Grambois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Grambois
Vue générale de Grambois.
Vue générale de Grambois.
Blason de Grambois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Apt
Canton Pertuis
Intercommunalité Communauté territoriale du Sud Luberon
Maire
Mandat
Alain Feretti
2014-2020
Code postal 84240
Code commune 84052
Démographie
Gentilé Gramboisiens
Population
municipale
1 110 hab. (2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 45′ 47″ N 5° 35′ 22″ E / 43.7630555556, 5.5894444444443° 45′ 47″ Nord 5° 35′ 22″ Est / 43.7630555556, 5.58944444444  
Altitude Min. 278 m – Max. 628 m
Superficie 31,46 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Grambois

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Grambois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grambois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grambois
Liens
Site web http://www.grambois.fr grambois.fr

Grambois est une commune française située dans le département de Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Située à l'est du Parc naturel régional du Luberon, accrochée à un coteau escarpé dominant la vallée de l'Èze, cette commune a su conserver son caractère en se préservant des constructions modernes.

Ses ruelles en « calade » et sa fontaine centrale, typiquement provençale, ont séduit le cinéaste Yves Robert qui a tourné plusieurs scènes de son film La Gloire de mon père (1990) tiré du célèbre roman éponyme de Marcel Pagnol (la partie de boules et le retour de la fameuse chasse aux bartavelles) ; le village est aussi cité dans les œuvres de Jean Giono.

Grambois est classé « village fleuri ».

Sommaire

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Vaucluse geo Grambois.png

Grambois se situe dans la partie sud-est du département de Vaucluse, sur le versant sud du « grand Luberon », au cœur de la vallée d'Aigues. On y accède principalement par la Route départementale 956, qui relie Pertuis à Forcalquier. Partant de Pertuis, cette route traverse La Tour-d'Aigues, pour arriver, 5 km plus loin, au grand rond-point aménagé depuis peu au pied de l'éperon rocheux sur lequel est bâti le village. Sur votre droite, empruntant le pont du Moulin du Pas, traverser la rivière de l'Èze et gravir les quelques lacets qui mènent au village.

Relief[modifier | modifier le code]

Grambois appartient à la plaine du pays d'Aigues, qui s'étale du versant sud du grand Luberon jusqu'aux rives de la Durance. La commune accuse un dénivelé de 350 mètres si bien que de nombreuses rues du village ont une forte pente.

À l'exception du quart sud-est qui se rattache au massif de Beaumont-de-Pertuis où le centre du village (place de l'église) est construit à 368 mètres d'altitude, son territoire dont la forme affecte celle d'un cœur et appartient majoritairement à cette plaine.

Géologie[modifier | modifier le code]

Avec une variation du relief, la géologie des sols de la commune se divise en plusieurs zones distinctes : la partie au nord du village est composée de marnes, calcaires et grès de l’Éocène ainsi que de dépôts fluviatiles (sols du Quaternaire) autour du lit de la rivière de l'Èze. L’élévation sur laquelle est posé Grambois est faite de sols datant du Jurassique supérieur et composés de marnes, marno-calcaires, calcaires et calcaires argileux. On trouve aussi sur le territoire de la commune de Grambois quelques zones composées de brèches et d’argiles sablonneuses ainsi que des zones composées de molasses calcaires, sables et marnes[1].

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune est traversé par la rivière de l'Èze, petit affluent de la rive droite de la Durance long de 16 km qui, prenant sa source à La Bastide-des-Jourdans, traverse successivement Grambois et La Tour-d'Aigues avant de confluer à Pertuis.

La commune reçoit les Combes, l'Armande, le Saint-Pancrace, le Pegaresse, le Ponteux, le Thor et de nombreux autres petits cours d'eau y traversent.

Grambois est situé dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont donc très chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare. Cette région souffre donc d'un déficit important d'eau du fait de la rareté des pluies, de l'intensité de l'évaporation et de l'augmentation des besoins de l'agriculture.

De par sa position élevée Grambois est très exposée au mistral qui souffle de secteur nord à nord-ouest pendant 200 jours par an, dont 110 avec violence (plus de 16 m⋅s-1). L'ensoleillement est très important avec 2 800 à 2 900 heures en moyenne par an.

Grambois possède une station météo locale[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en latitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare. Protégée par le Massif du Luberon, la commune est partiellement abritée du mistral.

Relevé météorologique de la région de Pertuis
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,2 4,1 6,5 9,1 13 16,6 19,1 19 15,8 13,5 7,4 4,3 11
Température moyenne (°C) 7,1 8,3 11,1 13,7 17,9 21,6 24,3 24,1 18 17 11,2 8,1 15,2
Température maximale moyenne (°C) 11 12,7 15,7 18,3 22,8 26,8 29,7 29,5 25 20,5 15 11,9 18,2
Précipitations (mm) 35,3 21,3 21,9 40,6 27,6 14,6 8,2 18,3 57 52,3 39,1 25,6 287,6
dont pluie (mm) 33 18 21 40,6 27,6 27,6 8,2 18,3 57 52,3 37 23 280
dont neige (cm) 2 3 0,5 0 0 0 0 0 0 0 1,5 2 9
Source : Relevé météo de Pertuis[4]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
11
3,2
35,3
 
 
 
12,7
4,1
21,3
 
 
 
15,7
6,5
21,9
 
 
 
18,3
9,1
40,6
 
 
 
22,8
13
27,6
 
 
 
26,8
16,6
14,6
 
 
 
29,7
19,1
8,2
 
 
 
29,5
19
18,3
 
 
 
25
15,8
57
 
 
 
20,5
13,5
52,3
 
 
 
15
7,4
39,1
 
 
 
11,9
4,3
25,6
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Zones protégées • Faune • Flore[modifier | modifier le code]

Grambois bénéficie d'une partie de l'immense richesse floristique et faunistique du Massif du Luberon dont le territoire est classé parmi les sites d'intérêt national et européen. On y trouve 1 500 espèces de végétaux (30 % de la flore française) et près de 2 300 pour les lépidoptères (40 % des espèces vivant en France), 135 pour les oiseaux (50 % de l'avifaune française).

Un chêne pubescent a été enregistré en tant qu'arbre potentiellement remarquable car il réunit toutes les conditions pour le devenir : sa silhouette s'étale dans une parcelle sans concurrence. Le propriétaire est conscient de sa valeur patrimoniale, situé entre deux routes, il est un point de repère reconnu localement[5].[réf. nécessaire]

Grambois comporte une Zone de nature et de silence d'une superficie de 912 hectares.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

Transports[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Répartition des sols de Grambois en 2007

La répartition des sols de la commune est la suivante[6] (donnée pour un total de) :

Type d'occupation Pourcentage Superficie (en hectares)
Zones urbaines 2,49 % 78,20
Zones agricoles 35,83 % 1 124,51
Zones du milieu naturel 61,62 % 1 933,75
Total 100 % 3 138,05

Grambois n'est pas pourvu à l'heure actuelle d'un document d'urbanisme et est soumis à la règle de constructibilité limitée. Les seules zones où l'on peut faire de nouvelles constructions sont les zones qui sont déjà urbanisées. Cette situation finira lorsque la commune établira son PLU (plan local d'urbanisme)[7].

