1975

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de redirection Cette page concerne l'année 1975 (MCMLXXV en chiffres romains) du calendrier grégorien. Pour l'année -1975, voir -1975.

Années :
1972 1973 1974  1975  1976 1977 1978

Décennies :
1940 1950 1960  1970  1980 1990 2000
Siècles :
XIXe siècle  XXe siècle  XXIe siècle
Millénaires :
Ier millénaire  IIe millénaire  IIIe millénaire


Chronologies géographiques :
Afrique • Amérique (Canada (Nouveau-Brunswick, Ontario, Québec), États-Unis) • Asie • Europe (France (Paris), Italie, Suisse) • Océanie


Chronologies thématiques :
Aéronautique Architecture Automobile Bande dessinée Chemins de fer Cinéma Disney Droit Économie Football Informatique Jeu Jeu vidéo Littérature Musique populaire Musique classique Numismatique Parcs de loisirs Photographie Santé et médecine Science Science-fiction Sociologie Sport Télévision Théâtre


Calendriers :
Romain Chinois Grégorien Hébraïque Hindou Musulman Persan Républicain

Évènements[modifier | modifier le code]

Afrique[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1975 au Canada et 1975 au Québec.
  • Mars : mise en place d’un Programme d’emploi minimum (PEM) au Chili consistant à offrir des travaux d’utilité publique faiblement rémunérés aux chômeurs[3].
  • 22 avril : chute du général Oswaldo López Arellano au Honduras à la suite d'un scandale financier (Bananagate). Juan Alberto Melgar Castro lui succède.
  • 30 juillet[4] : fondation dans les campagnes du Salvador du Bloc populaire révolutionnaire (BPR) qui se lancera trois ans plus tard dans la lutte armée.
    • À cause d'un fort processus de concentration des terres au Salvador, la proportion de paysans sans terre est passée de 19,8 % en 1961 à 41,1 % en 1975.
  • 28 août : au Pérou, le dictateur Velasco est renversé par le général Francisco Morales Bermúdez Cerruti. Celui-ci démantèle l’édifice réformateur en prétendant poursuivre sur la voie de Velasco.
  • 29 août : les dernières concessions pétrolières sont abolies et nationalisées au Venezuela[5].
  • 17 octobre[6] : création du Système économique latino-américain (SELA). Proposé à l’origine par le Mexique et le Venezuela, il rassemble 27 États et se veut une réponse à la loi américaine sur la réforme du commerce.
  • 25 novembre : indépendance du Suriname.
  • Décembre : l’Uruguay, avec 3 millions d’habitants, compte 6200 prisonniers politiques.
  • La croissance diminue et l’inflation augmente au Mexique.
  • Les cours du cuivre[7] s’effondrent, provoquant une récession au Chili. Le gouvernement d'Augusto Pinochet réagit en redoublant ses efforts de libéralisation de l’économie.

États-Unis[modifier | modifier le code]


  • La commission d'enquête House Un-American Activities Committee, qui s'est rendue célèbre lors de l'épisode du Maccarthysme est supprimé par la chambre des Représentants.
  • Le chômage atteint 8,3 % de la population active (5,6 % en 1974).
  • Amélioration de la balance commerciale (1,5 % du PIB)
  • 1498,9 milliards de dollars de PNB
  • Le budget fédéral s'établit à 290 milliards de dollars, du fait de la récession et de la Tax Reduction Act qui diminuent les ressources fiscales de 2 % (réductions fiscales pour les particuliers et les entreprises).
  • Le déficit public se creuse et atteint 43 milliards de dollars (4,9 % du PIB).
  • Des organismes fédéraux indépendants contrôlent la sécurité dans les moyens de transport.
  • Les États-Unis exportent pour 9,5 milliards de dollars d’armement.
  • Le budget de la défense subit d'importantes coupes du fait des difficultés économiques et de la fin du conflit vietnamien. Il est ramené à 6,5 % du PIB (8,7 % en 1969).
  • Bilan de la guerre du Vietnam :
    • 111 milliards de $ (soit 9 % du PIB) ont été consacrés au conflit
    • 9 millions d'Américains ont servi au Vietnam
    • 58 177 ont été tués
    • 153 303 ont été blessés
    • 7 millions de tonnes de bombes ont été largués durant le conflit qu'a connu le Vietnam

Océanie et Pacifique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : 1975 en Nouvelle-Calédonie.

Asie[modifier | modifier le code]

