Le Rove

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Rove
La calanque de Niolon
La calanque de Niolon
Blason de Le Rove
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Istres
Canton Châteauneuf-Côte-Bleue
Intercommunalité Communauté urbaine Marseille Provence Métropole
Maire
Mandat
Georges Rosso
2008-2014
Code postal 13740
Code commune 13088
Démographie
Gentilé Rovenaines, Rovenains
Population
municipale
4 456 hab. (2011)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 22′ 09″ N 5° 15′ 01″ E / 43.3691666667, 5.25027777778 ()43° 22′ 09″ Nord 5° 15′ 01″ Est / 43.3691666667, 5.25027777778 ()  
Altitude 132 m (min. : 0 m) (max. : 263 m)
Superficie 22,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Le Rove

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Le Rove

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Rove

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Rove
Liens
Site web http://www.lerove.fr

Le Rove (Lo Ròve en provençal selon la norme classique et Lou Rove selon la norme mistralienne) est une petite commune située à proximité de Marseille. Ses habitants sont appelés les Rovenain(e)s.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le département des Bouches-du-Rhône à environ 8 km à l'ouest de L'Estaque à Marseille et 5 km à l'est d'Ensuès-la-Redonne. Sa superficie est de 2 297 hectares soit 22 97 km². Son altitude la plus basse se situe au niveau de la mer, le point culminant se trouve à 263 m , la moyenne étant de 132 m[1].

Rose des vents Châteauneuf-les-Martigues Gignac-la-Nerthe Les Pennes-Mirabeau Rose des vents
Ensuès-la-Redonne N L'Estaque
O    Le Rove    E
S
Mer Méditerranée,

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le Rove est traversé par la route départementale 568. Le village est situé à 8 kilomètres de l'aéroport de Marseille Provence à Marignane et compte une gare TER située à Niolon.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[2] / Station de Marignane

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Le Rove faisait partie de la seigneurie de Marignane au même titre que Saint-Victoret et Gignac. A son apogée, cette seigneurie allait jusqu’aux calanques méditerranéennes.

Faits historiques[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Le Rove

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'or à quatre pals de gueules; à dextre une branche de chêne englandée de sable; à senestre un bouc naissant d'argent; chargé des mots VILLE DU ROVE de sable.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1965 1981 Etienne Mathieu PCF  
1981 en cours Georges Rosso PCF Chevalier de la Légion d'Honneur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 456 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1836. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876
844 880 1 074 849 816 875 820 790 755
1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926
729 661 726 742 704 747 2 122 678 688
1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990
869 485 516 705 1 186 1 709 2 233 2 707 3 429
1999 2004 2006 2009 2011 - - - -
4 005 4 070 4 077 4 223 4 456 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4])
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

L'entrée du tunnel du Rove côté Marseille

Monuments civils[modifier | modifier le code]

Ce tunnel-canal, le plus long du monde[réf. nécessaire], passe dans sa plus grande partie sous le territoire du Rove, d'où son nom de tunnel du Rove. En 1928, l'empereur d'Éthiopie Hailé Sélassié vint visiter l'ouvrage lors d'une visite protocolaire. Une rumeur populaire prétend que c'est grâce à cette visite que beaucoup de jeunes du village éprouvent une attirance pour la musique Reggae. En 1963, à la suite d'un effondrement, il devint inutilisable.

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

La chapelle de Saint-Michel de Gignac, vue du nord-ouest.

La chapelle Saint-Michel . La chapelle Saint-Michel de Gignac est une chapelle romane du XIIe siècle qui fut une place forte templière servant de relais avant Fréjus, là d'où embarquaient les croisés.

Bien que la chapelle figure sur l'emblème du village voisin de Gignac-la-Nerthe elle fait bel et bien partie de la commune du Rove, au grand dam de certains Gignacais qui aimeraient bien que ce monument leur soit cédé.

La chapelle, classée à l'inventaire des monuments historiques en 1977, a été restaurée en 1997.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Les calanques de Niolon et la Vesse . Situées en face de la rade de Marseille à quelque 5 kilomètres du chef-lieu, ces deux calanques, qui font partie de la commune du Rove, abritent chacune un petit village de pêcheurs, et reçoivent le dimanche la visite de Marseillais désireux de se détendre. De l'une ou l'autre on peut partir en promenade le long de la côte bleue jusqu'aux criques ou calanques voisines (attention, certains passages du sentier sont délicats, voire dangereux).

Gastronomie[modifier | modifier le code]

La brousse du Rove est la spécialité de ce lieu. La véritable brousse du Rove est produite à partir du lait de chèvres de la race du Rove sur le territoire de la commune du Rove. Les chèvres du Rove sont connues pour leur esthétique, leur robustesse et leur rusticité. Elles donnent moins de lait que les Alpines ou les Saanens, mais leur lait est plus riche et plus parfumé puisque ces troupeaux supportent mal la stabulation et sont élevés en pleine colline. La plus illustre famille d'éleveurs de chèvres du Rove est la famille Gouiran. La brousse du Rove est un mets connu que l'on peut trouver à la carte des restaurants huppés de la région et qui est l'objet de nombreuses contrefaçons (les brousses dites « du Rove » fabriquées avec du lait de vache inondent les marchés).

Avant les années 1960 les marchands de brousse du Rove proposaient les brousses à Marseille au cri de « Leï brousso dou Rouvé ! ». Une expression en est restée : « À l'heure des brousses » en référence à l'heure très tardive à laquelle on commençait à faire des brousses après avoir effectué une longue traite du troupeau.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]