Trèves (Allemagne)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Trèves.
Wiktionnaire Pour une définition du verbe « trier », voir l’article trier du Wiktionnaire.
Trèves
Trier
La cathédrale Saint-Pierre de Trèves
La cathédrale Saint-Pierre de Trèves
Blason de Trèves
Héraldique
Drapeau de Trèves
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Rhineland-Palatinate.svg Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Trèves (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
19
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Klaus Jensen
Partis au pouvoir SPD
Code postal 54290, 54292, 54293, 54294, 54295, 54296
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 2 11 000
Indicatif téléphonique 0651
Immatriculation TR
Démographie
Population 104 640 hab. (2008)
Densité 893 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 45′ 35″ N 6° 38′ 38″ E / 49.7596, 6.6439 ()49° 45′ 35″ Nord 6° 38′ 38″ Est / 49.7596, 6.6439 ()  
Altitude 124 m
Superficie 11 714 ha = 117,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Trèves

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Trèves
Liens
Site web www.trier.de

Trèves (en allemand Trier, en luxembourgeois Tréier) est une ville et un arrondissement d'Allemagne, dans le Land de Rhénanie-Palatinat. La ville est située sur la Moselle (Mosel). En 2008, la ville comptait 104 640 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une colonie romaine est fondée à l'époque romaine, en l'an 17 av. J.-C. sous le nom d'Augusta Treverorum, sur le site du chef-lieu des Trévires. C'est aussi la plus vieille ville d'Allemagne. On a en effet retrouvé des rondins de bois et grâce à leurs cercles (dendrochronologie), on a pu définir l'année de construction de Trèves. Le pont romain en pierre qui franchit la Moselle est édifié en 45 ap. J.-C., en remplacement d'un premier pont de bois : c'est le plus ancien pont d’Allemagne encore debout. Colonie romaine et place-forte très importante dans la défense contre les « Barbares », elle est dotée d'une enceinte abritant la plus grande surface urbaine de Gaule (282 hectares). Il subsiste de cette enceinte la Porta Nigra, monumentale porte fortifiée devenue le symbole de la ville, ainsi que quelques fondations des murs d'enceinte.

Article détaillé : Augusta Treverorum.
La Porta Nigra, symbole de Trèves

Grande métropole marchande à partir du IIe siècle, devenue l'une des capitales de la Tétrarchie à la fin du IIIe siècle et siège d'un atelier monétaire impérial à partir de 294, Trèves est alors qualifiée de « seconde Rome » ou Roma Secunda. De l'époque romaine subsistent la Porta Nigra (porte noire), le plus grand édifice romain sur le sol allemand, une basilique, où siège un tétrarque (aujourd'hui une église protestante), les restes d'un amphithéâtre (voir Amphithéâtre de Trèves), ainsi que des ruines de thermes romains.

Au début du Ve siècle, au cours des invasions germaniques, Trèves est attaquée et pillée plusieurs fois par les Francs. Peu auparavant, la préfecture des Gaules est transférée de Trèves à Arles[1].

Article connexe : Électorat de Trèves.

La cathédrale de Trèves est alors le siège d'un archidiocèse dont l'archevêque est l'un des princes-électeurs du Saint-Empire romain germanique.

Trèves est, de 1797 à 1814, le chef-lieu du département de la Sarre.

Son remarquable ensemble de ruines romaines lui valut d'être classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1992.

Le 51e régiment de transmissions y a stationné jusqu'en 1984.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants est considéré d'après l'étendue actuelle de la commune. Les données proviennent de recensements (¹) ou de données statistiques de l'administration de la commune. Le bond en avant de la population en 1970 s'explique par le rattachement de communes voisines en 1969.

Année Habitants
100 environ 20 000
300 environ 80 000
1363 environ 10 000
1542 environ 8 500
1613 environ 6 000
1702 environ 4 200
1801 8 829
1830 19 075
1871 21 442
Année Habitants
1885 26 126
1890 36 166
1900 43 324
1910 49 112
¹ 58 140
¹ 62 619
¹ 76 692
¹ 75 526
¹ 87 100
Année Habitants
¹ 103 600
100 500
95 300
93 700
¹ 94 117
99 700
100 116
100 075
99 685

¹ résultat de recensement

Actuellement (2008), la ville compte 104 640 habitants.

Économie[modifier | modifier le code]

La ville abrite une usine de fabrication de pneumatiques du groupe français Michelin.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Musées[modifier | modifier le code]

  • Rheinisches Landesmuseum Trier (musée archéologique de Rhénanie)
  • Stadtmuseum Simeonstift Trier (musée municipal Saint-Siméon)
  • Bischöfliches Dom und Diözesanmuseum Trier (musée diocésain)
  • Karl-Marx-Haus (maison Karl-Marx)
  • Écomusée Roscheider Hof
  • Le musée de jouets

Personnalités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville de Trèves est jumelée[2] avec :

Trèves est l’une des quatre villes formant le QuattroPole avec Luxembourg, Metz et Sarrebruck (Saarbrücken). Ce réseau transfrontalier permet la coopération urbaine des quatre villes[3].

La villa de Villeneuve-d'Ascq[modifier | modifier le code]

La villa gallo-romaine du parc archéologique Asnapio de Villeneuve-d'Ascq a été reconstituée d'après des illustrations du musée de Trèves.

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les historiens hésitent à propos de l'année de ce transfert : 395 ou plus probablement 407.
  2. Jumelages de Trier.
  3. Site du QuattroPole.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lothar Schwinden, Hans Nortmann, Peter Seewaldt, Rheinisches Landesmuseum Trier. Introduction aux collections, Trèves, Rheinisches Landesmuseum Trier, 1994, 40 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]