1985

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1985 (MCMLXXXV en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1985, voir -1985. Pour le roman d'Anthony Burgess, voir 1985 (roman).

Années :
1982 1983 1984  1985  1986 1987 1988

Décennies :
1950 1960 1970  1980  1990 2000 2010
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Alberta, Colombie-Britannique, Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (Belgique, France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Astronautique Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Événements[modifier | modifier le code]

19 novembre : rencontre entre Ronald Reagan et Mikhaïl Gorbatchev à Genève, qui amorce la rupture de la course aux armements.

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

  • 5 janvier (Brésil) : d'immenses manifestations populaires ont obligé le général João Figueiredo à rendre le pouvoir, et un civil, Tancredo Neves est élu président de la République avec 480 voix contre 180. Il meurt le 21 avril avant son investiture. Gouvernement civil et démocratie au Brésil.
  • 1er mars : restauration de la démocratie en Uruguay.
  • 15 mars : le vice-président José Sarney remplace Tancredo Neves à la présidence du Brésil (fin en 1990). Il impose un programme d'austérité économique et introduit une nouvelle monnaie pour tenter de contenir une inflation galopante qui se montera à 1 000  % en 1989.
  • 30 mars (Chili) : Caso Degollados: on découvre les dépouilles de trois intellectuels communistes (deux syndicaliste et un membre du Vicaría de la Solidaridad, association catholique de défense des droits de l'homme) sauvagement assassinés. La junte prétend faire passer les meurtres pour des « règlements de compte entre marxistes », mais le scandale provoque finalement la démission du général César Mendoza.
  • 31 mars : le PDC remporte les législatives au Salvador avec 33 sièges sur 60 contre 13 pour l’ARENA. Le Salvador connaît alors une dérive conservatrice sur le plan économique. Des mesures impopulaires succèdent aux échecs des négociations de paix. La corruption généralisée altère la crédibilité du régime.
  • 14 avril : élections générales péruviennes. Alan García (35 ans), est élu président du Pérou.
  • 22 avril : ouverture en Argentine du procès de neuf chefs militaires accusés d’avoir commis 711 cas de violation des droits de l’homme. Ce « procès du siècle se termine trois mois et demi plus tard par la condamnation du général Videla à la réclusion à perpétuité et de Viola à une peine de 17 ans. Des 3 000 militaires mentionnés par le rapport de CONADEP responsables de la disparition de plus de 9 000 personnes, seul les officiers ayant pris des initiatives sont inquiétés.
  • Avril : les États-Unis proposent un plan de paix pour l’Amérique centrale consistant clairement à tenter d’éliminer les Sandinistes en exerçant sur eux une pression militaire grâce à la contra et en les contraignant à organiser des élections concurrentielles.
  • 1er mai : les États-Unis décrètent l’embargo économique contre le Nicaragua. Les Sandinistes doivent se tourner de plus en plus vers les pays de l’Est, puis prendre des mesures d’ajustement économique.
  • 30 mai : constitution démocratique au Guatemala. Les militaires cèdent le pouvoir aux civils.
  • 14 juin : plan austral argentin : gel général des prix et des salaires, fixité du taux de change. Pour lutter contre l’inflation, le peso cède la place à l’austral, avec une dévaluation de 40 %. L’inflation passe de 350 % au premier semestre à 20 % au second. Dès avril 1986, le gouvernement annonce que certains prix et salaires seraient ajustés et le plan perd sa crédibilité. La réduction de l’inflation est de courte durée, et en 1989 le pays est plongé de nouveau dans une situation désastreuse.
  • 23 juin : attentat contre le vol 182 Air India au-dessus de l'Atlantique.
  • 7 juillet (Mexique) : dans un climat d’irrégularité, le Parti révolutionnaire institutionnel se déclare vainqueur des élections parlementaires[1].
  • 28 juillet : Alan García, candidat de l’Alliance populaire révolutionnaire américaine, prend ses fonctions de président du Pérou. Il entreprend la consolidation démocratique en élargissant sa base de soutien dans la lignée de l’APRA et du réformisme militaire. Malgré des réformes, il ne parvient pas limiter la violence.
  • Août :
    • Programme de stabilisation économique en Bolivie : le déficit budgétaire est brutalement réduit, ce qui fait tomber l’inflation de 8 170 % en 1985 à 11 % en 1987, sans restaurer cependant une solide croissance.
    • Au Pérou, le président Alan García lance un programme économique consistant en une relance de la consommation par des augmentations de salaires, un gel des prix et une dévaluation de 12 %. Les remboursements des intérêts de la dette sont strictement limités. L’inflation est momentanément contrôlée et le Pérou connaît des taux de croissance de 9,5 % en 1986 et 6,9 % en 1987, avant que l’ampleur du déficit fiscal ne provoque une hausse de l’inflation.
  • 12 septembre[2] : acte de Contadora pour la paix et la coopération en Amérique centrale. Seul le Nicaragua signe le document.
  • 19 septembre : violent tremblement de terre au Mexique, de magnitude 8,0, faisant au moins 9 500 morts, principalement à Mexico, à 350 km de l'épicentre.
  • 15 octobre : durcissement du régime sandiniste au Nicaragua. Suspension des libertés fondamentales[3].
  • 22 octobre : crise de la dette) : les États-Unis lancent le plan Baker[4] qui reprend les prescriptions habituelles du FMI concernant l’ajustement et ajoutant que les meilleurs élèves seraient récompensés par de nouveaux prêts des banques privées et par des financements de la Banque interaméricaine de développement (BID) et de la Banque mondiale. Le plan n’aborde pas la dimension politique du problème (responsabilité des États-Unis qui maintiennent des taux d’intérêts élevés). Ce plan n’aura que peu de retombées.
  • 13 novembre : éruption catastrophique du Nevado del Ruiz en Colombie, faisant 25 000 morts (du fait d'un lahar) : un géographe français, J.-C. Thouret, avait cartographié les impacts possibles d'une telle catastrophe mais les autorités n'avaient pas jugé opportun de faire évacuer la ville. Les télévisions retransmettent le décès en direct d'une fillette.
  • 18 novembre : première parution de Calvin & Hobbes dans un journal américain[5].

