Vedène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vedène
Vestiges des fortifications médiévales
Vestiges des fortifications médiévales
Blason de Vedène
Blason
Logo
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Provence-Alpes-Côte d'Azur
Département Vaucluse
Arrondissement Arrondissement d'Avignon
Canton Canton de Bédarrides
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Avignon
Maire
Mandat
Joël Guin
2014-2020
Code postal 84270
Code commune 84141
Démographie
Gentilé Vedènais, Vedènaises[1]
Population
municipale
10 619 hab. (2011)
Densité 950 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 42″ N 4° 54′ 14″ E / 43.9783333333, 4.9038888888943° 58′ 42″ Nord 4° 54′ 14″ Est / 43.9783333333, 4.90388888889  
Altitude 60 m (min. : 23 m) (max. : 117 m)
Superficie 11,18 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte administrative du Vaucluse
City locator 14.svg
Vedène

Géolocalisation sur la carte : Vaucluse

Voir sur la carte topographique du Vaucluse
City locator 14.svg
Vedène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vedène

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vedène
Liens
Site web http://www.mairie-vedene.fr

Vedène est une commune française, située dans le département de Vaucluse en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Vedène fait partie de la Communauté d’agglomération du Grand Avignon depuis le 1er janvier 2001. Ses habitants sont appelés les Vedènais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Accès et transport[modifier | modifier le code]

On peut accéder à la ville par le nord en venant soit de Carpentras, route départementale 942, soit de Sorgues, route départementale 6, par le sud en empruntant l'avenue Charles de Gaulle en venant par la route départementale 6 de Saint-Saturnin-lès-Avignon, par l'est en venant du Pontet, route départementale 62, en passant par l'avenue de Vidier ou en passant par le domaine du golf, par l'ouest en venant d'Avignon par la route départementale 942.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Vedène
Sorgues

Le Pontet

Sorgues Entraigues-sur-la-Sorgue
Le Pontet Vedène Entraigues-sur-la-Sorgue
Montfavet Morières-lès-Avignon Saint-Saturnin-lès-Avignon

L'autoroute la plus proche est l'autoroute A7, autoroute qui passe à l'ouest en bordure de commune avec l'échangeur Avignon Nord-Vedène.

Relief[modifier | modifier le code]

La commune est relativement plate avec toutefois une petite colline au nord-ouest du centre du bourg, la colline sainte-Anne, et une deuxième, donnant l'altitude maximale de la commune en bordure de commune avec Saint-Saturnin-lès-Avignon, au lieu-dit les Piecaoux. Il est à noter cependant que la partie sud de la commune est en moyenne plus haute (entre 40 et 74 mètres hors colline) que la partie nord (entre 23 et 50 mètres hors colline).

Sismicité[modifier | modifier le code]

Lac Saint-Montagne

Les cantons de Bonnieux, Apt, Cadenet, Cavaillon, et Pertuis sont classés en zone Ib (risque faible). Tous les autres cantons du département de Vaucluse sont classés en zone Ia (risque très faible). Ce zonage correspond à une sismicité ne se traduisant qu'exceptionnellement par la destruction de bâtiments[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée par la Sorgue qui se partage en deux sur son territoire : le canal de Vaucluse, rejoignant le Rhône après avoir traversé Avignon et le Griffon, qui remonte vers Sorgues. Un autre canal irrigue le territoire de la commune ; le Canal Crillon et une retenue d'eau forme le lac Saint-Montagne[3].

Climat[modifier | modifier le code]

La commune, située dans la zone d’influence du climat méditerranéen, est soumise à un rythme à quatre temps : deux saisons sèches, dont une brève en fin d'hiver, une très longue et accentuée en été ; deux saisons pluvieuses, en automne, avec des pluies abondantes sinon torrentielles, et au printemps. Les étés sont chauds et secs, liés à la remontée des anticyclones subtropicaux, entrecoupés d’épisodes orageux parfois violents. Les hivers sont doux. Les précipitations sont peu fréquentes et la neige rare[4].

