Le Barroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Barroux
Vue sur le château du Barroux
Vue sur le château du Barroux
Blason de Le Barroux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Carpentras
Canton Malaucène
Intercommunalité Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin
Maire
Mandat
Bernard Monnet
2008-2014
Code postal 84330
Code commune 84008
Démographie
Gentilé Barrouxiens, Barrouxiennes
Population
municipale
656 hab. (2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 08′ 16″ N 5° 06′ 01″ E / 44.13777778, 5.10027778 ()44° 08′ 16″ Nord 5° 06′ 01″ Est / 44.13777778, 5.10027778 ()  
Altitude Min. 218 m – Max. 670 m
Superficie 16,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Le Barroux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Le Barroux
Liens
Site web http://www.mairie-lebarroux.fr

Le Barroux est une commune française située dans le département du Vaucluse, en région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en provençal est L'Aubarrous, maladroitement francisé en Le Barroux.

Géographie[modifier | modifier le code]

On accède à ce village, perché sur un piton calcaire entre Carpentras et Malaucène, principalement par les routes départementales 938, puis 78.

Cette position perchée offre une vue à l'est sur le mont Ventoux, au nord sur les Dentelles de Montmirail et au sud sur la plaine du Comtat que le village domine, avec au sud-est et en arrière-plan les monts de Vaucluse.

Sismicité[modifier | modifier le code]

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[1].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la zone d’influence du climat méditerranéen. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée en altitude des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare.

Le mistral[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Mistral (vent).

Dans cette commune qui produit des Ventoux (AOC) aucun vigneron ne se plaint du mistral - même violent, car celui-ci a des avantages bénéfiques pour le vignoble. Appelé le « mango-fango », le mangeur de boue, il élimine toute humidité superflue après les orages, dégage le ciel et lui donne sa luminosité, préserve les vignes de nombre de maladies cryptogamiques et les débarrasse d'insectes parasites[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom actuel du village dérive du latin Albaruffum.

Article détaillé : Oppidum du Clairier.

Au XIIe siècle, une forteresse militaire est érigée pour protéger la plaine comtadine (formant le Comtat Venaissin) contre les invasions sarrasines et italiennes. Elle a appartenu aux seigneurs des Baux, puis à d'autres familles nobles.

En 1274, le Comtat Venaissin, cédé par le roi de France, devient terre pontificale. En 1316, le pape Clément V établit brièvement sa curie à Carpentras, à une douzaine de kilomètres du Barroux.

Au XVIe siècle (1538), la forteresse est transformée en un château Renaissance par Henri de Revillasc qui en devient propriétaire en règlement d'une dette. De 1680 à 1690, il sera fortifié (selon Vauban).

Le , le Comtat Venaissin est rattaché à la France. Le est créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

Abîmé à la Révolution, le château ne sera reconstruit qu'en 1929 grâce à des fonds privés.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il abrite un petit foyer de la Résistance qui, jugé responsable de la mort d'un soldat allemand au château en 1944, coûtera à l'édifice d'être incendié par les troupes allemandes.

Article détaillé : Maquis Ventoux.

À partir de 1960, de nouveaux travaux de restauration du château sont effectués.

En 1978 débute la construction du monastère bénédictin Sainte-Madeleine du Barroux, qui sera érigé en abbaye en 1989. En 2005, le couvent de moniales Notre-Dame-de-l'Annonciation est à son tour achevé.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
Blason de Le Barroux Blason D'argent au mont de trois coupeaux de sinople, au chef de gueules chargé de trois étoiles d'or ordonnées 2 et 1[3].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Maires[modifier | modifier le code]

La mairie
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1965 1971 Justin Merindol    
1971 1995 Louis Liotier    
Mars 1995 Mars 2008 Marie-Suzy Pons UMP[4]  
Mars 2008 en cours Bernard Monnet    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Localisation des villes jumelées avec Le Barroux.
Localisation de la ville
Le Barroux

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 656 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
637 756 833 828 916 901 916 974 969
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
992 980 938 884 826 706 682 607 592
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
549 559 521 436 390 435 365 366 344
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
362 369 348 437 499 569 615 656 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6])
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Olives du Barroux
  • Production de vins, AOC Côtes du Ventoux
  • Productions fruitières (dont olives, cerises et abricots)
  • Tourisme dont de nombreux cyclistes attirés par la proximité du Mont Ventoux ou des curieux voulant voir les abbayes/couvents, les ruelles et le château.
  • Hébergements en chambres d'hôtes, en gîtes, en domaine, en hôtel sur la commune : toutes les références sont sur le site de la mairie

Vie locale[modifier | modifier le code]

Commerces et artisanats de proximité[modifier | modifier le code]

Le marché se tient le samedi matin de juin à septembre. Quelques commerces de proximité sont présents sur la commune : primeur, alimentation générale, qui fait office de de point poste, salon de thé... Artisans : carreleur, ébéniste, peintre-moquettiste, pépiniériste[7]...

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et protection et mise en valeur de l'environnement se fait dans le cadre de la Communauté d'agglomération Ventoux-Comtat Venaissin[8].

Enseignement[modifier | modifier le code]

Enseignement Privé
Deux établissements scolaires hors contrat existent :

  • l'école maternelle et primaire Sainte Anne, route de Suzette ;
  • l'Institution Saint-Louis (enseignement secondaire, internat de garçons), chemin des rabassières.

Enseignement Public
La commune a son école maternelle et primaire (rue des écoles).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Œuvres liées à la commune[modifier | modifier le code]

Films[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, A. Barthélemy, Avignon,‎ 1986 (ISBN 2903044279)
  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Christian Lacour, Nîmes (réed.),‎ 1997 (ISBN 284406051X)
  • Jean-Pierre Saltarelli, Les Côtes du Ventoux, origines et originalités d'un terroir de la vallée du Rhône, A. Barthélemy, Avignon,‎ 2000 (ISBN 2879230411)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]