Logement[modifier | modifier le code]

Projets d'aménagements[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

La première des mentions connues du toponyme est terra de Garambodane (1027). Ch. Rostaing recense à la suite Warambodam (v. 1035), « in alia villa ... Quarambodam » (v. 1050), in oppido Guarimbodio (1096), in terminio de Garambodeno (1102), A de Garambode (1126) [8].

Grambois viendrait de Garimbode, nom germanique d'un hypothétique propriétaire des lieux au haut Moyen Âge.

Ernest Nègre abonde également dans ce sens dans sa Toponymie générale de la France [9] en proposant la forme latine du même nom de personne germanique, Warimbodus. La lente évolution du nom a par la suite successivement donné lieu aux formes provençalisées, attestées dès l'époque moderne, de Garenboze et Gramboues, aboutissant au Grambois que nous connaissons aujourd'hui.

L'attraction homonymique avec un « grand bois » se rencontre surtout dans des actes administratifs de la fin du XVIIIe et XIXe siècles, même si elle a peut-être joué dès la fin du XVIIe siècle lors de l'attribution d'armoiries parlantes à la communauté (voir plus bas).

Au XIXe siècle, l’historien local André-Marius Garcin a donné une étymologie arabe du nom du village, hypothèse aujourd’hui abandonnée[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

De la Préhistoire au haut Moyen Âge, témoignages archéologiques[modifier | modifier le code]

La période préhistorique est encore mal connue, même si la campagne de prospections réalisée en 1993 par R. Chemin a permis de déceler sur le chemin de Baraban, à 500 m au sud-est du village, un site occupé « de la préhistoire à la protohistoire »[11]. De même, à 800 m au nord-est du château, sur une éminence rocheuse dominant la vallée de l'Eze, Ch. Cotte a recueilli « du matériel préhistorique » et a étudié, sur le même site, « un rempart de type classique à gros parements externes et petits blocages moyens ». Est-ce la trace potentielle d'un site d'oppidum[12] ? À la ruine dite des Templiers, à plus de 2 km au sud-est du village, R. Chemin repère également des traces d'un site protohistorique et gallo-romain[13].

Ce sont cependant les sites plus tardifs de l'époque gallo-romaine (plus de la moitié sur les 25 recensés par la Carte Archéologique de la Gaule) qui abondent sur le territoire communal dont certains à proximité immédiate du village ; trois sites de villae[14], aux quartiers du Moulin, de Saint-Léger et de la Sarrière sont attestés.

En 1991 enfin, au lieu-dit Saint-Christophe, Ph. Borgard et R. Chemin ont constaté non loin d'un affluent de l'Eze, la destruction de sépultures à inhumations de l'Antiquité tardive et du haut Moyen Âge.

Du Moyen Âge à la fin de l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

L'occupation de l'éperon rocheux sur lequel se perche actuellement le village n'est attestée qu'à partir du XIe siècle. Un même acte de 1096 mentionne en effet à la fois l'oppidum (« in oppido Guarimbodio ») et l'église paroissiale. La première mention du territoire date, elle, d'un acte de 1027 où il est fait mention d'une « terra de garambodane ». Les deux sources de Fontvérane et de Font-Sausse de part et d'autre de l'éperon ont facilité cette implantation, tout autant que la forme de l'éperon, facile à barrer, la proximité du fertile terroir de Saint-Léger et des Meylez ainsi que la position de carrefour sur les axes de Pertuis à Forcalquier et de Lauris à Manosque. Au XIIe siècle, l’abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon y possède deux prieurés et une église rurale ; l’église rurale, Saint-Pancrace, ne lui appartient plus à partir du XIIIe siècle, mais les prieurés Saint-Christol et Sainte-Marie (qui fait également office d’église paroissiale) fournissent des revenus à l’abbaye jusqu’au XIVe (pour la deuxième) et XVe siècles (pour la dernière)[15].

D'une activité florissante attestée par les censiers conservés du premier XIVe siècle, Grambois est frappée de plein fouet par la crise générale du XIVe et XVe siècles, sans cependant qu'à l'inverse d'autres communautés, le village n'ait été déserté.

Ses solides remparts, repoussés en 1377 pour englober le faubourg et l'église paroissiale, y ont contribué. Un « trabuc » (« bombarde ») en 1391, puis le statut de « forteresse de Provence » en 1394 lui sont même accordés par les États de Provence : ces derniers furent soucieux de se prémunir des déprédations du vicomte de Turenne, qui, en 1391, était même venu assiéger, en vain, le village défendu par le capitaine Aycard de Bourgogne. Les chiffres les plus alarmants de la période, qui donnent une idée de la dureté des temps, sont ceux délivrés en 1471 par les commissaires affouageurs : ils ne purent dénombrer que 40 foyers.

La vitalité retrouvée de la fin du XVIe siècle, malgré la mise à sac qui a suivi le siège victorieux de Charles-Emmanuel Ier duc de Savoie en 1590, est marquée entre autres par l'agrandissement de l'église (1560). La grande majorité des Gramboisiens n'évite cependant pas un appauvrissement continu, du XVIIe au début du XVIIIe siècle, constaté dans les cadastres de la communauté.

Carte de Grambois (1620)

La seigneurie quant à elle, confisquée à Raimond d'Albert en 1399 pour avoir pactisé avec le terrible Turenne, fut cédée en 1420 par Yolande, reine de Provence, à Guillaume de Forcalquier. À la suite des Forcalquier (1420-1465), plusieurs dynasties se succèderont ainsi jusqu'à la Révolution : les La Croix (1465-1584), les Gautier à partir de 1584, puis, à partir de 1669 et jusqu'en 1790, les Raffélis de Roquesante. De cette dernière famille émerge la figure de Pierre de Roquesante (1619-1707), l'un des juges de Fouquet.

La fin de l'Ancien Régime est marqué par une suite de procédures judiciaires entre la communauté et son seigneur et une reprise tardive de croissance de la population à partir des années 1760. En 1789, la communauté de Grambois compte environ 900 âmes.

De la Révolution à nos jours[modifier | modifier le code]

La Révolution se passe sans trop de heurts : Dominique Roman, qui a prospéré dans le commerce des laines, s'impose sur la scène locale (maire de 1790 à 1793) et départementale (procureur-syndic du district d'Apt), tandis que le ci-devant seigneur Pierre-Joseph-Louis de Raffélis marie ses filles à des membres de l'élite jacobine de Pertuis.

La première moitié du XIXe siècle s'écoule sur un village qui semble immobile, impression à laquelle contribue, malgré de rares révocations, la stabilité de l'administration municipale (Joseph-Dominique Bonin commence son premier mandat en 1830) et le personnel ecclésiastique.

La période suivante conjugue un curieux moment où Grambois entame tardivement une patiente mue d'amélioration puis d'embellissement, tandis que sa population le quitte inexorablement. Ainsi les inaugurations du pont du Moulin du Pas (1850), de la fontaine de la Place (1879), de son réservoir sur la place de l'Église (1903), de la coopérative viticole enfin (1924) scandent-elles une baisse démographique continue. Ils ne sont plus que 401 Gramboisiens en 1926. Il est vrai que l'impossibilité d'irriguer le terroir, l'absence d'industrie et une position devenue depuis longtemps secondaire par rapports aux nouveaux axes de communication n'offraient que peu d'alternatives au départ. La commune dans le même temps perd des prérogatives administratives (résidence de l'agent-voyer, puis du percepteur) mais réussit à maintenir le chef-lieu de perception dans le vieux village.

