Trampoline (sport)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir trampoline.

Trampoline

Description de l'image  Gymnastics (trampoline) pictogram.svg.
Fédération internationale Fédération internationale de gymnastique
Sport olympique depuis 2000
Description de cette image, également commentée ci-après

Compétition de trampoline en 2007.

Le terme générique de trampoline englobe trois disciplines : Le trampoline, le tumbling et le double mini trampoline[1]. Sport acrobatique où l'on doit sauter dessus.

Historique[modifier | modifier le code]

La plupart des auteurs indiquent que le trampoline serait une invention des "Due Trampoline", trapézistes italiens utilisant le rebond de leur filet de protection pour effectuer des acrobaties. C'est cependant l'américain George Nissen, professeur d'éducation physique et spécialiste de plongeon, qui met au point le trampoline moderne dans les années 1930 et le commercialise. La discipline se développe en Amérique du Nord essentiellement dans les universités où des championnats sont organisés dès 1946.

La première fédération nationale de trampoline est écossaise et en 1964 est créée la Fédération internationale de trampoline (FIT). La même année, à Londres, se déroule le premier championnat du monde remporté par les américains Judy Wills et Dan Millman. En 1998, la Fédération internationale de trampoline fusionne avec la Fédération internationale de gymnastique (FIG). Dans la plupart des pays, les fédérations nationales font de même avec les fédérations de gymnastique (la Russie cependant n'a pas suivi cette voie). En France, la Fédération française de trampoline et de sports acrobatiques (FFTSA) est intégrée à la Fédération française de gymnastique en 1999. En 2000 le trampoline fait son entrée dans la famille olympique. Les Russes Irina Karavaeva et Alexander Moskalenko sont les premiers champions.

En France[modifier | modifier le code]

Il faut attendre la fin des années 1950 pour voir le trampoline arriver en Europe. Toutefois des modèles de plage existent déjà sur les bords de l'Atlantique français, octogonaux avec des toiles pleines. Un premier trampoline est livré à l'Ecole normale supérieure d'éducation physique (ENSEP) en 1959 mais la discipline ne se développe qu'à partir de 1961 où un stage international de formation au trampoline se tient en Suisse à Mâcolin. Il est dirigé par le Suisse Kurt Baechler. Deux français y participent: Bernard Ammon, moniteur de la Société Suisse de Gymnastique de Paris, et Pierre Blois, professeur d'agrès à l'Ecole normale supérieure d'éducation physique. Cette rencontre est de première importance pour le trampoline français.

La Fédération française de sports au trampoline (FFST) dépose ses statuts en juillet 1965, et dès l'année suivante sont organisés les premiers Championnats de France. Le premier détenteur historique du titre national est Paul Cheyrouze, champion de France 1966, qui récidive en 1968[2]. Michel Rouquette sera entraîneur de l'équipe de France de 1968 à 1989, apportant cinq titres mondiaux au pays et un titre européen. En 1980 le trampoline est présenté en démonstration aux Jeux olympiques de Moscou. En 1985 le tumbling et l'acrosport rejoignent le trampoline et la FFST devient la Fédération française de trampoline et de sports acrobatiques (FFTSA).

Les grands noms du trampoline[modifier | modifier le code]

A l'international[modifier | modifier le code]

Alexander Moskalenko est l'athlète le plus médaillé de l'histoire du trampoline. Il obtient son premier titre de champion du monde en 1990. En l'espace de 15 ans, il est sacré 6 fois Champion du Monde individuel et est plusieurs fois médaillé international. Il est le premier Champion Olympique de trampoline de en 2000 à Sydney. A Athènes, en 2004, il obtient la médaille d'argent puis met fin à sa carrière.

Anna Dogonadze est gréforienne, naturalisée allemande en 1998 après avoir évolué aussi en URSS. Elle cumule un palmarès individuel, Championne du Monde en 2001, Championne Olympique en 2004 (Athènes), et synchronisé, Championne du Monde en 1998. Depuis 1998, en synchronisé ou en individuel, Anna Dogonadze a été médaillée lors de chaque Championnat du Monde.

Igor Gelimbatovski est connu pour avoir conservé le record de difficulté pendant plus de 20 ans. Son mouvement, exécuté aux Championnats du Monde de Paris-Bercy en 1986, contenait cinq triples rotations. Depuis 2007, Jason Burnett lui a ravi ce record.