Relevés météorologiques[modifier | modifier le code]

Relevés météorologiques de la région d'Avignon
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2 3 6 8 12 15 18 18 14 11 6 3 9,6
Température moyenne (°C) 6 7,5 11 13 17,5 21 24 24 19,5 15,5 8,5 7,5 14,7
Température maximale moyenne (°C) 10 12 16 18 23 27 30 30 25 20 13 10 19,75
dont pluie (mm) 36,5 23,3 24,9 47,5 45,6 25,4 20,9 29,1 65,8 59,6 52,8 34 465,4
Source : Données climatologiques d'Avignon 2000-2007


Selon Météo-France, le nombre par an de jours de pluies supérieures à 2,5 litres par mètre carré est de 45 et la quantité d'eau, pluie et neige confondues, est de 660 litres par mètre carré. Les températures moyennes oscillent entre 0 et 30 °C selon la saison. Le record de température depuis l'existence de la station de l'INRA est de 40,5 °C lors de la canicule européenne de 2003 le 5 août (et 39,8 °C le 18 août 2009) et −12,8 °C le 5 janvier 1985. Les relevés météorologiques ont lieu à l'Agroparc d'Avignon.

Le mistral[modifier | modifier le code]

Le vent principal est le mistral, dont la vitesse peut aller au-delà des 110 km/h. Il souffle entre 120 et 160 jours par an, avec une vitesse de 90 km/h par rafale en moyenne[5]. Le tableau suivant indique les différentes vitesses du mistral enregistrées par les stations d'Orange et Carpentras-Serres dans le sud de la vallée du Rhône et sa fréquence au cours de l'année 2006. La normale correspond à la moyenne des 53 dernières années pour les relevés météorologiques d'Orange et à celle des 42 dernières pour Carpentras[6].

Légende : « = » : idem à la normale ; « + » : supérieur à la normale ; « - » : inférieur à la normale.

Vitesse des vents du Mistral
Jan. Fev. Mars. Avril. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Dec.
Vitesse maximale relevée sur le mois 96 km/h 97 km/h 112 km/h 97 km/h 94 km/h 100 km/h 90 km/h 90 km/h 90 km/h 87 km/h 91 km/h 118 km/h
Tendance : jours avec une
vitesse > 16 m/s (58 km/h)
-- +++ --- ++++ ++++ = = ++++ + --- = ++

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne est Vedona, attestée en 1101. Elle dérive ensuite en Vedena (1206). Ces toponymes suggèrent une racine pré-celtique*ved de sens obscur mais signifiant peut-être hauteur, avec un suffixe -ena[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La cité est nommée pour la première fois dans une charte datée de 1109[8]. Elle réapparaît dans une seconde charte, en avril 1105, lors de la donation faite par Pons Rainoard, seigneur du lieu, des marais de Vedène aux chanoines d'Avignon[9].

Au cours du XIVe siècle, ce fief, qui est en coseigneurie, voit tour à tour apparaître et disparaître les familles Rainoard, Castello, Gaufridi, Coyrano, Rodulphi, Galliani dont le nom francisé sera Galléans. Cette famille acquit tout d'abord, en 1352, une partie des droits sur ce fief, et finit par tous les racheter en 1443[9].

Renaissance[modifier | modifier le code]

C'est à partir du XVIe siècle que les Galléans furent désignés sous le nom de barons de Vedène[9].

En 1562, la cité est prise d'assaut par les religionnaires qui l'occupèrent pendant un an. Sans doute liée à cette période des guerres de religion, une épée du XVIe siècle a été retrouvée sur le site de Gromelle[3].

Période moderne[modifier | modifier le code]

En 1774, le titre de marquis de Vedène fut attribué à Louis Marie de Galléas[9].

Le 12 août 1793 fut créé le département de Vaucluse, constitué des districts d'Avignon et de Carpentras, mais aussi de ceux d'Apt et d'Orange, qui appartenaient aux Bouches-du-Rhône, ainsi que du canton de Sault, qui appartenait aux Basses-Alpes.

Article détaillé : Histoire de Vaucluse.

À partir des années 1850, la commune commença à être renommée pour les vins qu'elle produisait et pour sa garance. Les usines Gromelle s'installèrent sur place pour la traiter grâce à la force hydraulique. Une seconde industrie fit de même, la fonderie d'Aiguille[3].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

L'usine de traitement de déchets du SIDOMRA (Syndicat mixte pour la valorisation des déchets du pays d'Avignon) est installée sur la commune. Elle revalorise 205 000 tonnes/an, soit un taux de recyclage sur site de 39 % et un taux de valorisation énergétique de 56 %. Ce qui correspond à 105 000 MWh électrique/an. C'est-à-dire l'équivalent de 56 000 foyers éclairés, soit 84 % de la consommation électrique domestique dans l'agglomération d'Avignon[10].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Armorial des communes de Vaucluse.
blason

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'azur à l'écusson d'argent à la bande de sable remplie d'or et accompagnée de deux roses de gueules, accompagné en chef d'une clef aussi d'or posée en fasce et en pointe d'une croisette du même.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Lors du référendum européen sur le traité de Maastricht (scrutin du 20 septembre 1992), sur 4 735 inscrits, 3 454 ont voté, ce qui représente une participation de 72,95 % du total, soit une abstention de 27,05 %. Il y a eu une victoire du non avec 1 925 voix (57,21 %) contre 1 440 voix (42,79 %) prononcées oui et 89 (2,58 %) de votes blancs ou nuls [11].