Au départ de la population répond la ruine de maisons abandonnées dans l'intra-muros, dont la destruction par mesure de salubrité publique, enfante bon nombre de places actuelles (place des Écoles, du 4 mars 1962, de Jaousè de Fouentvierano), et rend possibles le percement du rempart pour accéder à la rue Basse (1906) ainsi que le dégagement d'une rue jusqu'au Portail Neuf (1950).

L'administration villageoise, résolument républicaine depuis les élections législatives de 1874, restera telle malgré des nuances progressistes ou conservatrices plus ou moins affichées. Si les grands débats nationaux enflamment comme ailleurs les passions, les listes municipales en restent au stade de la défense des intérêts locaux.

La deuxième moitié du XXe siècle est riche en évolutions majeures, voulues ou vécues, telles que l'abandon quasi complet de l'élevage (deux bergeries aujourd'hui), l'extinction du parler provençal, la création du groupe scolaire (1954), l'assainissement et l'embellissement continu du vieux village, le développement précoce d'une politique touristique (création du syndicat d'initiative : 1948), l'apparition d'une zone commerciale au hameau du Moulin du Pas sur la RD 956, et surtout une croissance de la population qui change la donne sociologique traditionnelle (installation de retraités et d'actifs urbains) et entraîne une dispersion de l'habitat (apparitions de lotissements, de pavillons individuels et de résidences secondaires, aujourd'hui majoritaires). Le personnel municipal est resté stable (Grambois n'a connu que deux maires depuis 1947) ; comme pour mieux affronter l'ampleur des bouleversements.

La commune compte aujourd'hui plus de 1 300 âmes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Au référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 717 inscrits, 556 ont voté, ce qui représente une participation de 77,55 % du total, soit une abstention de 22,45 %. Il y a eu une courte victoire du oui avec 276 voix (50,74 %) contre 268 voix (49,26 %) prononcées non et 12 (2,16 %) de votes blancs ou nuls[16].

Répartition des votes à Grambois au 1er tour des présidentielles du 22 avril 2007

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 897 inscrits, 667 ont voté, ce qui représente une participation de 74,36 % du total, soit une abstention de 25,64 %. Il y a eu une victoire du non avec 360 voix (54,71 %), 298 voix (45,29 %) s'étant prononcées pour et 9 (1,35 %) étant des votes blancs ou nuls[17].

À l’élection présidentielle de 2007, le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 34,32 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 21,03 % et François Bayrou (UDF) avec 19,43 %, Jean-Marie Le Pen (FN) avec 12,30 %. Aucun autre candidat ne dépasse les 5 %. 116 abstentions sur 939 inscrits (12,35 %).

Le second tour a vu arriver largement en tête Nicolas Sarkozy avec 59,24 % (résultat national : 53,06 %) contre 40,76 % pour Ségolène Royal (résultat national : 46,94 %)[18].

Aux élections législatives de juin 2007, les électeurs de la commune, qui fait partie de la deuxième circonscription de Vaucluse, ont contribué à faire élire Jean-Claude Bouchet (UMP) avec 56,67 % des voix contre 55,6 % à l'échelle de la circonscription[19].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Appartenant avec les 12 autres communes du canton de Pertuis à la Communauté de communes Luberon-Durance il adhère également à divers syndicats intercommunaux :

  • Sivom Durance Luberon[20] (eau, assainissement, etc.) ;
  • Syndicat d’Électrification ;
  • Syndicat de l’Éze ;
  • Syndicat Intercommunal de Musique.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Grambois - La mairie

De 1789 à 1799, les agents municipaux (maires) sont élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles, par les citoyens actifs de la commune, contribuables payant une contribution au moins égale à 3 journées de travail dans la commune. Sont éligibles ceux qui paient un impôt au moins équivalent à dix journées de travail.

De 1799 à 1848, la constitution du 22 frimaire an VIII (13 décembre 1799) revient sur l’élection du maire, les maires sont nommés par le préfet pour les communes de moins de 5 000 habitants. La Restauration instaure la nomination des maires et des conseillers municipaux. Après 1831, les maires sont nommés (par le roi pour les communes de plus de 3 000 habitants, par le préfet pour les plus petites), mais les conseillers municipaux sont élus pour six ans.

Du 3 juillet 1848 à 1851, les maires sont élus par le conseil municipal pour les communes de moins de 6 000 habitants.

De 1851 à 1871, les maires sont nommés par le préfet, pour les communes de moins de 3 000 habitants et pour 5 ans à partir de 1855.

Depuis 1871 Les maires sont élus par le conseil municipal à la suite de son élection au suffrage universel.

Liste des maires successifs de la Révolution à nos jours[21]
Période Identité Qualité
2008- en cours Alain Feretti propriétaire
1971-2008 Gilbert Bayeux propriétaire
1947-1971 Paul Pourchier propriétaire
1944-1947 Raymond Boyer boucher
1932-1944 Raymond du Chaffaut propriétaire
1919-1932 Constant Bérard cultivateur
1912-1919 Jean-Baptiste Bossy cultivateur
1908-1912 Antoine Cabassu boulanger
1892-1908 Henri Bérard propriétaire
1888-1892 Adrien Rey médecin
1881-1888 Marius Pourcin propriétaire
1877-1881 Joseph Eyguisier propriétaire
1877-1877 Alfred Arlaud propriétaire
1876-1877 Joseph Eyguisier propriétaire
1875-1876 Alfred Arlaud propriétaire
1871-1875 Joseph André Franc propriétaire
Période Identité Qualité
1870-1871 Adrien Rey médecin
1866-1870 Philogène Rey menuisier
1848-1866 Joseph-Dominique Bonin propriétaire
1848-1848 Louis Rochel instituteur
1830-1848 Joseph-Dominique Bonin propriétaire
1826-1830 Jean-Baptiste Ricard propriétaire
1821-1826 Lange Bertet propriétaire
1813-1821 Étienne Deyglun propriétaire
1808-1813 Nicolas Escoffier propriétaire
1802-1808 Jean-Baptiste Rey propriétaire
1800-1802 Antoine Fouret maréchal-ferrant
1795-1800 Pierre Charpin propriétaire
1794-1795 Jean-Joseph Fouret menuisier
1793-1794 Antoine Fouret maréchal-ferrant
1790-1793 Dominique Roman père propriétaire

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Budget[modifier | modifier le code]