Irina Karavaeva est la première Championne Olympique de trampoline de l'histoire (Sydney, 2000). Elle est la plus médaillée du trampoline féminin et considérée comme la meilleure trampoliniste. Elle a remporté quatre Coupe du Monde consécutives. Son palmarès affiche aussi des médailles en trampoline synchronisée

En France[modifier | modifier le code]

Richard Tison est le premier Champion du Monde français en 1974. Il réitère la performance en 1976. Il est trois fois Champions de France lors de sa carrière et Champion d'Europe en 1973.

Emmanuel Durand a laissé sa marque dans le trampoline grâce à un exploit réalisé lors des Championnats du Monde de 1996: il obtint trois fois la note maximale de 10 en effectuant un mouvement imposé. Jusqu'alors personne n'a réussi à réitérer l'exploit. Son palmarès est bien rempli: Vice-Champion du Monde individuel en 1996, vainqueur de la Coupe du Monde en 1997, et quatre fois Champion de France. Emmanuel Durand a aussi remporté les Championnats du Monde en synchronisé en 1998 avec son coéquipier David Martin, autre français au palmarès étoffé.

Nathalie Treil est la plus médaillée du trampoline français féminin. Elle a remporté sept Championnats de France et deux médailles de bronze en synchronisé aux Championnats d'Europe.

L'appareil[modifier | modifier le code]

Article détaillé : trampoline (appareil).

Le trampoline aujourd'hui est proche du modèle inventé par George Nissen dans les années 1930. Néanmoins ses dimensions ont évolué. L'engin se présente comme une toile faite de bandes de nylon tressées et reliées à un cadre métallique rectangulaire par 120 ressorts, ces derniers étant recouverts par un tapis semi-rigide, le pads, pour la sécurité. En longueur, chaque extrémité est recouverte de deux grands tapis reposant sur des banquettes. Ces tapis, autrefois parallélépipédiques, ont désormais un côté biseauté vers la toile.

Pratique du trampoline[modifier | modifier le code]

Le trampoline est enseigné dans des clubs sportifs, de gymnastique par exemple, ce qui est le mieux, car certains agrès de gymnastique peuvent servir lors de son expérience du trampoline (Musculation, échauffements...). Au début de l'entrainement, le gymnaste s'échauffe, pour éviter toutes blessures. Plusieurs passages sont effectués, de 5 minutes généralement voire moins. Au cours de la séance, le trampoliniste, va perfectionner ses figures et ses exercices. Vers la fin de l'entrainement, il peut commencer à aborder de nouvelles figures. L'entrainement se clôture sur une courte séance de musculation, puis d'une séance d'étirements, pour éviter toutes douleurs le lendemain.

Déroulement des compétitions[modifier | modifier le code]

Lors d'une compétition de trampoline, le gymnaste doit effectuer un "mouvement", enchaînement composé de 10 figures, ou "touches". Le trampoline étant un sport artistique, la prestation est évaluée par des juges qui estiment l'exécution des figures en fournissant chacun une note sur 10 (1 point par touche). À ce total est ajoutée une bonification calculée à partir de la difficulté de l'exercice proposé.

Les figures consistent, dans leurs formes les plus complexes, en des combinaisons de saltos (ou salti) et/ou de vrilles multiples. Les novices commencent par des figures de bases (tels que le saut groupé ou bien le tomber assis) et la complexité augmente avec l'expérience du trampoliniste. Ces figures peuvent être effectuées en partant d'une position debout, assise, sur le ventre ou bien sur le dos et donc, peuvent être réceptionnées dans les mêmes positions.

Description de quelques figures[modifier | modifier le code]

On peut facilement décomposer toutes les figures en 1/4 de rotation pour les saltos et en 1/2 rotations pour les vrilles. Ainsi, un "tombé ventre" est un 1/4 de salto avant, de même qu'un "tombé dos" est un 1/4 de salto arrière. Seuls les éléments assis et les sauts (groupé, carpé, écart) sont des éléments qui ne comportent pas de rotation.