À l'élection présidentielle de 2002, la participation atteint 76,35% contre 82,43% au second tour. Le premier tour a vu arriver en tête Jean-Marie Le Pen (FN) avec 29,74 % des voix suivi par Jacques Chirac (RPR) avec 15,96% et Lionel Jospin (PS) avec 12,90% des suffrages. Aucun autre candidat n'atteint la barre des 10 %. Au second tour, c'est Jacques Chirac qui arrive en tête avec 68,03 % des voix contre 31,97 pour Jean-Marie Le Pen[12].

Lors des élections législatives de juin 2002, la participation est de 66,12 % lors du premier tour et de 55,78 % pour le second tour. Lors du premier tour, c'est Jean-Michel Ferrand (UMP) qui été arrivé en tête avec 36,88 % des voix suivi par le candidat (frontiste) Guy Macary avec 26,83% des suffrages. Enfin, Benoit Magnat pour Les Verts est le troisième et dernier candidat à dépasser la barre des 10% avec 19,35% des suffrages. Lors du second tour, Jean-Michel Ferrand arrive en tête à Vedène avec 66,25% des voix contre 37,75% pour Guy Macary[13].

Aux élections européennes de 2004, sur 6 193 inscrits, 2 443 ont voté, ce qui représente une participation de 39,45 % du total, soit une abstention de 60,55 %. C'est Michel Rocard pour le PS qui arrive en tête avec 28,57% des suffrages suivi par Jean-Marie Le Pen (FN) avec 19,95 %, puis Françoise Grossetête (UMP) avec 14,13 % des voix. Aucun autre candidat ne dépasse la barre des 10%[14].

Au référendum sur la constitution européenne (scrutin du 29 mai 2005), sur 6 313 inscrits, 4 589 ont voté, ce qui représente une participation de 72,69 % du total, soit une abstention de 27,31 %. Il y a eu une victoire du contre avec 2 927 voix (65,36 %), 1 551 voix (34,64 %) s’étant prononcées pour et 111 (2,42 %) étant des votes blancs ou nuls[15].

À l’élection présidentielle de 2007, la participation atteint 86.50% au premier tour et 87,01 au second tour. Le premier tour a vu se démarquer en tête Nicolas Sarkozy (UMP) avec 32,74 %, suivi par Ségolène Royal (PS) avec 19,94 % et Jean-Marie Le Pen (FN) avec 17,82 %, François Bayrou (UDF) avec 15,45 % puis aucun autre candidat ne dépassant les 5 %. Le second tour a vu arriver en tête Nicolas Sarkozy avec 62,46 % contre 37,54 % pour Ségolène Royal[16].

Lors des élections législatives de juin 2007, la participation est de 58,31 % lors du premier tour et de 56,74 % au second tour. Lors du premier tour, c'est Jean-Michel Ferrand (UMP) qui été arrivé en tête avec 46,64 % des voix suivi par la candidate (socialiste) Nadine Peris avec 26,83% des suffrages. Aucun autre candidat ne dépasse la barre des 10% des suffrages. Lors du second tour, Jean-Michel Ferrand obtient 62,09% des suffrages contre 37,91 pour son adversaire Nadine Peris[17].

Aux élections européennes de 2009, sur 7 062 inscrits, 2 836 ont voté, ce qui représente une participation de 40,16 % du total, soit une abstention de 59,84 %. Les résultats sont Françoise Grossetête (UMP) avec 24,60 % des voix, suivie de Vincent Peillon (PS) avec 16,07 %, de Michèle Rivasi (Europe Écologie) avec 15,33 %, de Jean-Marie Le Pen (FN) avec 13,13 %, puis aucune autre liste n'a dépassé les 10 %[18].

À l'élection présidentielle de 2012, la participation atteint 83,75% au premier tour puis 82,92% lors du second tour. Le premier tour a vu se démarquer Marine Le Pen (FN) avec 30,91 % des voix suivi par Nicolas Sarkozy (UMP) avec 24,64 % et François Hollande (PS) avec 21,48 %, Jean-Luc Mélenchon (FG) avec 11,16 %, puis aucun autre candidat ne dépassant les 10 %. Lors du second tour, Nicolas Sarkozy arrive en tête à Vedène avec 56,88% des voix contre 43,12% pour François Hollande[19].

