Olea europaea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Olea europaea est une espèce d’arbres ou d'arbustes de la famille des Oleaceae répandue à travers l'Afrique, l'Asie et l'Europe méditerranéenne et dont une variété a été domestiquée et cultivée pour devenir l'olivier. Au cours de l'histoire de la botanique, de nombreuses sous-espèces ont été décrites.

Nouvelle classification[modifier | modifier le code]

La dernière révision du genre Olea en 2002[1] n'en distingue cependant plus que six :

  • Olea europaea subsp. europaea, caractéristique du bassin méditerranéen, dont la variété cultivée (var. europaea) est l'olivier et dont les variétés sauvages et férales (var. sylvestris) sont désignées sous le nom d'oléastres,
  • Olea europaea subsp. cuspidata (Wall. & G.Don) Cif. (1942), la sous-espèce la plus largement répandue dans le monde (sous-espèce ubiquiste), présente dans toute l'Afrique y compris les Mascareignes, et dans de nombreuses régions sèches d'Asie, depuis l'Arabie jusqu'en Chine,
  • Olea europaea subsp. cerasiformis G.Kunkel & Sunding (1972), endémique de Madère,
  • Olea europaea subsp. guanchica P.Vargas & al. (2000 publ. 2001), endémique des Canaries,
  • Olea europaea subsp. laperrinei (Batt. & Trab.) Cif. (1942), présente dans les montagnes sahariennes,
  • Olea europaea subsp. maroccana (Greuter & Burdet) P.Vargas & al. (2000 publ. 2001), représentée par une population isolée du Haut-Atlas marocain.

Description[modifier | modifier le code]

Un olivier à Murviel-lès-Béziers

Les représentants de l'espèce Olea europaea sont des buissons, arbustes ou arbres sempervirents (toujours verts) pouvant atteindre jusqu'à 15 m de hauteur. Les rameaux sont parsemés d'écailles peltées. Le feuillage est persistant, les feuilles sont opposées, entières et elliptiques, coriaces et parsemées de poils écailleux, plus ou moins étroites, longues de 3 à 9 cm.

Les fleurs, blanches ou jaunâtres, sont groupées en panicules axillaires. Le calice soudé, à 4 lobes triangulaires, est court. Les corolles forment des tubes à 4 pétales. Les étamines sont au nombre de deux. L'ovaire supère est de forme conique plus ou moins renflée. Les fruits sont des drupes charnues à noyau dur, longues de 5 mm à 4 cm, qui deviennent noires à maturité[1].

Phénologie[modifier | modifier le code]

La pollinisation est anémophile : elle est assurée par le vent. Le pollen est allergisant : dans les régions plantées en oliviers, la forte présence dans l'air de pollen d'Olea europaea pendant la période de floraison (de mai à fin juin dans l'hémisphère nord) est une cause importante d'allergies chez les sujets sensibles [2],[3],[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Gimilio, « Nouvelle systèmatique et biogéographie du genre Olea L. (Oleaceae) », Ann. Soc. Horti. et Hist. Nat. Hérault, Montpellier, SHHNH, vol. 153,‎ 2013, p. 74-86 (ISSN 0373-8701, [11 phot. résumé])Document utilisé pour la rédaction de l’article
    Article déposé à la bibliothèque des Kew Gardens, en hommage à P. S. Green.
  • Catherine Breton (coordonateur), André Bervillié (coordonateur) et al., Histoire de l’Olivier, Versaille, éditions Quae,‎ 2012, 224 p. (ISBN 978-2-7592-1822-6)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Catherine Breton, Reconstruction de l’histoire de l’olivier (Olea europaea subsp. europaea) et de son processus de domestication en région méditerranéenne, étudié sur bases moléculaires, Université Paul Cézanne, coll. « Thèse doctorat de biologie des populations et écologie »,‎ décembre 2006Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (en)Green, P. S. 2002. A revision of Olea L. Kew Bull. vol. 57 : pp. 91–140.Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b P. S. Green, A Revision of Olea L. (Oleaceae) Kew Bulletin, Vol. 57, No. 1 (2002), pp. 91-140, Royal Botanic Gardens, Kew
  2. D'amato, G., Mullins, J., Nolard, N., Spieksma, F. T. M., & Wachter, R. (1988). City spore concentrations in the European Economic Community (EEC). VII. Oleaceae (Fraxinus, Ligustrum, Olea). Clinical & Experimental Allergy, 18(6), 541-547 (résumé)
  3. . Liccardi G, Russo M, Saggese M, D'Amato M, D'Amato (1995), Evaluation of serum specific IgE and skin responsiveness to allergenic extracts of Oleaceae pollens (Olea europaea, Fraxinus excelsior and Ligustrum vulgare) "in patients with respiratory allergy ; G. Allergol Immunopathol (Madr). 1995 Jan-Feb; 23(1):41-6. (résumé)
  4. Quiralte J, Florido F, Arias de Saavedra JM, Gómez A, Sáenz de San Pedro B, González E, Rodríguez R (2002), Olive allergen-specific IgE responses in patients with Olea europaea pollinosis . Allergy. 2002; 57 Suppl 71:47-52 (résumé)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :