous les 16 mai a lieu un pèlerinage à Saint Gens, entre Monteux et l'Ermitage du Beaucet, l'un des plus importants pèlerinages de Provence. Cette manifestation a gardé son caractère traditionnel et folklorique. Le samedi, des jeunes gens en costumes d'époque portent la statue de Saint Gens et la bannière jusqu’à l’ermitage. Dans la soirée du samedi et la matinée du dimanche, des cérémonies religieuses ont lieu. Le Christ, porté également par des jeunes gens en tenues d’époque, part de Monteux vers l’ermitage à 6 heures du matin. Quand ces cérémonies sont terminées, le cortège des pèlerins, formé de personnes à pied et de charrettes (appelées jardinières), repart vers Monteux. À l’arrivée du saint, des bombes éclatent et les cloches sonnent. Une bénédiction a lieu dans la chapelle consacrée au saint et la fête se termine à l’église Notre Dame de Nazareth par une allocution en provençal.
  • Le premier week-end suivant le 14 juillet donne lieu à la fête votive et à un apéritif est offert à l'ensemble des habitants du village pour marquer le début de l'été.
  • Au début du mois d'août a lieu un traditionnel diner de soupe au pistou sur la place du village.
  • Tous les 2 août, un hommage est rendu aux fusillés de Barbarenque devant le monument aux morts à l'entrée du village.

Sport et loisirs[modifier | modifier le code]

Possibilité de faire plusieurs randonnées pédestres sur la commune (GR à proximité), des promenades à vélo, de la chasse (durant la saison légale), des balades à dos d'âne[9].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et la protection et mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Au Beaucet :

alternative textuelle
La place Castel Loup et la porte du village côté Sud
  • Les ruines du château du XIe et XIIe siècle au sommet du village.
  • L'Église Saint-Étienne du XIIe restaurée pour partie.
  • Les deux portes (XIVe) des anciennes fortifications aux entrées nord et sud du village.
  • Le lavoir et le trompe-l'œil, place Castel Loup.
  • Le rempart et la maison du guetteur, porte Nord - Lou Barri.
  • La statue de Saint Gens.

Sur le ban de la commune :

  • Les bories au hameau de Barbarenque.
  • Saint Gens, lieu de pèlerinage contenant les reliques de Saint Gens.
  • La croix de l'esprit (638 mètres) au sud

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]