Morières-lès-Avignon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Avignon (homonymie).
Morières-lès-Avignon
Vue aérienne de Morières
Vue aérienne de Morières
Blason de Morières-lès-Avignon
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement d'Avignon
Canton Canton d'Avignon-Est
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Avignon
Maire
Mandat
Joël Granier
2014-2020
Code postal 84310
Code commune 84081
Démographie
Gentilé Moriérois, Moriéroises
Population
municipale
7 741 hab. (2011)
Densité 748 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 56′ 33″ N 4° 54′ 19″ E / 43.9425, 4.90527777778 ()43° 56′ 33″ Nord 4° 54′ 19″ Est / 43.9425, 4.90527777778 ()  
Altitude 41 m (min. : 25 m) (max. : 116 m)
Superficie 10,35 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Morières-lès-Avignon

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Morières-lès-Avignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Morières-lès-Avignon

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Morières-lès-Avignon

Morières-lès-Avignon est une commune française, située dans le département du Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transports[modifier | modifier le code]

Les routes nationale 100 et départementale 97 traversent la commune sur une axe est-ouest, coupées au passage par la route départementale 57. Les routes départementales 28 au nord et 171 au sud bordent la commune.

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7 qui traverse la commune sur un axe nord-sud sans que pour autant il n'y ait de sortie sur son territoire, mais l'Aire de Service de Morières.

Morières-lès-Avignon dispose d'une gare SNCF. La commune est desservie par la ligne Avignon Centre - Marseille Saint Charles, via Salon-de-Provence et Cavaillon. Les services en gare ne sont plus assurés[1], mais une douzaine d'arrêts, dans chaque sens de circulation, sont effectués[2].

Gare de Morières-lès-Avignon

Relief et géologie[modifier | modifier le code]

Avec un minimum de 25 mètres d'altitude et un maximum de 116 mètres d'altitude, la commune est d'une manière générale plus élevée sur son côté est (colline de calcaire urgonien) que sur son côté ouest (plaine alluvionnaire).

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le canal de Crillon passe en bordure de commune. Plusieurs canaux d'irrigation et réservoirs, entre autres pour l'irrigation du golf.

Climat[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[4].

Relevés météorologiques[modifier | modifier le code]

Relevés météorologiques de la région d'Avignon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
dont pluie (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 465,4
Source : Données climatologiques d'Avignon 2000-2007


Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30 °C selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et -12,8 °C le 5 janvier 1985. Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral[modifier | modifier le code]

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[5]. Le tableau suivant indique les différentes vitesses du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[6].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du Mistral
Jan. Fev. Mars. Avril. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Dec.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Situé dans l'État d'Avignon, le village de Morières, fief pontifical, n'était qu'une paroisse dont l'église était unie, depuis 1366, au chapitre de Notre-Dame-des-Doms[7].

Le 5 septembre 1398, au nom du roi de France, mais sans son mandat, Geoffroy le Meingre, frère du maréchal Boucicaut, entra avec ses 200 cavaliers suivi par les gens d’armes de Raymond de Turenne, sur les terres d’Avignon qu’ils commencèrent à ravager. Le vicomte de Turenne s’occupa personnellement de réduire la garnison pontificale de Morières favorable à Benoît XIII auquel le clergé du royaume de France venait de soustraire son obédience. Il ne resta après son passage que quelques vestiges de remparts et une tour qu'il n'eut pas le temps de faire incendier[7].

Renaissance[modifier | modifier le code]

En 1536, Anne de Montmorency, qui commandait les armées de François 1er qui voulait empêcher Charles Quint de s'emparer d'Avignon, installa son camp dans la ferme de Rodolphe sise sur le territoire de Morières[7].

La confrérie des pénitents blancs fut fondée en 1578 sous le titre des Cinq Plaies, celle des pénitents bleus suivie en 1669[7].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Statue d'Agricol Perdiguier dans le Square Agricol Perdiguier d'Avignon

En 1779, les habitants de Morières, incommodés par la violence du mistral et persuadés que ce vent provenait d'un rocher percé dominant un village du Vivarais, envoyèrent une délégation au vice-légat d'Avignon, pour lui demander d'user de son autorité afin « qu'on ouvrit moins souvent la porte qui donnait passage au mistral » [8].

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Le hameau de Morières fut brièvement érigé en commune le 26 messidor an II (14 juillet 1794), car suite aux protestations des élus d'Avignon, qui y virent une importante amputation de leur commune, il fut à nouveau rattaché à la cité papale, le 4 fructidor suivant (24 août)[9].

Ce ne fut pas la Révolution qui mit un terme à la crédulité et aux superstitions des gens de Morières. Jean-Paul Clébert cite cette relation faite par Agricol Perdiguier, l'enfant du pays, qui se trouve dans ses Mémoires d'un Compagnon : « Pendant l'année 1815, et celles qui la suivirent, il y eut surexcitation à la crédulité publique. On répandit des contes singuliers : on parla de d'apparitions, de fantômes ; on voulait frapper les esprits, les rendre malades. Des hommes, qu'on disait payés par de mauvais prêtres, jouèrent aux revenants, coururent les rues la nuit, vêtus de blanc, de noir ou de rouge, traînant des chaînes, agitant des sonnettes, des grelots, frappant à certaines portes, parlant au nom de certaines âmes et demandant des prières, des messes pour les trépassés, et même la restitution des lieux qui avaient appartenu aux nobles, surtout aux couvents et aux églises » [10].