Les comptes de la commune de Grambois[22]
2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001
€ par hab € par hab € par hab € par hab € par hab € par hab € par hab
Total des produits de fonctionnement = A 652 000 575 641 000 564 598 000 527 574 000 506 584 000 514 498 000 438 894 000 788
Total des charges de fonctionnement = B 611 000 538 626 000 552 561 000 494 533 000 469 476 000 420 468 000 413 859 000 757
Résultat comptable : A - B = R 41 000 36 14 000 13 37 000 33 41 000 36 108 000 95 29 000 26 35 000 31
Total des ressources d'investissement = C 131 000 116 170 000 150 175 000 154 172 000 152 441 000 388 212 000 187 560 000 493
Total des emplois d'investissement = D 107 000 94 165 000 145 167 000 147 259 000 229 302 000 266 411 000 363 356 000 313
Besoins ou capacité de financement de la section d'investissement = E -32 000 -28 -6 000 -5 -8 000 -7 87 000 77 -142 000 -125 196 000 172 -205 000 -180
Capacité d'autofinancement = CAF 41 000 36 14 000 13 37 000 33 41 000 36 108 000 95 29 000 26 35 000 31
Fonds de roulement 231 000 203 178 000 157 214 000 188 215 000 189 261 000 230 112 000 98 311 000 274
Total des produits de fonctionnement = Impôts locaux, autres impôts et taxes, dotation globale de fonctionnement.
Total des charges de fonctionnement = Charges de personnel, Achat et charges externes, charges financières, contingents, subventions versées.
Total des ressources d'investissement = emprunts bancaires et dettes assimilées, subventions reçues, FCTVA, retour de biens affectés concédés.
Total des emplois d'investissement = dépense d'équipement, remboursement d'emprunt et dettes assimilées...
Évolution de la taxe d'habitation à Grambois depuis 2001

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Grambois en 2009[23]
Taxe part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 10,80 % 0,19 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 12,10 % 0,25 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 29,50 % 0,65 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 20,36 % 13,00 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[24]).

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune de Grambois appartient au Parc naturel régional du Luberon. Elle comporte une zone classée par le parc comme secteur de valeur biologique majeure[6], les « hauts Plateaux de la Ringuière - Sylvabelle Sainte Marguerite » qui couvre une surface totale de 1 396 hectares.

Elle comporte aussi une « Zone de nature et de silence » d'une superficie de 912 hectares[6].

Collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement dans le cadre de la Communauté de communes Luberon-Durance.

La commune fait partie du Syndicat intercommunal à vocations multiples (SIVOM) Durance-Luberon qui est un Établissement public de coopération intercommunale (EPCI) qui regroupe 21 communes des 23 communes (Lourmarin et Vaugines n'en font pas partie) des deux cantons de Pertuis et de Cadenet a pour compétence la distribution de l'eau et l'assainissement. Il a été créé en en 1989 par transformation du syndicat intercommunal crée en 1946 mais qui n'avait comme compétence que la distribution de l'eau. Il comprend 42 membres (deux par commune). Son président est Maurice Lovisolo (vie-président du Conseil général de Vaucluse)[25]. Le prix de l'assainissement est variable dans chaque commune ( à cause de la surtaxe communale) alors que celui de l'eau est identique[26].

Équipements et services[modifier | modifier le code]

Le village est équipé d'une salle polyvalente, une école avec restaurant scolaire, une bibliothèque, un syndicat d'initiative et quelques petits commerces (alimentation générale, boulangerie, etc.)[27]. Il possède aussi son propre bureau de Poste, mais dépend de la gendarmerie de Beaumont-de-Pertuis et du centre de secours des pompiers de Pertuis.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Grambois est jumelée avec :

Panneau de signalisation

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Le village se développe fortement aux XIe et XIIe siècles ; le bourg castral contrôlait un vaste territoire et un « nœud routier ».

202 Feux de queste sont recensés en 1315. Côté du bourg fortifié probablement au début du XIIIe siècle, développement d'un faubourg, entouré avec l' église par la 2e enceinte construite vers 1377.

Entre 1348 et 1470, diminution de plus de 75 % de la population ; il ne subsistait que 40 foyers en 1471.

Au XVIe siècle, forte hausse démographique et construction d'un petit faubourg linéaire à l'est.

Essor arrêté au XVIIe siècle par le ralentissement du trafic routier et l'appauvrissement général des habitants : 219 maisons en 1561, 116 en 1698, 80 en 1728.

Légère reprise après 1730: 177 maisons et 779 habitants en 1765, 900 habitants en 1800.

Stagnation dans la 1re moitié du XIXe siècle, puis exode rural important après 1860 : 452 habitants en 1962.

Léger renouveau depuis 1962 avec le développement de l'habitat saisonnier[28].

Le recensement de 1871 a été, pour cause de guerre, repoussé à l'année 1872. Le recensement de 1941, réalisé selon des instructions différentes, ne peut être qualifié de recensement général, et n'a donné lieu à aucune publication officielle.[29]

L'évolution du nombre d'habitants depuis 1793 est connue à travers les recensements de la population effectués Grambois depuis cette date :

En 2011, la commune comptait 1 110 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
818 900 887 877 864 844 860 847 915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
894 824 799 690 689 661 650 575 529
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
532 510 462 455 401 417 419 448 413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
452 465 548 709 903 1 113 1 154 1 155 1 130
2011 - - - - - - - -
1 110 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2004[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

Cette pyramide des âges regroupe les générations (âge quinquennal) et montre la différence démographique de la population entre l'année 1990 et 1999.

La part des enfants de 0 à 14 ans a augmentée de 2 % et est passée de 14 % à 16 % entre 1990 et 1999. La part des jeunes adultes de 15 à 29 ans est restée la même, soit 15,5 % (contre 25 % au niveau national). Le pourcentage des adultes de plus de 60 ans a légèrement baissé entre 1990 et 1999 : celui-ci est passé de 30,3 % à 27,7 % pour les hommes et de 30,6 % à 29,9 % pour les femmes. Malgré cette baisse, les retraités restent toutefois surreprésentés par rapport à l'echelle nationale (18,2 %). Le pourcentage des plus de 75 ans est de 3 % plus élevé que la moyenne nationale.

INSEE, Recensement de la population de 1990, exploitation exhaustive
INSEE, Recensement de la population de 1999, exploitation principale

Données démographiques[modifier | modifier le code]

Evoldemog grambois.png

Le graphique ci-contre montre que le taux de mortalité était supérieur au taux de natalité entre 1968 et 1990. Dans le même temps le village voyait sa population augmenter uniquement grâce au solde migratoire.

Depuis 1990, le taux de natalité est supérieur au taux de mortalité et la croissance de la population devient naturelle.

ActivitéGrambois.png

Les citoyens de Grambois ayant une activité professionnelle représentent 38,6 % de la population en 2004. Le taux de chômage a baissé de deux points en 2004 par rapport à 1999. On constate une baisse du nombre d'étudiants et une légère augmentation du nombre de retraités[32].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Grambois a une école primaire publique[33], ensuite les élèves sont affectés au Collège Albert Camus à La Tour d'Aigues[34],[35], puis le lycée Val de Durance[36] à Pertuis (enseignement général) ou Lycée Alexandre Dumas[37] à Cavaillon soit Lycée Alphonse Benoit[38] à L'Isle-sur-la-Sorgue (enseignements techniques).

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

Détail de la Crèche (2008)

Grambois est « village fleuri » depuis 1960[39].

Tous les ans, à la période de Noël, Grambois expose la crèche de Pierre Graille, maître santonier et meilleur ouvrier de France. Autour des personnages traditionnels, cette crèche regroupe les représentations des habitants du village, sous la forme de santons finement sculptés et habillés en costume d'époque.

Tous les ans, quelques jours avant Noël, la Fête des Lumières : rassemblement sur la place de l'église, visite des illuminations et de la crèche en cortège (chants traditionnels).