États-Unis[modifier | modifier le code]

21 janvier : Ronald Reagan prête serment pour son second mandat
Article détaillé : 1985 aux États-Unis.
  • Le taux de pauvreté est de 13 % au milieu des années 1980.
  • Aggravation du déficit commercial.
  • Concentration des compagnies de transport aérien à la suite d’une prolifération d’absorptions et de fusions. American Airlines, la principale compagnie, adopte une structure de tarifs que les autres transporteurs adoptent volontiers.
  • Mère Teresa ouvre un hospice à Manhattan pour les victimes du SIDA.
  • 5,5 % de déficit budgétaire
  • 6,7 % de chômeurs.
  • Sortie du film Retour Vers Le Futur

Océanie[modifier | modifier le code]

  • Accord de l'URSS avec l’archipel des Kiribati, permettant l’expansion navale soviétique dans le Pacifique.
Article détaillé : 1985 en Nouvelle-Calédonie.

Asie[modifier | modifier le code]

  • VIIe Plan en Inde (1985-1990). Il insiste sur la nécessité de dégager des ressources nouvelles issues de l’élargissement de l’assiette fiscale, d’un développement du secteur privé et d’une réforme du secteur public.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

7 octobre : détournement du paquebot italien Achille Lauro par un commando terroriste palestinien.
  • 28 décembre (Liban) : accord à Damas entre les milices druzes, chiites et chrétiennes[11].
    • À l’automne, la Syrie essaie d’établir un accord entre les principales milices (Amal, druzes, FL). L’accord prévoit la fin de l’état de guerre, un gouvernement d’union nationale, la dissolution des milices, une parité parlementaire entre chrétiens et musulmans, un renforcement des pouvoirs du président du Conseil au détriment du président de la République, le retour des réfugiés civils, la réorganisation de l’armée, l’établissement de relations privilégiées avec la Syrie. Les chiites refusent l’accord car la parité va à l’encontre de leur conquête du pouvoir. Les autres parties refusent également.
  • Reflux des prix du brut. L’Arabie saoudite, ulcérée de voir grignoter ses parts de marché par les autres membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole qui ne respectent pas leurs quotas, change de politique : elle abandonne le soutien des prix et se préoccupe désormais des volumes de production, grâce à la signature de contrats qui garantissent aux raffineurs un montant donné par baril, la part du royaume wahhabite variant en fonction du prix. En quelques mois, le prix du West Texas Intermediate chute de 31,75 à 10 dollars le baril. Les États producteurs essuient de lourdes pertes financières. Les États-Unis s’inquiètent de ce que les cours trop bas découragent la prospection sur leur sol, et les contraint à dépendre davantage des importations, ce qui affaiblit leur sécurité face à l’Union soviétique, exportatrice. Un prix voisin de 18 dollars (au lieu des 29 dollars officiels) semble équitable. L'OPEP abandonne la stratégie des parts de marché et revient aux quotas. À la fin de 1986, les conséquences du deuxième choc pétrolier sont effacées ; les consommateurs récupèrent, par la baisse des prix nominaux et plus encore réel (baisse du cours du dollar), une partie de ce qu’ils avaient dû verser à l’OPEP lors des hausses précédentes. La croissance économique en est stimulée.

Europe de l'Est[modifier | modifier le code]


  • Inflation (80-90 % de hausse des prix en 1985-1986) et chômage (un million de chômeurs pour 23 millions d’habitants) en République fédérative socialiste de Yougoslavie. Les grèves se multiplient. Les difficultés économiques exaspèrent les animosités latentes entre groupes ethniques en Yougoslavie. Au sein de la Ligue communiste, les Croates et les Slovènes rejettent les propositions visant à une centralisation du parti et de l’État ; ils s’opposent au Serbes qui eux-mêmes sont confrontés au problème albanais du Kosovo.
  • Gorbatchev lance un programme de décentralisation des décisions économiques.
  • Relative parité entre les forces stratégiques des États-Unis et de l’URSS.
  • Le pacte de Varsovie aligne sur le front Nord-Centre européen, de la Norvège à l’Allemagne de l'Ouest, 113 divisions et 24 200 tanks, alors que l’OTAN n’en a respectivement que 54 et 8 800.

Europe de l'Ouest[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1985 en France, 1985 en Italie et 1985 en Suisse.


  • La violence continue en Irlande, avec 602 victimes en 1985-1993, imputables à 70 % à l’IRA provisoire[réf. nécessaire].
  • Grève générale des femmes en Islande.
  • Conflits sociaux en Espagne dus à la précarité de l’emploi et aux inégalités.
  • Portugal : 16 % d’illettrés parmi les personnes âgées de plus de 15 ans (21 % pour les femmes, 12 % pour les hommes).
  • « Libération » du marché du travail au Royaume-Uni.
  • Le taux de pauvreté est de 5 % au milieu des années 1980 au Royaume-Uni.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1985[modifier | modifier le code]

Décès en 1985[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]