  • Chandelle : Ce n'est pas à proprement parler une figure, il s'agit d'un saut vertical tout simple, qui permet au trampoliniste de prendre de la hauteur avant son exercice. Le départ et la réception s'effectuent sur les pieds, les bras donnent de l'élan au corps et les jambes poussent sur la toile. Elle doit être bien verticale.
  • Sauts de base : Figure la plus simple, le saut de base consiste en une chandelle à l'apogée de laquelle une position groupée, carpée ou écart est adoptée. Le saut de base peut être inclus dans un mouvement, mais ne donne pas lieu à une bonification.
  • Tomber-assis, tomber-ventre, tomber-dos : Figures les plus simples pour lesquelles le trampoliniste doit donner à son corps une rotation : Le départ s'effectue sur les pieds, mais la réception, sur les fesses, sur le ventre ou sur le dos. Ce sont les bras qui créent le déséquilibre qui permettra au gymnaste d'effectuer sa rotation. La position assise étant assimilée à la position debout, le tomber assis ne donne pas de bonification. Le tomber-ventre et le tomber-dos, en revanche, valent 0,1 point. Dans un tomber-assis et le retour à la position debout, le trampoliniste, ayant touché deux fois la toile, a effectué deux touches.
  • Demi-vrille, vrille, vrilles multiples : Il s'agit d'une chandelle au cours de laquelle, le gymnaste a effectué un demi- , un tour ou plus avant de se réceptionner. Chaque demi-vrille donne lieu à une bonification de 0,1 point (donc, par exemple, une triple vrille et demie vaut 0,7 point)
  • Saltos : Lors de son saut, le trampoliniste va faire tourner son corps en avant ou en arrière, faire passer ses pieds au-dessus de sa tête et se réceptionner. Le salto classique part sur les pieds et atterrit sur les pieds, mais il existe toutes les combinaisons (le porpus, par exemple, est un salto avant au départ du dos qui arrive sur le dos. Le cody, un salto arrière au départ du ventre et qui arrive sur les pieds). Chaque quart de salto vaut 0,1 point et chaque tour complet rajoute 0,1 point. Ainsi un salto vaut 0,5 point s'il est effectué en position groupée. Une bonification supplémentaire de 0,1 point est attribuée s'il est effectué en position carpée ou tendue.
  • Barani : Il s'agit d'un mouvement d'acrobatie combiné de 360° de rotation transversale vers l'avant avec 180° de rotation longitudinale soit un salto avant avec une demi-vrille déclenchée en phase aérienne lors de l'ouverture du salto avant groupé ou carpé. On peut exécuter cette figure dans trois positions différentes: groupé - carpé ou tendu. Lorsque cette figure est réalisée dans sa version finale elle permet d'avoir une vision permanente sur la toile, pourtant beaucoup de trampolinistes l'exécutent en retardant la demi-vrille ce qui engendre une brève perte de vision pendant la figure. Le Barani se retrouve dans tous les exercices de compétition, même au niveau international dans les libres 1. C'est une clé de voûte de l'acrobatie qui permettra d'aborder des figures plus complexes dans ce qu'on appelle le barani out system où l'on termine la figure par une demi-vrille. Ex: Barani-out ou half-out soit un double salto avant avec une demi-vrille dans le second salto. La valeur du Barani en compétition est de 0,6 pts, quelle que soit la position dans laquelle il est exécuté.
  • Cody: Le Cody est un salto arrière qui s'effectue en partant du ventre. Ainsi, lors d'un cody le trampoliniste effectue 1 saltot 1/4 (5/4 arrière). La plupart du temps, afin de prendre de l'élan et de conserver une fluidité et une logique dans le mouvement (pas de changement de rotation), on effectue le Cody après un 3/4 ventre (saltot arrière réalisé au 3/4). Il est possible d'effectuer un double cody (deux saltos arrières en partant du ventre, soit 9/4 de rotation).
  • Half In Rudy Out (ou HIRO) et autres figures au nom pittoresque : Le HIRO est un double salto arrière avec une demi-vrille dans le premier salto et une vrille et demie dans le second. Lorsque les figures commencent à devenir trop complexes, on leur construit un nom composé (se transformant rapidement en acronyme) qui les décrit. On utilise les termes anglais qui désignent des éléments plus simples qui composent la figure puis on les accole dans l'ordre d'exécution. Ainsi : Half in ("demi à l'entrée") signifie que le premier salto comporte une demi-vrille et Rudy out ("Rudolf à la sortie") signifie que la seconde partie est un rudolf, un salto avec une vrille et demi (On pressent que c'est une figure arrière parce qu'il y a un nombre entier de vrilles et donc, à l'inverse du barani, il est plus facile de prendre des repères visuels pendant la figure en rotation arrière). De même, le back in full out, est un double salto arrière sans vrille dans le premier salto et avec une vrille dans le second.
  • Full : Il s'agit d'un salto arrière avec une vrille. Chaque full vaut 0,7 points.
  • Full full full (ou Full In Full Middle Full Out) : C'est une des figures les plus difficiles à exécuter. Elle vaut le triple d'un full, donc 2,1 points
  • Pull-over: le pull-over est une figure où l'on se laisse tomber sur le dos en levant les pieds à la verticale et enchainant depuis la position du dos en salto arrière.