29-30 avril : opération Frequent Wind. 1373 citoyens des États-Unis et 5595 Sud-Vietnamiens évacuent Saigon
  • Juin : mouvements de révolte en Inde. Victoire du Janata Front, la coalition de droite de Jayaprakash Narayan sur le Congrès d’Indira Gandhi aux élections régionales au Gujarat. Simultanément, la Haute cour de Justice d’Allâhâbâd invalide l’élection du Premier ministre en 1971 pour pratiques électorales frauduleuses (12 juin). L’opposition réclame la démission d’Indira Gandhi. Son fils cadet Sanjay Gandhi réussit à organiser une gigantesque manifestation en faveur de sa mère. L’opposition appelle à la désobéissance civile à ce gouvernement « illégal ».
  • 25 juin : Indira Gandhi proclame l’état d’urgence en Inde et fait arrêter les principaux chefs de l’opposition, en particulier M. Desaï et Jayaprakash Narayan. La presse est censurée, les organisations « subversives » comme le RSS ou la Jamaat-e-Islami, sont interdites. Environ 100 000 personnes sont arrêtées (fin le ).
    • L’influence de Sanjay Gandhi augmente de jour en jour, bien qu’il n’ait pas de fonctions officielles.
  • 46 millions d’habitants au Viêt Nam, qui a compensé les pertes de la guerre (1,5 million de victimes civiles) par une forte natalité.
  • Sept millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Viêt Nam durant la guerre.
  • Le gouvernement chinois met en place une politique d’immigration de Chinois Han au Tibet central. Selon la République populaire de Chine, 96 000 Han, hors personnel militaire, arrivent au Tibet central dès 1982.
  • La collectivisation est achevée au Tibet.
  • Retournement de la conjoncture économique favorisé par des récoltes exceptionnelles en 1975 et 1976 en Inde.

Proche-Orient[modifier | modifier le code]

  • Février (Liban) : Pierre Gemayel demande un référendum national sur l’approbation de la présence des commandos palestiniens.
  • 6 mars : accord d’Alger. L’Irak reconnaît la délimitation de la frontière irako-iranienne sur la ligne du talweg du Chatt-el-Arab et les deux parties s’engagent à cesser de soutenir leurs oppositions respectives. Les Kurdes acceptent la paix, et une autonomie limitée leur est accordée avec certain droits culturels.
  • 25 mars : assassinat du roi Fayçal d’Arabie saoudite.
  • Mars[11] : Henry Kissinger obtient de Sadate l’acceptation du principe de non utilisation de la force pour résoudre la question israélo-arabe. Israël refuse et rompt ainsi les négociations. C’est la fin de la diplomatie de Kissinger. L’administration Ford décide de réduire l’aide économique et militaire à Israël, mais refuse toujours d’accorder une légitimité diplomatique à l’OLP et s’oppose donc à la reprise de la Conférence de Genève.
  • 13 avril : début de la guerre civile (Guerre du Liban) à Beyrouth au Liban (fin en 1990). Des heurts sanglants ont lieu entre Phalangistes et Palestiniens. Les parties s’affrontent pendant trois jours dans toute la ville. Les milices musulmanes rejoignent le combat contre les chrétiens.
  • 24 mai : des barricades sont levées dans Beyrouth ouest. La ville est séparée entre le Front libanais et le Mouvement national.
  • 5 juin : réouverture du canal de Suez à la navigation. Gerald Ford pousse Israël à reprendre les négociations sur le Sinaï en échange d’une relance de l’aide américaine.
  • 30 juin (Liban) : pour apaiser la situation, Soleimane Frangié compose un nouveau gouvernement et appelle le dirigeant sunnite, Rachid Karamé, à la présidence du Conseil.
    • Les violences reprennent durant l’été. En septembre, Beyrouth subit de violents bombardements. La bataille pour la conquête du centre-ville commence en octobre. Les chrétiens quittent les zones musulmanes et réciproquement, devant la peur des représailles.
  • 4 septembre : l'Égypte et Israël signent à Genève un nouvel accord de paix intérimaire, l’accord de désengagement de « Sinaï II ». L’État hébreu se retire jusqu’à la ligne des cols du Sinaï et rend à l’Égypte les champs de pétrole du golfe de Suez. Les deux parties s’engagent à régler leurs différends par des moyens pacifiques, devant aboutir à une paix durable. L’Égypte autorise le passage par le canal des produits non militaires venant ou à destination d’Israël.
  • 10 novembre[12] : résolution 3379 de l'Assemblée générale des Nations unies assimilant le sionisme à une forme de racisme et de discrimination raciale (abrogé en 1991).
  • 18 novembre : accord franco-irakien pour la livraison du réacteur Osirak.
  • 6 décembre :
    • Les dernières concessions pétrolières sont abolies et nationalisées au Koweït[13].
    • Liban  : Les milices chrétiennes se livrent à des massacres de musulmans (« samedi noir »). Les affrontements consacrent l’ascension des milices au détriment des responsables politiques.

Europe[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : 1975 en France, 1975 en Italie et 1975 en Suisse.
20 novembre : mort de Franco
  • 1,6 milliard de £ de déficit de la balance des paiements au Royaume-Uni. Les produits anglais ne représentent plus que 8 % des exportations mondiales.
  • Le revenu national par tête au Royaume-Uni est passé de 600 à 1200 £ depuis 1965.
  • Espagne : La production d’acier a été multipliée par cinq depuis 1960. Les revenus ont été multipliés par deux et demi depuis 1960.

Chronologies thématiques[modifier | modifier le code]

La mission Apollo-Soyouz en 1975 montre que dans le domaine scientifique et spatial, les ennemis de la Guerre froide peuvent s'entendre plus que symboliquement, et même coopérer pour parvenir à une interconnexion. Le schéma envisagé vaut plus qu'une poignée de mains.

Arts et culture[modifier | modifier le code]

Naissances en 1975[modifier | modifier le code]

Décès en 1975[modifier | modifier le code]

Voir aussi : Catégorie:Décès en 1975

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]