Un arrêté préfectoral daté du 25 juillet 1870 déclara la commune de Morières indépendante d'Avignon[7].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Le marché couvert a été construit dans les années 1930, il est mis à la disposition des producteurs de la commune pour vendre primeurs, fruits et légumes.

Le vignoble de Morières est producteur des côtes-du-rhône. Sa cave fait partie d'un regroupement qui a pris pour nom "Les Coteaux d'Avignon".

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est Morarias, attestée en 1110. Elle dérive ensuite en Moreriis (1197) et Morières (1645). Ces toponymes suggèrent le nom latin morus mûrier + suffixe -aria qui indique un lieu planté de mûriers[11].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Morières-lès-Avignon

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

Parti : au premier d'azur au sautoir d'or, au second coupé au I de gueules aux trois clefs d'argent posées en fasce et rangées en pal et au II de gueules à la tour d'or.[12]

Devise : nomine ne moreris

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Mairie de Morières lès Avignon
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Joël Granier PS Maire
mars 2008 en cours Joël Granier PS Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Morières-lès-Avignon en 2009[13]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 17,66 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 27,76 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 84,83 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 24,56 % 13,00 % 3,84 %

La part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune de Morières-lès-Avignon est jumelée avec la commune de Caldicot, en Écosse Écosse, depuis 2002, et de Pontremoli, en Drapeau de l'Italie Italie, depuis 2006.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 7 741 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
1 624 1 442 1 236 1 164 1 014 1 094 1 154 1 021 1 071
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
1 006 1 004 1 054 1 197 1 191 1 321 1 615 2 163 3 477
1982 1990 1999 2006 2011 - - - -
6 083 6 405 6 535 7 413 7 741 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2004[15].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Artisanat[modifier | modifier le code]

La commune de Morières-lès-Avignon compte quatre zones artisanales pour un total de plus de 150 entreprises et commerces[16].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du Mont Ventoux, avec la présence de la Sorgue, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

Le tourisme sportif, par le biais de son golf, joue aussi un rôle dans l'économie locale.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Vergers et vignes, principalement à l'est de la commune, mais aussi à l'ouest entre le golf et le bourg.

Vie locale[modifier | modifier le code]

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte 4 écoles. Deux écoles maternelles publiques, l'école Perdiguier et l'école Marcel Pagnol, et 2 écoles élémentaires publiques, l'école Cassini et l'école Marcel Pagnol[17]. Ensuite les élèves iront au collège Anne Frank[18],[19]. de la commune puis au Lycée Polyvalent régional de l'Arc, à Orange[20],[21].

Le Conservatoire de danse du Grand Avignon possède une antenne sur la commune à l'Espace culturel Folard.

Enfin, l'université la plus proche est celle d'Avignon.

Sports[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune plusieurs installation sportives : important golf au sud-ouest de la commune, tennis club, etc. Plus de 20 associations sportives sont représentées (VTT, football, judo, etc.)[22].

Santé[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune docteurs, spécialistes, 3 pharmacies, etc.

Les hôpitaux les plus proches sont sur Avignon (dont Montfavet)

Cultes[modifier | modifier le code]

Église à Morières-les-Avignon

Église catholique.

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et le contrôle de la qualité de l'air se fait dans le cadre de la Communauté d'agglomération du Grand Avignon, elle-même adhérente au Syndicat mixte pour la valorisation des déchets du pays d'Avignon.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le château du chevalier Folard, XVIIIe siècle[23].
  • La maison natale d’Agricol Perdiguier[23].
  • Le lavoir communal, Place Agricol Perdiguier[23].
Agricol Perdiguier, statue du rond point

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Agricol Perdiguier, dit "Avignonnais la Vertu" est natif de la commune (1805-1875)[24]. À la fois compagnon du devoir et franc-maçon, il est depuis quelques années honoré par une statue le représentant, érigée sur un rond point.
  • Nicole Rieu, chanteuse. Elle y vit depuis quelques années.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gare de Morières lès Avignon
  2. horaire de la gare de Morièrs lès Avignon
  3. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  4. La climatologie du Vaucluse.
  5. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  6. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF]
  7. a, b, c, d et e Robert Bailly, op. cit., p. 287.
  8. Jean-Paul Clébert op. cit., p. 322.
  9. Marc Maynègre, Agricol Perdiguier, journal de la Société Littéraire. Délégation de Vaucluse, n° 18, novembre 2006.
  10. Jean-Paul Clébert op. cit., p. 323.
  11. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1862.
  12. Armorial des communes du Vaucluse
  13. « Impots locaux à Morières-lès-Avignon », taxes.com
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  16. http://www.ville-moriereslesavignon.fr/index.cfm?srub=62
  17. « Enseignement publique primaire en Vaucluse », Inspection Académique de Vaucluse
  18. « Carte scolaire du Vaucluse », Conseil Général de Vaucluse
  19. « Site du collège Anne Frank », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  20. « Carte des lycées de Vaucluse », Inspection Académique de Vaucluse,‎ 2009
  21. « Site du lycée de l'Arc », Académie Aix-Marseille,‎ 2010
  22. http://www.ville-moriereslesavignon.fr/index.cfm?srub=113
  23. a, b et c Les sites sur le site officiel.
  24. a, b, c et d Les personnalités liées à la commune sur le site officiel

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Paul Clébert, Guide de la Provence mystérieuse, éd. Tchou, Paris, 1972.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]