Santé[modifier | modifier le code]

Grambois est équipé d'une pharmacie et compte deux médecins, des infirmiers et kinésithérapeutes[40].

Sports[modifier | modifier le code]

Championnats de France de caisse à savon. Les habitants de la commune peuvent pratiquer plusieurs types de sport dont la marche (proximité du Luberon, chemins de randonnées[41]), la pétanque et le football.

Le club de football du village se nomme Union Sportive Provençale Grambois abrégé USPG.

Médias[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

Culte catholique (église) : le saint patron de Grambois est saint Pancrace dont la fête votive est le week-end du 12 mai ou suivant.

Économie[modifier | modifier le code]

Répartition des 5 secteurs d'activités à Grambois en 1999

Au XIXe siècle quelques filatures sont implantées sur la commune mais rapidement Grambois se reconvertit dans l'agriculture avec des cultures maraichères et fruitières et surtout de vignes. La viticulture s'intensifie au cours du XXe siècle avec l'ouverture de la coopérative vinicole.

Selon l'INSEE (chiffres de 1999) :

  • l'agriculture (viticulture) représente 15 % de l'activité de la commune (22 agriculteurs, 2 ouvriers agricoles) ;
  • les actifs du secteur tertiaire avec 62,8 % sont majoritaires, avec 27 commercants, 18 profession intermédiaire (enseignement, santé, fonction publique), 18 travailleurs dans le service direct aux particuliers, 12 ouvriers qualifiés et 6 employés municipaux ;
  • les emplois liés tourisme et à l'artisanat (dont artisanat d'art) sont aussi représentés à Grambois.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Les zones agricoles représentent 1 124,51 hectares soit 35,8 % de la surface totale de la commune. 38 % (434 hectares) de cette surface est occupée par la viticulture et 50 % (560 hectares) par des terres labourables.

Viticulture[modifier | modifier le code]

Indication de cave vinicole à Grambois

Entre deux-cents et cinq-cents mètres d'altitude, les vignobles, à l'abri des vents froids, profitent d'un climat et d'une situation privilégiés. Deux grands groupes de sol composent ce terroir :

  1. des sols de marne plus ou moins profonds et caillouteux, permettant l'obtention de vin rouge rond et complexe ;
  2. des sols sableux, plus adaptés à l'élaboration de vin blanc et rosé.

Les cépages les plus présents sont le Syrah, le grenache noir, le Merlot, carignan, cinsaut.

Les forts écarts de température dus aux nuits fraîches et aux journées chaudes sont favorables à la synthèse des polyphénols donnant de la structure et de la couleur aux vins rouges[42].

Une cave coopérative vinicole créée en 1924 produit des vins AOC Côtes du Luberon, régulièrement médaillés, ainsi que du mousseux. Les vins qui ne sont pas en appellation d'origine contrôlée peuvent revendiquer, après agrément le label Vin de pays d'Aigues[43]

Pomme de terre[modifier | modifier le code]

Logo pomme de terre pertuis.jpg

En 2008 est créé la confrérie de la pomme de terre de Pertuis[44]. Et le 29 janvier 2010 la pomme de terre de pertuis devient une marque[45]. des cantons de Pertuis, Cadenet, Lambesc, Peyrolles ;

Appréciée pour sa valeur gustative et sa belle tenue au niveau de la conservation, elle possède une typicité liée au terroir sableux-limoneux très favorable de la plaine de la Durance.Une pomme de terre à chair jaune : les variétés les plus cultivées sont Monalisa et Samba non lavée, ce qui en favorise la conservation cultivée dans la région de Pertuis, Cadenet, Lambesc, Peyrolles et conditionnée en sacs portant le logo officiel de la « Pomme de terre de Pertuis ».

La route gourmande de la pomme de terre de Pertuis parcourt tout le bassin de production de La pomme de terre de Pertuis : le Pays d'Aix en Provence, le Luberon et la Vallée de la Durance[46].

Autres[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Comme l'ensemble des communes du Luberon, le tourisme joue un rôle, directement ou indirectement, dans l'économie locale.

On peut considérer trois principales sortes de tourisme en Luberon. Tout d'abord, le tourisme historique et culturel qui s'appuie sur un patrimoine riche des villages perchés ou sur des festivals. Ensuite, le tourisme détente qui se traduit par un important développement des chambres d'hôtes, de l'hôtellerie et de la location saisonnière, par une concentration importante de piscines et par des animations comme des marchés provençaux. Enfin, le tourisme vert qui profite des nombreux chemins de randonnées et du cadre protégé qu'offrent le Luberon et ses environs[47].

Grambois est une commune possédant un véritable attrait touristique, une identité propre qui attire les réalisateurs et publicistes. Un véritable élan pour promouvoir le tourisme et lui donner plus d'ampleur est en phase de développement.

Pour loger les visiteurs, la commune de Grambois dispose : d'un hôtel au pont du moulin du pas qui possède cinq chambres et un restaurant gastronomique, de chambres d'hôtes, de gîtes ruraux et d'une colonie de vacances des PTT[48].

Un Syndicat d'Initiative a été créé en 1948 et organise des visites du village en groupe sur rendez-vous. Il compte parmi les plus anciennes enseignes touristiques du département et de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur (PACA)

Artisanat[modifier | modifier le code]

Artisanat d'art : un santonnier, sculpteur, céramiste (auteur du christ de l'église) et un atelier de ferronnerie d'art.

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Le revenu fiscal médian par ménage était en 2006 de 17 021 €, ce qui place Grambois au 10 924e rang parmi les 30 687 communes de plus de 50 ménages en métropole[49].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Monuments et lieux touristiques[modifier | modifier le code]

Grambois - La croix monumentale de 1753 et l'église paroissiale Notre-Dame de Beauvoir. La Tourrache

Église paroissiale Notre-Dame de Beauvoir[modifier | modifier le code]

Bien connues grâce aux travaux de Jacques Thirion et de l'inventaire monumental et artistique du pays d'Aigues (cf bibliographie), l'histoire et l'architecture de Notre-Dame de Beauvoir sont remarquables à plus d'un titre. Les multiples transformations de l'édifice sont directement liés à l'histoire riche en rebondissements du village.

Les premières citations de l'église datent de 1096 et décrivent le lieu comme une dépendance de l'abbaye de Saint-André de Villeneuve-lez-Avignon en tant que prieuré bénédictin. À l'origine, l'église romane est modeste et ne possède qu'une nef unique croisée de trois travées et d'une abside. Conséquence de l'expansion démographique des XIIIe et XIVe siècle, l'église devient trop petite pour accueillir l'ensemble des fidèles et il faut agrandir. La nef est donc rallongée d'une quatrième travée, l'abside détruite en 1343 et remplacée par une quatrième travée de la nef, prolongée par l'actuel chœur et accostée en 1348 de la chapelle latérale sud.

Deux siècles plus tard (1560 et 1561), ce n'est toujours pas suffisant et il faut de nouveau agrandir.

Les trois chapelles se trouvant côté sud sont reliées en détruisant les cloisons qui les séparent ; on construit un collatéral qui mène à la quatrième chapelle. La grande porte est refaite en 1589. La toiture de la nef et le clocher sont rehaussés.

