Ensuès-la-Redonne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ensuès-la-Redonne
Image illustrative de l'article Ensuès-la-Redonne
Blason de Ensuès-la-Redonne
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Bouches-du-Rhône
Arrondissement Istres
Canton Châteauneuf-Côte-Bleue
Intercommunalité Communauté urbaine Marseille Provence Métropole
Maire
Mandat
Michel Illac
2014-2020
Code postal 13820
Code commune 13033
Démographie
Gentilé Ensuénens
Population
municipale
5 254 hab. (2011)
Densité 203 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 21′ 21″ N 5° 12′ 15″ E / 43.3558333333, 5.20416666667 ()43° 21′ 21″ Nord 5° 12′ 15″ Est / 43.3558333333, 5.20416666667 ()  
Altitude Min. 0 m – Max. 238 m
Superficie 25,83 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte administrative des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Ensuès-la-Redonne

Géolocalisation sur la carte : Bouches-du-Rhône

Voir sur la carte topographique des Bouches-du-Rhône
City locator 14.svg
Ensuès-la-Redonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ensuès-la-Redonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ensuès-la-Redonne
Liens
Site web http://www.mairie-ensues.fr

Ensuès-la-Redonne (en occitan provençal En Suá La Redona selon la norme classique ou Ensue La Redouno selon la norme mistralienne) est une commune française, située dans le département des Bouches-du-Rhône en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Ensuès-la-Redonne appartient au canton de Châteauneuf-Côte-Bleue et à l'arrondissement d'Istres. Il se situe à 17,9 km de Marseille, à 4,4 km de Carry-le-Rouet et à 25,4 km[1] d'Istres.

Le village est construit dans une cuvette et séparé de la côte par le plateau de Graffiane.

Sur le littoral, de nombreuses calanques se situent sur le territoire d'Ensuès-la-Redonne : la madrague de Gignac, la Redonne (et son port), les Figuières, Méjean… Une grande partie des terres appartenant au village sont protégées par le Conservatoire du littoral, 80 % étant recouvert de garrigues[2].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Le village est longé par la route départementale 5, qui permet de joindre Marseille par le Rove et l'Estaque à l'est, Carry-le-Rouet et l'autoroute A55 à l'ouest.

Les calanques ne sont accessibles en voiture que par un embranchement de cette route, qui descend par le vallon de la Graffiane puis se faufile entre les reliefs rocheux de la côte.

La gare de La Redonne-Ensuès, qui domine la calanque de la Redonne, permet de rejoindre la Marseille-Saint-Charles en 25 minutes en moyenne (15 liaisons par jour en semaine), tout en profitant du spectacle de la Côte Bleue.

Climat[modifier | modifier le code]

Ensuès-la-Redonne possède un climat méditerranéen  : les hivers y sont doux, les étés chauds, les précipitations relativement peu abondantes et l'ensoleillement très important. Le vent qui domine est le mistral ; néanmoins, la proximité de la mer provoque occasionnellement la venue d'une couverture nuageuse et d'entrées maritimes.

Le tableau ci-dessous indique les températures et les précipitations pour la periode 1971-2000 :

Mois J F M A M J J A S O N D année
Températures maximales (°C) 11,2 12,6 15,3 17,7 22,2 26,1 29,5 29,2 25,3 20,3 14,7 12,0 19,7
Températures moyennes (°C) 7,1 8,3 10,7 13,1 17,4 21,1 24,1 24,0 20,4 16,0 10,8 8,1 15.1
Températures minimales (°C) 3,0 3,9 6,0 8,5 12,6 16,0 18,7 18,7 15,5 11,6 6,8 4,1 10,5
Précipitations (hauteur en mm) 54 44 40 58 41 25 13 31 61 85 51 52 554,5
Source: Météo France[3] / Station de Marignane

Histoire[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Comme dans grand nombre de cas, plusieurs suppositions existent quant au nom actuel d'Ensuès-la-Redonne. Il pourrait être inspiré :

  • du latin solium, "petite baignoire"
  • du celtique sego, "citadelle"
  • du vieux provençal essueio signifiant "marre à fumier" ou "fausse à chaux"

Historique[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des sépultures sous tuiles ont été découvertes sur le territoire d'Ensuès-la-Redonne ainsi que des amphores[4]. Un petit dolmen a également été découvert plus récemment dans le vallon de Saint-Antoine. Quoique connu depuis longtemps par les habitants de la calanque, ce dernier n'avait jamais été recensé officiellement. Il porte désormais le nom de son inventeur : Gérard Chevé.

XVe siècle : le hameau[modifier | modifier le code]

Les premières apparitions du nom Ensuès se trouvent dans des écrits relatifs au rattachement de la Provence au Royaume de France sous Louis XI de France aux alentours de 1481[5]. Le village semblait alors occupé périodiquement par des bergers. C'est seulement en 1540 que le nom d'Ensuès apparaît dans la liste des paroisses dépendant du diocèse d'Aix-en-Provence[6].

On constate peu d'évolution au niveau du peuplement d'Ensuès-la-Redonne pendant plus de quatre siècles : 100 à 400 habitants y vivent.

Leurs moyens de subsistance ainsi que leur économie est fondée sur les atouts Méditerranéens : le climat permet la culture de l'olivier et de la vigne ainsi que l'élevage de chèvres et de porcs et la proximité de la mer rend possible le développement de la pêche.

Une administration compliquée[modifier | modifier le code]

Le hameau est en effet administrativement scindé en deux parties : alors que l'ouest est rattaché Chateauneuf-les-Martigues, l'Est dépend de Gignac-la-Nerthe (jusqu'en 1835, date où Le Rove acquiert le statut de commune et prend en charge Ensuès-la-Redonne).

Suite aux difficultés de gestion occasionnées par cette dichotomie, l'accession d'Ensuès au rang de commune à part entière est demandée dès 1850.

Parallèlement, l'école tenue par des religieuses devient laïque en 1893 ; néanmoins, elles conservent l'éducation des filles. Elles sont congédiées en 1905. C'est en 1907 que sont créées deux écoles : une destinée aux filles, l'autre aux garçons[7].

16 mai 1933 : le village accède au statut de commune[modifier | modifier le code]

Par décret du 16 mai 1933, la commune d'Ensuès-la-Redonne voit officiellement le jour. Les premières élections ont lieu en juin 1933 et Auguste Gouiran devient le premier maire du village. Le bâtiment abritant actuellement la Poste accueillit alors conjointement la mairie et le service des postes dès 1936.

En 1953 sont réunies l'école des filles et celle des garçons[8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Ensuès-la-Redonne

Blasonnement :

D'azur au dauphin couché d'argent surmonté d'une étoile des Baux, de même au chef d'or à quatre pals de gueule.

Les armes d'Ensuès-la-Redonne furent créés par Étienne Imbert en 1933[9].

Le « dauphin » signale la proximité de la mer. « L'étoile des Baux » fait référence à la fondation du village par des habitants de Chateauneuf-les-Martigues (qui dépendait alors du comté des Baux). Quant au « chef d'or à quatre pals de gueule », il correspond aux armes de la Provence.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1933 1945 Augustin Gouiran    
1945 1947 Auguste Lafon    
1947 1953 Augustin Gouiran    
1953 1979 Adrien Ricaud    
1979 mars 2001 André Vardaro    
mars 2001 mars 2008 Marc Bernard PS  
mars 2008 en cours Michel Illac Apparenté PCF  
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution de la population[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 254 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1936. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
503 436 704 1 041 1 192 1 699 2 204 3 029 4 544
2006 2011 - - - - - - -
5 096 5 254 - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La comparaison des pyramides révèle que la tendance d'une population globalement jeune n'a fait que se confirmer durant les années 1990.

Évolution de la pyramide des âges de la commune d'Ensuès-la-Redonne
Comparaison entre les années 1990 et 1999 en nombre d'individus[12]
Pyramide des âges en 1990.
Hommes Classe d’âge Femmes
52 
75 à plus
88 
194 
60 à 74
184 
303 
45 à 59
270 
399 
30 à 44
388 
313 
15 à 29
300 
286 
0 à 14
252 
Pyramide des âges en 1999.
Hommes Classe d’âge Femmes
86 
75 à plus
133 
237 
60 à 74
250 
490 
45 à 59
455 
634 
30 à 44
625 
338 
15 à 29
344 
511 
0 à 14
449 

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Au mois de janvier a lieu tous les ans la fête de la Saint-Maur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

En 1927 l'Ecrivain Blaise Cendrars a vécu plusieurs mois à La Redonne, dont il était tombé follement amoureux. L'acteur français Edouard Baer possède aujourd'hui une résidence à Ensuès.

Économie[modifier | modifier le code]

Culture et patrimoine[modifier | modifier le code]

La calanque de l'Escalayole, entre la madrague de Gignac et la calanque des Eaux-salées
  • L'église d'Ensuès a été construite de 1836 à 1839. C'est en 1854 qu'est érigé son clocher[7]. Hors les offices religieux réguliers, elle accueille de temps à autre des concerts (polyphonies Corses en janvier 2005 par exemple[13]).
  • La madrague de Gignac (appelée de Ginas au XVIIe siècle[14]), petit port voisin de la Redonne, bien abrité, entouré de villas. Comme les calanques voisines, l'accès y est réglementé pendant les périodes de grande fréquentation. Elle est le point de départ d'un sentier de promenade vers la calanque des eaux-salées et Carry-le-Rouet.
  • Les grottes marines de Méjean sont accessibles par un sentier pédestre qui suit la côte depuis la Redonne.
  • Les espaces de garrigue entourant la commune sont protégés par le Conservatoire du littoral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.
  1. Domiville Calcul de distances à vol d'oiseau
  2. Provenceweb Ensuès-la-Redonne sur Provenceweb
  3. http://france.meteofrance.com/france/climat_france?48043.path=climatstationn%252F13054001
  4. « QUID » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)Ensuès-la-Redonne sur le Quid
  5. A.D.I.E.R, Association de Défense des Intérêts d'Ensuès-la-Redonne Historique du village
  6. Ensues.com Diapositives sur l'histoire d'Ensuès-la-Redonne : "La Renaissance"
  7. a et b Ensues.com Diapositives sur l'histoire d'Ensuès-la-Redonne : "Les grands conflits"
  8. Ensues.com Diapositives sur l'histoire d'Ensuès-la-Redonne : "Une commune à part entière"
  9. Origines du blason d'Ensuès-la-Redonne et Armoiries des communes de Marseille Provence Métropole Ouest
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  12. INSEE - pyramide des âges en 1999
  13. Barbara Furtuna Polyphonies corses
  14. Page personnelle sur la commune et ses alentours La madrague de Gignac

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]