Lors des élections législatives de juin 2012, la participation est de 59,50 % lors du premier tour et grimpe à 60,99 % au second tour. Le premier tour voit arriver en tête Marion Maréchal-Le Pen (FN) avec 34,04 % des voix suivi par Catherine Arkilovitch, la candidate (PS) avec 27,38% des voix. Enfin, Jean-Michel Ferrand (UMP) obtient 25,93% des suffrages. Aucun autre candidat ne dépasse la barre des 10%. Ces trois candidats se maintiennent pour le second tour. C'est Marion Maréchal-Le Pen qui arrive en tête de cette triangulaire à Vedène avec 41,71% des voix contre 31,13% pour Jean-Michel Ferrand et 27,16% pour Catherine Arkilovitch[20].

Aux élections européennes de 2014, sur 7 759 inscrits, 3 451 ont voté, ce qui représente une participation de 44,48 % du total, soit une abstention de 55,52 %. C'est Jean-Marie Le Pen (FN) qui arrive en tête du scrutin avec 42,15% des voix suivi par Renaud Muselier (UMP) avec 16,75% des voix. Aucune autre liste n'a dépassé les 10 %[21].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Yves Dupont UMP  
mars 2008 en cours Joel Guin DVD  
Les données manquantes sont à compléter.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal de la ville est composé de 33 élus répartis de la manière suivante :

Groupe Président Effectif Statut
« Ensemble pour Vedène »
DVD
Joël Guin 23 majorité
« Vedène Bleu Marine »
FN
Luc Bousquet 5 opposition
« Vedène autrement »
DVG
Patricia Talet 5 opposition

Fiscalité[modifier | modifier le code]

L'imposition des ménages et des entreprises à Vedène en 2009[22]
Taxe Part communale Part intercommunale Part départementale Part régionale
Taxe d'habitation (TH) 15,82 % 0,00 % 7,55 % 0,00 %
Taxe foncière sur les propriétés bâties (TFPB) 29,25 % 0,00 % 10,20 % 2,36 %
Taxe foncière sur les propriétés non bâties (TFPNB) 75,00 % 0,00 % 28,96 % 8,85 %
Taxe professionnelle (TP) 00,00 % 24,56 % 13,00 % 3,84 %

La Part régionale de la taxe d'habitation n'est pas applicable.

La taxe professionnelle est remplacée en 2010 par la cotisation foncière des entreprises (CFE) portant sur la valeur locative des biens immobiliers et par la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE) (les deux formant la contribution économique territoriale (CET) qui est un impôt local instauré par la loi de finances pour 2010[23]).

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 10 619 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements des communes de plus de 10 000 habitants ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780 812 767 1 132 1 240 1 417 1 542 1 710 1 859
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 040 2 070 2 161 2 226 1 850 1 757 1 747 1 562 1 655
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 679 1 740 1 704 1 763 1 909 2 125 1 857 1 860 2 091
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
2 425 3 329 4 388 5 588 6 675 8 673 9 673 9 937 10 619
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2004[25].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

Commerce, industrie et artisanat[modifier | modifier le code]

On trouve sur la commune une zone industrielle, ainsi que beaucoup de petites structures artisanales ou commerciales[26]. Le marché hebdomadaire est organisé le mardi matin[27]. Le magasin IKEA, qui s'est ouvert le 25 août 2010 en bordure de la zone du Pontet, emploie plus de 300 personnes[28].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Située dans la plaine du Comtat Venaissin, avec sa situation à proximité d'Avignon et de son riche patrimoine, de Carpentras et du mont Ventoux, avec la présence de la Sorgue, la commune voit le tourisme occuper directement ou indirectement une place non négligeable de son économie.

La commune dispose d'un camping.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Le vignoble produit des vins classés en côtes-du-rhône, sur les parties les plus fertiles ont été implantés quelques vergers.

Équipements ou services[modifier | modifier le code]

Transports urbains[modifier | modifier le code]

En tant que membre de la Communauté d'Agglomération du Grand Avignon, Vedène bénéficie de la desserte du réseau TCRA. 2 lignes desservent la commune :

  • 8 Entraigues / Vedène - Avignon Poste (fréquence 20 minutes en heure de pointe) avec 40 A/R par jour ;
  • 17 Agroparc - Avignon Nord avec 14 à 15 A/R par jour.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Lyçée professionnel du domaine d'Êguilles

On trouve sur la commune de Vedène une école maternelle et primaire(« Daudet »), une école primaire (« Les jardins »), un collège (« Lou Vignarès ») , un EREA (Établissement Régional Enseignement Adapté) et deux lycées professionnels.