Lorsque Jean de Gautier entreprend son chantier de réfection des fortifications de la ville à la suite des guerres de religion de la fin des années 1580, l'église qui est mitoyenne aux remparts subit des transformations. Une salle voûtée est bâtie à la verticale du chœur pour servir d'observatoire et de poste de défense (1589, 1590). En 1657, on construit la sacristie contre le flanc sud du chœur et, au cours du XVIIe siècle, les trois chapelles latérales nord. En 1708, un tremblement de terre fait s'effondrer la voûte ; les parties hautes sont rebâties et on ouvre les trois fenêtres du mur sud. Le clocher date de cette époque (le campanile de fer forgé du XIXe siècle). La façade telle que nous la voyons aujourd'hui date de 1709. Dans le clocher mur à 3 fenêtres 2 cloches sont datées de 1584 et la cloche centrale, prénommée Anne a été fondue en 2008 comme celle actuellement dans le campanile, prénommée Luce. Ces deux dernières ont été baptisées au cours d'un office solennel le dimanche 24 février 2008.

Ermitage de saint Pancrace[modifier | modifier le code]

L'ermitage possède une chapelle classée Monument historique depuis le 13 mars 1995[6].

Ce lieu insolite est perché sur une colline dont la vocation religieuse est très ancienne puisque l'on y a retrouvé les vestiges du temple d'Eza (XIIe et XIIIe siècles), qu'il n'est pas possible de visiter.

En effet la chapelle fut vendue comme bien national, en 1793, au riche négociant marseillais Joseph Bonnin et le site (hors la chapelle) appartient désormais aux propriétaires du château de Pradine (famille D'Ivernois).

Conséquence de l'épidémie de peste qui frappa la Provence dans les années 1720 à 1722, tous les Gramboisiens rescapés qui avaient prié saint Pancrace pour qu'ils soient épargnés, firent le vœu de faire une procession annuelle à la chapelle qui lui était dédiée, le dimanche suivant le 12 mai, jour de sa fête, pour remercier leur saint patron de les avoir protégés.

Encore aujourd'hui, l'ermitage voit chaque année vers le 14 mai une procession venue de Grambois et ce lieu est depuis, hautement lié à la vie des Gramboisiens[50].

L'Ermitage est bâti au XVIIe siècle et sera habité jusqu'à la révolution. La chapelle médiévale accolée à l'édifice date du XIVe siècle et a été prolongée au XVIIIe par un porche comportant des fresques réalisées en utilisant les techniques du Quattrocento (utilisé entre autres par Giotto, Cimabue…). Ce procédé consiste à utiliser des couleurs délayées à l'eau sur un enduit de mortier frais qu'un maçon applique au fur et à mesure que le fresquiste travaille. Cette technique avait été étudiée en Italie par les trois artistes qui les réalisèrent vers 1912 : Georges Dufrénoy, Pierre Girieud et Émile Lombard. Elles représentent une piéta, l'adoration des bergers et des rois, et un Sermon dans la montagne.

À propos de la « Piéta » de Dufrénoy, le poète et critique d'art provençal Gasquet a écrit « tout y est d'une intensité dramatique qui fait songer au Tintoret, d'un pathétique qui s'apparente on ne sait comment, à quelque phrase désespérée d'une symphonie de Beethoven ».

L'étrange cimetière implanté au beau milieu des cyprès par Joseph Bonnin, ajoute un côté mystique à l'endroit. Les nombreux mausolées familiaux et surtout la grande pyramide de six mètres de haut où est enterrée sa jeune filleule avec quatre poèmes gravés sur ses faces ne manquent pas d'interpeller l'observateur[51],[52].

Le château de Grambois - l'aménagement de cette ancienne demeure seigneuriale date de la fin du XVIe siècle

Château[modifier | modifier le code]

Achevé en août 1590, sa façade fut refaite vers 1730 par Michel-Jules de Roquesante[53], seigneur de Grambois[54].

Le château que nous connaissons aujourd'hui abrite une habitation et l'ancien presbytère ; c'est le troisième rebâti sur l'emplacement des deux précédents. Il ne reste aucune trace du premier détruit avant 1290 ; le deuxième était composé d'une grande bâtisse situé entre la place, la rue allant au portail neuf et une ruelle menant au four. Alors que les guerres de religion sévissent dans le pays, le village décide de renforcer sa façade qui est restée vulnérable. Jean de Gautier, seigneur de Grambois, en charge d'effectuer les travaux d'aménagement, aidé de trois maçons pertuisiens (Nicolas Bérard, Antoine et Jean Barrière), en profite pour réquisitionner l'ancienne bâtisse inoccupée et insalubre et les quelques maisons de la place, pour faire ériger son château qui deviendra sa demeure seigneuriale. En août 1590, le château et sa tour d'angle ronde ainsi que des jardins aménagés en terrasse à l'arrière sont terminés. Il reste la propriété des Roquesante jusqu'à la Révolution ; leurs descendants, les Cornarel prennent la relève jusqu'au XIXe siècle.

Aujourd'hui une partie est propriété privée, et il n'est pas possible de la visiter[55].

Le château a reçu Mme de Sévigné et sa fille Mme de Grignan, ainsi que Mirabeau[56] [57],[58].

Remparts[modifier | modifier le code]

Datant de 1377, le rempart (moellons de pierre hourdés à la chaux), constitue le front est de la seconde enceinte du vieux village. Il domine la place du village. Il se retourne au nord et fait face à l'église.

Le rempart est conservé sur la majeure partie de son élévation à l'exception du couronnement. Il se compose d'un mur en maçonnerie de moellons, épais de deux mètres. Sa face est est percée d'une série d'archères étroites. Une tour rectangulaire haute et surmontée d'une barbacane, dont subsistent les consoles à ressauts, constitue la façade nord du rempart. Cette tour s'appelle la Tourrache et a servi au XVIIe et XVIIIe siècles de maison consulaire. Au sud du rempart se trouve un corps de bâtiment appelé le Fort. Le rempart est renforcé à l'arrière par deux édifices accolés. Il reste visible sur une dizaine de mètres[59].

La Place. En arrière-plan derrière la fontaine (1879), la façade de l'église et celle de l'ancien château

Fontaines[modifier | modifier le code]

Fontaine de l'église

La fontaine de la place de l'église date de 1879.

Projet mis à l'étude au XVIe siècle et fortement plébiscité après 1850, Joseph Eyguisier, maire de Grambois, inaugurait enfin la fontaine de la place de l'église en 1879. Les Gramboisiens allaient enfin pouvoir profiter d'une fontaine de proximité et ainsi se passer des fontaines de Fontvérane, Fontsausse et des trois canons, difficiles d'accès et toujours très fréquentées. M. Castel, fontainier de Pertuis, avait conçu sur un plan centré, une colonnette carrée sur socle. Malheureusement, les habitants déchantaient rapidement, le débit de cette fontaine s'avérait insuffisant et au même titre que les autres fontaines du village, elle subissait les pénuries estivales. Il fallait donc faire des études pour pallier ce profond désagrément. Après diverses propositions, il fut décidé d'utiliser l'eau d'une source lointaine (trois kilomètres) mais abondante. C'est la source des Ponteux qui, grâce à une canalisation souterraine en terre cuite vernissée, alimenterait « la fontaine ». La fontaine prit alors toute sa place au cœur du village et un vaste réservoir fut aménagé au pied de l'église en 1903 pour remédier à la période de sécheresse estivale. Contribuant au charme de la place centrale et accentuant son caractère typiquement provençal, le cinéaste Yves Robert y tourna deux scènes de son film La gloire de mon père, la partie de pétanque et le retour de la fameuse chasse aux bartavelles. Depuis, cette fontaine est baptisée « Fontaine des Bartavelles »[60].

