Rognes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rognes
Blason de Rognes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Aix-en-Provence
Canton Lambesc
Intercommunalité Communauté d'agglomération du pays d'Aix
Maire
Mandat
Jacky Pin
2008-2014
Code postal 13840
Code commune 13082
Démographie
Gentilé Rognens, Rognenques
Population
municipale
4 683 hab. (2011)
Densité 80 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 39′ 52″ N 5° 20′ 48″ E / 43.6644736842, 5.346754386 ()43° 39′ 52″ Nord 5° 20′ 48″ Est / 43.6644736842, 5.346754386 ()  
Altitude 324 m (min. : 160 m) (max. : 501 m)
Superficie 58,32 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rognes

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Rognes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rognes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rognes

Rognes est une commune des Bouches-du-Rhône, dans l'arrondissement d'Aix-en-Provence.

Elle est célèbre pour sa pierre, exploitée depuis l'Empire romain, et ses truffes. Elle conserve également une activité viticole (AOC Coteaux d’Aix-en-Provence).

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Le village est situé à 45 km de Marseille, 21 km d'Aix-en-Provence, 23 km de Salon-de-Provence, et 11 km de Cadenet au bord de la Durance. Le village est à une altitude comprise en 300 et 350 m d'altitude.

Le sud de la commune est traversée par la chaîne de la Trévaresse et son point culminant (502 m), quelques sommets entourent le village comme le Pié Fouquet (436 m), à 1 km à l'est du village, ou La Baume (355 m), à 500 m à l'ouest du village.

Le nord de la commune descend vers la vallée de la Durance, quelques kilomètres plus loin.

Climat[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000  :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 10,9 12,3 15,3 17,5 22,0 25,8 29,4 29,0 25,0 19,9 14,2 11,6 19,4
Températures moyennes (°C) 6,1 7,2 9,7 12,0 16,1 19,8 22,9 22,7 19,2 14,7 9,6 7,0 13,9
Températures minimales (°C) 1,2 2,0 4,0 6,4 10,1 13,7 16,4 16,3 13,3 9,5 4,9 2,4 8,4
Précipitations (hauteur en mm) 59 47 44 63 52 31 16 37 64 98 58 54 623,4
Source: Météo France[1] / Station de Salon de Provence

Histoire[modifier | modifier le code]

Le site[Lequel ?] révèle des traces de peuplement depuis l'âge du fer. Des constructions apparaissent à l'ère gallo-romaine, le long de la colline du Foussa. Une partie d'entre elles sont de type troglodyte. Parallèlement, l'exploitation de la pierre de Rognes commence.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Déjà en 1315, Pierre d'Allamanon est chevalier, seigneur de Rognes, qualifié de "Pontens vir[2]". Il était le second fils et héritier de Ricavi d'Allamanon, seigneur de Rognes, Pierrevert et Vidauban, amiral de Provence, auquel il succède à ce poste jusqu'après 1348[3]. Il participa à la prise de Milazzo en tant qu'amiral de Provence. En 1359, son héritier universel, Bertrand lui succède comme seigneur de Rognes. Un autre de ses fils, Ricavi, était seigneur de Lambesc. Jacques de Ceva, noble originaire de Cadenet, possédait des terres à Rognes ; le 2 novembre 1356, il acheta à Pierre d'Allamanon, pour 1000 florins d'or de Florence, la moitié des droits de la "nau" (barque) et du port de Cadenet. Carliste, il vit ses biens (dont les châteaux de Cadenet, Lauris et le Puget) confisqués par le sénéchal puis restitués à ses fils après sa mort[4].

La mort de la reine Jeanne Ire ouvre une crise de succession à la tête du comté de Provence, les villes de l’Union d'Aix (1382-1387) soutenant Charles de Duras contre Louis Ier d'Anjou. Le seigneur de Rognes, Rostaing Vincent fait hommage le 5 novembre 1387 à Louis II d'Anjou, fils mineur de Louis Ier[5] ; un autre co-seigneur, Jacques de Lamanon, s’était rallié dès 1385[6].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Au XVIe siècle, Rognes appartient aux seigneurs d'Agoult. En 1597, Julie d'Agoult, dernière représentante de la famille, épouse Henri de Raphelis. Elle conserve ses seigneuries. Très rigide sur ses droits et privilèges, elle tente de faire interdire aux habitants d'apposer leurs armes sur les maisons et remparts. Les consuls de Rognes refusèrent énergiquement. Le sénéchal d'Aix-en-Provence donna raison aux consuls. Ceux-ci créèrent alors les armes de la ville, d'azur au verrou d'argent, avec la devise « Ferme bien, qui pouvant tout fermer, ne ferme rien. »

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le , un séisme de magnitude 6,2 sur l'échelle de Richter, détruit la plus grande partie des maisons situées sur les flancs du Foussa. Seules quelques maisons et ruelles demeurent du vieux Rognes.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Rognes

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'or, à un loup ravissant d'azur, lampassé et armé de gueules.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources. Pour l'améliorer, ajouter en note des références vérifiables ou les modèles {{Référence nécessaire}} ou {{Référence souhaitée}} sur les passages nécessitant une source.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1978 mars 1983 Verrier PS[réf. nécessaire]  
mars 1983 mars 1989 Parraud PS[réf. nécessaire]  
mars 1989 mars 2014 Jacky Pin RPR puis UMP  
mars 2014 mars 2020 Jean-François Corno DVD[réf. nécessaire]  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 4 683 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 919 1 960 1 959 1 768 1 641 1 479 1 573 1 677 1 561
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 538 1 578 1 515 1 426 1 617 1 344 1 288 1 215 1 130
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 147 1 156 1 128 918 1 003 1 015 970 1 046 1 017
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
1 109 1 183 1 426 2 216 3 450 4 194 4 518 4 606 4 683
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique


Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Rognes est connu pour sa célèbre fête de la truffe.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Le poète Jules Mougin, né à Marchiennes dans le nord le 10 novembre 1912 est décédé à Rognes le 6 novembre 2010. L'écrivain français Pierre Bottero est décédé dans un accident de moto dans un virage aux alentours de Rognes le 8 novembre 2009 à l'âge de 45 ans. Le group Narrow Terence et l’illustratrice Marie Doucedame, sont également originaires de la commune.

Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat

  • Électricité (Sté Electriciret)

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Monuments laïques[modifier | modifier le code]

Monuments religieux[modifier | modifier le code]

  • chapelle Saint-Denis, érigée en 1720 suite à une épidémie de peste en remerciement à saint Denis, patron de la commune
  • chapelle romane Saint-Marcellin (XIIIe siècle)
  • église Notre-Dame-de-l'Assomption, bâtie en 1607

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13103001
  2. B1836F116
  3. Cortez, les grands officiers, p.111
  4. Cortez, les grands officiers, p.2342 et Coulet, Aix, t.I, p.284
  5. Geneviève Xhayet, « Partisans et adversaires de Louis d'Anjou pendant la guerre de l'Union d'Aix », Provence historique, Fédération historique de Provence, volume 40, no 162, « Autour de la guerre de l'Union d'Aix », 1990, p. 408 (note 33).
  6. G. Xhayet, op. cit., p. 412 (note 56).
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie Taÿ, Monographie du village de Rognes 1883
  • Les Amis du Vieux Rognes. "Rognes. Le Temps Retrouvé". Equinoxe 1997

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]