L'université la plus proche est celle d'Avignon.

Sports[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sportives existent sur la commune de Vedène dont un club de tir à l'arc, un club de natation (USNV) et un centre équestre. La commune dispose également d'une piscine municipale, de deux stades, d'un parc à skate et d'une « École Municipale des Sports »[29].

Vie locale[modifier | modifier le code]

Cultes[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale actuelle a été reconstruite en 1767, elle dépendait alors du chapitre canonial de Notre-Dame des Doms d'Avignon[8].

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et traitement des déchets des ménages et déchets assimilés et le contrôle de la qualité de l'air se fait dans le cadre de la Communauté d'agglomération du Grand Avignon, elle-même adhérente au Syndicat mixte pour la valorisation des déchets du pays d'Avignon et l'usine de traitement se trouve sur son territoire.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Château de Vedène.
  • Le château, à flanc de coteau, au-dessus du centre ville ;
  • La porte de l'horloge de la ville est inscrite aux monuments historiques depuis 1934[30] ;
  • L'usine de Beauport, ancienne fabrique de poudre de garance, est inscrite aux monuments historiques depuis 2011[31].

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marius Jouveau (1878-1949), écrivain provençal, Capoulié du Félibrige de 1922 à 1941, qui a vécu à Vedène où il est inhumé.
  • René Jouveau (1906-1997), écrivain provençal, Capoulié du Félibrige de 1971 à 1982, qui a vécu à Vedène où il est inhumé.
  • Marcel Mitan (1899-1975), viticulteur, poète provençal, Majoral du Félibrige (Cigalo di Mauro).
  • Robert Allan (1927-1998), poète occitan qui a vécu à Vedène.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.habitants.fr/habitants_vedene_84141.html
  2. Zonage sismique réglementaire de la France, classement des cantons (découpage fin 1989) de la région PACA, page 48
  3. a, b et c Jules Courtet, op. cit., p. 357.
  4. La climatologie du Vaucluse.
  5. Jean Vialar, Les vents régionaux et locaux, 1948 ; réédité par Météo-France en 2003.
  6. Source : Services techniques d'Inter Rhône à Avignon Données météorologiques concernant l'année 2006 [PDF]
  7. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Éd. Larousse, 1968, p. 1949.
  8. a et b Jules Courtet, op. cit., p. 358.
  9. a, b, c et d Robert Bailly, op. cit., p. 446.
  10. Usine de Vedène
  11. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Referendums/elecresult__referendum_1992/(path)/referendum_1992/093/084/84141.html
  12. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle_2002/(path)/presidentielle_2002/093/084/84141.html
  13. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives_2002/(path)/legislatives_2002/084/08414103.html
  14. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2004/(path)/europeennes_2004/005/084/84141.html
  15. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Referendums/elecresult__referendum_2005/(path)/referendum_2005/093/084/84141.html
  16. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__presidentielle_2007/(path)/presidentielle_2007/093/084/84141.html
  17. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__legislatives_2007/(path)/legislatives_2007/084/08414103.html
  18. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__europeennes_2009/(path)/europeennes_2009/05/093/084/084141.html
  19. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Presidentielles/elecresult__PR2012/(path)/PR2012/093/084/084141.html
  20. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Legislatives/elecresult__LG2012/(path)/LG2012/084/08403141.html
  21. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Europeennes/elecresult__ER2014/(path)/ER2014/05/093/084/084141.html
  22. « Impots locaux à Vedène », taxes.com
  23. Loi n° 2009-1673 du 30 décembre 2009 de finances pour 2010 (Légifrance)
  24. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011
  26. http://www.mairie-vedene.fr/entreprises/Feuil1_list.php
  27. Marché hebdomadaire
  28. http://www.laprovence.com/article/region-17241
  29. http://fr.calameo.com/link?to=http%3A%2F%2Fwww.mairie-vedene.fr%2Fmod.php
  30. « Porte Beffroi », base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Usine de Beauport », base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « église Saint Thomas », base Mérimée, ministère français de la Culture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Courtet, Dictionnaire géographique, géologique, historique, archéologique et biographique du département du Vaucluse, Avignon, 1876.
  • Robert Bailly, Dictionnaire des communes du Vaucluse, Éd. A. Barthélemy, Avignon, 1986. (ISBN 2903044279)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]