À partir de ces figures, le trampoliniste doit effectuer un mouvement de 10 touches. Les mouvements ne peuvent contenir plusieurs fois la même touche. Ils se construisent selon une logique. Un trampoliniste peut savoir exécuter chaque touche sans nécessairement savoir exécuter l'ensemble. Afin que le trampoliniste reste au centre du trampoline, il faut éviter d'enchaîner trop de rotations dans le même sens (exemple: saltos arrières groupé, carpé, tendu), mieux vaut ponctuer les rotations arrières par des rotations avants (back, barani, back, barani...). Même si on peut décomposer tous les éléments en 1/4 de saltos, les éléments trop dangereux sont interdits. Par exemple, un trampoliniste ne doit pas exécuter de 5/4 avant (salto avant, tombé ventre), trop dangereux pour la colonne vertébrale et les cervicales.

Compétitions internationales[modifier | modifier le code]

Discipline olympique[modifier | modifier le code]

Le trampoline devint olympique pour la première fois en 2000 à Sydney. À cette époque, seules 24 places sont attribuées (12 femmes et 12 hommes). Devant le succès de cette compétition qui va dans l'esprit du Comité International Olympique (C.I.O.), celui-ci décida de porter le nombre de places à 32 (16 femmes et 16 hommes).

Seules les épreuves individuelles en trampoline sont au programme des jeux Olympiques. Les sélections pour les J.O. se font sur le championnat du monde l'année précédant les Jeux Olympiques. 16 places pour les femmes et 16 places pour les hommes, sont attribuées selon une règle de la Fédération Internationale de Gymnastique (F.I.G.) et du Comité International Olympique (C.I.O.).

La compétition comprend des épreuves qualificatives. Tous les compétiteurs réalisent un exercice 1 (10 éléments enchainés notés sur l'exécution et dont 2 comptent en difficulté) et un exercice 2 (10 éléments enchainés notés sur l'exécution et sur la difficulté). À l'issue de ce classement, les 8 meilleurs trampolinistes réalisent un exercice libre. Lors de cette finale, le score ne tient pas compte des épreuves qualificatives et est remis à zéro. C'est le ou la gymnaste qui obtient le meilleur score qui devient champion ou championne.

Le nombre de places aux J.O. étant limité, un seul compétiteur par pays est autorisé à concourir sauf les pays qui ont réussi à positionner 2 trampolinistes dans les finales du championnat du monde l'année précédant les J.O. (championnat du Monde qualificatif). Les instances internationales réservent une place pour le pays organisateur des Jeux Olympiques si celui-ci n'a pas sélectionné de trampolinistes. Il peut être également décidé une représentativité de tous les continents.

Trampoline synchronisé[modifier | modifier le code]

En trampoline synchronisé, deux athlètes effectuent le même mouvement (10 touches) chacun sur un trampoline. La performance technique des athlètes est évaluée séparément. À ces deux notes d'exécution, s'ajoute la note de difficulté du mouvement ainsi qu'une note de synchronisation. Les juges de synchronisation évaluent la hauteur des trampolinistes ainsi que la différence entre le moment où il touche la toile. Pour cela, les juges se repèrent aux jambes des trampolinistes (une cheville d'écart, un demi-mollet, un mollet etc).

Contrairement au trampoline individuel, le trampoline synchronisé ne se pratique pas aux Jeux Olympiques.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]