Fontsausse et Fontverane

Ce sont deux fontaines très anciennes, les deux points d'eau traditionnels du village.

Grambois - Vue générale du versant nord
Une rue typique à Grambois

Fontverane: Elle se trouve à l'est du village abritée sous une voûte envahie par la végétation. D'un débit faible, l'eau sort directement du calcaire Gramboisien et tombe dans un bassin aménagé en lavoir dont le trop-plein alimentait autrefois un bassin de l'autre côté du chemin.

Fontsausse: l'eau y traverse une dalle plaquée à même la roche et alimente un petit lavoir.

Ces deux fontaines témoignent de leur importance dans la vie quotidienne des Gramboisiens par leur chemin très emprunté et baptisé à leur nom. Il reste des traces de « calade » par endroit[61],[62].

Maison des Hospitaliers[modifier | modifier le code]

Date du XIIIe, XIVe et XVe siècles. Elle porte la croix des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem ; rue Jaousé de Fouentviérano, on peut voir la croix de Malte encerclée et gravée sur la façade.

Oratoire Notre-Dame de Miséricorde[modifier | modifier le code]

Date de 1851. Situé sur la D33 au sud ouest du village, au niveau de la fourche qui mène à droite vers Mirabeau et à gauche vers Beaumont-de-Pertuis, cet oratoire est entretenu régulièrement. Une niche étroite à ouverture cintrée abrite une Vierge couronnée portant l'Enfant-Jésus. Le grillage protégeant la statue a aujourd'hui disparu. Le toit de l'oratoire est surmonté d'une croix en fer forgé ornementée à la base. Sur le socle en pierre de l'édifice est gravé : « MÈRE DE MISÉRICORDE PRIEZ POUR NOUS 1851 »[63]. Nota: La Vierge n'est plus présente dans la niche depuis la fin du mois de juin 2008. Elle a été récemment restaurée et est désormais visible à l'abri dans l'église du village du fait de sa fragilité. Elle sera prochainement remplacée par une vierge en pierre.

Oratoire Saint-Joseph[modifier | modifier le code]

Cet oratoire est le seul des cinq oratoires de Grambois à ne pas être dédié à la Vierge. Il est situé dans la vallée, côté nord, sur la D33 au niveau du château de Pradines. L'oratoire est ceinturé d'un enclos en pierre fermé sur trois côtés. La statue a été remplacée par une peinture sur tôle, assez abîmée, représentant Saint Joseph tenant un bouquet de fleurs blanches. La croix en pierre primitivement, a été remplacée par une croix en béton[63].

Maisons renaissance et calade[modifier | modifier le code]

De nombreuses rues sont « caladées » et par endroit sont dotées d'escaliers inspirés des chemins âniers, calés sur le pas de l'âne, avec, de part et d'autre, des ornières permettant l'écoulement de l'eau et des égouts, mais aussi le passage des charrettes (voir photo rue du pont).

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Grambois et le cinéma[modifier | modifier le code]

1990 : La gloire de mon père et Le château de ma mère d'Yves Robert avec Nathalie Roussel, Philippe Caubère, Didier Pain, Thérèse Liotard, Victorien Delamare, Pierre Maguelon, Jean Carmet, Jean Rochefort, Georges Wilson, Patrick Préjean, Paul Crauchet, Jean-Pierre Darras. Tourné également à Vitrolles-en-Luberon.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

blason

Les armes de Grambois se blasonnent ainsi :

De sable au sapin arraché d'or, l'écu surmonté d'une couronne murale aux trois tours d'or. (couronne non représentée ici)

Il s'agit d'armes parlantes « au deuxième degré », c'est-à-dire dont les éléments évoquent indirectement le nom du possesseur. Ici le sapin évoque le « Grand Bois » , forme du nom de la commune trouvée dans l'Armorial général de 1696, accompagné de ses armes, mais qui ne seront officielles qu'à partir de 1996.

blason

Jusqu'en 1866 ces armes étaient:

D'argent au palmier d'or issant d'un tertre de sinople. (avec une irrégularité héraldique constitutive des armes à enquerre, à savoir un « métal sur métal » : or du palmier sur argent du champ.)

Il semble qu'ensuite les deux formes ont vécu concurremment, et que l'officialisation récente du sapin n'a pas encore éradiqué le palmier.

Compléments[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : sources utilisées pour la rédaction de cet article

Archéologie :

  • Nathalie Bourdely, Recherches sur l'occupation humaine dans le canton de Pertuis depuis l'Age du Fer jusqu'au haut Moyen Âge - contribution au pré-inventaire de la Carte Archéologique du département du Vaucluse, mémoire de maitrise non publié, sous la direction de Michel Provost et Eric Morvillez, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, 2 vol.,‎ 2000
  • L. Tallah, Carte Archéologique de la Gaule - Vaucluse, vol. 2 - Le Luberon et pays d'Apt, éd. des Inscriptions et Belles-Lettres,‎ 2004 (ISBN 2-87754-085-5)
  • Jacques Thirion, « Notre-Dame de Beauvoir », Congrès archéologique de France, le pays d'Aigues, 1985, éd. C.N.R.S.,‎ 1988

Histoire :

  • Emeric Dumont, Histoire de Grambois, t. II, de la Révolution à nos jours, co-éd. Barthélémy/Syndicat d'Initiative de Grambois,‎ 2004 (ISBN 2-87923-203-1)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • P.-A. Février (Dir.), Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Vaucluse, pays d'Aigues, cantons de Cadenet et Pertuis, Imprimerie nationale,‎ 1981 (ISBN 2-11-080763-6)Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • André-Marius Garcin, Histoire de Grambois, t. I, des Origines à la Révolution, co-éd. Barthélémy/Syndicat d'Initiative de Grambois,‎ 2002 (ISBN 2-87923-203-1)
  • Paul de Faucher, « Un des juges de Fouquet. Roquesante (1619-1707), sa famille, ses descendants... », Mémoires de l'Académie de Vaucluse, t. XVI, pp. 149–426 ; également : tirage 150 exemplaires Aix, 1895, libr. Makaire, 271 p. + appendices, ill.
  • Élisabeth Sauze et Jean-Pierre Muret, Grambois, 2008, (Éditions Pour Le Luberon).

Iconographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Grambois superbe architecture en Luberon Immobilier Luberon Cj Rosier agent immobilier biens de Prestige Gordes Vaucluse 84 Mas Bastide Château maison de village Investissements Provence
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. Station météo de Grambois.
  4. « Relevé météo de Pertuis », MSN Météo
  5. Inventaires des arbres remarquables en Provence - Alpes - Côte-d'Azur
  6. a, b, c et d Atlas du parc du Luberon - page de Grambois
  7. Avenir-infos "Grambois d'abord"
  8. FEVRIER (P.-A.) (dir.), op. cit., p. 454-456 ; ROSTAING (Charles), Essai sur la toponymie de la Provence depuis les origines jusqu'aux invasions barbares, 1950, Paris, rééd. Jeanne Laffite, Marseille, 1990, 480 p. ; p. 179 ; également : DAUZAT (A.) et ROSTAING (C.), Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, 738 p., 1963, Paris, éd. Larousse., rééd. librairie Guénégaud, 1989, Paris, 738 et XXIV p. La mention de 1027 est extraite du cartulaire du chapitre de Notre-Dame-des-Doms d'Avignon, Archives départementales de Vaucluse, G 553, f° 16 v°-17 v°.
  9. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, Genève, 1990-1991, § 15334
  10. André-Marius Garcin, Histoire de Grambois, des Origines à la Révolution, co-éd. Barthélémy/Syndicat d'Initiative de Grambois, 2002 (ISBN 2-87923-203-1), tome 1
  11. BOURDELY (Nathalie), Recherches sur l'occupation humaine dans le canton de Pertuis depuis l'Age du Fer jusqu'au haut Moyen Âge - contribution au pré-inventaire de la Carte Archéologique du département du Vaucluse, mémoire de maitrise non publié, sous la direction de Michel Provost et Éric Morvillez, Université d'Avignon et des pays de Vaucluse, 2 vol., 2000, citation du vol. 1, p. 52.
  12. TALLAH (L.), op. cit. p. 254-256.
  13. ibidem, p. 255.
  14. Voir page 56 de l'étude de Louis MONGUILAN, Docteur ès-Sciences de l'Université d'Aix-Marseille, parue dans le N° 58 de novembre 1981 de "histoire et archéologie" traitant des villas gallo romaines dans le midi rhodanien et où est décrite l'une des villas gramboisiennes d'après un relevé aérien.
  15. Guy Barruol, Michèle Bois, Yann Codou, Marie-Pierre Estienne, Élizabeth Sauze, « Liste des établissements religieux relevant de l’abbaye Saint-André du Xe au XIIIe siècle », in Guy Barruol, Roseline Bacon et Alain Gérard (directeurs de publication), L’abbaye de Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, histoire, archéologie, rayonnement, Actes du colloque interrégional tenu en 1999 à l'occasion du millénaire de la fondation de l'abbaye Saint-André de Villeneuve-lès-Avignon, Éd. Alpes de Lumières, Cahiers de Salagon no 4, Mane, 2001, 448 p. (ISSN 1254-9371), (ISBN 2-906162-54-X), p 218
  16. Ministère de l'intérieur - Scrutin du 20 septembre 1992
  17. Ministère de l'intérieur - Scrutin du 29 mai 2005
  18. Scrutin présidentiel de 2007 - Grambois
  19. Ministère de l'intérieur - Élections législatives de juin 2007
  20. Sivom Durance Luberon
  21. Source : DUMONT (Emeric), voir bibliographie.
  22. http://alize2.finances.gouv.fr/communes Grambois
  23. « Impots locaux à Grambois », taxes.com
  24. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  25. « Historique du SIVOM », SIVOM Durance-Luberon
  26. « Prix de l'eau et de l'assainissement au sein du SIVOM »
  27. site officiel prendre rubrique "Services Publics"
  28. http://www.inventaire.culture.gouv.fr/ Le village de Grambois
  29. Des villages Cassini ... - Dossier "NAVIGATION"
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  32. http://www.recensement.insee.fr Page de Grambois
  33. Enseignement publique primaire en Vaucluse
  34. Carte scolaire du Vaucluse
  35. « Site du collège Albert Camus », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  36. « Site du lycée Val de Durance », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  37. « Site du lycée Alexandre Dumas », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  38. « Site du lycée Alphonse Benoit », Académique Aix-Marseille,‎ 2010
  39. Grambois village fleuri 1 étoile pdf p28
  40. site officiel prendre rubrique Les services de santé
  41. carte des sentiers
  42. La cave coopérative vinicole Les Coteaux de GRAMBOIS
  43. Le label Vin de pays d'Aigues concerne les communes suivantes dans le département de Vaucluse : Ansouis, Apt, Auribeau, La Bastide-des-Jourdan, La Bastidonne, Les Beaumettes, Beaumont-de-Pertuis, Bonnieux, Buoux, Cabrières-d'Aigues, Cabrières-d'Avignon, Cadenet, Caseneuve, Castellet, Cavaillon, Cheval-Blanc, Cucuron, Gargas, Gignac, Gordes, Goult, Grambois, L'Isle-sur-la-Sorgue, Joucas, Lacoste, Lagarde-d'Apt, Lagnes, Lauris, Lioux, Lourmarin, Maubec, Ménerbes, Mérindol, Mirabeau, La Motte-d'Aigues, Murs, Oppède, Pertuis, Peypin-d'Aigues, Puget, Puyvert, Robion, Roussillon, Rustrel, Saignon, Saint-Martin-de-Castillon, Saint-Martin-de-la-Brasque, Saint-Pantaléon, Saint-Saturnin-d'Apt, Sannes, Saumane, Sivergues, Les Taillades, La Tour-d'Aigues, Vaugines, Viens, Villars, Villelaure, Vitrolles-en-Luberon.
  44. « Site de la confrérie de la pomme de terre de Pertuis », sur lapommedeterredepertuis.fr
  45. « la pomme de terre de pertuis devient une marque », Mairie de Pertuis,‎ 2010
  46. « carte de la route gourmande », sur lapommedeterredepertuis.fr
  47. Voir Massif du Luberon
  48. Colonie de vacances des PTT - Vidéo été 2006
  49. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur site de l'INSEE (consulté le 9 septembre 2009)
  50. André-Marius Garcin, « Histoire du village de Grambois », parution échelonnée dans le Mercure Aptésien, du n° 4425 du 21 avril 1907 au n° 4509 du 29 novembre 1908.
  51. Architecture de l'ensemble
  52. Architecture ensemble ermitage Saint Pancrace
  53. Michel-Jules de Roquesante sur geneanet.org
  54. Arbre généalogique de Pierre de Raffélis de Roquesante geneanet.org
  55. Garcin (André-Marius) : Histoire du village de Grambois, parution échelonnée dans le Mercure Aptésien, ( n° 4425, 21 avril 1907- n° 4509, 29 novembre 1908).
  56. Architecture du chateau
  57. Patrimoine du chateau (dictionnaire historique par Jules Courtet-1862)
  58. Dictionnaire de J.Courtet page de grambois (169)
  59. Les remparts
  60. Site officiel de l'office de Tourisme-Syndicat d'Initiative de Grambois
  61. Sources : - février (P.-A.) (Dir.) : Inventaire Général, Provence-Alpes-Côte-D'azur, Vaucluse, Pays d'Aigues, Paris, 1981, Imprimerie Nationale, 716 p. pp. 68-73, 107, 124.
  62. Ouvrage collectif : Découverte géologique du Luberon, Orléans, 1998, éd. BRGM - Parc naturel régional du Luberon, 180 p.
  63. a et b Les oratoires de Vaucluse ; Paulin, René, 1970